La condamnation des juifs dans l’islam

La condamnation doctrinale des juifs est très présente dans le Coran, les juifs étant accusés d’avoir perverti ou falsifié le message de Dieu. À compter du moment où Mahomet eut perdu l’espoir de convertir les juifs de Médine, elle fut accompagné par des appels à la violence dépourvus d’ambiguïté (se reporter également à l’article sur l’Extermination des Banu Quraydha).

Coran sourate 2, verset 75 : « Comment pouvez-vous espérer, musulmans, que de pareils gens [ndlr les juifs] partageront votre foi, alors qu’un groupe d’entre eux, après avoir entendu et compris la parole d’Allah, la falsifia sciemment ? »

Coran, sourate 4, verset 155 :  « Nous les avons maudits car ils ont rompu l’alliance, car ils ont été incrédules aux signes d’Allah, car ils ont tué injustement des prophètes, et parce qu’ils ont dit : « Nos cœurs sont incirconcis ». Non ! Allah a scellé leurs cœurs à cause de leur incrédulité ; rares sont donc ceux qui croient. »

Coran, sourate 5, verset 63 : « Pourquoi les rabbins et les docteurs de la Loi ne les empêchent-ils pas de tenir des propos mensongers et de manger des gains illicites ? Que leurs actions sont donc mauvaises ! »

Coran, sourate 5, verset 64 : « Les Juifs disent : « La main d’Allah est fermée ! » Que leurs propres mains soient fermées et qu’ils soient maudits à cause de leurs paroles. Au contraire, ses deux mains sont largement ouvertes et Allah distribue ses dons comme Il veut. Certes, ce qui a été descendu vers toi de la part de ton Seigneur fait beaucoup croître en eux la rébellion et l’incrédulité. Nous avons suscité parmi eux l’inimitié et la haine jusqu’au jour de la résurrection. Chaque fois qu’ils allument un feu pour la guerre, Allah l’éteint. Ils s’efforcent de semer le désordre sur la terre, alors qu’Allah n’aime pas les semeurs de désordre. »

Coran, sourate 62, verset 5 : « Ceux qui ont été chargés de la Torah mais qui ne l’ont pas appliquée sont pareils à l’âne qui porte des livres. Quel détestable exemple que celui de ces gens qui traitent de mensonges les versets d’Allah. Allah ne guide pas les gens injustes. »

La Sîra rapporte l’événement suivant : « Mahomet avait dit : « Tuez tout homme juif dont vous vous emparez. » Alors, Muhayyisah ibn Masûd sauta sur Ibn Sunaynah, un commerçant juif qui le fréquentait, faisait du commerce avec lui et le tua. Huwaysah ibn Masûd n’était pas encore musulman et était plus âgé que Muhayyisah. Quand Muhyyisah tua Ibn Sunaynah, Huwaysah se mit à battre Muhayyisab en disant : « ô ennemi de Dieu ! L’as-tu tué ? Peut-être y a-t-il de la graisse dans son ventre qui vienne de son argent ! » Alors Muhayyisah répondit : « Je jure par Dieu que celui qui m’a ordonné de le tuer est quelqu’un qui, s’il m’ordonne de te tuer, je te couperai le cou ». Cette phrase fut la cause de la conversion de Huwaysah à l’islam. En effet, Huwaysah lui dit : « Ah ! Si donc Muhammad t’ordonne de me tuer, tu me tueras ? ! » Muhayyisah répondit : « Oui, certes. Je jure par Dieu que si Muhammad m’ordonne de couper ton cou, je le ferai. » Alors Huwaysah dit : « Une religion qui te rend ainsi est quelque chose d’extraordinaire ! » Et Huwaysah a (aussitôt) embrassé l’islam. »

Pour l’islam, les juifs sont responsables de leur sort car comme le rappelle Jacqueline Chabbi : « Si les juifs médinois ne croyaient pas en Mahomet, c’est qu’avec une obstination coupable, ils avaient trahi leur propre cause. La divinité avait pourtant tenté de les remettre à plusieurs reprises sur le bon chemin. »

Rien d’étonnant donc à ce que la Tradition authentique (Bukhari) rapporte le propos suivant de Mahomet : « Vous combattrez les juifs au point que si l’un d’entre eux se cache derrière une pierre, la pierre dira : serviteur d’Allah ! Voilà un juif derrière moi : tue-le ! ».

L’extermination des juifs Banû Quraydha par Mahomet

Les Banû (« fils de ») Quraydha était la plus grande des tribus juives de Médine. Elle fut exterminée par Mahomet comme le relate précisément la Sîra :

« Le même jour, à midi, Gibrîl vint voir le Prophète. L’ange, coiffé d’un turban de soie, était sur une mule dont le bât était couvert de brocart :
–  Envoyé de Dieu, demanda Gibrîl, tu as donc déposé les armes ?
–  Les anges ne l’ont pas encore fait. Dieu t’ordonne, Muhammad, d’aller combattre le clan juif des Banû Quraydha. Moi-même j’y vais de ce pas et j’ai l’intention de faire trembler la terre sous leurs pieds.
(…)
S’approchant des fortins, le Prophète cria aux Quraydha : « Frères de singes, vous n’avez pas encore connu, je le vois, l’humiliation et la vengeance de Dieu. Vous allez la connaître !
(…)
Le Prophète ordonna de tuer tous les hommes des Banû Quraydha, et même les jeunes, à partir de l’âge où ils avaient les poils de la puberté.
Le Prophète ordonna de faire descendre de leurs fortins les Banû Quraydha et de les enfermer dans la maison de Bint al-Hârith. Il alla ensuite sur la place du marché de Médine, la même que celle d’aujourd’hui [ndlr époque d’Ibn Hichâm], et y fit creuser des fossés. Puis il fit venir les Banû Quraydha par petits groupes et leur coupa la gorge sur le bord des fossés.
Parmi eux, il y avait Huyayy ibn Akhtab, l’ennemi de Dieu, et ka’b ibn Asad, le chef des Quraydha. Ils étaient six à sept cents hommes. On dit même huit cents et même neuf cents. Pendant qu’ils étaient amenés sur la place par petits groupes, certains juifs demandèrent à Ka’b, le chef de leur clan :
–  Que va-t-on faire de nous ?
–  Est-ce que cette fois vous n’allez pas finir par comprendre ? Ne voyez-vous pas que le crieur qui fait l’appel ne bronche pas et que ceux qui sont partis ne reviennent pas ? C’est évidemment la tête tranchée !
Le Prophète ne cessa de les égorger jusqu’à leur extermination totale. »