Régis Debray : « L’islam n’a rien à apporter »

L’islam, religion copiée du judaïsme, ne semble guère avoir depuis des siècles contribué à l’évolution du monde au point que Malek Chebel écrivait encore il y a peu : « Trop longtemps demeurés sur le bas-côté de la route, les musulmans n’ont pas été – c’est le moins que l’on puisse dire – des acteurs du progrès technologique moderne. Le monde musulman contemporain n’a rien inventé qui puisse susciter l’admiration. (…) Dans l’évaluation générale réalisée par l’ONU sur le développement durable des nations, les pays du bloc arabo-musulman se présentent (avec quelques nuances) parmi les derniers du peloton des États qui investissent dans la formation et l’éducation. »

Le lecteur peut retrouver sur ce site plusieurs articles sur cette question controversée, la discussion critique et documentée de la valeur de l’apport de la civilisation musulmane au monde, et plus particulièrement dans son rapport au monde occidental, étant systématiquement taxée par la bien-pensance mondialiste d’« islamophobie savante » en l’absence d’un argumentaire dont l’évidence se suffirait à elle-même.

À l’occasion de l’émission « Répliques » diffusée aujourd’hui (1er juillet 2017), il est intéressant d’écouter le point de vue de Régis Debray, penseur indépendant et parfois iconoclaste.

Sur ce « problème clef, qui fait mal », Régis Debray juge ainsi que « l’islam n’a pas de proposition civilisationnelle, scientifique, imaginaire, morale », que l’islam « n’a rien à offrir, rien à mettre sur la table », et que si l’islam est à l’origine d’« un trouble à l’ordre public », il ne vient pas « troubler l’ordre actuel des rapports de force entre civilisations ».