Technique de désinformation journalistique : un cas d’école

Les médias n’étant plus guère indépendants en France (mais pas seulement), ceux-ci tentent de museler et de jeter l’opprobre sur tous ceux qui émettent des opinions contraires à leur doxa. Il en est ainsi en particulier vis-à-vis de tous ceux qui critiquent les religions et surtout l’islam.

On sait en effet que toutes les religions sont strictement incompatibles entre elles de par leurs dogmes : il n’y a rien donc rien d’étonnant à ce que leurs partisans soient tout à fait critiques envers les partisans des autres religions, l’athéisme étant de ce point de vue une autre forme de religion avec sa propre doctrine (donc différente en cela de l’agnosticisme puisqu’elle rejette l’idée de Dieu). Mais si certaines formes de critiques sont plus ou moins acceptées, celle de l’islam et de sa doctrine est rejetée massivement par les médias occidentaux, alors même que de grandes personnalités musulmanes originaires des pays musulmans sont très critiques et invitent les musulmans à s’interroger sur les fondements de leur religion.

Ainsi, il n’existe pas de terme de « bouddhophobe » si vous avez l’impertinence de considérer que le bouddhisme, du fait de la croyance en la réincarnation, est une absurdité (tout en ayant par ailleurs de très bons côtés), mais si vous critiquez l’islam, vous êtes un abominable « islamophobe », voire un antisémite si vous critiquez le judaïsme.

Cette volonté de faire taire la critique de l’islam (ou de toute critique de la religion) n’étant pas justifiable par le raisonnement, les médias ont recours à des amalgames, procès d’intention en tous genres, pour dénoncer ceux qui ne pensent pas « comme il faut ».

Une récente vidéo publiée sur les réseaux sociaux est absolument édifiante dans l’illustration de la malhonnêteté intellectuelle de certains médias. Je vous laisse en goûter toute la saveur et comprendre comment s’exprime la dialectique de la meute qui crie haro sur l’« homme blanc », inévitablement raciste dès lors qu’il a l’audace d’avoir une identité. Cette vidéo est sans rapport avec l’islam mais il suffit de remplacer le terme de « raciste » par « islamophobe » et le tour est joué.

Malhonnetete journalistique

On retrouve malheureusement des dérives similaires en France dans des émissions qui se revendiquent pourtant comme professionnelles et rigoureuses, comme avec cet extrait de la récente émission Arrêt sur Images où était invitée Danièle Obono, députée récemment élue et à qui certains journalistes avaient eu l’audace de demander si cela lui posait un problème de dire « vive la France », elle qui avait soutenu (et qui continue à soutenir visiblement) par sa signature la liberté d’expression de charmants individus chantant « nique la France ».

Si les éléments du débat sont à peu près fournis objectivement en début de séquence, la dérive des propos vers une analyse strictement raciste est stupéfiante. Trouver indigne et raciste de demander à un représentant de la nation s’il soutient toujours des propos ignominieux vis-à-vis du pays qu’il est censé représenter n’est visiblement pas moralement acceptable pour les journalistes d’Arrêt sur Images et doit nécessairement se résumer à une question de racisme. Pourtant, la question était tout aussi valable que Danièle Obono ait été jaune, verte, bleue, ou blanche de peau.

Danièle Obono

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × cinq =

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.