La violence innée de l’islam : y viendrait-on (enfin) doucement… ?

Alors que le lien congénital de l’islam avec la violence est évident pour tout le monde, combien de dénis de réalité subit l’Occident depuis tant d’années de la part des musulmans au cri de « pas d’amalgame », remède bien commode censé exorciser le mal que représente l’esprit critique dans la tête des non-musulmans ?

Mais face aux évidences à répétition, des esprits plus éclairés que les autres ne peuvent plus trouver de nouvelle échappatoire. Il y a bien un vrai problème dans l’islam et il faut le traiter. Écoutons l’émission de France 2 « Islam » du dimanche 22 novembre 2015 :

France 2 Islam 151122 Extrait 1

France 2 Islam 151122 Extrait 5

À la question du journaliste : « Quelle est votre lecture des attentats et comment cela a-t-il été rendu possible ? », Ghaleb Bencheikh répond : « Sans auto-flagellation aucune et sans dolorisme aucun, ceci est dû aussi à la somme des démissions, des abdications, de la frilosité, à n’avoir pas su voir, n’avoir pas su endiguer en son temps la déferlante d’extrémistes ou jihadistes. (…) Nous ne pouvons pas indéfiniment dire que la tradition religieuse islamique est une religion de bonté, d’amour, de miséricorde, de sollicitude, de prise en compte de l’intérêt d’autrui – que nous croyons –, et oublier qu’il y a aussi au sein de cette tradition un corpus de sacralisation de la violence, un discours fielleux sur la guerre, justifié par le recours à la révélation coranique ou à la tradition en tant que telle. Eh bien, ça a poussé les illuminés exaltés, les idéologues, les sermonnaires, à – je n’aime pas beaucoup la lecture sociologisante, mais en tous cas – les laisser-pour-compte, les marginalisés, à commettre l’irréparable, ce que nous condamnons non seulement avec force, mais nous devons endiguer toute cette déferlante. »

Ghaleb Bencheikh reconnaît donc, fait rarissime chez les musulmans, l’existence claire d’une problématique spécifique : celle du lien congénital de l’islam avec la violence, violence figurant explicitement dans le Coran et la Tradition du Prophète. Cette prise de conscience, cette sortie du monde des dénis de réalité, sont absolument à saluer. C’est le premier pas, car on ne peut pas soigner un malade si on refuse de diagnostiquer sa maladie.

La question fondamentale est alors la suivante : comment les musulmans vont-ils faire leur auto-critique sans remettre en cause tout l’édifice de l’islam ? Cela paraît impossible.

Laisser un commentaire