L’étude de l’islam conduit nécessairement à la « radicalisation »

L’ignorance en Occident et notamment en France de la doctrine de l’islam est une constatation évidente à en juger par tous les politiques, journalistes, philosophes ou autres hommes publics qui s’aventurent à parler de l’islam sans en avoir lu les textes, le plus emblématique d’entre eux étant Alain Juppé, qui s’en est même fait une spécialité avec son concept utopique et irresponsable d’« identité heureuse ». Il suffit d’ailleurs de regarder les débats télévisés ou d’écouter la radio pour constater que personne n’y cite les textes musulmans, car cela deviendrait rapidement très embarrassant.

La première tâche de toute personne qui veut s’intéresser sérieusement à la question musulmane est donc évidemment de commencer par lire les textes dont il s’agit, et dans cet ordre : biographie de Mahomet (Sîra d’Ibn Hîcham) puis le Coran et enfin les hadiths ; car la connaissance de la biographie de Mahomet éclaire d’un jour tout à fait fondamental le Coran (et les hadiths).

Si vous prenez le cas de Michel Onfray, une des quelques personnalités médiatisées ayant fait l’effort de lire sérieusement les textes musulmans, vous constaterez néanmoins en lisant ses ouvrages – et notamment le dernier « Penser l’islam »  – qu’il a certainement bien étudié il y a quelques années le Coran mais qu’il n’a visiblement pas lu dans le détail la biographie de Mahomet (il n’en parle d’ailleurs jamais). Il faut dire, d’une part, que la Sîra est un texte très peu connu en Occident et que, d’autre part, les traductions en français de ce texte sont relativement récentes (2001 pour la traduction d’Abdurrahman Badawi et 2008 pour la traduction de Wahib Atallah) – une version anglaise par Alfred Guillaume étant par ailleurs disponible depuis 1955 –.

Or, contrairement à une idée largement répandue, que l’on retrouve chez Michel Onfray avec sa théorie erronée du « prélèvement » (parce qu’il n’a pas lu la biographie de Mahomet) selon laquelle on peut faire dire tout et son contraire au Coran, la doctrine musulmane est d’une grande cohérence dès lors qu’on la replace dans le contexte politico-historique de la prise de pouvoir par Mahomet – l’idéologie religieuse étant utilisée comme instrument de conquête –, ce que la lecture des textes musulmans montre à l’évidence. Encore une fois, si vous en doutez : lisez la biographie de Mahomet !

Aussi, l’alternative à laquelle conduit la lecture des textes authentiques et sacrés de l’islam est simple et aboutit dans les deux cas à une « radicalisation », pour ou contre :

–  soit on croit à l’existence du Dieu musulman, Allah, et à la prétention de Mahomet à être effectivement son Envoyé, et il faut alors suivre le modèle mahométan en tous points, jihad compris ;

–  soit on pense que Mahomet est un simple illuminé – ou un habile calculateur – qui a construit et utilisé une idéologie religieuse (pour l’essentiel copiée du judaïsme) et qu’il a mise au service de son objectif de conquête du pouvoir (peu importe d’ailleurs que Mahomet ait cru sincèrement être inspiré par Allah ou non).

Ces deux visions sont « radicales » dans la mesure, d’une part, où elles sont très simples, et, d’autre part, où il n’y a pas d’autre voie possible. Ainsi, un musulman « radicalisé » est tout simplement un musulman qui a pris conscience de la nature guerrière de l’islam de Mahomet, croit dans cette voie – puisque l’ordre vient directement d’Allah –, et décide donc de suivre ce modèle avec toutes ses conséquences.

Alors me direz-vous, il y a bien pourtant un « islam modéré » en Occident : eh bien oui et non :

–  non, car il n’y a qu’une doctrine de l’islam – comme le rappelle même et à juste titre le Conseil Français du Culte Musulman dans la « Charte des musulmans de France pour le vivre ensemble » qu’il a publiée à l’été 2014 –. Cette doctrine est en réalité très simple et tranchée sur toutes les questions qui touchent directement aux valeurs occidentales (incompatibilité avec la laïcité, inégalité homme-femme, absence de liberté de conscience, inégalité des communautés humaines et donc communautarisme, etc.).

–  oui, car beaucoup de musulmans n’appliquent en réalité pas les règles de leur modèle Mahomet et pratiquent ainsi un islam « dévoyé », et ce pour au moins deux raisons très simples : une proportion très importante de musulmans vivant en Occident ne connaît en réalité pas les textes de l’islam, y compris le Coran (et ne parlons pas de l’absence totale de connaissance des autres religions et spiritualités) ; et pour ceux qui connaissent la réalité de l’islam de Mahomet, ils ne le mettent pas en œuvre aujourd’hui pour de multiples raisons (doute, paresse, confort offert par la matérialisme, peur du danger, etc.).

Un musulman « modéré » est donc une personne qui tout simplement n’applique pas les règles de l’islam de Mahomet dont il se revendique. Il fait partie de la « zone grise » dénoncée par l’État Islamique et c’est précisément la raison pour laquelle l’État Islamique dans ses revues exhorte les musulmans à se replonger dans les textes sacrés de l’islam authentique pour « apprendre leur religion » car il essaie de rendre insupportable aux musulmans « modérés » ce conflit de conscience entre l’islam véritable et leurs actes, et ainsi de les pousser à basculer dans l’action violente prônée et pratiquée par Mahomet pour imposer l’islam sur toute la Terre. La difficulté, pour un musulman « modéré », mais ignorant, et qui découvre la véritable nature de l’islam de Mahomet, est, s’il refuse le jihad, d’accepter le reniement identitaire et religieux que son refus de s’engager dans le jihad constitue. Tout musulman qui prend conscience de la nature de l’islam de Mahomet – fondé indubitablement sur le jihad (lisez la biographie de Mahomet…) – n’a en réalité de choix final, s’il veut être cohérent intérieurement et ne pas voir sa conscience déchirée, qu’entre le jihad et l’apostasie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × 1 =

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.