Le massacre des harkis par l’A.L.N. et le F.L.N. (rappel)

À la suite des accords d’Évian, environ 80.000 harkis, avec femmes et enfants, ont été volontairement abandonnés en 1962 par l’État français et ont été livrés totalement désarmés, dans l’impossibilité de défendre leur vie et celle des leurs, à l’A.L.N. au F.L.N..

Louis Joxe, secrétaire d’État auprès du Premier ministre chargé des Affaires algériennes du 22 novembre 1960 au 28 novembre 1962, a endossé la lâcheté ignominieuse de l’État français. Quelques télégrammes en devoir de mémoire :

12 mai 1962 : « Il me revient que plusieurs groupes d’anciens harkis seraient récemment arrivés en métropole. Je vous communiquerai dès qu’ils seront en ma possession les renseignements précis sur l’importance et l’origine de ces groupes ainsi que, si possible, sur responsables de leur mise en route. Dès maintenant toutefois je vous prie : primo d’effectuer sans délai enquête en vue déterminer conditions départ d’Algérie de ces groupes incontrôlés et sanctionner officiers qui pourraient en être à l’origine. »

16 mai 1962 : «Ministre d’Etat demande à Haut-commissaire de rappeler que toutes les initiatives individuelles tendant à installer métropole français musulmans sont strictement interdites. En aviser d’urgence tous chefs de SAS et commandants d’unités. »

15 juillet 1962 : « Vous voudrez bien faire rechercher tant dans l’armée que dans l’administration les promoteurs et les complices de ces entreprises de rapatriements et faire prendre les sanctions appropriées. Les supplétifs débarqués en métropole en dehors du plan général (totalement inexistant) seront renvoyés en Algérie. Je n’ignore pas que ce renvoi peut être interprété par les propagandistes de l’OAS comme unrefus d’assurer l’avenir de ceux qui nous sont restés fidèles. Il conviendra donc d’éviter de donner la moindre publicité à cette mesure. »

Si l’islam a un secret, ce n’est sans doute pas celui qu’on croit

Les hommes de médias savent que, compte tenu de l’épouvantable médiocrité de la nature humaine, le sensationnalisme paie souvent. Ne voit-on pas toutes ces chaînes de télévision ou ces radios se vautrer pendant des heures dans la fange des catastrophes naturelles ou autres accidents épouvantables, n’ayant pourtant rien d’intelligent à en dire ?

Pour élever le débat et sortir des sentiers battus, mieux vaut se tourner vers ceux qui ont vraiment des choses à dire et dont le courage leur permet de passer outre aux tabous et aux menaces, par exemple : Radio Courtoisie (à la radio, ou sur internet dans les régions où le CSA réussit à la censurer, des tentatives d’étouffement étant toujours en cours aujourd’hui au nom sans doute de la liberté d’expression), « Répliques » sur France Culture avec Alain Finkielkraut, la revue « Éléments », ou encore (il faut l’espérer) la prometteuse émission de Frédéric Taddéi « Interdit d’interdire » sur l’abominable média Russia Today France « RT France » (car non contrôlé par le gouvernement français ou ses oligarques inféodés et où ne sévissent pas les journalistes français aux ordres de la macronie ou de la bien-pensance altermondialiste). Car, dans tout cela, seule compte la défense de la liberté d’expression.

Le sensationnalisme (morbide, sentimental, historique, etc.) marque aussi de son empreinte le monde de l’édition. Si un titre se doit d’être accrocheur, il faut savoir rester raisonnable ; or l’outrance se porte bien. En particulier, combien de « secrets » ne sont-ils pas censés être révélés par des livres, des émissions de radio ou de télévision ? Car pour tenter de pousser sa notoriété au niveau où son égocentrisme frustré l’appelle, l’auteur médiocre doit se distinguer par la nouveauté à tout prix du propos, voire la révélation d’un « secret », en couronnant le tout si possible d’un soupçon de complotisme face à « l’histoire officielle » .

Malheureusement, la réalité est souvent plus triviale. Dans un précédent article, j’ai attiré l’attention du lecteur sur un constat évident et important rappelé par Jérémy Ferrari, le seul humoriste français qui ait probablement jamais lu le Coran avec un minimum d’application : la plupart des musulmans ne connaissent pas leurs propres textes sacrés.

