Comment l’Oumma sous-tend le califat islamique

  • L’obligation d’être solidaire de sa communauté

L’islam est une religion fondamentalement communautariste qui oppose le monde dominé par les musulmans (dar-al-islam) au monde de la mécréance qui est à conquérir (dar-al-harb), l’ensemble des musulmans participant de la communauté (Oumma) musulmane mondiale. Le Coran exige ainsi de tout musulman une solidarité sans faille envers sa communauté afin que sa communauté soit ainsi renforcée dans l’opposition naturelle qui la fait s’affronter à toutes les autres communautés humaines.

Sourate 3, versets 103 & 104 « Et tenez-vous fermement tous ensemble à la corde d’Allah et ne soyez pas divisés ! Rappelez-vous le bienfait d’Allah sur vous lorsque vous étiez divisés : c’est Lui qui réconcilia vos cœurs. Puis, par Son bienfait, vous êtes devenus frères. Et alors que vous étiez au bord d’un abîme de Feu, c’est Lui qui vous en a sauvés. Ainsi, Allah vous montre Ses signes afin que vous soyez bien guidés. Que soit issue de vous une communauté qui appelle au bien, ordonne le convenable, et interdise le blâmable. Car ce seront eux qui réussiront. »

  • Les musulmans vivant en Occident doivent émigrer en terre d’islam

Le chemin privilégié du musulman vivant dans une terre de mécréance dont il ne peut pas espérer prendre rapidement le contrôle est en conséquence l’émigration dans un pays musulman où il pourra vivre sa foi comme il l’entend. Le Coran et la Tradition sont tout à fait clairs à ce sujet :

Sourate 4, versets 97 à 99 : « Ceux qui ont fait du tort à eux mêmes, les Anges enlèveront leurs âmes en disant : « En quel état étiez-vous ? » – « Nous étions impuissants sur terre », dirent-ils. Alors les Anges diront : « La terre d’Allah n’était-elle pas assez vaste pour vous permettre d’émigrer ? » Voilà bien ceux dont le refuge est l’Enfer. Et quelle mauvaise destination ! À l’exception des impuissants : hommes, femmes et enfants, incapables de se débrouiller, et qui ne trouvent aucune voie : à ceux-là, il se peut qu’Allah donne le pardon. Allah est Clément et Pardonneur. »

Hadith authentique (Abu Dawud) : « Celui qui reste avec l’associateur et habite avec lui est comme lui ».

  • L’Oumma ne peut réellement se rassembler que sous l’autorité d’un seul calife

Toute communauté a besoin d’un chef et le Coran mentionne ce point :

Sourate 2, verset 30 : « Lorsque ton Seigneur confia aux anges : « Je vais établir sur la terre un vicaire [ndlr Khalifa] (…) ».

Hadith (Abu Dawud) : « Le Prophète a dit : « Si trois personnes partent en voyage, qu’ils nomment l’un d’entre eux comme émir [chef] ». »

L’histoire des califes en terre d’islam est une histoire mouvementée avec d’abord les « quatre califes bien guidés », puis ensuite tous les autres jusqu’au califat ottoman. Aujourd’hui, l’idée d’un unique califat mondial est revivifiée par l’État Islamique, certes à son profit, mais avec des références doctrinales préexistantes bien réelles : « Tout ce qui est obligatoire comme le jihad, établir la justice, le pèlerinage, les prières du vendredi, les prières en commun et celles des deux fêtes, secourir celui qui a subi l’injustice, appliquer les peines prescrites, tout cela n’est possible qu’avec la force de l’émirat. »

Cette « résurrection » du califat est une nécessité doctrinale pour l’État Islamique : « La communauté musulmane a retardé cette obligation qu’est le califat jusqu’à même l’oublier ou de n’en parler que lorsque sont abordés les signes de la fin des temps. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × cinq =

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.