Le Coran est loin d’être un évangile universel

Le Coran, parole d’Allah, revendique sa parfaite clarté et son caractère explicite. La formalisation écrite de cette révélation est en réalité intervenue, aux dires même des historiens musulmans, de façon assez complexe et mouvementée, ce qui n’est pas sans expliquer les multiples incohérences et contradictions de ce texte.

La stabilisation de sa codification scripturaire sous format imprimé (cf. par exemple les points diacritiques longtemps absents) est très récente puisqu’elle date du début du XXème siècle, sous l’égide de l’université Al-Azhar, comme le rappelle à juste titre Omero Marongiu-Perria lors de l’émission « Islam » du dimanche 22 janvier 2017.

France 2 Islam 170122 Revelation 1 Edition Boulaq

Mais il est intéressant de noter également qu’Omera Marongiu-Perria rappelle, avec honnêteté mais sous le regard médusé de Mohamed Bajrafil, que seule la prédication de Mahomet à La Mecque (12 ans) était porteuse d’un message potentiellement universel, a contrario de la prédication de Mahomet à Médine (10 ans) qui a pris un tour tout différent, car il faut rappeler que Mahomet y a déclaré le jihad contre tous les non-musulmans, raison pour laquelle il y a, entre autres, massacré bon nombre de juifs, conformément au récit qu’en donne la biographie musulmane de Mahomet d’Ibn Hîcham, incontestée en islam.

Tout ceci est naturellement absurde et ne tient pas debout d’un point de vue théologique : pourquoi diable le dieu des musulmans, Allah, aurait-il ainsi changé d’avis au bout de 12 ans, puisque c’est bien lui qui parle par la bouche de Mahomet, celui-ci n’étant que le rapporteur de ces paroles ? Quoi qu »il en soit, c’est bien le dernier message qui compte selon l’invraisemblable doctrine de l’abrogation déjà abordée sur ce site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

11 − deux =

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.