Jérémy Ferrari 2013 Connaissance du Coran

Quiconque lit sérieusement – et avec un tant soit peu d’esprit critique naturellement – le Coran et les hadiths a de grandes chances d’en venir à la conclusion que l’islam n’est pas une religion de prix Nobel. Les multiples contradictions de la doctrine, la régurgitation incompréhensible et inutile de l’histoire biblique dans le Coran, la pauvreté spirituelle du propos qui se résume peu ou prou, en tout et pour tout, à l’unicité d’Allah (« tawhid »), la substitution d’une richesse de pensée par la multiplication de rituels qui enrégimentent le croyant jusqu’à aboutir à une forme de claustration mentale (mais qui peut apporter une certaine sérénité et donc du bonheur), l’absence de réflexion et d’un véritable esprit critique : ne serait-ce pas cela en réalité le vrai secret de l’islam ?

C’est sans doute ce qu’Alfred de Musset a ressenti et exprimé, avec l’esprit de son époque, lorsqu’il écrivit le poème « Namouna », dont voici un extrait :

« Lecteur, si tu t’en vas jamais en Terre sainte,
Regarde sous tes pieds : tu verras des heureux.
Ce sont de vieux fumeurs qui dorment dans l’enceinte
Où s’élevait jadis la cité des Hébreux.
Ces gens-là savent seuls vivre et mourir sans plainte :
Ce sont des mendiants qu’on prendrait pour des dieux.

Ils parlent rarement, — ils sont assis par terre,
Nus, ou déguenillés, le front sur une pierre,
N’ayant ni sou ni poche, et ne pensant à rien.
Ne les réveille pas : ils t’appelleraient chien.
Ne les écrase pas : ils te laisseraient faire.
Ne les méprise pas : car ils te valent bien.

C’est le point capital du mahométanisme
De mettre le bonheur dans la stupidité.

Que n’en est-il ainsi dans le christianisme !
J’en citerais plus d’un qui l’aurait mérité,
Et qui mourrait heureux sans s’en être douté !
Diable ! j’ai du malheur, — encore un barbarisme.

On dit mahométisme, et j’en suis bien fâché.
Il fallait me lever pour prendre un dictionnaire,
Et j’avais fait mon vers avant d’avoir cherché.
Je me suis retourné, — ma plume était par terre.
J’avais marché dessus, — j’ai souillé, de colère
Ma bougie et ma verve, et je me suis couché. »

Or, habitués à débattre avec le secours de la raison, les Occidentaux semblent incapables de comprendre le phénomène de l’islam auquel ils sont confrontés. Cette propension en islam à répéter sans esprit critique des maximes et des comportements enseignés par tradition explique sans doute en grande partie pourquoi le dialogue raisonné avec la masse des musulmans est impossible : d’autant que confronter les musulmans à leurs propres textes sacrés et notamment à la biographie (Sîra) de Mahomet (qui fournit une description épouvantable de cet individu) est proprement insoutenable, ce qui conduit presque à coup sûr le mécréant trop critique à se voir – sans argumentation (l’expérience le confirmera immédiatement aux novices qui voudraient tenter l’expérience) – accuser de mensonge ou à subir une agressivité immédiate rendue prétendument légitime par des propos ressentis comme blasphématoires à l’égard du « Prophète » (un simple « mauvais regard » pouvant même justifier des mesures punitives en raison sans doute de la douleur provoquée par la mise à nu visuelle de cette infirmité spirituelle).

Cela étant, les musulmans, entretenus dans le culte de la vengeance post-coloniale par des Occidentaux en mal d’identité, frappés par le flux et le reflux d’une évolution sociétale qui ne leur propose en France aujourd’hui d’autres perspectives que la déferlante de l’homosexualité que l’islam abomine – suivie de près par ses rejetons que sont la P.M.A. et la G.P.A. – et qui s’accompagne de la dévirilisation sociale et sexuelle de l’homme dans un climat d’hystérisation féministe,

la multiplication délirante des « genres » issue d’une pathologie psychologique qui va jusqu’à contester les réalités biologiques les plus élémentaires, la laïcité laïcarde et athée qui n’offre plus aujourd’hui de vision du monde autre que la satisfaction de son égocentrisme jouisseur sans entraves, n’ont a priori aucune raison d’échanger leur islam fruste et pétri de contradictions contre l’inexistence des valeurs d’une société déboussolée, d’autant que judaïsme et christianisme n’ont rien de leur côté à leur proposer aujourd’hui : le judaïsme du « peuple élu » reste une religion  exclusive et non prosélyte, centrée sur son arrogance et son égocentrisme « aristocratique » ; quant au christianisme en décomposition en Europe de l’ouest, il n’ose même plus être lui-même par œcuménisme pour ne pas « froisser » ce très cher islam, ou par crainte de possibles représailles sur les chrétiens d’Orient. Face à une telle décadence, pourquoi l’islam occidental irait-il se renier pour « rien » ? Il vaut mieux encore être borgne qu’aveugle.

