Le Coran, un texte à la signification incertaine, voire confus ?

Si beaucoup de textes religieux, spirituels ou philosophiques peuvent conduire à des interprétations ou des significations différentes en fonction d’un certain nombre d’éléments de contexte historique, d’étymologie, de linguistique,etc.,  la situation du Coran semble à cet égard inhabituelle car ces différences d’interprétation, pouvant conduire à des conclusions diamétralement opposées, ne concernent pas seulement des questions théologiques subtiles (Dieu est-il bon ? qu’est-ce qu’un homme juste ? l’homme est-il libre ou prédestiné ? l’homme a-t-il besoin de la grâce de Dieu pour être sauvé ?…) mais aussi, et de façon assez étonnante, des questions élémentaires et pratiques.

Car 1.400 ans après la mort de Mahomet, il est toujours impossible d’obtenir une réponse simple et claire, reconnue par tous les musulmans, à des questions comme :  les non-musulmans sont-ils égaux aux musulmans au regard de la dignité humaine ? la liberté religieuse doit-elle exister ? l’apostat doit-il être puni ? les châtiments corporels doivent-ils être appliqués ? la polygamie doit-elle être abolie ? un mari peut-il frapper sa femme ?…

C’est sans doute une des raisons fondamentales qui expliquent la confusion qui règne aujourd’hui autour de l’explicitation et donc de la compréhension de la doctrine musulmane, la position des exégètes musulmans « modérés » vivant dans les pays occidentaux étant la plupart du temps très éloignée de celle leur coreligionnaires vivant dans les pays musulmans.

Ainsi, Tareq Oubrou constate« En fonction de la lecture qui en est faite, l’islam catalyse la paix comme il peut catalyser la violence. C’est l’homme et non pas Dieu qui est en cause. D’une certaine manière, les musulmans n’ont que l’islam qu’ils méritent. » Ou encore : « Pourquoi tant de divergences à partir d’un seul Coran ? Pourquoi tant d’écoles – hanafisme, malékisme, chaféisme, hanbalisme –, de rites, de traditions ? Comment plusieurs théologies ont-elles pu se constituer à partir d’une seule révélation ? »

Cette grande confusion conduit aujourd’hui des exégètes musulmans occidentaux, confrontés frontalement comme les musulmans vivant en Occident à la question des valeurs occidentales, à tenter de revoir fondamentalement les règles d’interprétation des textes musulmans.

Laisser un commentaire