Ibn Taymiyya : pourquoi l’islam rejette par essence le christianisme

  • Problématique

Pour justifier leur action, les fondamentalistes musulmans font un usage abondant des références les plus authentiques de l’islam : Coran, hadiths (Sunna), vie de Mahomet (Sirâ). C’est une raison essentielle qui explique pourquoi l’islam dit « modéré » est incapable de produire un contre-argumentaire un tant soit peu consistant à leur discours. Ces références sont en effet incontestables.

Mais ils font également un usage important des écrits d’Ibn Taymiyya (1263-1328), docteur hanbalite particulièrement célèbre dans le monde musulman et dont la pensée occupe une place importante chez les mouvements fondamentalistes.

Si la lecture des sources traditionnelles musulmanes suffit à elle seule à justifier le rejet du christianisme par l’islam – anéantissant par conséquent tout intérêt au dialogue inter-religieux en matière de doctrine –, il est intéressant d’expliciter et d’approfondir les raisons de ce rejet qui situe le christianisme comme la plus grande abomination qui soit pour l’islam, puisque l’islam assimile le christianisme à du polythéisme.

Les écrits d’Ibn Taymiyya ne sont pas facilement disponibles en dehors des milieux spécialisés et arabophones. Mais la publication récente (2012) du livre du père Laurent Basanese, jésuite, docteur de l’École Pratique des Hautes Études et de l’Institut Pontifical d’Études Arabes et Islamiques, intitulé « Ibn Taymiyya : réponse raisonnable aux chrétiens ? » est l’occasion de prendre connaissance de ces textes originaux et de se pencher sur la pensée de cet éminent musulman.

Laurent Basanese y resitue le contexte de la production d’un texte central d’Ibn Taymiyya, consacré à la réfutation du christianisme, et qu’il est intéressant d’explorer : « Un important évêque syro-oriental, Élie, métropolite de Nisibe au cours du Vème/XIème siècle, est le responsable indirect de la fameuse et longue « Réponse valide à ceux qui ont altéré le religion du Messie » (al-Gawab al-sahih li-man baddala din al-Masih) d’Ibn Taymiyya. Cette réfutation de mille quatre cents pages, bien qu’elle reprenne des arguments anciens de polémique islamo-chrétienne, est une véritable somme de tout ce que les auteurs musulmans peuvent trouver à dire sur le christianisme ; elle est aussi l’une des premières œuvres imprimées au Caire en 1905 et, depuis lors, sans cesse rééditée. »

On ne saurait négliger l’importance de ce texte ni de façon plus générale des écrits d’Ibn Taymiyya dont Laurent Basanese rappelle que « Les fatwas anti-mongoles ont inspiré la rédaction du fameux opuscule « L’obligation absente » (al-Farida al-ga’iba) de Muhammad Abd al-Salam Farag en Égypte, justifiant l’assassinat du président Anwar al-Sadat en 1981, et du « Traité décisif sur l’affrontement de l’injustice des gouvernants » (Fasl al-kalam fi muwagahat zulm al-hukkam) d’Ali Belhaj, appelant à l’insurrection armée contre les autorités algériennes en 1992. »

Voici donc quelques citations des écrits d’Ibn Taymiyya (en italique) justifiant l’exécration du christianisme par l’islam :

  • La fausse doctrine des chrétiens, et en particulier de la trinité

« Si vous aviez tenu son sens apparent, vous ne vous seriez pas égarés… Car le sens apparent de « Fils », dans le message des prophètes, ne veut pas signifier un quelconque attribut de Dieu, mais son « ami », son « bien-aimé », etc. Quant au sens de « Esprit Saint », il ne s’agit pas d’un attribut de Dieu, mais de sa révélation, de son « ange », etc. Vous vous êtes donc écartés du sens apparent des termes et de leur teneur, pour un sens qu’absolument aucun d’eux n’indique. »

« Par la trinité et l’union hypostatique, les trois sectes [Jacobites, Nestoriens et Melkites] commirent l’associationnisme, car la trinité et l’union ne sont édictées par aucun prophète alors que les attributs mentionnés sont édictés dans le Coran, l’Ancien Testament et d’autres livres prophétiques. »

