L’islam selon Emmanuel Macron : décryptage

Il y a quelques semaines, certains rendaient hommage aux victimes du terrorisme musulman en Europe ces dernières années.

https://islametoccident.fr/wp-admin/post.php?post=5855&action=edit

De son côté, Emmanuel Macron posait le débat en ces termes :

Ainsi, selon Emmanuel Macron : « Nos religions [judaïsme, christianisme et islamisme] sont liées. Nos civilisations sont liées. Ceux qui veulent faire croire, où que ce soit dans le monde, que l’islam se construit en détruisant les autres monothéismes, sont des menteurs et vous trahissent. »

Que judaïsme, christianisme et islamisme soient liés par leur origine est une évidence : le christianisme est issu du judaïsme et l’islamisme se pose en successeur de cette tradition monothéiste par son lien avec Abraham et la revendication de Mahomet à être le dernier des prophètes après Jésus (Jésus qui conserve d’ailleurs une place très particulière dans le Coran car il doit revenir à la fin des temps).

Comme tout propos politique habile, cette affirmation du lien entre les religions ne veut rien dire de clair en tant que tel et chacun peut l’entendre à sa façon. C’est un peu comme si on nous disait : « Je vous ai compris ! »

Que ces civilisations soient liées est beaucoup moins évident si l’on en juge par les apports relatifs des unes aux autres, en particulier avec l’islamisme. Il y a eu il y a bien longtemps des échanges entre l’Europe et le monde arabe (astronomie, médecine, langue, etc.) mais en quoi l’islamisme est-il concerné ? La civilisation arabo-musulmane n’a quasiment rien apporté au monde depuis mille ans comme le reconnaissent les musulmans eux-mêmes.

Ainsi, Malek Chebel écrivait encore il y a peu : « Trop longtemps demeurés sur le bas-côté de la route, les musulmans n’ont pas été – c’est le moins que l’on puisse dire – des acteurs du progrès technologique moderne. Le monde musulman contemporain n’a rien inventé qui puisse susciter l’admiration. (…) Dans l’évaluation générale réalisée par l’ONU sur le développement durable des nations, les pays du bloc arabo-musulman se présentent (avec quelques nuances) parmi les derniers du peloton des États qui investissent dans la formation et l’éducation. »

Quant à dire que « l’islamisme se construit en détruisant les autres monothéismes », c’est effectivement faux : il lui suffit de les soumettre comme le prévoit très clairement le Coran :

Coran, sourate 9, verset 29 : Combattez (…) ceux qui ne professent pas la religion de la vérité [l’islam] alors qu’ils ont reçu le Livre [c’est-à-dire pour l’essentiel les juifs et les chrétiens], jusqu’à ce qu’ils versent la capitation [impôt à payer aux musulmans] de leurs propres mains après s’être humiliés.

Il faut dire, vu la supériorité naturelle que la communauté musulmane estime avoir sur les autres et l’image des juifs et des chrétiens pour les musulmans, que c’est assez logique (jusqu’à un antisémitisme musulman virulent) :

Coran, sourate 3, verset 110 : Vous [musulmans] formez la meilleure communauté qui ait surgi parmi les hommes : vous ordonnez le convenable, vous interdisez ce qui est blâmable et vous croyez en Allah. (…)

Coran, sourate 3, verset 139 : Ne perdez pas courage, ne vous affligez pas alors que vous êtes les supérieurs, si vous êtes de vrais musulmans.

Coran, sourate 3, verset 110 : (…) Si les gens du Livre croyaient, ce serait meilleur pour eux. Parmi eux, certains croient, mais la plupart d’entre eux sont des pervers.

Coran, sourate 5, verset 51 : Ô croyants ! Ne prenez pas pour alliés les juifs et les chrétiens ; ils sont alliés les uns des autres. Celui d’entre vous qui les prend pour alliés, devient un des leurs. Allah ne guide pas les gens injustes.

Coran, sourate 5, verset 65 : Si les gens du Livre avaient la foi et la piété, Nous aurions certainement effacé leurs méfaits et les aurions certainement introduits dans les jardins du délice.

