Manchester

L’attentat-suicide de Manchester est l’occasion de rappeler que la doctrine de l’islam valorise de façon claire et incontestable le martyr pour la cause d’Allah, question déjà abordée dans un article précédent (cf. http://islametoccident.fr/?p=1965).

Ce type d’événement est généralement aussi l’occasion pour les journalistes d’affirmer avec aplomb que les attentats-suicides ne peuvent être que l’expression d’un trouble psychologique chez des personnalités profondément déséquilibrées, dont la pathologie dédouane ainsi l’islam de sa responsabilité dans les actes de violence.

En réalité, l’Occident matérialiste et déchristianisé n’est plus en mesure de concevoir que l’homme puisse être réellement mu par des considérations spirituelles ou un engagement moral particulier, jusqu’à y sacrifier sa vie. À cette aune, comment considérer un moine chrétien qui se cloître pour le restant de ses jours ou un kamikaze japonais autrement que comme un fou ? Le consommateur que rend hystérique la sortie du dernier iPhone ou son artiste de variété favori lors d’un concert est-il un modèle d’équilibre ?

L’émission de France 2 « Un oeil sur la planète », consacrée en 2016 à la Syrie, trace le portrait intéressant d’un combattant musulman qui accepte donner sa vie pour la cause en laquelle il croit : le calme de ce sacrifice et la rationalité de la démarche ne semblent guère relever de la folie. Ce combattant va jusqu’au bout du jihad qu’il mène au nom de l’islam. Un reportage à méditer quant au rapport de l’islam à la violence.

Un oeil sur la planete Syrie 2016