Civilisation musulmane : quelle contribution au monde ?

Le politiquement correct et le droit-de-l’hommisme s’évertuent à anéantir toute idée de différence, et donc immanquablement d’inégalité, entre les différentes cultures et civilisations humaines car l’analyse de leur apport au cours de l’histoire met à mal le culte totémique de l’homme universel. Pourtant, c’est bien la diversité et donc les différences entre les êtres qui créent la richesse du monde comme la nature nous l’enseigne avec force et clarté. Certains nient ces différences fondamentales indubitables et que chacun peut pourtant vérifier, le plus souvent par crainte qu’elles ne soient utilisées à des fins philosophiques ou politiques, ce qui est un tout autre débat.

C’est ainsi que, dans son délire psychanalytique existentiel et sa repentance masochiste, l’homme occidental androgyne, héraut de cette œuvre d’anéantissement, est devenu fou jusqu’à vouloir aujourd’hui nier la différence essentielle des sexes par l’aberrante théorie du genre qui n’est que le fruit de cerveaux profondément malades et psychotiques, qui pensent être en mesure de nier la réalité du monde : vanitas vanitatum, et omnia vanitas

Il en est de même en termes de cultures et de civilisations, certaines conceptions de l’homme et de son rapport au monde et donc à Dieu ou à Brahma étant de fait plus propices au développement de l’intelligence et des arts que d’autres, à l’instar de ce que la nature et l’évolution des espèces démontrent : certaines formes de vie n’ont pas évolué depuis des milliers d’années et d’autres ont connu de profondes mutations, ce qui ne signifie par ailleurs aucunement que les différentes formes de vie aient un statut inégal au regard du « droit » à vivre, la mort étant de toutes les façons l’inexorable aboutissement ultime de toutes.

Voici donc, pour contribuer au débat, un état des lieux de l’apport des différentes civilisations humaines fondé sur des critères de reconnaissance connus du monde entier : l’attribution des prix Nobel et des médailles Fields. Si vous constatez des erreurs de classement, je vous saurai gré de bien vouloir me les signaler afin que je les corrige.

Ce travail ne prétend bien entendu pas refléter la totalité du savoir humain, mais il est peu probable que cette vision soit significativement modifiée par la prise en compte d’autres pans des civilisations humaines ou d’autres périodes de l’histoire. On pourrait ainsi allonger considérablement la liste pour ce qui est de la civilisation occidentale et rechercher dans les autres civilisations quels sont leurs : Platon, Socrate, Bach, Mozart, Verdi, Wagner, Newton, Leibniz, Voltaire, Shakespeare, Goethe, Hegel, Hugo, Balzac, La Fontaine, Pouchkine, Dostoïevski, Baudelaire, Dante, Monteverdi, Haendel, Michel-Ange, Gauss, Euler, Lagrange, Rembrandt, Bernini, Léonard de Vinci, Pasteur, Mendel, Mendeleev, Pascal,… et combien de centaines d’autres.

Cela ne semble pas empêcher certains, honteux d’un héritage d’une richesse immense, de s’auto-détruire aujourd’hui en s’enfonçant de plus en plus profondément dans une dérive sado-machiste de haine de soi aboutissant au pitoyable déboulonnage de malheureuses statues, de promotion forcenée des pratiques et du modèle prétendument universel de l’homme (ou plutôt de la « chose ») LGBT qui décide de ce qu’il est, de consommation de substances menant à tous les paradis artificiels et toutes les utopies, même les plus absurdes.

Sic transit gloria mundi

Laisser un commentaire