Pourquoi l’État Islamique et les autres mouvements salafistes sont une chance pour l’Occident

Nul ne conteste les atrocités abominables commises par les mouvements salafistes dans les régions tombées sous leur contrôle et il n’est bien entendu pas question de les cautionner d’une quelconque façon. Ces atrocités permettent néanmoins de poser de façon directe la question du rapport de l’islam à l’« islamisme » (voire « islamisme radical »), terme de la novlangue à la mode mais dont les partisans sont bien en peine de donner la moindre définition. Or cette question est d’un intérêt crucial pour la compréhension de la nature de l’islam par l’Occident.

Dans leur volonté de faire revivre l’islam de Mahomet, les mouvements salafistes imposent sur la place publique ce débat, débat qui n’aurait jamais vu le jour – ou du moins à l’issue d’un accouchement beaucoup plus lent – si la seule pression migratoire musulmane en Europe en avait été à l’origine. Cette situation nous offre l’opportunité rare de pouvoir débattre véritablement de la nature de l’islam en dépassant les propos convenus et la censure habituellement pratiquée dans les grands médias.

Car, qui se souciait jusqu’à maintenant dans l’Occident matérialiste du sort des chrétiens d’Orient qui est la preuve bien tangible, depuis des décennies, du sort peu enviable réservé par l’islam aux non-musulmans ? Pas grand monde.

En poussant les musulmans à apprendre leur religion, les mouvements salafistes poussent aussi les non-musulmans à lire les textes sacrés de l’islam (Coran, hadiths, vie de Mahomet) – qu’ils ignorent complètement – pour comprendre l’origine en islam du terrorisme, de la violence, du rejet des valeurs occidentales dont ils sont témoins tous les jours, et à propos desquels ils n’entendent la plupart du temps que des propos confus ou contradictoires. L’islam de France devrait donc se réjouir de cette heureuse initiative puisque toute religion ne peut que désirer que son message – par le contenu de ses textes sacrés – soit communiqué à l’humanité entière.

Plutôt que de polémiquer à outrance à propos des arrêtés anti-burkini sur les plages – qui permettent de faire jouer à plein la propagande de la stigmatisation par la 5ème colonne qui veut islamiser la France (alors que, comme l’explique Yusuf Qaradawi dans « Le licite et l’illicite en islam », l’islam interdit tout ce qui peut mouler le corps des femmes, en particulier les seins, les hanches et les fesses) –, réservons l’essentiel de notre énergie pour agir dans le seul débat qui compte : qu’est-ce que l’islam de Mahomet ? Mahomet était-il un islamiste ? Qu’est-ce qui différencie l’islam de Mahomet de celui de l’État Islamique ? Car il ne faut jamais oublier que, pour tous les musulmans (« modérés », islamistes, islamistes radicaux et autres AOC), Mahomet est le prophète vénéré et l’exemple à suivre sans contestation. Or les Français n’ont toujours pas compris en quoi consiste l’islam de Mahomet !

Alors, pour les courageux, retroussez vos manches et commencez par lire la biographie de Mahomet d’Ibn Hîcham (IXème siècle), incontestée dans le monde musulman, préalable indispensable à la lecture du Coran et des hadiths car elle en donne les clefs chronologiques indispensables, le message de Mahomet ayant évolué au gré des vicissitudes politiques et militaires de la prise de pouvoir de cet homme qui se prenait pour un prophète. Une traduction des passages les plus significatifs est disponible chez Fayard (« Vie de Mahomet », traduite par Wahib Atallah).

Pour ceux qui sont un peu moins courageux ou qui ne disposent pas du temps nécessaire, vous pouvez prendre connaissance du « Livret musulman de premier secours » qui est une synthèse organisée de ces 3 sources : livret-musulman-27-juillet-2016. Le regroupement thématique utilisé a l’avantage de permettre de cerner rapidement la nature du message musulman sur de nombreuses questions intéressant l’Occident. Toutes les références citées sont facilement vérifiables. Vous pourrez ainsi vous forger votre propre opinion sans avoir à vous soumettre à l’avis d’autorités auto-proclamées prétendument seules légitimes.

Alors bon courage à tous et bonne quête dans la voie de la vérité ! Préparez-vous à être édifié par ces sources, toutes musulmanes !

Décapitation du prêtre Jacques Hamel : décidément, l’islam a perdu la tête

La décapitation du prêtre Jacques Hamel dans son église a été l’occasion d’un débat dans l’émission « C dans l’air » du jeudi 28 juillet 2016 sur le thème « Les chrétiens face au terrorisme », qu’il aurait fallu intitulé plus précisément « Les chrétiens face au terrorisme musulman ».