Cette claustration mentale que l’islam impose à ses fidèles conduit ainsi en pratique à une cristallisation identitaire et ethnique qui a néanmoins du bon pour le croyant musulman car elle le délivre de l’anxiété du questionnement spirituel et moral et le rassure dans ses choix, la soumission à Allah (« Inch Allah ») étant la réponse à tout et gage de salut. Au train où vont les choses reste à savoir quand islam et LGBT, les deux courants en vogue en ce moment en France, vont s’embrasser sur la bouche pour se donner le baiser de la mort.

Homosexualité et islam : un pacte germano-soviétique ?

Face à l’apathie du judaïsme et du christianisme au regard de la promotion institutionnelle de l’homosexualité en France aujourd’hui, on peut se demander ce qu’il va en être avec l’islam, qui considère également l’homosexualité comme une abomination. Certes l’islam profite à plein aujourd’hui de la défense de toutes les « diversités » pour revendiquer pour sa part contre la société laïque l’autorisation du port du voile islamique en toutes occasions, ainsi que de la burqa (la loi n’étant d’ailleurs pas appliquée comme chacun peut le constater), la séparation des hommes et des femmes dans certains lieux publics (ex. piscine) via des horaires adaptés, etc. Mais qu’en sera-t-il lorsque l’islam aura eu raison d’ici quelques années de cette laïcité française moribonde ? L’islam va-t-il faire « ami-ami » avec la ligue LGBT ? Ne pourrait-on pas déjà tenter l’expérience d’aller planter des drapeaux LGBT (qui poussent comme des champignons aujourd’hui dans le quartier du Marais) à Saint-Denis ou à Aubervilliers, juste pour voir ?

Pour comprendre l’évolution de notre société et ce qui, pour certains, constitue de simples fredaines ou même un comportement devenu anodin puisque objet de littérature, il peut être utile de relire l’autobiographie « La mauvaise vie » écrite par Frédéric Mitterrand, qui y décrit le tourisme homosexuel qu’il pratiquait en Thaïlande (notamment dans le quartier de Patpong à Bangkok), profitant de la misère de certains couches de la population thaïlandaise réduites à ce triste commerce, celui-ci n’ayant visiblement pas trouvé en France le matériel et l’exotisme qu’il recherchait. Et si Frédéric Mitterrand a nié des penchants pédophiles, on peut s’interroger sur les sentiments qu’il nourrissait à l’égard non pas de ceux qu’il aurait pu appeler « de beaux hommes » mais qu’il appelait ses « garçons ».

Il est important de noter que ce livre a été publié aux éditions Robert Laffont en mars 2005. Les mœurs de Frédéric Mitterrand ainsi rendues publiques n’ont semble-t-il pas handicapé sa nomination comme directeur de l’Académie de France à Rome (2008-2009) puis surtout sa nomination comme ministre de la Culture et de la Communication pendant 3 ans (juin 2009 à mai 2012), c’est-à-dire comme représentant devant le monde des valeurs françaises, dans un contexte de valorisation de l’homosexualité qui s’est finalement conclu par l’adoption en 2013 de la loi autorisant le mariage homosexuel.

PS : On attend avec impatience l’autobiographie de son comparse Jack Lang !

Les extraits ci-dessous sont tirés du chapitre intitulé « Bird » (pages 293 à 344) du livre susmentionné :

Dans chaque club, les garçons se tiennent sur la scène très éclairée par petits groupes de quatre ou six ; ils portent la tenue distinctive de l’établissement et de sa spécialité, minimale et sexy : maillot 1900 à bretelles ou cycliste pour les athlètes, boxers shorts, slips, strings pour les minets ou pseudo-voyous, les follassons ont droit à des mini-jupes. Ils demeurent immobiles, silencieux, corps bien droit et jambes légèrement écartées, l’air absent ou souriant selon la classe du club où la catégorie supérieure demanderait plutôt qu’ils se montrent impassibles, au moins en début de soirée, et tous le regard perdu vers la semi-obscurité de la salle en contrebas, la pénombre d’où la clientèle les observe en se faisant servir des verres. Le numéro est accroché à l’aine, en évidence. La plupart d’entre eux sont jeunes, beaux, apparemment épargnés par la dévastation qu’on pourrait attendre de leur activité. J’apprendrai plus tard qu’ils ne viennent pas tous les soirs, sont souvent étudiants, ont une petite amie et vivent même parfois avec leur famille, qui prétend ignorer l’origine de leur gagne-pain.

(…)

Quand l’un des serveurs vient leur glisser à l’oreille qu’ils ont été choisis, ils cochent une petite case sur un tableau avant de se diriger vers le bar d’un air parfaitement dégagé et les autres garçons se gardent poliment de commenter la transaction qui s’ébauche.

