7 niveaux de lecture du Coran : une pirouette dialectique pour échapper à la confusion ?

On sait que le Coran est un texte élaboré sur la base de recensions complexes et longtemps discutées partir de sources éparses, ce qui explique sans doute en partie sa faiblesse de construction, son absence de fil directeur et de chronologie, et ses multiples obscurités.

Comme le rappelle en outre un des intervenants de l’émission « Islam » du 28 janvier 2018, sa mise par écrit a été réalisée de façon très imprécise puisque l’absence originelle de points diacritiques pouvait transformer significativement  le sens des mots et donc du texte pour le lecteur. Faut-il voir dans cette confusion l’origine de la théorie des sept niveaux de lecture du Coran ? C’est possible.

France 2 Islam 180128 Revelation 3 7 lectures et diacritique

Mais que vaut un texte, prétendument clair et explicite, auquel on peut donner sept sens différents ?

D’ailleurs, on se demande bien quels peuvent être les 7 niveaux de lecture du verset suivant :

Coran, sourate 4, verset 34 : Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et à cause des dépenses qu’ils font pour elles sur leurs biens. Les femmes vertueuses sont obéissantes et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leur époux, avec la protection d’Allah. Quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous de leur lit et frappez-les. Si elles reviennent à l’obéissance, ne leur cherchez plus querelle. Allah est auguste et grand !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 + vingt =

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.