Le massacre des harkis par l’A.L.N. et le F.L.N. (rappel)

À la suite des accords d’Évian, environ 80.000 harkis, avec femmes et enfants, ont été volontairement abandonnés en 1962 par l’État français et ont été livrés totalement désarmés, dans l’impossibilité de défendre leur vie et celle des leurs, à l’A.L.N. au F.L.N..

Louis Joxe, secrétaire d’État auprès du Premier ministre chargé des Affaires algériennes du 22 novembre 1960 au 28 novembre 1962, a endossé la lâcheté ignominieuse de l’État français. Quelques télégrammes en devoir de mémoire :

12 mai 1962 : « Il me revient que plusieurs groupes d’anciens harkis seraient récemment arrivés en métropole. Je vous communiquerai dès qu’ils seront en ma possession les renseignements précis sur l’importance et l’origine de ces groupes ainsi que, si possible, sur responsables de leur mise en route. Dès maintenant toutefois je vous prie : primo d’effectuer sans délai enquête en vue déterminer conditions départ d’Algérie de ces groupes incontrôlés et sanctionner officiers qui pourraient en être à l’origine. »

16 mai 1962 : «Ministre d’Etat demande à Haut-commissaire de rappeler que toutes les initiatives individuelles tendant à installer métropole français musulmans sont strictement interdites. En aviser d’urgence tous chefs de SAS et commandants d’unités. »

15 juillet 1962 : « Vous voudrez bien faire rechercher tant dans l’armée que dans l’administration les promoteurs et les complices de ces entreprises de rapatriements et faire prendre les sanctions appropriées. Les supplétifs débarqués en métropole en dehors du plan général (totalement inexistant) seront renvoyés en Algérie. Je n’ignore pas que ce renvoi peut être interprété par les propagandistes de l’OAS comme unrefus d’assurer l’avenir de ceux qui nous sont restés fidèles. Il conviendra donc d’éviter de donner la moindre publicité à cette mesure. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq × quatre =

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.