Le combat dans la voie de Dieu, combat armé : une évidence incontournable

S’il est une dénégation récurrente dans l’islam, en dépit de la clarté des textes sacrés – et qui exploite l’ignorance des non-musulmans –, c’est bien celle selon laquelle le jihad ne serait qu’un combat spirituel intérieur et que l’islam ne prônerait jamais la violence. Pourtant, n’importe quel lecteur des textes sacrés de l’islam peut constater l’usage fréquent de l’expression, « combat dans la voie de Dieu » (« al jihad fi sabil Allah »), agrémenté de précisions précisant les moyens à mettre en œuvre : biens, chevaux, etc.

Lors d’une conférence organisée par la Société des Amis de l’I.M.A. en 2016 sur le mot « jihad », Ghaleb Bencheikh eut l’honnêteté de prendre acte de ce constat évident : le Coran parle bien de combat, et bien évidemment armé, car on n’a pas besoin de sa personne, de ses biens, de ses chevaux etc. pour mener un combat seulement spirituel.

Amis IMA Jihad 161010 Combat arme

« ceux qui accomplissent l’effort par leurs biens et par leur personne – ça, c’est vrai qu’il y a un bon nombre de versets qui parlent de ceci – et c’est de ces passages nombreux, de ces occurrences nombreuses (une quarantaine) (…) On va pas se voiler la face, il s’agit bien d’un combat »

Il est intéressant de noter, au vu du langage corporel de Ghaleb Bencheikh, que cet aveu, ce dévoilement du vrai visage de l’islam, reste une épreuve douloureuse pour les musulmans car c’est accepter de mettre clairement fin au mythe de l’islam, religion d’amour et de paix.

2 réflexions au sujet de « Le combat dans la voie de Dieu, combat armé : une évidence incontournable »

  1. Je note que l’orateur admet que la violence fait partie intégrante de sa religion. Il la fait accepter à ses auditeurs. Personne n’a les moyens de la rejeter.
    Cela pose à nouveau et immédiatement la terrible question :
    « Pourquoi l’Etat Islamique n’est pas l’Islam ? » L’orateur répond dans le sens : « C’est l’Islam ». Il est torturé et se tortille mais accepte la violence comme faisant partie de l’Islam. C’est un pas vers l’EI. Il n’a pas le choix et ses auditeurs non plus.
    Je serais absolument ravi de me faire montrer, avec des arguments théologiques, des citations de textes sacrés et analogues que l’EI n’est pas l’Islam. Je refuse d’avance toute déclaration d’autorité m’assurant que ce n’est pas l’Islam. Je demande une réponse argumentée logiquement et basée sur des sources acceptées.

    1. Excellente question ! Mon ouvrage « Les sources doctrinales de l’État Islamique » est assez clair sur ce point : il suffit de lire la propagande de l’ÉI, riche de références à la vie de Mahomet et à sa doctrine guerrière. D’ailleurs, tous les fondamentalistes musulmans ont la vie de Mahomet comme référence centrale, raison pour laquelle il est impossible de leur donner tort en matière de fidélité au modèle mahométan. Le plus stupéfiant dans tout cela est l’aveuglement ou la légèreté volontaires de notre classe politique concernant la nature de l’idéologie de Mahomet. Encore ce soir par exemple, Alain Marsaud, ancien magistrat et surtout ancien chef du service central de lutte antiterroriste au parquet de Paris, a reconnu dans une conférence publique que la question de la doctrine religieuse ne l’intéressait pas et qu’il se savait incompétent dans ce domaine. On finit par se dire que c’est la lâcheté qui est peut-être ce qui explique le mieux le comportement de la classe politique française.

Les commentaires sont fermés.