Islam : des raisons d’espérer ?

L’émission de France 2 « Islam » a consacré en janvier 2020 deux épisodes au rapport bien distendu de l’islam à l’humanisme.

Les intervenants s’interrogent sur la capacité des sociétés musulmanes, après 8 siècles d’immobilisme, à se réformer. À vrai dire, le constat est encore pour le moment accablant : « J’essaie de ne pas désespérer quand je vois le volume de dégâts » ; « C’est une affaire compliquée (…) il y a des réactions très fortes, c’est-à-dire que la religiosité pour le moment a tendance à l’emporter (…) » ; « On a vidé les sociétés arabes de toute pensée libre et de toute création. Les meilleurs cerveaux ont émigré en Occident ou sont partis dans d’autres pays arabes. »

Mais un mouvement profond de sécularisation du monde musulman n’est-il pas souterrainement à l’œuvre aujourd’hui ? L’accélération de la modernisation du monde ne provoque-t-elle pas une prise de conscience, au-delà de mouvements sporadiques de religiosité extrême face au bouleversement de certaines valeurs (conduisant à la violence – voire au terrorisme –), que l’islam n’est effectivement qu’une pensée pauvre et dépassée ?

Laisser un commentaire