Mahomet : décidément, un dangereux schizophrène

À une époque où tant de « déséquilibrés » semblent courir les rues des villes occidentales pour semer la mort, on peut légitimement se demander pourquoi cette violence religieuse est répandue seulement au nom d’Allah (Akbar), et non au nom de Jésus-Christ, Moïse ou Bouddha.

Malheureusement il ne s’agit pas d’une coïncidence puisque ces « gentils enfants » – au dire de leurs parents (ce qui est d’autant plus inquiétant…) – suivent la voie ouverte par leur modèle : Mahomet.

J’ai déjà abordé dans des articles précédents (http://islametoccident.fr/?p=1621, http://islametoccident.fr/?p=3178) la théorie musulmane de la schizophrénie qui vise à dédouaner Mahomet des violences qu’il commettait et qui remplissent des dizaines de pages de sa biographie à compter de l’hégire.

J’ajoute à la liste des extraits déjà fournis cet autre passage de l’émission de France 2 « Islam » d’avril 2016 dans lequel le professeur Ali Ben Makhlouf dit : « Est-ce qu’on est prêt à distinguer pour la personne du prophète sa fonction de messager de sa fonction de législateur ? La question est ouverte ».

France 2 Islam 160417 Religion et raison 1 Extrait 1

Il est assez curieux de voir comment l’islam se débat continuellement et vainement pour trouver une excuse aux violences épouvantables dont Mahomet s’est rendu coupable, au prix de raisonnements absurdes fondés sur des distinctions exhibées pour aucun autre prophète, violences qui en revanche ne posent aucun problème aux musulmans fondamentalistes qui connaissent très bien la geste mahométane et ne se privent pas de s’y référer avec beaucoup de précision.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatorze + 19 =

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.