Haram & Halal : le grand bazar

L’émission de France 2 « Islam » a consacré deux épisodes à la question du haram (illicite) et du halal (licite) en islam : une occasion de constater que les choses sont loin d’être claires pour les musulmans.

  • Le principe de l’interdit

Certaines religions, en particulier le judaïsme et l’islam, font un large appel à la notion d’ « interdit », imposé à leurs croyants, sans être en mesure de justifier raisonnablement dans la plupart des cas le sens et l’intérêt spirituel de cet interdit (cf. notamment les interdits alimentaires qui contreviennent au simple bon sens, car ce n’est pas ce qui entre dans la bouche de l’homme qui souille l’homme, mais ce qui en sort).

On sait par exemple que juifs et musulmans, dont les religions sont en réalité très proches sous de nombreux aspects, abhorrent la consommation de porc tout en étant totalement incapables de justifier ce tabou. Un malheureux cochon aurait-il mordu Abraham ou celui-ci aurait-il mal digéré un petit salé aux lentilles ?

Les interdits ont surtout pour principal objectif d’asservir le croyant dans un réseau d’obligations qui l’emprisonnent physiquement et surtout mentalement, ces habitudes étant ancrées dès le plus jeune âge par une éducation essentiellement fondée sur la répétition mécanique, jusqu’à obtenir des réflexes pavloviens.

Les propos d’une des personnes interviewées sur le sujet reflètent bien la perplexité dans laquelle se trouve un croyant qui essaie de comprendre rationnellement l’origine et le sens de ces interdits :

France 2 Islam 180930 Halal 2 Signifcation

  • Qu’est-ce que le halal et le haram ?

La réponse est loin d’être claire car, comme le rappellent les intervenants, ces termes sont ambigus ou ambivalents.

France 2 Islam 180923 Halal 1 Definition

  • Quelques exemples

S’il existe de grandes catégories d’interdits, dès qu’on creuse un peu, la situation se complique visiblement rapidement.

France 2 Islam 180923 Halal 1 Exemples

La distinction entre « blâmable » et « interdit » semble porter le débat à son summum d’absurdité.

France 2 Islam 180923 Halal 1 Flou

  • La multiplication des interdits

Il semble qu’Al Ghazzali ait déjà compris il y a mille ans l’absurdité de la situation.

France 2 Islam 180930 Halal 2 Multiplication

  • La question de la viande

Comme déjà précisé dans un précédent article sur ce site, les musulmans ignorent pour leur grande majorité que la viande obtenue des gens du Livre leur est licite. La querelle du halal à l’école, dans les entreprises, etc. n’est, cela paraît évident, qu’une façon de manifester un communautarisme agressif.

France 2 Islam 180930 Halal 2 Viande

  • La question du voile

Comme le rappelle l’intervenant, « les interdits ont une histoire ». La question du voile est très débattue en islam et le port du voile est pour l’essentiel en Occident une façon de vomir publiquement la culture française, que ce soit pour les personnes d’origine immigrée qui veulent montrer leur non-assimilation dans  un pays dont elles ne supportent pas en réalité la tradition de tolérance et l’héritage culturel écrasant, ou pour les occidentales converties qui s’accrochent férocement au voile dans une soumission qui leur réserve un statut inférieur et pitoyable au regard de l’homme, et qui étalent ainsi sur leurs cheveux les stigmates de leur médiocrité.

France 2 Islam 180930 Halal 2 Voile

  • Encore et toujours la contextualisation

Face à une telle cacophonie et à ces multiples contradictions, la contextualisation, comme toujours en islam, est bien commode pour tenter de trouver une issue sans perdre la face à ce capharnaüm.

France 2 Islam 180930 Halal 2 Contextualisation

  • Les interdits, à quoi cela sert, si ce n’est même pas pour viser le paradis ?

Summum de l’abscons, le musulman est perdu en s’interrogeant sur le sens de ces pratiques puisque celles-ci ne lui assurent aucunement une meilleure place dans l’au-delà : c’est l’arbitraire divin, aucunement lié à la soumission rituelle du croyant.

