Les leçons de taqiya de Tareq Oubrou : (6) La paix d’Allah

tareq-oubrou-ce-que-vous-ne-savez-pas

  • La problématique

Si la notion d’amour est absente du Coran (où figure la notion de « miséricorde », qui prête d’ailleurs à une grande confusion si l’on commet l’erreur de croire qu’il s’agit de la miséricorde entendue au sens chrétien), la paix est présente mais il s’agit d’une paix entre musulmans. En effet, le Coran ne tarit pas de références sur le sort atroce que connaîtront dans l’au-delà les mécréants, punis par Allah dans des conditions épouvantables. Un exemple parmi la multitude de versets portant sur cette question :

Sourate 2, verset 114. Qui est plus injuste que celui qui empêche que dans les mosquées d’Allah, on invoque Son nom, et qui s’efforcent de les détruire, alors qu’ils ne devraient y entrer que remplis de crainte. Pour eux, ce sera l’ignominie ici-bas et dans l’au-delà un châtiment immense.

Et non seulement, ce châtiment est terrible, mais il est le plus souvent éternel. Quelques exemples parmi une multitude :

Sourate 2, verset 39. Ceux qui auront été incrédules et auront été traité Nos signes de mensonges, ceux-là sont les hôtes du Feu où ils demeureront éternellement.

Sourate 2, verset 161. Ceux qui ne croient pas et meurent mécréants subiront la malédiction d’Allah, des anges et de tous les hommes.

Sourate 2, verset 162. Ils la subiront éternellement. Leur châtiment ne leur sera pas allégé (…).

Sourate 2, verset 257. Allah est le maître de ceux qui croient : Il les fait sortir des ténèbres vers la lumière. Quant à ceux qui ne croient pas, ils ont pour défenseurs les Taghout qui les font sortir de la lumière vers les ténèbres. Voilà les hôtes du Feu, où ils demeureront éternellement.

Sourate 3, verset 116. Quant aux incrédules, ni leurs biens, ni leurs enfants ne pourront jamais leur servir contre Allah. Ceux-là sont les hôtes du feu : ils y demeureront éternellement.

Sourate 4, verset 168. Ceux qui sont incrédules et injustes, Allah ne leur pardonnera pas et ne les guidera pas dans un chemin

Sourate 4, verset 169. autre que celui de la Géhenne où ils demeureront éternellement. Cela est facile à Allah.

etc…

Sourate 98, verset 6. Les infidèles parmi les gens du Livre, ainsi que les associateurs iront dans le feu de l’enfer, pour y demeurer éternellement. Ceux-là sont le pire de l’humanité.

Ceux qui douteraient que ces versets, déjà nombreux, constituent un simple échantillon peuvent se reporter aux 16 pages de la section 6.3 « Les mécréants seront punis par Allah » du « Livret musulman de premier secours » (http://islametoccident.fr/?page_id=1786).

Une fois ce rappel bien en tête, examinons maintenant la thèse de Tareq Oubrou.

  • La « noblesse » d’Allah

Pour Tareq Oubrou, « Selon la théologie sunnite, Dieu doit respecter Sa promesse (le Paradis), mais non Sa menace. Il n’est pas obligé de mettre à exécution sa colère. Cela s’appelle une noblesse. (…) C’est bien ce que laisse entendre ce verset : « Il y a resteront éternellement [en Enfer] tant que demeureront les cieux et la terre, à moins que ton Seigneur n’en décide autrement. Ton Seigneur fait ce qu’il veut. » (sourate 11, verset 107) À noter ici que l’éternité (« khulûd »), dans le vocabulaire du Coran, n’est pas synonyme d’une durée infinie. »

Tareq Oubrou énonce ici une évidence tautologique : Dieu étant maître de toutes choses, il est aussi maître du châtiment qu’il applique selon son bon plaisir. Cela prouve-t-il qu’il s’agit d’un dieu d’amour et de pardon ? Absolument pas, comme la litanie des versets référencés ci-dessus le montre : le pardon est l’exception.

  • Un renversement opportuniste des valeurs

Pour Tareq Oubrou, « Ce verset [11/107] met en cause le sens littéral de tous les versets qui donneraient l’impression que le châtiment de Dieu serait d’une durée infinie. Tout simplement parce que l’homme n’a pas été créé pour la souffrance, même si celle-ci peut être un passage, une épreuve, une purgation temporelle. »

Ainsi donc, un unique verset – qui ne fait qu’énoncer une tautologie sans conséquence – mettrait donc en cause le sens obvie de la multitude des versets évoquant clairement le caractère éternel du châtiment des mécréants ? Alors que les lois de la statistique pulvérisent cette affirmation et contre toute logique, il faudrait faire une confiance aveugle à Tareq Oubrou, simple imam de la petite bourgade de Bordeaux ?

  • L’ignorance des musulmans

On comprend ainsi mieux pourquoi Tareq Oubrou écrit : « Beaucoup de musulmans ignorent cette doctrine orthodoxe (sunnite) qui défend l’idée d’un Enfer extinguible et prévoit que, quelles que soient les fautes ou la « mécréance » d’une personne, celle-ci ne restera pas dans le châtiment pour l’éternité. »

En effet, l’évidence coranique du caractère éternel du châtiment du mécréant – sauf exception – est tellement aveuglante qu’il est tout à fait logique que les musulmans eux-mêmes méconnaissent la thèse présentée par Tareq Oubrou.

Que le séjour en enfer d’un individu puisse, selon la volonté d’Allah, être temporaire est une chose admise et logique, mais Tareq Oubrou va beaucoup plus loin plus qu’il postule que c’est la règle systématique : sur quels textes est fondée cette position audacieuse – voire stupéfiante au regard de la multitude de versets du Coran qui s’y opposent – ? Malheureusement, Tareq Oubrou ne le précise pas.

  • Conclusion

L’audace théologique de Tareq Oubrou semble sans limite puisqu’il postule en réalité que le châtiment du mécréant est toujours temporaire, ce qui revient à aller à rebours de la lecture élémentaire du Coran. Faut-il s’étonner après cela qu’il soit condamné à mort par l’État Islamique pour déviance et donc apostasie ?

Tareq Oubrou voudrait-il nous faire croire qu’il y aurait une proximité entre la théologie musulmane et la théologie chrétienne, qui s’est en effet beaucoup interrogée sur l’enfer et le purgatoire, alors que les conceptions de Dieu dans ces deux religions n’ont absolument rien à voir ? Rappelons juste que la différence évidente entre Jésus et Mahomet est que l’un a prêché pacifiquement et a fini sur la croix, tandis que l’autre a finalement prêché par l’épée en massacrant ses opposants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 − 5 =

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.