L’annonce de la venue de Mahomet

  • Problématique

L’islam cherche à toute force à légitimer Mahomet en retrouvant une annonce de sa venue dans les textes des deux autres religions dont il prétend être le continuateur : le judaïsme et le christianisme. Qu’en est-il précisément ?

  • Dans les textes juifs

Cette question a été très tôt – du vivant même de Mahomet – tranchée par les rabbins : Mahomet ne figure nulle part. C’est en effet lors de discussions à Médine dans les premiers mois après l’hégire que Mahomet a prétendu, face aux juifs de Médine, être un prophète annoncé par leurs écritures : cette revendication se situait dans un contexte particulier puisque Mahomet cherchait à rallier à lui les juifs en prétendant être le continuateur de leur religion : c’est ce qui figure très clairement dans la biographie (Sîra) de Mahomet d’Ibn Hîcham, incontestée dans le monde musulman. L’échec fut total et Mahomet, ayant perdu tout espoir, se retourna ensuite contre les juifs et les extermina, déception profonde qui est sans doute à la racine de l’antisémitisme viscéral de l’islam.

  • Dans les textes chrétiens

Les intervenants de l’émission « Islam » de France 2 évoquent les deux sources habituellement citées pour justifier la revendication musulmane :

–  L’évangile avec l’annonce de la venue du Paraclet : il s’agit en réalité de l’annonce de la venue d’un pur esprit qui est l’Esprit Saint qui n’a d’ailleurs aucune raison d’attendre encore 6 siècles pour poursuivre l’accomplissement de la venue du Christ.

–   L’évangile de Barnabé, texte apocryphe datant du Moyen-Âge.

France 2 Islam 170326 Annonce & Relativite

  • Conclusion

La prétention opportuniste de Mahomet à être annoncé par les textes juifs et chrétiens n’est soutenue par rien dans les traditions juives et chrétiennes, ce qui est logique car on voit mal en effet comment un non-juif pourrait être le messie attendu par le peuple juif (qui plus est messie exterminateur de juifs), ou comment Mahomet pourrait surpasser ou accomplir plus complètement la venue du Christ et sa crucifixion, le message et la vie de Mahomet étant à l’opposé de la doctrine du Christ et l’islam niant totalement par ailleurs toute incarnation divine.

L’hypothèse émise par un des intervenants de l’émission précitée, à savoir une « incarnation du divin dans un texte religieux qui a correspondu à un moment précis de l’histoire des Arabes », paraît beaucoup plus raisonnable et sensée, mais est assez étonnante dans la bouche d’un musulman, car elle désacralise les fondements de l’islam et anéantit la prétention de l’islam a détenir la vérité et le message divin définitif.