Les quatre premiers califes, prétendument « bien guidés », absents de l’histoire ?

Article de la série consacrée au livre de Robert Hoyland : « Dans la voie de Dieu » (https://islametoccident.fr/?p=4814).

« Si nous pouvons discerner l’existence d’une structure de commandement pour la mise en œuvre des premières conquêtes, nous n’avons quasiment aucune information contemporaine concernant les califes de Médine (632-660). Peut-être est-ce dû au millier de kilomètres de montagnes, de steppes et de déserts séparant Médine de villes comme Damas et Bassorah, ou bien aux turbulences de ces années-là, qui pouvaient perturber les voies de communication habituelles. Quelle qu’en soit la raison, les auteurs contemporains des quatre premiers califes – Abu Bakr (632-634), Umar (634-644), Uthman (644-656) et Ali (656-660) – n’ont quasiment rien écrit à leur sujet, et leurs noms n’apparaissent ni sur des pièces de monnaie, ni sur des inscriptions, ni sur des documents. Ce n’est qu’avec le cinquième calife, Muawiya (661-680), que l’on relève les premières preuves de fonctionnement d’un gouvernement arabe : son nom apparaît de fait sur tous les documents officiels de l’État. Posté à Damas en tant que gouverneur de Syrie pendant 20 ans (640-660), Muawiya avait travaillé avec les administrateurs provinciaux locaux et était donc beaucoup mieux placé que ses prédécesseurs – établis dans la lointaine Médine – pour commencer la construction d’un État centralisé, indispensable pour que les conquêtes puissent constituer un héritage durable. Cette politique le rendit cependant impopulaire car de nombreux groupes n’apprécièrent pas beaucoup de devoir renoncer ne fût-ce qu’à une partie de leur butin et de leur autonomie au profit d’un organisme central. »

La conquête musulmane : phénomène fortuit, fruit d’une coalition hétéroclite

Article de la série consacrée au livre de Robert Hoyland : « Dans la voie de Dieu » (https://islametoccident.fr/?p=4814).

« À mesure que les conquêtes progressaient et que de nouvelles victoires étaient remportées, de nombreux groupes qui n’étaient ni arabes ni musulmans cherchèrent à rejoindre les conquérants. (…) Les historiens musulmans ont tendance à dire que ces collaborateurs non arabes et non musulmans se sont convertis après avoir changé de camp. (…) Cependant, nous apprenons aussi à l’occasion que la conversion n’était ni immédiate ni nécessaire : dans un texte de 680, le moine Jean de Fenek note qu’il y avait « beaucoup de chrétiens, dont certains étaient des hérétiques et d’autres étaient des nôtres » dans les armées musulmanes, et une source musulmane indique de manière explicite que les soldats du Daylam avaient combattu aux côtés des musulmans « sans avoir adopté l’islam ». »

(…)

« Ce schéma correspond à ce que nous apprennent les récits contemporains des premières étapes des conquêtes arabes. De petites incursions aléatoires couronnées de succès ont rapidement entraîné le ralliement de nombreux hommes des tribus arabes. Dans cette perspective, la coalition de Muhammad n’a été que l’un des nombreux groupes qui profitaient du désordre provoqué par le conflit byzantino-perse, même si l’organisation supérieure et l’engagement idéologique ont aidé Muhammad et les siens à devenir le groupe dominant. On reconnaîtra ici une conception accidentelle de l’histoire, faite de réponses humaines faillibles à des événements aléatoires. Cette conception n’a cependant pas beaucoup d’adeptes. En général, on propose un éventail de facteurs d’attraction et de rejet, et pour la conquête arabe, les facteurs les plus populaires sont l’accès facile aux butins en raison de la faiblesse des empires byzantin et perse (du côté attraction), et l’appauvrissement économique et environnemental de l’Arabie (du côté rejet). »

Les conquêtes arabes sans l’islam

Article de la série consacrée au livre de Robert Hoyland : « Dans la voie de Dieu » (https://islametoccident.fr/?p=4814).

