L’extermination des juifs Banû Quraydha par Mahomet

Les Banû (« fils de ») Quraydha était la plus grande des tribus juives de Médine. Elle fut exterminée par Mahomet comme le relate précisément la Sîra :

« Le même jour, à midi, Gibrîl vint voir le Prophète. L’ange, coiffé d’un turban de soie, était sur une mule dont le bât était couvert de brocart :
–  Envoyé de Dieu, demanda Gibrîl, tu as donc déposé les armes ?
–  Les anges ne l’ont pas encore fait. Dieu t’ordonne, Muhammad, d’aller combattre le clan juif des Banû Quraydha. Moi-même j’y vais de ce pas et j’ai l’intention de faire trembler la terre sous leurs pieds.
(…)
S’approchant des fortins, le Prophète cria aux Quraydha : « Frères de singes, vous n’avez pas encore connu, je le vois, l’humiliation et la vengeance de Dieu. Vous allez la connaître !
(…)
Le Prophète ordonna de tuer tous les hommes des Banû Quraydha, et même les jeunes, à partir de l’âge où ils avaient les poils de la puberté.
Le Prophète ordonna de faire descendre de leurs fortins les Banû Quraydha et de les enfermer dans la maison de Bint al-Hârith. Il alla ensuite sur la place du marché de Médine, la même que celle d’aujourd’hui [ndlr époque d’Ibn Hichâm], et y fit creuser des fossés. Puis il fit venir les Banû Quraydha par petits groupes et leur coupa la gorge sur le bord des fossés.
Parmi eux, il y avait Huyayy ibn Akhtab, l’ennemi de Dieu, et ka’b ibn Asad, le chef des Quraydha. Ils étaient six à sept cents hommes. On dit même huit cents et même neuf cents. Pendant qu’ils étaient amenés sur la place par petits groupes, certains juifs demandèrent à Ka’b, le chef de leur clan :
–  Que va-t-on faire de nous ?
–  Est-ce que cette fois vous n’allez pas finir par comprendre ? Ne voyez-vous pas que le crieur qui fait l’appel ne bronche pas et que ceux qui sont partis ne reviennent pas ? C’est évidemment la tête tranchée !
Le Prophète ne cessa de les égorger jusqu’à leur extermination totale. »

3 réflexions au sujet de « L’extermination des juifs Banû Quraydha par Mahomet »

    1. Ce texte musulman est celui de la biographie de Mahomet d’Ibn Hîcham (IXème siècle), reconnue dans tout l’islam comme la biographie de référence de Mahomet, y compris par Tariq Ramadan, qu’il est difficile d’accuser d’islamophobie. C’est un épisode bien connu et mentionné avec moins d’embarras sur les chaînes arabes des pays du Golfe ainsi que par l’État Islamique dont la connaissance des textes musulmans est poussée si l’on en juge par la qualité documentaire des textes qu’il produit. Il est curieux que vous parliez de « pur mensonge » sans avoir pris la peine de vérifier ; sans doute une difficulté emblématique à exercer un minimum d’esprit critique par rapport à la vie de Mahomet qui était simplement celle d’un chef de clan tribal en lutte pour le pouvoir temporel.

      Quant à l’amalgame habituel et déplacé que vous faites avec les juifs et les chrétiens, je ne vois pas en quoi il apporte quelque chose si ce n’est de la confusion. Qu’il y ait eu des déviances dans toutes les religions, c’est juste. Mais seul l’islam développe dans sa doctrine originelle l’idée qu’il convient d’imposer sa foi par les armes (le jihad) et de tuer les mécréants si nécessaire. Voit-on des juifs ou des chrétiens brandir la Torah ou les Évangiles et tuer au nom de leur religion ? Non. La violence dans les textes juifs est soit symbolique, soit historique, et elle est inexistante dans les Évangiles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.