De l’inutilité du dialogue religieux islamo-juif ?

  • Contexte

Après une émission récente rappelant la proximité du judaïsme et de l’islam http://islametoccident.fr/?p=3842 par la mise en valeur de leur origine commune au travers d’Abraham, l’émission Judaica du dimanche matin sur France 2 du 12 septembre 2017 a poursuivi dans le même esprit à l’occasion de la publication d’un livre écrit par une rabbine et un musulman : « Des milles et une façons d’être juif ou musulman ». 

Josy Eisenberg présente en effet ce dialogue comme « une rencontre très agréable entre ces deux religions », un peu comme si tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.

France 2 Judaisme 171112 Extrait 1

Mais de quoi s’est-il agi au juste ?

  • Un contenu décevant

Cette émission semblait prometteuse puisque la rabbine annonçait clairement que l’objectif était d’ « aborder toutes les questions qui fâchent ».

France 2 Judaisme 171112 Extrait 2

Las… Malheureusement, il s’est agi pour l’essentiel d’un échange philosophico-sociologico-religieux œcuménique et très politiquement correct, et qui s’est tenu bien loin des sujets tels que, par exemple, l’antisémitisme profond de l’islam, la motivation doctrinale et politique du massacre d’une bonne partie des juifs de Médine par Mahomet (modèle de tous les musulmans), la question du véritable apport spirituel de l’islam par rapport au judaïsme, la problématique du discours coranique pour l’essentiel haineux vis-à-vis des juifs, etc.

France 2 Judaisme 171112 Extrait 3

Au-delà de la tonalité générale de cette émission assez aseptisée, on peut revenir sur quelques points mentionnés dans les échanges.

L’intervenant musulman indique que « dans le Coran, le fils [Isaac] n’est pas nommé parce que ce n’est pas cela qui est important ». Au contraire, cette mention du nom d’Isaac est absolument fondamentale puisque l’alliance de Dieu passe par Isaac exclusivement au détriment d’Ismaël, bâtard illégitime d’Abraham puisque fruit d’une relation ancillaire. Il est assez étonnant que Josy Eisenberg n’ait pas réagi alors que c’est la racine même de la relation du peuple juif avec Dieu qui est ainsi relativisée et donc minorée par l’islam au travers du Coran.

France 2 Judaisme 171112 Extrait 4

S’agissant de la question des femmes, celle-ci est circonscrite pour l’essentiel à la place de la femme dans la religion (rabbine, imame), le problème plus général et beaucoup plus important du statut doctrinal exécrable de la femme en islam étant passé sous silence (infériorité naturelle consacrée par le Coran, polygamie, droit de battre sa femme, règles d’héritage et de témoignage, etc.).

France 2 Judaisme 171112 Extrait 5

Et s’agissant du fondamentalisme musulman, celui-ci est réduit à la seule doctrine wahhabite par l’intervenant musulman : si l’apparition du wahhabisme résulte en partie d’un contexte géopolitique particulier, il ne faut pas oublier que le salafisme a des racines très profondes et très anciennes dans l’islam, notamment avec Ibn Taymiyya (mort en 1328). Le vrai problème est que Mahomet lui-même était le premier des salafistes et des jihadistes, ce qui pose un énorme problème au monde musulman, au point de rendre impossible toute contre-argumentation précise aux thèses salafistes ainsi que la lutte contre la prétendue « radicalisation », sauf à remettre en cause la sacralité même des textes fondamentaux de l’islam.

France 2 Judaisme 171112 Extrait 6

  • Conclusion

On peut s’interroger sur l’objectif de ce type de « dialogue » qui paraît assez inutile et même nocif car il contribue à diluer les problèmes et dissoudre les responsabilités, dialogue qui d’ailleurs n’a guère porté de fruits depuis 1.400 ans. Il s’agissait plutôt d’une conversation de salon entre gens cultivés, très éloignée de la réalité quotidienne du terrorisme musulman et du rapport de l’islam au monde des mécréants, le Coran fourmillant de formules haineuses et violentes à l’égard des juifs.

Je doute qu’une autre émission ose jamais aborder ce tabou à la télévision française, abondamment censurée, et traiter véritablement au fond de ce sujet qui, lui, est une vraie « question qui fâche ». S’agissait-il pour la communauté juive d’une tentative maladroite de dialogue qui exprime finalement un souci de réhabilitation de l’islam, à l’heure même où l’antisémitisme semble être de plus en plus virulent en France, notamment dans les quartiers dits « défavorisés » ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × trois =

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.