Le vert paradis des amours enfantines de Mahomet

La Tradition musulmane au travers de ses hadiths authentiques (« sahih ») établit clairement que Mahomet épousa Aïcha à 6 ans et qu’il commença à avoir des relations sexuelles lorsqu’elle eut 9 ans (lui en ayant environ 53). Cette Tradition est incontestée dans les pays musulmans, ce qui justifie d’ailleurs dans certains la licéité du mariage des petites filles avec des hommes adultes. Ainsi, Yusuf Qaradawi, éminent religieux musulman, président du Conseil Européen des Fatwas et de la Recherche (en charge d’établir une jurisprudence spécifique à l’intention des musulmans vivant dans les pays occidentaux non encore musulmans) mentionne ce fait de l’histoire musulmane sans aucune once de doute. De nombreuses références ont déjà été fournies dans un article précédent ( http://islametoccident.fr/?p=531 ).

Évidemment, cet attrait de Mahomet pour cette très jeune fille est problématique pour la figure d’une personne réclamant le titre de Prophète, tout autant d’ailleurs que le basculement d’un mariage unique avec Khadija à une sexualité débridée après la mort de cette dernière, Mahomet ayant eu ensuite jusqu’à 9 femmes en même temps (outre les concubines), donc bien au-delà de la règle coranique des 4 femmes maximum.

Toutefois, la Tradition musulmane étant fermement établie, l’attitude la plus « sage » consiste pour les religieux musulmans dans le monde occidental à pratiquer la taqiyya, c’est-à-dire passer sous silence ce goût immodéré de Mahomet pour la très jeune Aïcha (celle-ci étant de loin sa préférée comme l’indique cette Tradition). Ainsi, Tariq Ramadan contourne habilement le sujet en écrivant, sans plus de précision, dans la biographie qu’il a consacrée à Mahomet :

« Aïcha, la plus jeune femme du Prophète, se nourrissait également de l’exemple et des propos de Muhammad. (…) Elle fera part de la façon dont Muhammad était attentif à ses attentes et à ses désirs lorsque, jeune encore, elle arriva dans la demeure du Prophète à Médine. Le jeu faisait partie de leur vie, et Muhammad n’hésitait jamais à y prendre part (…). »

Effectivement, la Tradition « authentique » rapporte qu’il arrivait à Aïcha, déjà épouse du Prophète, de jouer à la poupée avec ses amies du même âge.

Si Tariq Ramadan est prudent, il est des personnalités plus téméraires et agressives, prêtes à tout pour défendre la mémoire de Mahomet. Ainsi en est-il de Mohamed Bajrafil, dont nous avons vu dans un précédent article ( http://islametoccident.fr/?p=4253 ) sa capacité à mentir effrontément. Voici une de ses interventions en 2014 face à un public de croyants musulmans :

Bajrafil Aicha Villeneuve le roi

La Tradition étant pourtant tout à fait claire, Mohamed Bajrafil n’a d’autre choix que d’essayer de brouiller les pistes, parfois de façon menaçante, avec une suite de propos confus et dont le postulat implicite est en réalité simplement : « Ce n’est pas possible que ce soit vrai. » Comme cela ne doit pas être, Mahomet n’ayant pu fait une chose aussi laide et détestable, il convient de partir de ce postulat et de construire à rebours la démonstration pour parvenir à la conclusion souhaitée : « Au moment où le Prophète se marie avec elle [Aïcha], elle n’avait pas moins de 18 ans : c’est impossible. C’est impossible. » 

Cette plaidoirie décousue et consternante, en contradiction avec la Tradition authentique de l’islam, est l’expression de l’embarras extrême soulevé par les déplorables amours enfantines de Mahomet. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × cinq =

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.