« À la lecture des sources contemporaines consultées, la coalition arabe de Muhammad n’était, dans les années 620 et au début des années 630, que l’un des nombreux groupes arabes qui essayaient de tirer profit du relâchement provoqué par l’obsession des empires perse et byzantin à se faire la guerre. Aux marges de ces empires, les incursions étaient déjà endémiques dans les années 620, et il est probable que certains opportunistes aient tenté de s’enrichir en profitant de la situation politique chaotique encore après le début des conquêtes arabes musulmanes, à la fin des années 630. (…) En bref, s’il existe suffisamment permettant d’infirmer la version « officielle » des historiens musulmans du IXème siècle et d’affirmer que les conquêtes arabes n’ont pas été uniquement le fait de Muhammad, il demeure très difficile de connaître les objectifs et identités des autres chefs ayant mené des expéditions dès avant, et pendant celles menées par les troupes de la coalition formée par les partisans de Muhammad. Il est clair que les conquêtes arabes auraient eu lieu sans Muhammad et sans l’islam mais, comme je vais tenter de le montrer, elles n’auraient sans doute pas engendré une nouvelle civilisation. Réciproquement, l’islam ne se serait probablement pas répandu si loin, et certainement pas si vite, sans les conquêtes arabes, dont le succès persuada les Arabes qu’ils étaient favorisés par Dieu. »

Les guerres et les massacres perpétrés par les arabo-musulmans : l’exemple de Césarée

Article de la série consacrée au livre de Robert Hoyland : « Dans la voie de Dieu » (https://islametoccident.fr/?p=4814).

La violence marque dès l’origine le monde arabo-musulman, Mahomet n’ayant guère été avare en ce domaine si l’on en juge par sa biographie (écrite par des musulmans) qui égrène précisément la liste des guerres ou razzias qu’il a conduites ou ordonnées. Pourtant, les partisans de l’islam en Occident continuent à mentir effrontément dans ce domaine et à nier vigoureusement cette évidence aveuglante. Robert Hoyland cite plusieurs exemples avérés dans son livre, comme celui de Césarée.

« Césarée, comme toutes les villes de la côte méditerranéenne, avait eu beaucoup moins de contacts avec les Arabes que les villes de l’intérieur des terres proches du désert syrien. Ses habitants étaient pour la plupart de la même confession que les habitants de Constantinople et que l’empereur : ils étaient chalcédoniens, suivant les principes adoptés au concile de Chalcédoine en 451, et parlaient le grec plutôt que l’araméen ou l’arabe. En outre, en tant que capitale provinciale, Césarée disposait d’une légion basée dans la ville : il était probable qu’elle se défendrait. Conscient du défi que représentait la prise de cette ville, le nouveau commandant des forces arabes en Syrie, Muawiya ibn Abi Sufyan, avait fait acheminer vingt-sept engins de siège qui lancèrent des pierres jour et nuit. Cette opération dura de décembre 640 à mai 641, jusqu’à ce qu’une brèche apparût  dans les solides murs de l’enceinte de la ville. Comme les combattants avaient refusé avec obstination de se rendre, Muawiya décida de massacrer pour l’exemple les 7.000 hommes stationnés dans la ville – moins ceux qui avaient réussi à s’échapper par bateau vers l’Asie mineure. »

Mahomet : un chef de guerre avant tout

Robert Hoyland, professeur aux universités d’Oxford, Saint Andrews et UCLA, enseigne aujourd’hui à l’université de New York. Spécialiste de la civilisation islamique et du monde syriaque, également archéologue, il vient de publier aux éditions Alma « Dans la voie de Dieu », livre très intéressant consacré à la conquête arabe et à la création d’un empire islamique aux VIIème et VIIIème siècles.

Je vous propose de revenir dans une courte série d’articles sur quelques-uns des aspects abordés dans ce livre.

Mahomet était fondamentalement un chef de guerre que les caprices de l’histoire et sa bonne fortune ont porté à un niveau de renommée inattendu, en particulier en ce qui concerne la connotation religieuse qu’il prétendit donner à son aventure, car si l’historiographie musulmane en appelle aux armées des anges célestes lors de certaines batailles, le simple bon sens nous enseigne en réalité que Mahomet n’échappa pas au principe élémentaire selon lequel « Dieu est toujours du côté des gros bataillons » (ce qui n’exclut pas par ailleurs d’avoir de la chance), principe qu’il fit sien notamment au travers de la recherche d’alliances tribales.

