Le statut de la femme en islam : une conférence stupéfiante à l’Institut du Monde Arabe

S’il est un lieu où la taqiya (dissimulation) est régulièrement pratiquée, c’est bien semble-t-il à l’Institut du Monde Arabe. Ayant participé à plusieurs conférences cette année, j’ai pu constater qu’il était très difficile, et parfois impossible (temps imparti dépassé par les orateurs), d’intervenir pour poser des questions afin de sortir du discours politiquement correct qui est habituellement proposé (et lorsqu’on réussit à les poser, la censure intervient de façon tout à fait visible : expérience vécue et vérifiable). Si les intervenants aiment bien discuter entre eux et se congratuler, ils apprécient semble-t-il beaucoup moins qu’on vienne « perturber » la quiétude de leur réflexion unidirectionnelle.

L’I.M.A. organisait jeudi dernier (16 juin 2016) une conférence sur le thème : « La lutte pour les droits des femmes dans les sociétés musulmanes : un état des lieux critique ? » sous la houlette d’Abdennour Bidar. Question effectivement intéressante tant le statut de la femme dans la culture musulmane pose encore problème aujourd’hui, étant même en régression dans un nombre significatif de pays musulmans.

On aurait pu s’attendre à un véritable débat fondé, au-delà des questions sociales, sur la racine du problème, c’est-à-dire les textes fondamentaux de l’islam : il n’en a rien été, et aucun des 3 orateurs (Abdennour Bidar et deux autres personnes) dans leur exposé (j’avoue avoir quitté les lieux après 1h40 de conférence d’une platitude exaspérante) n’y a fait référence. Pire, la deuxième intervenante n’a pas cité le Coran mais un verset des textes chrétiens (de l’épître aux Corinthiens) dans un but apparemment de dénigrement du christianisme.

Pourtant, il aurait suffi d’un tout petit effort pour poser les bonnes questions sur différents thèmes, entre autres :

  • L’infériorité naturelle de la femme par rapport à l’homme

Sourate 2, verset 228. (…) Quant à vos femmes, elles ont des droits équivalents à leurs obligations, conformément à la bienséance. Mais les hommes ont cependant une prééminence sur elles. Allah est puissant et sage.

Sourate 4, verset 34. Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et à cause des dépenses qu’ils font pour elles sur leurs biens. (…)

  • La misogynie de Mahomet

Hadith (Bukhari, Muslim) : On rapporte les paroles suivantes d’Abu Hurayra : « L’Envoyé de Dieu a dit : « Soyez bienveillants à l’égard des femmes, car la femme a été créée d’une côte. Or ce qui est le plus recourbé dans la côte, c’est sa partie supérieure. Si vous essayez de la redresser, vous la brisez, et si vous la laissez en paix, elle restera toujours recourbée.» »

Hadith (Bukhari) : D’après Abu Said al-Khudri, le Prophète a dit : « Le témoignage d’une femme n’est-il pas la moitié du témoignage d’un homme ? – Certes oui, répondîmes-nous. – Cela, reprit-il, tient à l’imperfection de son intelligence. »

  • L’interdiction du mariage de la musulmane à un non-musulman

Sourate 2, verset 221. (…) Ne donnez pas vos filles en mariage aux associateurs avant qu’ils ne croient. Certes, un esclave croyant vaut mieux qu’un associateur même s’il vous plaît. Car les associateurs invitent au feu ; tandis qu’Allah invite, de par sa grâce, au paradis et au pardon. Allah expose ses enseignements aux hommes ; peut-être réfléchiront-ils !

  • La polygamie

Sourate 4, verset 3. (…) Épousez, comme il vous plaira, deux, trois ou quatre femmes. Mais, si vous craignez de n’être pas équitable, alors une seule, ou des concubines [ou esclaves de guerre]. Cela afin de ne pas faire d’injustice ou afin de ne pas aggraver votre charge de famille.

  • Le droit pour le mari musulman de battre ses femmes s’il craint leur désobéissance

Sourate 4, verset 34. (…). Et quant à celles [de vos femmes] dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous de leur lit et frappez-les. Si elles reviennent à l’obéissance, ne leur cherchez plus querelle. Allah est auguste et grand !

  • La soumission sexuelle due au mari

Hadith (unanime) : « Si le mari invite la femme dans son lit, qu’elle refuse de venir et qu’il passe la nuit mécontent d’elle, les anges la maudissent jusqu’au matin »

Etc., sans parler du statut social de la femme vue comme une mère reproductrice dont le rôle est d’être à la maison et de s’occuper du foyer et des enfants, vision que l’on trouve dans tous les manuels d’éducation musulmans destinés aux femmes.

Pour en juger, je vous propose donc d’écouter l’intervention d’Abdennour Bidar (les interventions des deux personnes suivantes ne sont pas sur le site par souci de place mais sont disponibles sur demande) : bonne taqiya !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 − 7 =

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.