Pourquoi le C.F.C.M. est une voie sans issue pour faire évoluer l’islam de France

On sait que les derniers gouvernements français ont « investi » fortement depuis une quinzaine d’années sur le Conseil Français du Culte Musulman pour essayer de faire de cette organisation un partenaire susceptible d’aider à traiter la question de la non-assimilation de fait en France de la population d’origine maghrébine se manifestant notamment par un rejet violent des valeurs occidentales. Chacun peut constater, d’une part, que cela n’a donné aucun résultat et que le C.F.C.M. se révèle incapable de produire un argumentaire doctrinal opposable à celui des salafistes – et notamment à celui, très fourni, de l’État Islamique – ; d’autre part, que le gouvernement français persiste dans son erreur. Pourquoi ?

On peut penser à quelques raisons très simples :

  • Le C.F.C.M. exclut lui-même de son objet social l’encadrement et l’interprétation de la doctrine de l’islam

Vouloir faire intervenir le C.F.C.M. dans les questions de doctrine, pour notamment former un rempart contre la propagande de l’État Islamique, ne fait pas partie de l’objet social du C.F.C.M., comme l’a rappelé de façon très claire son vice-président Chems-Eddine Hafiz en mars 2015 :

CFCM 150303

CFCM 150303 Objet social

L’objet du C.F.C.M., comme le précise d’ailleurs son intitulé, est la gestion des lieux de culte, et rien d’autre.

  • Quand bien même le C.F.C.M. le voudrait, celui-ci n’aurait aucune légitimité à intervenir dans les questions doctrinales au sein de l’islam sunnite

Il n’existe pas dans l’islam sunnite (qui correspond à celui pratiqué par la population d’origine maghrébine présente sur le territoire français) d’autorité fixant le cadre doctrinal de l’islam. Bien entendu, certaines questions conduisent à un large consensus au sein du monde musulman mais aucune autorité n’a le pouvoir d’imposer quoi que ce soit en ce domaine, même la prestigieuse université d’Al-Azhar. N’importe quel imam français peut donc proposer sa lecture des textes sacrés musulmans et le C.F.C.M. n’y peut rien.

  • Le gouvernement français continue à instrumentaliser le C.F.C.M. pour tenter d’empêcher que la question culturelle liée à l’immigration maghrébine ne lui explose à la figure

En l’absence d’autre interlocuteur, le gouvernement français n’a d’autre solution, pour tenter de gérer – avec l’inefficacité qu’on voit – les conséquences culturelles inexorables d’une immigration musulmane incontrôlée, que d’exciper une organisation censée représentée les musulmans de France (ce que le C.F.C.M. n’est pas, beaucoup de musulmans ne le reconnaissant pas) pour lui faire dire ce dont il a besoin dans le cadre d’un donnant-donnant qui soumet l’État français à des revendications musulmanes de plus en plus pressantes. Dépassé par la situation, l’État français espère un miracle : que la situation s’améliore d’elle-même avec le temps…

En effet, les politiques français, qui refusent d’admettre leur légèreté et leur responsabilité dans la gestion désastreuse depuis 40 ans de l’immigration musulmane maghrébine (l’immigration d’Europe posant des questions d’une ampleur sans commune mesure avec celle du Maghreb), ont choisi de fuir la question culturelle et de civilisation fondamentale que cette évolution soulève pour tenter de rassurer les Français par des messages unidirectionnels à visée volontaire apaisante et une censure systématique dans les grands médias des voix critiques et donc discordantes à l’égard de l’islam (à l’exception de 4 ou 5 personnalités ayant déjà pignon sur rue et qu’il reste difficile de bâillonner complètement).

  • Conclusion : la situation ne peut que se détériorer aux dépens de ce qui constitue l’identité française

La gestion incohérente de cette situation par les différentes tendances au pouvoir en France va conduire à une dégradation inexorable de la situation se traduisant par une remise en cause de plus en plus claire et massive – notamment pour des raisons démographiques – de ce qui constitue l’âme de l’identité française.

Le gouvernement français ayant décidé d’abandonner les Français à leur triste sort – ceux-ci semblant d’ailleurs incapables de prendre en main la défense de leurs valeurs –, tout ceci nous mène droit à une libanisation dont le signe précurseur évident est l’explosion des revendications communautaires et leur extension à des domaines de la société de plus en plus larges : foulard islamique et burqa (non sanctionnée par la police malgré la loi), prière en entreprise et aménagement des temps de travail (cf. ramadan), jours fériés musulmans, financement des mosquées, repas halal dans les cantines (et généralisation de fait de la vente de viande halal à tous les consommateurs pour des raisons industrielles dans les supermarchés ou grandes chaînes de restauration), pression sur la vente de certains produits (charcuterie, alcool, etc.) dans certains quartiers, conditions d’exercice du sport à l’école, remise en cause de la mixité dans de nombreuses situations, constitution d’un parti politique musulman, pressions de plus en plus fortes pour empêcher la critique de la religion musulmane, enkystement religieux dans certaines communes de France qui deviennent des zones de non-droit, reconnaissance en France de mariages en terre musulmane avec des très jeunes femmes, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 + 12 =

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.