« Muhammad n’était pas un personnage très important pour le monde extérieur avant sa mort, et nous ne disposons par conséquent pas de sources contemporaines extérieures au monde musulman pour bien connaître sa vie. (….) Il conclut à Médine un accord avec plusieurs groupes pour créer une communauté unique (« umma »), dédiée au « combat dans le chemin de Dieu » (« jihad fi sabil Allah »), c’est-à-dire, pour sa cause, contre ses ennemis païens.  Tous ceux qui jurèrent fidélité à cet accord durent contribuer à l’effort de guerre et soutenir les autres membres de l’umma. Après avoir créé cette entité politique à Médine en 622, Muhammad lança plusieurs attaques contre des tribus et peuplements voisins afin de les recruter pour sa mission. Il persista également dans sa tentative de rallier les habitants de La Mecque et y parvint finalement en 628 en combinant guerre et diplomatie. Il scella l’accord en épousant la fille d’Abu Sufyan ibn Harb, l’un des hommes les plus puissants de la tribu de Muhammad, à savoir les Qurayshites. Après avoir consolidé l’alliance entre les Mecquois et les Médinois, Muhammad se mit en route pour inclure une troisième ville dans la coalition : la fertile oasis de Taïf, dominée par la tribu de Thaqif. Cette opération, achevée en 630, fit de ces trois villes et de leurs tribus alliées une formidable force de combat. Il est difficile de dire quelles étaient les intentions de Muhammad à ce stade. Les auteurs musulmans postérieurs, et à leur suite les historiens modernes,  présument qu’il était résolu à dominer le monde depuis le début, mais il est hautement improbable qu’il ait espéré diffuser son message aussi loin dès le départ. »

Comment mentir effrontément sur la nature des batailles de l’islam

Mohamed Bajrafil, imam de son état, est souvent invité sur les plateaux de télévision, en particulier par l’émission « Islam » diffusée chaque dimanche sur France 2. Sous des dehors patelins, Mohamed Bajrafil cache une mauvaise foi et un art consommé du mensonge si l’on en juge par ses propos. Ainsi, lors de l’émission « Islam » du 29 janvier 2017, celui-ci déclarait :

« 99,99% de ce qui s’est passé au temps du Prophète comme batailles a eu lieu autour de Médine, c’est-à-dire qu’il s’agissait de guerres non pas offensives mais plutôt défensives. Il y a eu juste une seule guerre que le prophète va mener loin des frontières de la ville de Médine, c’est la guerre de Tabouk ».

France 2 Islam 170129 Revelation 2 Batailles

Mohamed Bajrafil posait ainsi l’islam en victime, contrainte par l’agressivité extérieure à se défendre. C’est la sempiternelle ritournelle de l’islam pacifique, confit dans la légitime défense. Qu’en est-il ?

Il est facile de vérifier les faits suivants :

–  Bataille de Badr, première grande victoire des musulmans : il s’agissait pour Mahomet d’aller piller une caravane mecquoise circulant entre La Mecque et la Syrie, bien loin de Médine ;

–  Bataille de Khaybar : Mahomet vint y combattre les juifs de l’oasis de Khaybar, située à environ 150 km de Médine ;

–  Bataille de Hunayn : Mahomet combattit des tribus arabes sur la route allant de La Mecque (distante de Médine à vol d’oiseau de 340 km) à Taïf (située à environ 65 km de La Mecque)

–  Bataille de Mu’ta : opposant une armée musulmane aux byzantins à l’est du Jourdain.

Cette liste n’est pas exhaustive. On voit donc que, contrairement aux affirmations de Mohamed Bajrafil, les guerres de Mahomet éloignées de Médine sont loin de se réduire à la seule expédition de Tabouk (située à environ 530 km de Médine).

Ce qui est le plus étonnant dans cette histoire, ce n’est pas que Mohamed Bajrafil mente effrontément, mais que l’islam dit « modéré », qui officie tous les dimanches matins sur France 2, continue à l’inviter et à cautionner ainsi un statut de personnalité fiable et honnête, alors que ses mensonges sont parfaitement connus de la communauté musulmane cultivée.

Le feu comme arme de guerre en islam : l’exemple de Mahomet

Si le feu est en principe un châtiment que seul Allah peut infliger à l’homme  (immolation), le feu peut en revanche constituer une arme de guerre tout à fait légitime de l’islam contre les mécréants puisque Mahomet en a fourni l’exemple.

Petit rappel de la façon dont Mahomet fit la guerre aux juifs de Médine (en l’occurrence la tribu des Banû Nadîr) – extrait de la biographie de Mahomet par Ibn Hichâm, incontestée en islam – :

« Le Prophète sortit donc avec ses hommes à l’attaque des Baû Nadîr. C’était au mois de rabbî awwal. Il fit le siège de leur oasis pendant six nuits, alors qu’ils étaient barricadés dans leurs fortins, et ordonna à ses hommes de couper et de brûler leurs palmiers. »

 

L’extermination des juifs Quraydha par Mahomet ou comment pratiquer l’art de l’assassinat politique

Le massacre par égorgement de plusieurs centaines de prisonniers juifs de la tribu des Banû [« fils de »] Quraydha à Médine fait partie des récits mythiques de l’islam et de la vie de Mahomet. Difficile de concilier cet épouvantable massacre, commis de sang froid par Mahomet (et les musulmans) sur des prisonniers (et non dans un combat) avec le titre revendiqué par l’islam pour Mahomet d’apôtre de la religion d’amour et de paix.