France 2 Islam 180923 Halal 1 Retribution

  • Conclusion

Pour l’essentiel, les interdits sont là pour cacher un vide spirituel. Cette multitude d’interdits emprisonne l’esprit du croyant au lieu de l’ouvrir et de lui permettre de s’épanouir. La multitude d’opinions contradictoires émises par les religieux musulmans est la preuve de la confusion extrême sur cette question, qui offre néanmoins aux imams sunnites en mal de notoriété l’occasion de se distinguer dans ce grand bazar par leurs propres analyses personnelles.

2 réflexions au sujet de « Haram & Halal : le grand bazar »

  1. Je pense que cette question est ridicule pour un Occidental et existentielle pour un Musulman.

    Pour nous, les Occidentaux, je suppose que le paradigme de base nous vient du Christianisme. Dans cette religion, la personne et sa conscience sont le point de départ de toute évolution vers le Christ. Chacun de nous est appelé à faire le bien partout où il peut et chaque fois qu’il peut. L’Esprit-Saint est ce qui permet de distinguer le bien du mal. C’est intérieur à la personne et n’a de sens que par l’action au profit d’autres personnes.
    Pour les Musulmans, je suppose un autre paradigme. Allah a donné à son prophète Mahomet le mode d’emploi du monde où nous vivons. Utilisé ce mode d’emploi va guérir le monde de tout mal sous toutes ses formes.
    Dans le premier cas, Occidental, il est ridicule de vouloir comprendre et réglementer toutes les formes d’interdit et de permis. Il y en a trop et vu nos imperfections, le but va changer à chaque expérience que chacun fait. Il suffit de voir l’évolution de mots comme racisme ou antisémitisme.
    Ces deux mots très connotés sont plus proches du second cas.
    Pour les Musulmans, ils ont reçu la méthode parfaite pour éradiquer tout mal de la terre. Il s’agit de la comprendre et de l’appliquer. Il y devient sensé de vouloir connaître tous les cas de figure de ce qui est permis et de ce qui est interdit avec les différents niveaux de gravité dans la faute. Tout le monde n’a pas la capacité de savoir tout le temps et à coup sûr ce qui est à faire ou à éviter comme leur religion le leur ordonne.
    Je pense que pour les Musulmans les Occidentaux sont des être absolument étranges et ridicules. Nous voulons éradiquer le mal à partir de chaque personne et sans nous soumettre totalement à leur dieu.
    Je vois donc deux groupes humains de deux civilisations distinctes avec des paradigmes totalement distincts. La compréhension réciproque en souffre sérieusement.
    C’est donc le grand bazar de l’interdit et de l’obligatoire. Il va dans tous les sens. Ce qui me terrifie est que se comprendre est vraiment difficile.
    Si je vais vers un Musulman ou l’Islam, j’y vais en tant que personne. Si (j’ai bien compris et que j’ai raison) un Musulman vient vers moi, il vient en tant que représentant de sa communauté et il vient en tant que Musulman longtemps avant de venir vers moi en tant que Ali, Mohammed ou Wissam.
    S’il viole une de mes règles, il ne me touche pas. Il me dérange plus ou moins gravement mais je peux encore essayer de trouver un point d’entente. Si je viole l’une de ses règles, je touche à son existence même. Il va entrer en mode combat/fuite que nous avons tous quand nous sommes menacés. Le pouvoir de la violence va jouer en sa faveur.
    Je note tristement que ceux qui sont appelés SJW font la même chose. Ils me disent que ce phénomène n’est pas typiquement musulman. Les LGBTetc… sont de la même veine. Il y a là un phénomène commun au niveau des réactions humaines. Je pense que cela les rapproche des Musulmans car ils ont des modes de pensées analogues.

    1. Analyse intéressante et juste. Les totalitarismes qui veulent faire plier le monde ou la nature à leurs délires mentaux sont malheureusement bien nombreux de nos jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

huit − cinq =

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.