(…)

Une fois que la réservation a été confirmée, après une présentation qui s’éternise rarement, le garçon se rhabille prestement en coulisses, et revient ; il n’y a plus qu’à régler les consommations, la commission au club due par le client et à sortir au milieu des courbettes, des marionnettes grimaçantes qui font office de loufiats et lancent d’une voie suraiguë : « Good night Sir, see you again ». On peut prendre deux garçons, ou même plusieurs, aucune objection la réponse est toujours : « I want you happy ». Contrairement à une assertion généralement colportée, il y a peu de ruines sexuelles occidentales parmi le public, la clientèle est en majorité locale, d’âge moyen, bien convenable et sort en bande légèrement arrosée au whisky-coca.

(…)

Il existe certainement des établissements de ce genre ailleurs qu’enThaïlande ; Amsterdam ou Hambourg ; mais j’ai mis trop longtemps, je viens de trop loin, je dois absolument continuer, pousser bien plus en avant pour parvenir à mes fins ; je ne veux pas courir le risque de rencontrer des garçons qui m’en rappelleraient d’autres, d’être confronté à des situations qui resteraient familières, d’entendre des paroles que je pourrais comprendre. Il me faut l’inconnu, la terre étrangère, le pays sans repère. Là où on ne saura jamais rien de moi, il existe une chance, si ténue soit-elle, que j’obtienne l’abandon et l’oubli, la rupture des liens et la fin du passé. Le choix.

(…)

Mon garçon enlève brusquement son tee-shirt comme il doit le faire au sport sans même se rendre compte de la grâce virile de son mouvement et il secoue la tête pour remettre en place ses cheveux ébouriffés par l’encolure. Cette vision me tétanise un peu plus tandis que je l’observe depuis la porte ; je suis incapable de m’approcher de lui, de desserrer l’étau qui m’écrase la nuque et de maîtriser les frissons qui me prennent. J’avais oublié depuis longtemps des sensations si violentes. Bizarrement, il a plus de mal à retirer son pantalon et son caleçon américain, il évite mon regard, un fond de pudeur, une ombre d’inquiétude peut-être devant mon comportement qui doit lui paraître exagéré, insolite.

(…)

Tout est impeccable, aussi bien dessiné que le reste. D’où vient cette légende qui voudrait que leur sexe soit d’une taille ridicule ? Je peux attester du contraire même si je ne suis pas un fanatique des comparaisons superlatives qui occupent tant les conversations de certains pédés. Je sors de ma stupeur, je pose sur ses habits quelques billets défroissés, nettement plus que la juste somme indiquée par le manager du club, mais il ne semble pas y prêter attention. Aussi étrange que cela puisse paraître, la prostitution est un tabou dans ce pays, à tel point que le mot qui pourrait la désigner n’existe même pas.

(…)

Avec un petit signe de la main, il m’indique la salle de bains, passe devant mois sans me toucher, déchire d’un coup de dents l’étui de cellophane qui emballe les serviettes et le gant de toilette et commence à se doucher en m’invitant de la tête à le suivre.

(…)

Je me déshabille et le rejoins sous la douche ; au cas où il se poserait encore des questions sur l’effet qu’il me fait, elles n’ont plus de raisons d’être et il me savonne gaiement, cette fois bien rassuré.

(…)

Nous nous essuyons avec mille précautions ; il suffirait d’un rien pour que mon corps me trahisse et que j’en aie fini. D’un seul coup. Je ne sais pas s’il pense comme moi que ce serait trop bête mais il admet tout à fait que je prenne mon temps et il me laisse l’initiative. Je n’ose pas encore l’embrasser, mais je le caresse, je le touche et il en fait autant. Nous regagnons la chambre ; ils ont décidément tout prévu, un rhéostat permet de tamiser les lumières. Alors que nous sommes étendus, je tente un baiser sur les lèvres du garçon, j’avais bien tort d’hésiter, il embrasse merveilleusement bien, sans doute avec la même adresse qu’avec sa copine, il y revient autant que je le souhaite, lèvres fraîches, langue en profondeur, salive salée de jeune mâle sans odeur de tabac ni d’alcool. Sa peau est d’une douceur exquise, son corps souple se plie quand je l’effleure et quand je le serre et j’ai l’impression qu’il éprouve du plaisir en quelque endroit que je le touche. Le fait que nous ne puissions pas nous comprendre augmente encore l’intensité de ce que je ressens et je jurerais qu’il en est de même pour lui. Ce qui ne m’empêche pas de parler, de lui dire des mots tendres, qu’il reprend à la volée et répète en désordre avec de grands rires. Il me lèche avec une délicatesse extraordinaire et je vois sa nuque, son dos, son cul dans la glace au plafond, la masse aux reflets bleus de ses cheveux quand je baisse la tête pour regarder son visage si attentif à ce que j’éprouve. Je ne sais d’où il a sorti les capotes, mais il nous les enfile en un clin d’œil et avec une dextérité de voleur à la tire. C’est lui qui décide désormais, et ça se complique un peu ; son corps me tient tout entier, son sourire découvre ses dents serrées, ses yeux sont fixés dans les miens, mais sans aucune dureté dans le regard ; avec une lueur de ruse malicieuse et de joie comme s’il s’étonnait le premier de ce qu’il est en train de faire. Il y a des choses que je n’assume plus depuis une mauvaise expérience avec un Marocain, il y a trente ans dans un sauna. C’était un ouvrier immigré, assez beau gosse, qui ne pensait qu’à son plaisir et se vengeait de tout le reste, en bon macho, de la lutte des classes au bout du zob enfoncé jusqu’à la garde dans le cul des jeunes bourgeois. Il m’avait blessé, infecté d’une maladie, souffrance tenace et secrète dont j’ai mis des mois à me guérir. Je n’ai plus recommencé. Mais là, c’est différent, je n’ai même pas mal, je le laisse m’emmener où il veut, pourvu que ce soit avec lui ; il est devenu mon homme.