Pour justifier ce massacre (600 à 900 hommes), l’islam fait état du fait qu’il s’agit de la sanction d’une trahison des juifs vis-à-vis de Mahomet. Que dit vraiment la biographie de Mahomet (texte musulman au demeurant) ?

  • Le contexte

Mahomet, arrivé à Médine, cherchait à rallier le maximum d’alliés en anticipation de sa guerre contre les Quraychites (polythéistes) de La Mecque. Il caressait l’espoir de convertir les juifs, Mahomet s’étant très largement inspiré du judaïsme pour inventer sa propre religion. Cet espoir fut vite déçu, les juifs se moquant de lui, et l’opposition aux juifs prit symboliquement après quelques mois la forme du changement de la direction de la prière (la Qibla), dorénavant tournée vers La Mecque et non plus Jérusalem.

Mais la suite des événements ne fut pas seulement symbolique. Mahomet entama une guerre méthodique contre les tribus juives de Médine sous divers prétextes. Une première tribu, les Banû Qaynuqa fut chassée (elle n’échappa à l’extermination voulue par Mahomet que sur intervention de leurs alliés arabes qui firent fléchir Mahomet) ; puis ce fut le tour des Banû Nadir. Restait à s’occuper des Banû Quraydha, la tribu juive la plus importante. Ce fut fait à l’occasion de la bataille dite « du Fossé », Mahomet ayant stoppé l’arrivée des tribus Quraychites de La Mecque et de leurs alliés les Ghatafan venus en découdre avec Mahomet grâce à un fossé creusé autour de Médine.

  • Le déroulement de la bataille du Fossé et la « trahison » des Banû Quraydha

Curieusement, en dépit de l’arrivée de nombreux Quraychites et Ghatafan – incités notamment à venir combattre Mahomet par quelques juifs des tribus ayant déjà été pourchassées par Mahomet –, les quelques semaines d’affrontement ne furent marqués en réalité que par quelques escarmouches.

Dans ce conflit, les Banû Quraydha étaient initialement alliés à Mahomet, ayant signé avec lui un pacte via les tribus arabes lors de son installation à Médine. Toutefois, on peut comprendre que le triste sort infligé par Mahomet aux deux premières tribus juives de Médine ait pu conduire cette troisième tribu à s’interroger sur son propre sort, une fois Mahomet devenu le maître incontesté de Médine.

Une lecture raisonnable du récit des événements que vous pouvez lire ci-dessous dans la Sîra (biographie écrite, rappelons-le, par un musulman) conduit à la synthèse suivante : le chef des Banû Quraydha se laisse finalement fléchir par l’insistance d’un coreligionnaire pour dénoncer son pacte avec Mahomet ; le pacte est rompu, sans peut-être le formalisme approprié qui conviendrait (le texte ne le précise pas), mais ceci est connu et vérifié par Mahomet et ses partisans ; cette dénonciation du pacte n’a aucune conséquence armée, les Banû Quraydha n’ayant pas conclu par ailleurs simultanément d’alliance avec les tribus hostiles à Mahomet (Quraychites et Ghatafan) ; les Banû Quraydha entrent en discussion avec ces tribus mais Mahomet qui a vent de ces pourparlers envoie un émissaire qui parvient semer la zizanie entre Quraychites, Ghatafan et Banû Quraydha de sorte qu’ils n’arrivent pas à s’entendre et donc aucun accord n’est conclu ; les Quraychites et Ghatafan finissent pas lever le camp sans qu’il se soit pratiquement rien passé.

On peut conclure de ce récit que les Banû Quraydha ont bien rompu leur pacte avec Mahomet et que celui-ci en a été informé, cette dénonciation remettant les Banû Quraydha dans une situation de neutralité vis-à-vis de Mahomet. Les Banû Quraydha songèrent à s’allier aux ennemis de Mahomet – ayant sans doute en mémoire le sort des deux précédentes tribus – mais cela ne s’est en réalité jamais fait (chacun tribu doutant de la fermeté des intentions des deux autres) et les Banû Quraydha n’ont pas combattu Mahomet et les siens. Mahomet eut simplement peur que cela n’arrivât, raison pour laquelle il envoya un émissaire pour semer la zizanie entre ses ennemis. Les Banû Quraydha n’ont donc pas « trahi » au sens que l’on donne à ce mot en Occident : la véritable trahison aurait consisté pour les Banû Quraydha à attaquer Mahomet tout en étant toujours lié par un pacte militaire avec Mahomet, comme sur le modèle d’Hitler attaquant Staline pourtant tous les deux liés par le pacte germano-soviétique.