Coran, sourate 5, verset 82 : Tu trouveras certainement que les Juifs et les polythéistes sont les ennemis les plus acharnés des croyants. (…)

Coran, sourate 9, verset 30 : Les juifs ont dit : « Uzayr est fils d’Allah » et les chrétiens ont dit : « Le Christ est fils d’Allah ». Telle est la parole qui sort de leurs bouches. Ils répètent ce que les infidèles disaient avant eux. Qu’Allah les anéantisse ! Comme ils s’écartent de la vérité !

Coran, sourate 62, verset 5 : Ceux qui ont été chargés de la Torah mais qui ne l’ont pas appliquée sont pareils à l’âne qui porte des livres. Quel détestable exemple que celui de ces gens qui traitent de mensonges les versets d’Allah ! Allah ne guide pas les gens injustes.

Hadith (Bukhari 3593) : Abdallah Ibn Umar a dit : « J’ai entendu l’Envoyé de Dieu dire : « Vous combattrez les juifs et vous aurez la victoire sur eux ; puis les pierres vous diront : Ô Musulman, derrière moi se trouve un juif : tue-le ! ».

Hadith (Muslim 2922) : D’après Abû Hurayra, l’Envoyé d’Allah a dit : « L’Heure Suprême ne se dressera pas avant que les musulmans ne combattent les juifs. Les musulmans tueront les juifs jusqu’à ce que les rescapés de ces derniers se réfugient derrière les pierres et les arbres qui appelleront alors le musulman en disant : « Ô musulman ! Ô serviteur d’Allah ! Voilà un juif derrière moi, viens le tuer ! », exception faite de l’arbre dit Al-Gharqad qui est l’arbre des juifs. »

Hadith (Muslim 2869) : Abû Ayyûb a dit : Un jour, le Prophète étant sorti après le coucher du soleil, entendit des voix : « Ce sont, dit-il, des juifs qui subissent le châtiment dans leurs tombeaux ».

Quant à ceux qui refusent de se soumettre, leur sort n’est pas enviable. Exemple : extrait de la Sîra, biographe de Mahomet incontestée dans le monde musulman (publiée aux Éditions Fayard, page 277), relatif à l’extermination par Mahomet des juifs (prisonniers) de la tribu juive des Banû [fils de] Quraydha :

« Le Prophète ordonna de tuer tous les hommes des Banû Quraydha, et même les jeunes, à partir de l’âge où ils avaient les poils de la puberté.

Le Prophète ordonna de faire descendre de leurs fortins les Banû Quraydha et de les enfermer dans la maison de Bint al-Hârith. Il alla ensuite sur la place du marché de Médine, la même que celle d’aujourd’hui [époque d’Ibn Hichâm], et y fit creuser des fossés. Puis il fit venir les Banû Quraydha par petits groupes et leur coupa la gorge sur le bord des fossés.

Parmi eux, il y avait Huyayy ibn Akhtab, l’ennemi de Dieu, et ka’b ibn Asad, le chef des Quraydha. Ils étaient six à sept cents hommes. On dit même huit cents et même neuf cents. Pendant qu’ils étaient amenés sur la place par petits groupes, certains juifs demandèrent à Ka’b, le chef de leur clan :

Que va-t-on faire de nous ?

Est-ce que cette fois vous n’allez pas finir par comprendre ? Ne voyez-vous pas que le crieur qui fait l’appel ne bronche pas et que ceux qui sont partis ne reviennent pas ? C’est évidemment la tête tranchée !

Le Prophète ne cessa de les égorger jusqu’à leur extermination totale. »

CONCLUSION

Des propos politiques habiles et ambigus qui ne nous disent finalement rien de bien intéressant ni de concret sur le rapport de la France à l’islam et qui évitent le sujet délicat de l’incompatibilité de l’islamisme avec les valeurs des sociétés occidentales, qui sont de moins en moins occidentales du fait de la politique ouvertement immigrationniste pratiquée sous l’égide de l’Union Européenne. Avec une telle politique, les peuples européens de souche doivent se préparer à disparaître. L’agonie risque d’être douloureuse mais certains pays de l’Est montrent qu’ils ne veulent pas mourir. La France va-t-elle suivre leur exemple ? La question religieuse est effectivement la question essentielle pour l’avenir de la France aujourd’hui, bien avant les questions économiques et sociales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

dix-huit − quinze =

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.