« La doctrine des chrétiens au sujet de la trinité est auto-contradictoire, sans réalité, le simple fait de le concevoir dans son ensemble suffit pour connaître sa corruption. »

  • Les chrétiens ont falsifié le message de Jésus pour en inventer un nouveau

« Vous [les chrétiens] avez tout inventé, et à cause de cela, vous êtes sortis de la Loi et de la raison. Vous vous êtes opposés aux livres révélés et à l’intelligence claire. »

« Le credo des chrétiens n’est pas fondé sur le message des prophètes : (…) les chrétiens ne professent pas, dans leur credo, ce qu’ont affirmé le Messie et les prophètes. Bien plus, ils ont inventé une croyance qui ne se trouve pas dans le message des prophètes. Car il n’y a pas dans le message des prophètes – ni du Messie, ni des autres – mention des hypostases de Dieu, ni de trois, ni de plus ; ni l’attestation de trois attributs ; ni l’appellation d’un quelconque attribut de Dieu. »

« Vous allez loin dans les diffamations du Messie et de son Évangile, tout comme vous allez loin dans le blasphème envers Dieu et l’injure à son encontre, même si vous ne savez pas que cela est une diffamation. Car vous ne vous êtes pas contentés d’appliquer votre impiété au sens apparent du message du Messie, mais vous avez transformé le message en impiété repoussante. »

« Quiconque interprète le message des prophètes sans utiliser leur propre langue fait partie de ceux qui ont modifié et altéré leur message. Les chrétiens sont de ceux-là. »

  • Comment considérer les chrétiens

« Ces deux religions [christianisme et judaïsme] vouées à l’anathème se différencient toutefois par leur opposition : « Les juifs sont plus infidèles que les chrétiens, bien que les chrétiens soient plus ignorants et plus égarés. Les premiers seront punis pour leurs actions, car ils ont connu la vérité et l’ont délaissée intentionnellement ; ils seront donc l’objet de la colère de Dieu. Les chrétiens, en raison de leur égarement, n’auront pas la juste récompenses de ceux qui sont sur le droit chemin : ils sont maudits et exclus des récompenses que méritent ceux qui sont sur la voie droite. Si, par contre, ils continuent à se refuser à admettre la vérité, une fois que celle-ci leur a été exposée avec forces preuves, ils mériteront alors le châtiment de Dieu. »

« Il y a cependant chez les chrétiens de la clémence et de la miséricorde, or ceci participe de la religion de Dieu ; à l’opposé, il y a chez les juifs de la dureté et de l’exécration des choses relevant de ce que Dieu Très-Haut a interdit. Les juifs néanmoins, avec leur obstination et leur grandeur, ont du discernement et de l’intelligence ; tandis que pour les chrétiens, il y a de l’égarement par rapport au réel et de l’ignorance de la voie de Dieu. »

« Si le Coran indique (sourate 29, verset 46) : « Ne discutez avec les Gens du Livre que de la manière la plus courtoise, sauf avec ceux d’entre eux qui sont des injustes », l’image du judaïsme et du christianisme est déjà très négative aux yeux du docteur hanbalite, avant même toute discussion : « Quelqu’un qui ne frappe pas d’un interdit d’avoir comme religion, après l’envoi de Muhammad, la religion des juifs et des nazaréens, ou plutôt, quelqu’un qui ne les considère pas comme des mécréants et ne les déteste pas, n’est pas musulman – il y a là-dessus accord des musulmans. » »

« Vous [les chrétiens] êtes de ceux dont il est dit : « Ils ont dit : « Si nous avions entendu ou si nous avions compris, nous ne serions pas au nombre des hôtes du brasier » (Coran, sourate 67, verset 10) ».

« Les chrétiens jugent licites les choses pernicieuses et l’ensemble des choses interdites, et ils sont en contact avec toutes les souillures. »

  • Conclusion

On voit que la condamnation sans réserve du christianisme par l’islam, déjà claire dans le Coran, est précisément documentée et justifiée par Ibn Taymiyya dans des termes qui ne laissent subsister aucun doute.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-sept + 6 =

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.