C’est sans doute la raison pour laquelle dans un premier temps Mahomet n’a peut-être pas songé pas à attaquer les Banû Quraydha une fois la bataille du Fossé terminé. Mais la Sîra enseigne qu’il changea rapidement d’avis, comprenant vraisemblablement l’intérêt d’une exploitation politique des événements : il comprit certainement qu’il fallait en finir avec les juifs et la menace qu’ils représentaient pour son pouvoir, n’étant absolument pas considéré par eux mais au contraire dénigré et moqué. En outre, l’horreur du massacre avait un effet dissuasif excellent pour les campagnes militaires à venir (il suffit de voir comment l’État islamique utilise l’horreur et la peur qui en découle comme arme de guerre encore aujourd’hui).

D’où l’invention de l’intervention providentielle d’un deus ex machina, l’ange Gabriel, qui va permettre de justifier pour des raisons divines l’épouvantable extermination des juifs Quraydha de Médine par Mahomet. Cette mise en scène politique judicieuse permet ainsi à Mahomet de préserver aux yeux des musulmans son image au lieu d’apparaître comme ce qu’il était, un chef de guerre implacable et suffisamment sanguinaire pour décapiter de sang froid des prisonniers qu’il aurait tout aussi bien pu continuer à emprisonner ou qu’il aurait pu chasser.

Tout ce récit, comme on le voit, ne relève en aucune façon du domaine spirituel mais beaucoup plus banalement des aléas propres à la constitution d’alliances entre tribus arabes et de la volonté féroce d’un homme de se constituer un empire. Son dénouement relève tout simplement de l’assassinat politique calculé.

On peut ergoter sur le fait que le pacte n’ait pas été dénoncé dans les formes ou que cela ne se faisait pas à l’époque, tout cela n’a guère d’importance : rien ne pouvait justifier un tel massacre pour un prophète censé représenter une religion d’amour et de paix. D’ailleurs, le Christ ou Bouddha avaient déjà donné des leçons insurpassables de spiritualité pacifique au monde : l’islam est en à des années lumière.

Au-delà de cet épisode épouvantable, pour ceux qui douteraient de la haine que Mahomet, et avec lui son idéologie, l’islam (puisque Mahomet est le modèle de tous les musulmans), a construit à l’égard des juifs, il suffit de rappeler le hadith authentique (c’est-à-dire incontesté en islam) de Muslim (n°2922) : « D’après Abû Hurayra, l’Envoyé d’Allah a dit : « L’Heure Suprême ne se dressera pas avant que les musulmans ne combattent les juifs. Les musulmans tueront les juifs jusqu’à ce que les rescapés de ces derniers se réfugient derrière les pierres et les arbres qui appelleront alors le musulman en disant : « Ô musulman ! Ô serviteur d’Allah ! Voilà un juif derrière moi, viens le tuer ! », exception faite de l’arbre dit Al-Gharqad qui est l’un des arbres des juifs ». » (NB : on retrouve cet appel au meurtre des juifs, parfaitement explicite, dans plusieurs hadiths authentiques de Bukhari ; il n’y a donc aucun doute ni aucune ambiguïté en islam sur ce sujet).

  • Le texte original de la biographie de Mahomet

Voici donc pour tous ceux qui aiment se reporter aux textes originaux, le texte de la Sîra d’Ibn Hîcham (les (…) sont les passages sans grand intérêt par rapport au propos et que j’ai ôtés pour faciliter la lecture : la version intégrale du texte est naturellement disponible dans le commerce) :

« La Bataille du Fossé (al-Khandaq) en Shawwâl, an V

(…)

Quelques juifs, parmi lesquels on cite (…), avec des gens de Banû al-Nâdir et des gens de Baû Wâ’il (…) partirent pour Makkah et invitèrent les Quraysh à faire la guerre contre lui. Ils dirent aux Quraysh : « Nous serons avec vous contre lui afin de l’anéantir. » Les Quraysh leur répondirent : « Ô juifs ! Vous êtes les gens du premier Livre (sacré), vous êtes les savants en ce en quoi nous sommes en désaccord avec Muhammad. Dites-nous quelle est la meilleure : notre religion ou la sienne ? » Les juifs répondirent : « Votre religion est meilleure que la sienne, et vous êtes plus proches de la vérité que lui. »

(…)

Lorsque les juifs dirent cela aux Quraysh, ceux-ci s’en réjouirent et se mirent avec ardeur à répondre à leur appel, à savoir : faire la guerre à l’envoyé d’Allah. Ils se réunirent à cette fin et s’y préparèrent. Puis ces juifs-là partirent et vinrent à la tribu Ghatafân (…) et les invitèrent à faire la guerre contre l’Envoyé d’Allah, ils les informèrent qu’ils seraient avec eux, contre l’Envoyé d’Allah, et que les Quraysh avaient accepté de lui faire la guerre. Alors les Ghatafân se joignirent à eux.

