Loi & Justice

Dans le Coran, comme largement dans les anciens temps bibliques, il n’y a pas des hommes « bons » mais des hommes « justes ». Est « juste » celui qui vit conformément à Loi divine et se comporte envers ses semblables selon cette Loi. L’« injuste » (kufr/kâfir[1]) est celui qui ne tient pas compte de la Loi divine.

Coran, sourate 1, verset 6 : « Guide-nous dans le droit chemin, »

Coran, sourate 2, verset 229 : « (…) Voilà les ordres d’Allah. Ne les transgressez donc pas. Ceux qui transgressent les ordres d’Allah sont des injustes. »

[1] Les dallun étant par ailleurs les égarés en général.

Pour Rémi Brague (ouvrage « La Loi de Dieu ») : « Rien n’échappe à la loi, observe Ghazali. (…) La loi est le seul et unique fondement de l’obligation. Ce n’est que par la loi (shar’) qu’on peut savoir qu’une chose est bonne ou mauvaise. Elle seule permet de distinguer entre justice et violence. »

Pour le musulman, il convient de respecter les règles édictées par Allah et dont la transcription sur Terre est codifiée dans la chari’a. La chari’a détermine dans un endroit donné toutes les règles que doit suivre le musulman. En l’absence de hiérarchie religieuse au sein du monde sunnite, largement majoritaire, la chari’a dépend de l’autorité religieuse locale de la région considérée dans chaque pays.

Le Conseil européen des fatwas et de la recherche précise (2002) que la désobéissance conduit à l’enfer : « La promesse de l’Enfer liée à tout mauvaise action commise par le musulman signifie non pas que celui-ci y demeurera éternellement comme c’est le cas pour les négateurs (kuffâr), mais qu’il y sera envoyé comme tout monothéiste ayant désobéi. »

Laisser un commentaire