(…)

Je suis pris d’un sentiment immense de compassion et de tendresse à son égard, à le voir si docile et démuni, alors qu’il m’avait paru le plus libre et le plus fort de tous, le jeune roi des clubs couché avec un autre salaud de menteur étranger en attendant que cela passe ; ma honte comme un chagrin d’enfance glisse sur son silence et son corps nu, enveloppe ses pauvres vêtements si bien pliés sur la télévision et ne trouve pas les mots qu’il ne comprendrait pas d’ailleurs ; mon désir s’évanouit à la vitesse du skytrain qui le ramènera tout à l’heure vers sa banlieue pourrie, une poignée de bahts dans la poche à dépenser aussitôt en babioles inutiles. Dehors, j’entends les chauffeurs de taxi et les loufiats qui s’invectivent dans un bruit de crécelle ; je sens l’odeur d’essence et d’huile du parking qui dégorge du ventilateur. Il n’y a plus un soupçon de joie ni d’émotion dans cette chambre ripolinée de fausse clinique. Trente ans de mauvaise baise pour en arriver là. Je me retire gentiment, allons ce n’était qu’un jeu, rien de grave, nous n’aurons jamais de chance ; il s’essuie les yeux, les rouvre, se remet à sourire tandis que je me tourne de côté et plonge à toute allure, inerte, comme une pierre dans le miroir. A-t-il deviné que je l’ai vraiment aimé le temps d’un éclair et que j’ai eu tant pitié de lui, de moi de toute cette histoire qu’il ne m’était pas possible de continuer et de laisser comme ça dans un tel abandon. Pourtant, je le sens encore contre moi, il tapote de ses doigts le long de mon dos et gazouille des bouts de paroles en français qui ressemblent de moins en moins à celles de tout à l’heure. Il n’a sans doute rien senti, j’ai dû me raconter encore un de ces romans, nous voilà seulement revenus chacun dans notre monde. Après on s’est endormis. Tout de même, il avait dû se passer quelque chose pour qu’on se sente tellement épuisés. Quand on s’est quittés, les boîtes avaient fermé les marchands pour touristes faisaient un vacarme infernal en rangeant leur camelote dans les containers en fer.

(…)

En partant, il s’est retourné en me décochant une dernière fois son incroyable sourire et il m’a montré du doigt la petite rue du club, j’ai senti qu’il me donnait sans doute rendez-vous pour les autres soirs, et puis il a disparu très vite en me laissant à la nuit où je l’avais trouvé. Je suis reparti pour Paris quelques heures plus tard. Je pense souvent à lui, j’espère que personne ne lui a fait de mal ; chaque fois que je vais avec un garçon, je le revois au moins un instant, devant moi, dans l’affreuse chambre fermée comme un bunker et j’ai l’impression de le trahir, lui, là-bas, si loin, mon garçon de Patpong.

« Marche des fiertés » : certes, mais fierté de quoi précisément ? (suite)

En complément au précédent article http://islametoccident.fr/?p=4500 , une autre version, humoristique mais inspirée de faits bien réels, de l’évolution de notre société et de son rapport à la religion. Au-delà de l’humoriste, dont on connaît le caractère sulfureux et polémique, un débat sérieux ne mérite-t-il pas d’être ouvert ?

https://www.youtube.com/watch?v=yu01EqWa2O0

Pour comprendre l’islam, il suffit simplement de le lire : combien de fois faudra-t-il le répéter ?