(….)

Lorsque l’Envoyé d’Allah eut connaissance de ce qu’ils avaient l’intention de faire et de ce pour quoi ils s’assemblaient, il fit creuser un fossé autour d’al-Madînah.

(…)

Ibn Ishâq dit : Lorsque l’Envoyé d’Allah eut terminé le creusement du fossé, les Quraysh arrivèrent et descendirent là où les lits de torrents de Rumâh se rencontrèrent entre al-Juruf et Zughâbah avec dix mille de leurs mercenaires noirs, et leurs partisans de la tribu Kinâhah et le peuple de Tihamah. (…) L’Envoyé d’Allah et les musulmans vinrent avec trois mille hommes, ayant la montage de Sal’ derrière eux. Il dressa son camp là, le fossé étant entre lui et l’ennemi.

(…)

L’ennemi de Dieu Huyayy ibn ‘Akhtab al-Nadarî alla à Ka’b ibn ‘Asad al-Qurazî, l’homme qui avait le pacte et l’engagement de Banû Qurayzah et qui avait fait un pacte de paix avec l’Envoyé d’Allah au nom de son peuple. Lorsque K’ab apprit la venue de Huyayy ibn Akhtab, il ferma la porte de son fortin en sa face. Huyayy demanda sa permission, mais Ka’b refusa. Huyayy lui cria : « Malheur à toi Ka’b ! Ouvre pour moi. » Ka’b répondit : « Malheur à toi Huyayy ! Tu es un porte-malheur ! J’ai conclu un pacte avec Muhammad et je ne briserai pas ce qui est entre moi et lui ; je ne vois de lui que la fidélité et la véracité. » Huyayy dit : « Malheur à toi, ouvre-moi, et laisse-moi te parler ». Ka’b répondit : « Je n’ouvrirai point. » Huyayy dit : « Je te jure que tu n’as pas fermé ta porte contre moi que parce que tu as peur que je mange avec toi de ta jashîshah [aliment fait de blé concassé]. » Cette parole mit Ka’b en colère, et il ouvrit la porte. Huyayy lui dit : « Malheur à toi, Ka’b ! Je t’ai apporté la puissance invincible et une mer d’hommes ; je t’ai apporté Quraysh avec ses généreux et ses notables, et je les ai fait descendre là où les lits de torrents de Rumâh se rencontrent, je t’ai apporté les Ghatafân avec leurs généraux et ses notables, et je les ai fait descendre à la queue de Naqmah à côté de la montagne de ‘Uhud. Ils se sont engagés devant moi de ne pas partir qu’après avoir anéanti Muhammad et ses partisans.

Ka’b lui dit : « Par Dieu ! Tu m’as apporté l’humiliation éternelle, et un nuage qui ne contient pas de pluie et qui fait des tonnerres et des éclairs sans qu’il contienne d’eau. Malheur à toi, ô Huyayy ! Laisse-moi tranquille, car je ne vois de Muhammad que la fidélité et la véracité. »

Mais Huyayy ne cessa pas d’user de stratagèmes avec Ka’b jusqu’à ce que celui-ci se laisse convaincre, tout en mettant comme condition que si Quraysh et Ghatafân se retiraient et partiraient sans atteindre Muhammad, il entrerait dans le fortin de Huyayy afin qu’il eût le même sort que lui. Alors Ka’b viola son engagement (vis-à-vis de Muhammad) et se défit de la convention qu’il a eue avec l’Envoyé d’Allah.

