Les châtiments corporels en islam : une position « occidentalisée » très courageuse

Ghaleb Bencheikh, musulman pondéré et cultivé, présentateur attitré de l’émission de France 2 « Islam » diffusée le dimanche matin sur France 2 prend position, dans le cadre d’une conférence sur le mot « chari’a » organisée par la société des amis de l’Institut du Monde Arabe, contre toute forme de châtiment corporel en islam. C’est une position claire et très courageuse, beaucoup plus en tous cas que celle de Tariq Ramadan à laquelle il fait allusion, celui-ci n’ayant pas eu le courage de s’y opposer ouvertement et ayant simplement demandé il y a 10 ans, sans succès, la mise en place d’un moratoire.

Amis IMA Charia 161107 Chatiments

Toutefois, pour Ghaleb Bencheikh, ces châtiments corporels auraient fait leur apparition relativement récemment, point de vue très contestable. Rappelons en effet que le moratoire demandé par Tariq Ramadan en 2007 a été rejeté par l’université d’Al-Azhar, celle-ci rappelant à cette occasion que les châtiments corporels ont toujours fait partie intégrante de la religion et de la tradition musulmane (voir mon article précédent http://islametoccident.fr/?p=1375 ).

Quant débat de savoir si le fondement des châtiments corporels se trouve dans le Coran ou non, celui-ci reste confus puisque Ghaleb Bencheikh estime que certains châtiments n’ont pas de fondement coranique (sans préciser lesquels et sans parler des autres), tout en laissant ouverte la possibilité que les mêmes puissent en avoir néanmoins un « par extraordinaire ».

En tout état de cause, Ghaleb Bencheikh va très loin dans sa position puisqu’il envisage de rejeter certains passages du Coran à supposer qu’on arrive à démontrer que le fondement coranique des châtiments corporels existe effectivement, ce qui est un immense blasphème venant de la bouche d’un musulman.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × quatre =

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.