Le contact physique avec les hommes

Tout contact physique d’une femme avec un homme qui n’est pas son mari ou appartient à sa famille est prohibé.

Pour le Conseil européen des fatwas« La sharî’a n’interdit pas la présence d’hommes et de femmes au même endroit, si toutefois sont évitées trois choses prohibées par l’islam, qui sont :
–  l’isolement, c’est-à-dire le fait qu’un homme se retrouve seul avec une femme dans un lieu dans lequel personne ne peut avoir accès à eux ;
–  l’impudicité, c’est-à-dire la mise en évidence par la femme de certaines parties de son corps que Dieu a ordonné de couvrir, de sa tenue vestimentaire ou de son parfum, ou dans sa démarche et ses mouvements ;
–  les attouchements, c’est-à-dire le contact de la peau à la peau. »

Yusuf Qaradawi rappelle le hadith suivant : « Ma’aqal Ibn Yasar a rapporté que le Messager de Dieu a dit : « Il est préférable à l’un de vous qu’on lui pique la tête avec une grosse aiguille de fer plutôt que de toucher une femme qui ne lui est pas licite (hadith rapporté par at-Tabari et al-Baïhaqi). »

Cette position est conforme à la remontrance adressée par les autorités islamiques d’Iran à Leila Hatami, comédienne iranienne et membre du jury du 67ème Festival de Cannes, rappelée à la bienséance  pour avoir fait la bise à Gilles Jacob : « Celles qui participent à des événements internationaux devraient prendre en compte la crédibilité et la chasteté des Iraniens, afin de ne pas montrer une mauvaise image des Iraniennes », a estimé le vice-ministre de la Culture, Hossein Noushabadi, cité par le site internet de la radio-télévision Irib. Selon la loi islamique en vigueur dans le pays depuis la révolution de 1979, une femme ne peut pas avoir de contact physique avec un homme étranger à sa famille. Selon le site du guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, il est cependant permis à un musulman de serrer la main d’un non-musulman, en portant des gants et sans opérer de pression lors de la poignée de main.

Cette position est également cohérente avec le refus de la quasi-totalité des représentants officiels d’Arabie Saoudite de serrer la main à Michelle Obama lors de la visite de Barack Obama en Arabie Saoudite en janvier 2015, Michelle Obama ayant eu en outre l’effronterie de se présenter non voilée.

Mais l’interdit va en réalité beaucoup plus loin car la seule présence d’une femme est problématique comme l’indique Yusuf Qaradawi : « Une des voies pouvant conduire à la fornication, interdite par l’islam, est de rester en tête-à-tête avec une femme que l’on peut épouser, c’est-à-dire toute femme autre que son épouse ou l’une de ses proches parentes que Dieu lui a définitivement interdit d’épouser, telle que sa mère, sa sœur, sa tante paternelle ou maternelle,etc. »

D’ailleurs, le seul regard est problématique selon Yusuf Qaradawi« Dans l’islam, le regard prolongé de l’homme vers la femme ou de la femme vers l’homme est illicite. L’œil est en effet la clé du cœur et le regard est le messager de la tentation, le postier de la fornication. (…) C’est pour cela que Dieu a ordonné aux croyants et aux croyantes de baisser leurs regards en même temps qu’Il leur a ordonné de sauvegarder leurs parties intimes : sourate 24 versets 30 & 31. »

Yusuf Qaradawi précise : « Le regard de la femme qui n’est pas dirigé vers une partie intime de l’homme – c’est-à-dire ce qui se trouve entre le nombril et les genoux – est autorisé tant qu’il n’est pas accompagné de désir et tant qu’aucune tentation n’est à craindre. Le Messager a permis à Aïcha (sa très jeune épouse[1]) de regarder les Abyssins jouer avec leurs javelots dans la mosquée du Prophète. Elle resta jusqu’à ce qu’elle s’ennuyât puis partit (hadith unanime). »

[1] Mahomet l’a effectivement épousée à 6 ans et leurs relations sexuelles ont commencé quand elle avait 9 ans (lui en ayant 53).

Il n’est pas très difficile d’imaginer à quels résultats désastreux peut conduire une telle censure de la sensualité et du désir tant la frustration peut être intense et chercher naturellement un débouché moral acceptable en cas d’écart de conduite, jusqu’au viol (la femme étant souvent accusée d’avoir été la tentatrice : argument qui n’est pas spécifique à l’islam mais qui en est un débouché logique).

Laisser un commentaire