Lorsque cette nouvelle fut communiquée à l’Envoyé d’Allah et aux musulmans, l’Envoyé d’Allah envoya Sa’d ibn Mu’âd (…) qui était alors le chef des Khazraj et avec eux Sa’d ibn ‘Ubâdah (…) en leur disant : « Allez voir si cette nouvelle est vraie ou non. Si c’est vrai, faites-moi signe que je comprenne et ne démoralisez pas mes gens. Mais si cette nouvelle est fausse et que ces gens-là (les juifs) restent fidèles à leur engagement vis-à-vis de nous, alors dites-le aux hommes. »

Ils partirent et arrivèrent aux juifs et trouvèrent qu’ils étaient pires que ce qu’on rapporta de leur attitude : en effet, ils insultaient l’Envoyé d’Allah et disaient : « Mais qu’est-ce que c’est que cet Envoyé d’Allah ?! Nous n’avons aucun engagement vis-à-vis de Muhammad ni aucune convention. » S’ad ibn Mu’âd les insulta et ils l’insultèrent. (…) Sa’d ibn Mu’âd et Sa’d ibn ‘Ubâdah et ceux qui les accompagnaient allèrent à l’Envoyé d’allah, le saluèrent et lui dirent : « Ils ont comme ‘Adal et al-Qârah » – c’est-à-dire qu’ils ont trahi comme ‘Adal et al-Qârah ont agi avec perfidie contre les gens d’al-Rajî.

(…)

L’Envoyé d’Allah et en face de lui les polythéistes sont restés aux bords du fossé durant plus de vingt nuits, presqu’un mois, sans qu’aucun combat ne s’engageât entre eux, sinon l’échange de flèches et l’état de siège. (…) Ibn Ishâq dit : L’Envoyé d’Allah et les musulmans tenaient donc bon, tandis que leur ennemi les assiégeait, et sans qu’il y ait de combat entre eux.

(…)

Nu’aym ibn Mas’ûd (…) ibn Ghatafân vint à l’Envoyé d’Allah et lui dit : « Ô Envoyé d’Allah ! J’ai embrassé l’islam, mon peuple ne sait pas que je suis devenu musulman. Ordonne-moi de faire ce que tu voudras. » L’Envoyé d’Allah lui dit : « Tu n’es qu’un seul homme parmi nous. Essaie de faire défection les uns aux autres de nos ennemis afin qu’ils partent, si tu peux. Car la guerre est une ruse. »

(…)

La nuit de samedi du mois de Shawwâl an V, Dieu a fait que Sufyân ibn Harb et les chefs des Ghatafân ont envoyé aux Banû Qurayzah ‘Ikrimah ibn Abî Jahl avec un groupe de gens de parmi les Quraysh et les Ghatafân qui leur ont dit : « Nous ne pouvons pas demeurer ici longuement. Nos chameaux et nos chevaux ont péri. Allez donc au combat afin que nous l’engagions avec Muhammad et d’en finir avec lui. » Les juifs leur envoyèrent dire : « Ce jour est un samedi et nous n’y travaillons pas. Quelques-uns de nos ancêtres y ont travaillé ; et il leur arriva ce que vous n’ignorez pas. D’ailleurs nous ne combattrons Muhammad à vos côtés que si vous nous donnez par avance des otages de parmi vos hommes, qui seront entre nos mains comme garantie pour nous. Car nous craignons que, si la guerre pèse lourdement sur vous, et que le combat vous devienne atroce – vous ne retourniez vite à vos pays et que vous nous abandonniez, ce qui laissera l’homme (Muhammad) demeurer dans notre ville, et dans ce cas, nous ne pouvons pas lui tenir tête. »

(…)

Les Quraysh et les Ghatafân refusèrent ; et Dieu a mis la dissension entre eux, et envoya un vent (violent) durant des nuits pluvieuses et très froides qui renversa leurs marmites et leurs camps.

(…)

Abû Sufyan dit : « Ô gens de Quraysh ! Vous n’êtes pas ici dans une maison de demeure. Les chevaux et les chameaux ont péri ; Banû Qurayzah n’a pas tenu sa promesse avec nous et nous n’avons appris de leur part ce que nous détestons. Nous avons souffert de la violence du vent ce que vous voyez : aucune marmite n’est à sa place, aucun feu ne s’allume, et aucune tente ne tient bon. Partez donc ; moi je pars. »

(…)

Les Ghatafân eurent connaissance de ce que les Quraysh avaient fait et ils retournèrent vite à leur pays. Ibn Ishâq dit : Le lendemain, l’Envoyé d’Allah quitta le fossé et rentra lui et les musulmans à al-Madinah et déposèrent leurs armes.