On sait combien l’indolence et la légèreté des Français les conduisent à ignorer les conséquences de l’évolution religieuse qui est en train de bouleverser de fond en comble la structure culturelle de ce pays millénaire qu’est la France.

Pourtant, Dieu sait s’il est facile de s’informer aujourd’hui : Jérémy Ferrari, humoriste de profession, en fait la preuve éclatante dans ce sketch, tout à fait sérieusement documenté.

Jérémy Ferrari 2013

Les Français seraient-ils incapables de comprendre ce qu’un humoriste, doté toutefois d’un solide bon sens, énergique et volontaire, a évidemment compris ?

Mondial 2018 : la Licra contre Dieudonné

La LICRA, qui fait partie des institutions vouant un culte idolâtre à la « diversité », se réjouit régulièrement de ce qui peut mettre à mal l’identité blanche chrétienne qui a fait la France si l’on en croit l’obscur général de Gaulle, entre autres par le biais de la défense judiciaire de l’islam.

Le twitt publié par la fédération parisienne de cette institution comparant les équipes de France et de Croatie en finale du mondial 2018 a ainsi mis à jour un état d’esprit sectaire et détestable peu étonnant dans ce contexte mais qui est rarement dévoilé de façon aussi nette.

Cette bévue de communication, bien sûr condamnée immédiatement pour d’évidentes raisons politiques, conduit à s’interroger sérieusement sur la nature profonde de cette institution, par ailleurs totalement hostile au droit d’expression puisque favorable à toutes les dispositions législatives et réglementaires liberticides en ce domaine.

Il m’a donc paru intéressant et cocasse de mettre en regard de cette déclaration d’une extrême violence l’analyse d’un comique polémiste dont la négritude ne peut pas être contestée et qui, sur ce point précis, fait quelques constats intéressants, quand bien même ils pourraient paraître choquants à certains.

Mondial 2018 Dieudonné extraits

Comment va réagir l’islam face à l’homosexualité institutionnelle ?

L’islam condamne sévèrement l’homosexualité. Il sera intéressant de voir ce que l’avenir réserve étant donné la promotion institutionnelle de l’homosexualité qui envahit la société française comme on le voit de plus en plus à Paris mais aussi dans certaines grandes villes françaises : passages piétons, affiches, etc.

Simone Veil au Panthéon : l’assassinat des enfants à naître consacré parmi les grandes œuvres de l’humanité

  • La condamnation de l’avortement en islam

Selon le Conseil européen des fatwas et de la recherche, organisme chargé de la jurisprudence pour les musulmans vivant en pays de mécréance, l’islam condamne l’avortement même s’il admet le principe de gravité croissante de ce crime en fonction du temps.

En effet, le premier recueil de fatwas (éd. Tawhid, présentation par Yusuf Al-Qaradawi, préface de Tariq Ramadan, pages 126 et 127) de ce Conseil stipule : « L’avortement est illicite au regard de la sharî’a islamique, que ce soit au cours de la première période de grossesse ou après celle-ci, et le degré de gravité du péché évolue en fonction des étapes de la grossesse. Le degré de gravité est moindre au début de la grossesse qu’il ne l’est par la suite, et plus la grossesse est avancée, plus l’interdiction est affirmée. Lorsque la grossesse atteint 120 jours, l’interdiction devient absolue, car cela est assimilé à un meurtre qui nécessite le versement du prix du sang d’un montant de 500 dirhams ou environ 213 g d’or. La seule exception à cette interdiction peut être faite si la grossesse présente un danger pour la vie de la mère (…). »

En tout état de cause, la qualification morale de l’avortement et les règles de rachat du péché en islam sont issues de la loi de Dieu et non de celle d’un homme qui déciderait de la morale à sa guise, ce qui est totalement inacceptable car contrevenant à la toute-puissance de Dieu sur sa création.

Malek Chebel écrit de son côté : « L’avortement (ijhadh) est interdit en islam, mais il y a un consensus au sein de la communauté sur un point : si la vie de la mère est en danger, il faut accepter de sacrifier un fœtus de moins de 120 jours. À partir de 4 mois après la conception, le fœtus est considéré comme un être vivant. Mais, dans la mesure où les théologiens s’appuient sur un verset très complexe (sourate 17, verset 40), voire incompréhensible, l’exégèse moderne, l’herméneutique et, a fortiori, la compréhension exacte de la position du Coran sont encore à construire. Ce verset, le voici : « Votre Seigneur vous a-t-il favorisé en vous donnant des fils et s’est-Il réservé des filles parmi les anges ? Voilà bien des propos extraordinaires. » »

  • L’anéantissement progressif de la morale en Occident

NB : toutes les citations ci-dessous sont tirées du Journal Officiel de la République française.

