Les femmes capturées par les musulmans peuvent être violées ou vendues

On sait que Mahomet et ses partisans conduisirent de nombreuses batailles, razzias, dont un des objectifs principaux étaient notamment de se procurer des biens et des femmes. Dans ce cas, les femmes captives deviennent esclaves et sont donc soumises au bon vouloir de leur maître qui peut les violer comme bon lui semble, sous réserve de respecter le délai imposé par Mahomet pour s’assurer de la pureté de la femme. Il n’y a d’ailleurs pas de raison a priori pour que Mahomet ait procédé différemment avec les femmes captives qu’il s’attribuait.

La Sîra précise en effet : « L’Envoyé d’Allah fit faire prisonnières [ndlr lors de la bataille de Khaybar] Saffiya bint Huyayy, elle était la femme de Kinana Ibn al-Rabi, ainsi que deux de ses cousines du côté paternel. L’Envoyé d’Allah choisit pour lui-même Saffiya. Dihyah Ibn Khalifa al-Kalbi avait auparavant demandé à l’Envoyé d’Allah de lui donner Saffiya, mais quand l’Envoyé d’Allah l’a choisie pour lui-même, il donna à Dihyah ses deux cousines. Les autres femmes captives furent distribuées aux autres musulmans. (…) Ibn Ishâq dit : Abdallah Ibn Abi Nujayh m’a rapporté sur l’autorité de Makhul que l’Envoyé d’Allah leur interdit ce jour-là quatre choses : 1) s’accoupler avec les femmes captives enceintes ; (…) L’Envoyé d’Allah a dit : « Il n’est pas licite à un homme qui croit en Dieu et en le Jour dernier d’arroser par son sperme le sperme d’autrui – c’est-à-dire de s’accoupler avec les femmes captives enceintes. Il n’est pas licite à un homme qui croit en Dieu et au Jour dernier de s’accoupler avec une femme captive [ndlr c’est-à-dire, concrètement, de la violer] avant de s’assurer qu’elle est en état de pureté. »  »

La jurisprudence chaféite confirme : « Quand un enfant ou une femme deviennent captifs, ils deviennent esclaves du fait de la capture, et le précédent mariage des femmes est immédiatement annulé. »

Bien sûr, en dehors du viol, il y a aussi la vente, également pratiquée par Mahomet comme l’indique la Sîra « Ibn Ishâq dit : Puis, l’Envoyé d’Allah fit le partage des biens des Banû Quraydha (cf. banû Quraydha), de leurs femmes et de leurs enfants entre les musulmans. En ce jour, il indiqua les parts pour les cavaliers et les parts pour ceux qui combattirent à pied. (…) Ce fut le premier butin où on fit le partage en parts et où on déduisit le cinquième. C’est d’après cette règle et ce qu’a fait l’Envoyé d’Allah que se faisait désormais le partage du butin dans les campagnes. Puis, l’Envoyé d’Allah envoya Sa’d Ibn Zayd al-Ansair, frère des Banû Abd al-Ashhal à Najd avec des femmes captives de Banû Quraydha pour les vendre et acheter en échange des chevaux et des armes. »

L’État islamique ne fait donc rien d’autre qu’appliquer la doctrine de Mahomet à l’issue de ses combats, doctrine parfaitement justifiée par la pratique du Prophète et de ses Compagnons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 − onze =

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.