La fatwa contre Salman Rushdie

Les fatwas sont des décisions, souvent émises à titre individuel et en général non contraignantes, émises par des experts dont la légitimité en matière de droit jurisprudentiel religieux (fiqh) est reconnue. La grande majorité des fatwas portent sur des situations privées soumises à des religieux pour obtenir un avis, un arbitrage. Les fatwas à vocation universelle sont plus rares. Les fatwas manifestent de façon générale l’intervention du religieux dans tous les domaines de la vie, ce qui est la négation même du principe de laïcité.

Certaines fatwas peuvent avoir une valeur exécutoire vis-à-vis de la communauté musulmane, en particulier en Iran où des fatwas à valeur exécutoire peuvent être rendues par l’ayatollah (chef suprême des chiites). Mais il en existe également dans le monde sunnite, même si le caractère exécutoire est parfois plus complexe à cerner (cf. en cas d’apostasie).

Dans son ouvrage, « Les versets sataniques », publié en 1988, Salman Rushdie fit référence aux 3 divinités mentionnées dans le Coran (cf. versets sataniques) pour alimenter une réflexion créatrice en matière littéraire. L’ayatollah Khomeiny émit alors la fatwa de mort suivante 1989 : « Au nom de Dieu le Tout-Puissant. Il n’y a qu’un Dieu à qui nous retournerons tous. Je veux informer tous les musulmans que l’auteur du livre intitulé « les versets sataniques », qui a été écrit, imprimé et publié en opposition à l’islam, au Prophète et au Coran, aussi bien que ceux qui l’ont publié ou connaissent son contenu ont été condamnés à mort. J’appelle tous les musulmans zélés à les exécuter rapidement où qu’ils se trouvent, afin que nul n’insulte les saintetés islamiques. Celui qui sera tué sur son chemin sera considéré comme un martyr. C’est la volonté de Dieu. De plus, quiconque approchera l’auteur du livre, sans avoir le pouvoir de l’exécuter, devra le traduire devant le peuple afin qu’il soit puni pour ses actions. Que Dieu vous bénisse tous. »

Quelle que soit la pertinence religieuse de cette référence au regard du projet littéraire de Salman Rushdie, on peut noter que cette fatwa, jamais abolie, demandait à tous les musulmans d’assassiner l’écrivain, cet assassinat étant récompensé par une somme de 21.500 US$.

Cat Stevens
Cat Stevens, converti à l’islam, approuve la condamnation à mort de Salman Rushdie

 Cat Stevens Yusuf Islam

En septembre 2012, cette somme a été portée à 3.300.000 US$ par l’imam Hassan Sanei et sa fondation religieuse iranienne du 15 Khordad au motif que l’écrivain a entretenu par cette publication et son absence de repentir depuis un climat général hostile à l’islam, voire une conspiration anti-islam, notamment illustré par la production de films attaquant cette religion, comme l’« innocence des musulmans ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

onze − cinq =

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.