La société occidentale a injecté le virus du confort pour tuer la morale. Le ver est dans le fruit : ce qui relève de l’idée d’une morale extérieure à la toute-puissance de l’individu, qui s’impose donc inconfortablement à l’homme, est rongé petit à petit, l’idée d’un autre ou d’un « tout » supérieur à l’homme – défendue par les grandes religions et spiritualités – étant de plus en plus méprisée ou ridiculisée.

Une des étapes emblématiques de cette vague en France a certainement été la légalisation de l’interruption volontaire de grossesse qui a rendu le meurtre légal dans certaines conditions, faisant de Simone Veil une redoutable compétitrice en matière d’assassinats de masse (mais silencieux cette fois) à côté de Hitler, Staline ou d’autres. Ce propos choque les âmes sensibles ? Mais n’est-il pas choquant que, depuis des années, plus de 200.000 enfants à naître soient liquidés chaque année en France par l’I.V.G., soit 2 millions tous les 10 ans !

Bien entendu, l’intention du législateur en 1974 n’avait rien à voir avec les sanglants dictateurs du XXème siècle, mais cette « solution » au problème soulevé par la simple maîtrise de la sexualité était-elle si différente dans ses conséquences finales une fois que la mort a fait son œuvre et que des vies ont été anéanties ? Ce n’est pas parce que le procédé mortel est silencieux qu’il en devient respectable. L’enfer peut être pavé des plus louables intentions.

Or, contrairement à ce que beaucoup d’ultras de la laïcité veulent faire accroire, la question de l’avortement n’est pas une question soulevée par des religions ringardes et dépassées. Oublions un temps la religion car il s’agit en tout premier lieu d’une question de conception de la morale qui dépasse toute théorisation religieuse du rapport de l’homme au monde.

La loi s’est en réalité parée des oripeaux de l’« humanité » pour déculpabiliser  des individus obnubilés par la chimère du bien-être, alors même qu’un enfant non désiré pouvait toujours être laissé aux soins de l’Assistance Publique. Il est ainsi atroce que Simone Veil ait pu déclarer : « Il me paraîtrait non seulement irréaliste mais inhumain de résoudre le problème de l’avortement en proposant aux femmes de mener leur grossesse à terme pour abandonner ensuite leur enfant à une autre femme. (….) Il serait impossible d’avancer une telle suggestion à une mère de famille ou même à certaines jeunes femmes car elles seraient dans l’incapacité totale de l’appliquer. »

Donc, pour résumé, plutôt tuer l’enfant à naître que de mettre chacun devant ses responsabilités et de laisser vivre un enfant dont la conception n’a pour autant été aucunement le fruit du hasard ; car, sauf preuve du contraire, les enfants n’arrivent pas portés par les cigognes.

Quant à l’argument du corps de la femme, il est moralement absurde comme le rappelait Emmanuel Hamel : « Il n’y a pas de différence absolue entre le fœtus parce qu’il est interne et le nouveau-né parce qu’il est externe ». Il est vrai également que passer par définition du stade d’innocent à celui d’assassin à un jour près permet d’atteindre les sommets de l’absurdité morale et juridique.

En réalité, les contradictions innées de la loi sur l’I.V.G. étaient clairement pointées dans le texte du projet de loi soumis à l’Assemblée Nationale : « On ne peut espérer que toutes les femmes décidées à interrompre leur grossesse renonceront à leur projet parce qu’elles auront été ainsi [au cours du délai de réflexion obligatoire de sept jours] éclairées. (…) Il n’est toutefois pas proposé d’admettre l’avortement parmi les actes médicaux remboursés par la Sécurité sociale, sauf, comme dès à présent, le cas d’avortement thérapeutique ».

Article L. L 162-1 : « La femme enceinte que son état place dans une situation de détresse peut demander à un médecin l’interruption de sa grossesse, laquelle ne peut être pratiquée qu’avant la dixième semaine de cette grossesse. En aucun cas l’interruption volontaire de la grossesse ne doit constituer un moyen de régulation des naissances. »

Simone Veil : « L’avortement doit rester l’exception, l’ultime recours pour des situations sans issue. » Or l’idée même de loi d’exception était moralement absurde et mensongère, et Simone Veil le savait parfaitement. Est donc arrivé ce qui était écrit : l’exceptionnel est évidemment devenu la norme.

Simone Veil a en réalité procédé à la déculpabilisation légale des parents meurtriers, étant pleinement consciente du caractère monstrueux d’une telle mesure dont elle savait pertinemment que sa généralisation était inévitable en dépit de ses remords : « J’ai insisté à plusieurs reprises sur le caractère dissuasif du projet. Je sais que je n’ai pas convaincu certains d’entre vous, mais je suis persuadée que la consultation que nous prévoyons [avant confirmation de la décision d’avorter] est essentielle. (…) Peut-être ne parviendra-t-on pas toujours à dissuader les femmes de recourir à l’avortement, mais du moins leur offrira-t-on un réconfort qui fera que l’entretien n’aura pas été inutile»

« Offrir un réconfort » : une délicate attention destinée à excuser le meurtre.