Vers midi, Gabriel (l’archange) vint à l’Envoyé d’Allah selon ce que m’a rapporté al-Zuhrî – coiffé d’un turban de soie et monté sur une mule sur laquelle il y avait un « bât » couvert d’une couverture en brocart. Il dit à l’Envoyé d’Allah : « As-tu déposé les armes ? » L’Envoyé d’Allah lui répondit : « Oui ». Gabriel dit : « Mais les anges n’ont pas encore déposé les armes. Je reviens maintenant après avoir poursuivi ces gens (Quraysh et Gharafân). Dieu Très Haut t’ordonne, Ô Muhammad, de marcher contre Banû Qurayzah, moi je me dirige vers eux et je secouerai leurs fortins. »

Suit l’attaque des juifs par Mahomet, leur reddition, leur emprisonnement et finalement le massacre des 600 à 900 prisonniers juifs, décapités sur le bord du fossé de Médine par Mahomet et les musulmans comme l’indique la Sîra : « Le Prophète ne cessa de les égorger jusqu’à leur extermination totale. »

Bataclan : les services secrets français ont laissé faire…

13 novembre 2015 :

Bataclan 151113

La Carillon 151113

Rappelons-nous qu’en janvier 2015, Tariq Ramadan était intervenu pour évoquer son « questionnement » au sujet des attentats de Charlie et sur le rôle des services secrets français qui auraient « laissé faire », propos quand même ahurissant :

Tariq Ramadan Salut les terriens janvier 2015

Tariq Ramadan Complot janvier 2015

Va-t-il nous faire la surprise d’une nouvelle saillie drolatique sur les terribles attentats du 13 novembre ? Tariq Ramadan va-t-il de nouveau aller expliquer aux familles des 129 morts et de la multitude de blessés que tout cela, c’est la faute des autorités françaises ?

Suspense…

Et qu’en pensent la LICRA, le MRAP et autre officines de la bien-pensance unilatérale  ?

Jihad : Les faits relatés par la Sîra

Le jihad (combat armé dans la voie d’Allah) étant l’exact opposé d’une religion d’amour et de paix, cette question crée une grande crispation quand elle est posée aux théologiens musulmans (du moins en Occident). Avant de voir quelles réponses ces personnes apportent, il est bon de revenir aux faits tels qu’ils sont précisément relatés par la Sîra, reconnue par tous les musulmans.

L’omniprésence de la guerre à compter de la déclaration du jihad (période médinoise de 622 à 632) pourra étonner certains lecteurs : le mieux est sans doute d’aller consulter la Sîra pour se faire soi-même une idée de la chose. De la date du début de la préparation du jihad à la conquête de La Mecque, ce qui représente 500 pages dans la Sîra complète de M. Badawî, on dénombre environ 450 pages consacrées à la description de la guerre (batailles, expéditions, alliances, traitements de captifs, répartition du butin, meurtres divers,…). La consultation de la table des matières de la Sîra conduit à identifier sur cette période plus de 25 sections relatives à la guerre (avec les mots bataille, campagne, razzia, conquête,…), ainsi que quatorze sections relatives à des meurtres. Voici à titre d’exemple deux pages du sommaire de la Sîra de M. Badawî :

Extrait Sommaire Badawi

Ce jihad peut d’ailleurs rappeler, comme on le verra dans certaines situations, les pratiques des anciens temps bibliques consistant à tuer les mâles et à s’approprier le reste (femmes, enfants, biens) en butin (cf. Deutéronome 20, 10-14). À cet égard, la Sîra indique que c’est précisément ce que signifie le verset :

Coran, sourate 33, verset 26 : « (…) Il [Allah] a jeté l’effroi dans leurs cœurs ; un groupe d’entre eux vous tuiez [ndlr les mâles], et un groupe vous faisiez prisonniers [ndlr les femmes et les enfants]. »

On ne peut que recommander la lecture elle-même de la Sîra, dans la version courte (Atallah) ou in extenso (Badawî). Pour une vision synthétique quoique détaillée, vous pouvez vous reporter à l’ouvrage « L’islam de France (et d’Europe) : un message de paix ? » figurant dans la page « Objectif du site ». Voici son sommaire à titre d’illustration pour la partie de l’ouvrage consacré au jihad :

Extrait Sommaire Islam de France

Mahomet pouvait conduire lui-même le jihad et se battre sur le champ de bataille, ou bien envoyer ses troupes. La participation active de Mahomet dans certains combats ne fait aucun doute. La Sîra indique par exemple qu’un jour Mahomet rentra chez lui et donna à sa fille Fatima son épée en lui disant : « Lave le sang qui s’y trouve, ma fille. En effet, elle m’a bien servi aujourd’hui. »

On peut noter que ce jihad mené par Mahomet, caractérisé par des événements très différents (victoires, défaites, trêves), n’a pas correspondu à une extension progressive constante et linéaire de l’islam, mais semble avoir subi les aléas classiques du développement historique avec des événements favorables et défavorables.