Il est intéressant de revenir sur plusieurs aspects du traitement médiatique de cette question.

  • Les médias censurent la vérité sur les faits

Les médias se font faits discrets quant à la décapitation du prêtre Jacques Hamel, présentée comme un simple égorgement. Pourquoi ?

Pretre Jacques Hamel

La décapitation a été longtemps pratiquée par l’humanité et était un procédé courant pour prouver la mort de son ennemi (cf. le célèbre Pompée) comme en témoigne ce tableau du peintre russe du XIXème siècle Верещагин (« Les trophées »).

Décapités

  • Les musulmans ne connaissent pas leurs livres sacrés

Comme le prouve cette interview, la vision du musulman de la rue de ses textes sacrés est une vision angélique sans grand rapport avec la réalité des textes. Il y a sur ce point un déni complet de toute la communauté musulmane qui réinvente une religion qui n’existe pas.

C dans l'air 160728 Extrait 1

C dans l’air 160728 Extrait 1

Coran, sourate 2, verset 190 : « Combattez dans le sentier d’Allah ceux qui vous combattent, et ne soyez pas transgresseurs. Allah n’aime pas les transgresseurs ! »

Coran, sourate 2, verset 191 :  « Tuez-les, où que vous les rencontriez ; et chassez-les d’où ils vous ont chassés. La persécution des croyants est plus grave que le meurtre. Mais ne les combattez pas près de la mosquée sacrée avant qu’ils ne vous y aient combattus. S’ils vous y combattent, tuez-les donc. Telle est la rétribution des mécréants. »

Coran, sourate 2, verset 193 : « Et combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de persécution et que la religion soit entièrement à Allah seul. (…) »

Coran, sourate 2, verset 216 : « Le combat vous a été prescrit alors qu’il vous est désagréable. Or, il se peut que vous ayez de l’aversion pour une chose alors qu’elle vous est un bien. Et il se peut que vous aimiez une chose alors qu’elle vous est mauvaise. C’est Allah qui sait, alors que vous ne savez pas. »

Coran, sourate 2, verset 218 : « Certes, ceux qui ont cru, ont émigré et ont combattu dans le sentier d’Allah, ceux-là espèrent la miséricorde d’Allah. Allah est celui qui pardonne, le miséricordieux. »

Coran, sourate 4, verset 84 : « Combats donc dans le sentier d’Allah. Tu n’es responsable que de toi-même. Encourage les croyants. Allah arrêtera peut-être la violence des mécréants. Allah est plus redoutable qu’eux et plus sévère en châtiment. »

Coran, sourate 4, verset 89 : « Ils [ndlr les hypocrites] aimeraient vous voir mécréants, comme ils le sont eux-mêmes, afin que vous soyez égaux ! Ne prenez pas d’alliés parmi eux, jusqu’à ce qu’ils émigrent dans le sentier d’Allah. S’ils tournent le dos, saisissez-les et tuez-les où que vous les trouviez. (…) »

Coran, sourate 4, verset 91 : « Vous en trouverez d’autres qui cherchent à avoir votre confiance, et en même temps la confiance de leur propre tribu. Toutes les fois qu’on les pousse vers l’association, ils y retombent en masse. Par conséquent, s’ils ne restent pas neutres à votre égard, ne vous offrent pas la paix et ne retiennent pas leurs mains de vous combattre, alors saisissez-les et tuez-les où que vous les trouviez. Contre ceux-ci, Nous vous avons donné autorité manifeste. »

Coran, sourate 8, verset 17 : « Ce n’est pas vous qui avez tué les mécréants : mais c’est Allah qui les a tués. (…) »

Coran, sourate 8, verset 39 : « Combattez-les [ndlr les incrédules] jusqu’à ce qu’il ne subsiste plus d’association, et que la religion soit entièrement à Allah. (…) »

Coran, sourate 8, verset 65 : « Ô Prophète, incite les croyants au combat. S’il se trouve parmi vous vingt endurants, ils vaincront deux cents ; et s’il s’en trouve cent, ils vaincront mille mécréants, car ce sont vraiment des gens qui ne comprennent pas. »

Coran, sourate 61, verset 4 : « Allah aime ceux qui combattent dans son chemin en rang serré pareils à un édifice renforcé. »

Et ce n’est pas tout. On pourrait aussi citer les versets appelant au martyre…

  • Un aggiornamento de l’islam ? une utopie

Le présentateur habituel de l’émission de France 2 « Islam » du dimanche matin, Abderrahmin Hafidi, est une personnalité musulmane modérée et courageuse, qui ose parler de certaines problématiques taboues au sein de la communauté musulmane, mais le problème est qu’il semble être aveugle : il est incapable de voir la réalité. Sa vision utopiste est effrayante tellement elle est irréaliste : depuis 14 siècles, les musulmans n’ont pas d’autorité religieuse reconnue par tous au sein du sunnisme : croit-on vraiment que cela va changer parce que la France a quelques problèmes avec le terrorisme musulman ?