Pierre Joxe avait fait preuve à l’époque de plus d’honnêteté et n’avait pas hésité à faire tomber les masques en souhaitant dès le départ l’élargissement désastreux mais inévitable des conditions d’application de cette loi : « Il est évident qu’un jour, dans quelques mois, dans quelques années peut-être, l’avortement sera non seulement libre mais remboursé par la Sécurité sociale. Personne n’en doute. » Il allait d’ailleurs pour lui de soi qu’il ne fallait en aucun cas insister sur l’aspect moral épouvantable de cet acte en exigeant une demande écrite, comme il le rappelait lui-même à l’Assemblée : « L’amendement qu’a retenu la commission supprime la procédure de la demande écrite. Cette formalité est une contrainte que rien ne justifie. En effet, elle oblige à formuler quelque chose qui est évidemment douloureux, difficile à dire et encore plus à écrire. »

Mais si la loi ne réprimait plus cet acte, pourquoi donc restait-il si douloureux ? Le problème moral que l’on voulait ignorer ne pouvait pas disparaître et il fut donc nécessaire de prévoir la liberté de conscience pour les médecins refusant de pratiquer l’avortement. D’ailleurs, puisque la loi prétend avoir réglé le problème moral, les mères de famille qui ont avorté devraient n’éprouver aucune difficulté à en parler avec leurs autres enfants qui ont échappé à ce sort funeste. Le couperet n’est pas passé loin : une question de chance finalement pour les enfants survivants.

Il est assez cocasse de noter que l’abolition de la peine de mort pour les criminels a été votée en France quelques années après seulement la légalisation de la mise à mort des enfants à naître. Magnifique prouesse de la raison humaine ! Et ce d’autant plus que la loi a poursuivi son travail mortifère en autorisant l’infanticide thérapeutique permettant l’élimination des fœtus a priori malformés, 1er stade de l’eugénisme annoncé par la loi en dépit des dénégations de Simone Veil : « Pour certains, nous ouvrons la voie, avec l’avortement, à l’euthanasie et à l’eugénisme (…) ».

L’enfant ayant ainsi perdu son statut absolu de personne morale autonome et étant devenu un objet de production et un « droit », il est aujourd’hui impossible de résister à la vague de l’eugénisme, de la procréation médicalement assistée et de la gestation pour autrui réclamées notamment à tue-tête par tous les couples issus de la théorie du genre. Ce n’est qu’une question de temps. Tous les avis des « comités d’éthique » qui postulent au concours de la sagesse universelle ne sont que les pitoyables pantomimes d’une morale en putréfaction.

  • Une société occidentale sans morale peut-elle séduire les musulmans ?

L’islam ne peut donc guère être incité à respecter une société qui a ainsi décidé de s’autodétruire et qui se reconnaît de plus en plus dans la multiplication des « genres » dont la fierté est l’expression ultime de l’abîme identitaire. C’est au contraire le dégoût qu’elle inspire qui marque plus sûrement les esprits religieux imprégnés par la recherche du sens de la vie et qui acceptent la dimension transcendantale de l’univers, irréductible à la volonté humaine.

L’extension inévitable de cet effondrement moral généralisé facilite grandement l’exploitation par les fondamentalistes de l’écœurement qui saisit tout musulman à la vue de la contestation par l’homme de l’ordre divin, comportement opposé à celui de la soumission exigée par le Coran.

Cet effondrement s’exprime d’ailleurs de façon plus générale dans la vague actuelle de rejet de l’autorité qui caractérise notre société : Zones À Défendre totalement illégales et qui se parent des vertus du jaillissement utopiste nés dans les cerveaux indifférenciés de toutes les « Camille » ; exercice de l’autorité légitime de l’État démocratique contre l’illégalité qualifié de « violence d’État » par les anarchistes libertaires ; agressions devenues banales bien qu’extrêmement violentes avec tentatives de meurtre contre les forces de l’ordre et faisant l’objet d’une grande clémence judiciaire par comparaison avec les poursuites engagées contre les groupes qui défendent, sans violence physique, la notion d’identité et de souveraineté nationale ; refus de la « sélection » à l’université et occupation avec dégradations massives des locaux universitaires ; etc.

Bref, il est probable que le général de Gaulle aurait trouvé que toute cette chienlit  donne la nausée. On en finirait presque par désirer l’arrivée de la chari’a.