Jihad : Les faits relatés par la Sîra

Le jihad (combat armé dans la voie d’Allah) étant l’exact opposé d’une religion d’amour et de paix, cette question crée une grande crispation quand elle est posée aux théologiens musulmans (du moins en Occident). Avant de voir quelles réponses ces personnes apportent, il est bon de revenir aux faits tels qu’ils sont précisément relatés par la Sîra, reconnue par tous les musulmans.

L’omniprésence de la guerre à compter de la déclaration du jihad (période médinoise de 622 à 632) pourra étonner certains lecteurs : le mieux est sans doute d’aller consulter la Sîra pour se faire soi-même une idée de la chose. De la date du début de la préparation du jihad à la conquête de La Mecque, ce qui représente 500 pages dans la Sîra complète de M. Badawî, on dénombre environ 450 pages consacrées à la description de la guerre (batailles, expéditions, alliances, traitements de captifs, répartition du butin, meurtres divers,…). La consultation de la table des matières de la Sîra conduit à identifier sur cette période plus de 25 sections relatives à la guerre (avec les mots bataille, campagne, razzia, conquête,…), ainsi que quatorze sections relatives à des meurtres. Voici à titre d’exemple deux pages du sommaire de la Sîra de M. Badawî :

Extrait Sommaire Badawi

Ce jihad peut d’ailleurs rappeler, comme on le verra dans certaines situations, les pratiques des anciens temps bibliques consistant à tuer les mâles et à s’approprier le reste (femmes, enfants, biens) en butin (cf. Deutéronome 20, 10-14). À cet égard, la Sîra indique que c’est précisément ce que signifie le verset :

Coran, sourate 33, verset 26 : « (…) Il [Allah] a jeté l’effroi dans leurs cœurs ; un groupe d’entre eux vous tuiez [ndlr les mâles], et un groupe vous faisiez prisonniers [ndlr les femmes et les enfants]. »

On ne peut que recommander la lecture elle-même de la Sîra, dans la version courte (Atallah) ou in extenso (Badawî). Pour une vision synthétique quoique détaillée, vous pouvez vous reporter à l’ouvrage « L’islam de France (et d’Europe) : un message de paix ? » figurant dans la page « Objectif du site ». Voici son sommaire à titre d’illustration pour la partie de l’ouvrage consacré au jihad :

Extrait Sommaire Islam de France

Mahomet pouvait conduire lui-même le jihad et se battre sur le champ de bataille, ou bien envoyer ses troupes. La participation active de Mahomet dans certains combats ne fait aucun doute. La Sîra indique par exemple qu’un jour Mahomet rentra chez lui et donna à sa fille Fatima son épée en lui disant : « Lave le sang qui s’y trouve, ma fille. En effet, elle m’a bien servi aujourd’hui. »

On peut noter que ce jihad mené par Mahomet, caractérisé par des événements très différents (victoires, défaites, trêves), n’a pas correspondu à une extension progressive constante et linéaire de l’islam, mais semble avoir subi les aléas classiques du développement historique avec des événements favorables et défavorables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatorze − 3 =

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.