C dans l'air 160728 Extrait 2

C dans l’air 160728 Extrait 2

L’absence d’autorité légitime est d’ailleurs la raison pour laquelle le Conseil Français du Culte Musulman ne peut rien, outre le fait qu’il est « dépassé » par les événements, car il ne représente personne de façon incontestable (il n’est que le lieu de luttes d’influences, notamment entre l’Algérie, le Maroc, les pays du Golfe) et dans la mesure où son objet n’est pas l’explicitation du dogme mais seulement l’administration des lieux de culte (ce qui est son objet social et ce que dit précisément sa dénomination).

  • « Une vision mondiale de l’islam qui ne va pas » : certes, et après ?

Dalil Boubakeur a beau dénoncer au nom du C.F.C.M. « une vision mondiale de l’islam qui ne va pas » mais rien ne peut avancer : il faudrait pour cela remettre à plat tout le dogme musulman, et jeter aux orties bon nombre de versets du Coran, ce qui est impossible : il n’y a aucune solution « modérée » et douce envisageable. On voit que tout cela a du mal à tenir debout.

C dans l'air 160728 Extrait 3

C dans l’air 160728 Extrait 3

Quant à la prétention grotesque de l’islam de France à être le fer de lance d’une hypothétique réforme du dogme musulman, elle doit bien amuser les pays du Golfe !

  • Le sort épouvantable des chrétiens d’Orient en terre d’islam : ce n’est visiblement pas important ni prioritaire

Mais le summum de l’émission se trouve à sa toute fin lorsqu’est évoquée – même pas par les intervenants sur le plateau, mais par un téléspectateur – le sort épouvantable des chrétiens d’Orient (et des yézidis, chers à Odon Vallet) :

C dans l'air 160728 Extrait 4

C dans l’air 160728 Extrait 4

Car s’il y a bien une problématique, bien concrète celle-là, à évoquer lorsqu’on parle de la tolérance en islam et du terrorisme musulman, c’est le sort des minorités non-musulmanes en terre d’islam. Même la journaliste de La Croix ne s’y est pas risquée : elle peut continuer à pratiquer son catholicisme bon teint qui ne dérange personne en rachetant pudiquement tous les jours sa conscience en ayant bien « pensé à eux ».

Dhimmitude en terre d’islam et génocide chrétien en Turquie : un rappel

Extrait du reportage d’Arte diffusé le 17 mai 2016 et intitulé « La fin des chrétiens d’Orient ? » : quelques rappels sur la conditions des chrétiens d’Orient dans le monde musulman et notamment en Turquie.

La fin des chretiens Orient 160517 Dhimmitude et genocide

La fin des chretiens Orient 160517 Dhimmitude et genocide

Message des chrétiens d’Orient persécutés à l’Occident donneur de leçons

Un intéressant reportage d’1h30 d’Arte intitulé « La fin des chrétiens d’Orient ? » diffusé le 17 mai 2016 est venu rappeler le sort souvent terrible que subissent encore de nos jours les chrétiens d’Orient dans les pays musulmans. En effet, à l’heure où la question du port du voile islamique à l’école ou dans les services publics – question d’importance visiblement capitale – émeut encore les esprits chagrins de l’intelligentsia française, des hommes, des femmes et des enfants chrétiens meurent ou risquent de mourir tout simplement dans les pays musulmans, ou doivent s’exiler à cause de leur religion, accompagnés du silence poli des pays occidentaux bien trop préoccupés par leurs intérêts commerciaux ou politiques.

Il est à noter que ce reportage semble assez objectif puisqu’il fait écho au constat fait par 300 oulémas musulmans eux-mêmes, constat ayant conduit à la rédaction fin janvier 2016 de la « Déclaration de Marrakech » (cf. Marrakech 1)

L’évêque copte Biman du monastère de Deir el-Malak Michaal résume admirablement bien dans ce reportage l’abandon hypocrite des chrétiens d’Orient par des puissances occidentales qui prétendent pourtant défendre partout les droits de l’homme. Que dire de plus ?

Eveque Biman 160517

Chretiens Orient 160517 Lecons Occident