Islam et culture française

Le Conseil européen des fatwas a émis des recommandations d’un grand intérêt pour comprendre les valeurs des musulmans et leur rapport aux valeurs de la société française. Voici une recommandation fondamentale sur laquelle nous allons revenir point par point :

Le Conseil européen des fatwas « recommande à nos frères musulmans le respect de ce qui est prescrit par le Livre et la Sunna, et le consensus des théologiens de l’islam, en matière de respect des dispositions du pacte d’al-amân (sécurité) et des conditions de résidence et de citoyenneté dans les pays européens dans lesquels ils vivent – le Conseil insistant particulièrement sur ledit respect. Les obligations les plus importantes sont :

–  de considérer intangibles les vies des non-musulmans, leurs biens, leur honneur en vertu du pacte qui leur a permis d’entrer dans le pays, et sans lequel il ne leur aurait pas été permis d’y entrer ni continuer à y séjourner. Dieu le très-haut a dit : « Soyez fidèles à vos engagements car, en vérité, il vous en sera demandé compte. » (sourate 17, verset 34) ;

–  de respecter les lois du pays d’accueil qui les protège et leur permet de bénéficier de toutes les garanties d’une vie digne ; 

–  de s’éloigner de toutes sortes de gains illicites, parmi lesquels les démarches faites par certains musulmans pour l’obtention d’aide sociale alors qu’ils exercent une activité salariée ou disposent d’un commerce ;

–  de déployer tous les efforts nécessaires afin d’assurer aux nouvelles générations – garçons et filles – une éducation musulmane moderne, et ce à travers la création d’écoles, de centres d’éducation et de loisirs en vue de les prémunir contre la délinquance. »

Cette recommandation appelle les commentaires suivants :

1) Le respect de la vie des non-musulmans

C’est pour le moins une recommandation stupéfiante dans le monde d’aujourd’hui mais qui est nécessaire car ce respect ne semble visiblement par aller de soi dans la culture musulmane. Cette recommandation se comprend dans la mesure où l’islam établit une hiérarchie naturelle des communautés humaines, – la communauté musulmane étant supérieure à toutes les autres communautés – (cf. article Supériorité musulmane), et où Mahomet lui-même a notamment, une fois le jihad déclaré, prôné et mis en oeuvre l’extermination des juifs, appelé à l’assassinat des chrétiens en tant que polythéistes, ceux-ci n’ayant la vie sauve que dans le cadre du statut de seconde classe de dhimmi, sous réserve de payer, après s’être humiliés, un impôt spécifique destiné à financer la communauté musulmane (cf. article Dhimmitude). Dans les pays musulmans aujourd’hui, il n’y a d’ailleurs pas d’égalité aujourd’hui entre musulmans et non-musulmans.

Mais le plus étonnant encore est que ce respect est dû non pas en raison de principes universels de dignité humaine mais uniquement en raison du respect des engagements pris vis-à-vis des non-musulmans, cet engagement de respect étant considéré comme la contrepartie de l’hospitalité des non-musulmans (le respect des engagements étant très important dans la culture tribale de l’Arabie de Mahomet).

2) Le respect des lois du pays d’accueil

Il est louable que la recommandation soit de respecter ces lois. Reste que ce respect semble conditionné par l’idée de protection et de garantie d’une vie digne : qui est juge du fait de considérer que les lois sont respectables ?

Par exemple, nombreux sont les musulmans français qui considèrent que la loi sur la burqa dans l’espace public ou les règles sur le port du voile dans la fonction publique empiètent sur la liberté religieuse : ces musulmans ne sont-ils donc pas en droit de se considérer comme libérés de leur obligation de respect des lois de la France ?

3) Le renoncement aux gains illicites, notamment résultant de l’aide sociale indue

Il est intéressant de constater que le Conseil européen des fatwas éprouve le besoin de rappeler da façon absolument claire et formelle le caractère illicite du vol de l’argent public via les aides sociales indues. On peut légitimement penser que c’est l’ampleur de cette pratique et son caractère normal dans l’esprit des musulmans qui justifient ce rappel.

4) Assurer une éducation musulmane en vue de prémunir contre la délinquance

Il n’est pas choquant que les musulmans souhaitent pour leurs enfants une éducation musulmane, sous réserve que la compatibilité de cet enseignement avec les valeurs de la République française soit démontrée, ce qui est loin d’être le cas.

Quant à la délinquance, faut-il considérer que les musulmans dans un pays non-musulman y sont plus particulièrement sujets, sans doute en raison des contrariétés qu’impose une société française du fait des nombreuses valeurs culturelles difficilement compatibles avec les valeurs de l’islam ? En tous cas, ce questionnement est assez cohérent avec le constat fait par Tareq Oubrou sur ce sujet (cf. article Prison).

Il est vrai par ailleurs que ce penchant est facilité de façon plus générale par le caractère de plus en plus permissif de la société française, où la notion d’autorité est en pleine dissolution avec la bénédiction de nos politiciens, et où il fait de moins en moins bon être victime de nos jours, surtout quand on a le mauvais goût de se défendre.

Aussi, à partir du moment où votre culture vous place de façon innée au-dessus des valeurs de la société de mécréants dans laquelle vous vivez, la tentation est grande de passer outre aux lois de cette République qui n’ont, dans ce cadre, plus aucune valeur et auxquelles aucun respect n’est attaché.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

treize − sept =

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.