Islam & Chrétiens d’Occident : une perception tragique ?

Quiconque a déjà tenté d’aborder avec un auditoire occidental la réalité du contenu des textes de l’islam de Mahomet a certainement constaté, comme cela m’arrive de façon quasi permanente, la rebuffade des esprits dès lors qu’ils se sentent emmenés sur un terrain qui leur échappe, puisqu’ils ont quand même conscience d’être au fond ignorants des choses dont ils dissertent souvent avec beaucoup d’autorité, n’ayant lu ni le Coran, ni les hadiths et ni la biographie de Mahomet (un peu comme ce monsieur Edwy Plenel, salafiste sans le savoir, donneur de leçon à toute heure).

Rapidement pris, comme des collégiens honteux, la main dans le sac de leur ignorance par la seule citation d’un verset, d’un hadith ou d’un épisode peu reluisant de la vie de Mahomet – évidemment en totale opposition avec le discours bien pensant ambiant et dont la clarté n’offre aucune prise à une « interprétation » partisane et déviante quelconque –, ceux-ci ouvrent les écuries d’Augias de la malhonnêteté intellectuelle pour faire déferler le torrent où se déchaînent pêle-mêle comme arguments péremptoires les massacres relatés dans l’Ancien Testament, les croisades, l’inquisition ou encore les guerres de religion, comme si : 1) ces sujets étaient encore d’actualité (de mémoire d’éléphant, on a du mal à se souvenir de quand date le dernier massacre commis par les juifs au nom de la Torah…) ; 2) le fond du judaïsme et du christianisme était foncièrement violent ; 3) une repentance n’avait pas été clairement exprimée par certains ; 4) cela avait un rapport quelconque avec l’islam et dédouanait l’islam d’une quelconque façon de sa propre violence.

Il est bien connu qu’à cours d’arguments, et pour ne pas perdre la face, on peut dire n’importe quoi pour faire diversion. À ce petit jeu, les chrétiens d’Occident se défendent souvent bien car leur logiciel de culpabilité intériorisée les empêche d’admettre qu’il puisse y avoir de vrais méchants. Et puis c’est parfois si bon d’avoir quelque chose à se reprocher quand on est chrétien et qu’on doute de son identité ! Sauf que croisades et inquisition n’ont aucun rapport avec la doctrine du Christ et en constituent des déviances politiques (avec la complexité de la défense contre l’islam dans le cas des croisades) totalement opposées. Or c’est tout l’inverse pour l’islam qui a instauré le jihad et l’humiliation des non-musulmans (juifs et chrétiens) comme norme.

Le plus terrible est encore que la leçon tirée du sort des chrétiens d’Orient ne semble être d’aucune utilité ou portée, ni même les alertes qu’ils nous adressent. On se rassemble au Cirque d’Hiver dans un grand élan affectif et le soufflé retombe. À ce propos, et au-delà des travaux sérieux que je mets à disposition pour partager la connaissance (notamment le « Livret musulman de premier secours » livret-musulman-27-juillet-2016), je soumets au lecteur de ce site une petite vidéo qui me semble d’une grande profondeur, digne de la tragédie, en dépit de son caractère humoristique :

Islam et Chretiens d'Occident

Islam & Chretiens d’Occident

2 thoughts on “Islam & Chrétiens d’Occident : une perception tragique ?”

  1. L’inquisition (littéralement, enquête) a fait bien peu de morts en France en quelques siècles.
    Les croisades (chrétiennes) étaient essentiellement défensives et pour le salut de l’âme, contre les Cathares par exemple, car l’âme, à cette époque, avait plus d’importance que le corps.
    Donc ces comparaisons anachroniques n’ont pas de sens.

    PS : vidéo « corrompue » ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 + 17 =

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.