Islam et violence dans le contexte du 13 novembre : un déni de réalité qui confine au mensonge

L’émission de France 2 « Islam » du dimanche 22 novembre 2015 revient sur les attentats du 13 novembre 2015. Le texte ci-dessous porte sur l’analyse de la séquence d’après laquelle l’islam ne contiendrait pas de violence et serait une religion d’amour et de paix.

France 2 Islam 151122 Extrait 4

France 2 Islam 151122 Extrait 4

  • « Il existe dans la tradition religieuse, des paroles mensongères attribuées au Prophète Mohammed, des interprétations totalement erronées et inexactes, sans faits, autour du texte coranique. Il est dit dans le Coran, « Combattez ceux qui vous combattent. Ne soyez pas les instigateurs, car Dieu n’aime pas les provocateurs ». Cela veut dire que tu ne dois combattre que celui qui vient pour te combattre. »

Première remarque : de quelles paroles mensongères parle-t-on ? On ne sait pas.

Deuxième remarque : si un exemple de parole mensongèrement attribuée à Mahomet est celle citée à titre d’illustration, on ne comprend plus rien, car cette citation correspond effectivement à un verset du Coran que les musulmans reconnaissent tous comme authentique et prononcé par Mahomet :

Coran, sourate 2, verset 190 : « Combattez dans le sentier d’Allah ceux qui vous combattent, et ne soyez pas transgresseurs. Allah n’aime pas les transgresseurs ! »

Donc cet ouléma prend pour illustrer une parole mensongère une parole authentiquement reconnue par les musulmans : la parole n’est pas mensongère. Reste à déterminer si cela ne correspond qu’à un cas de légitime défense : c’est loin d’être le cas (cf. ci-dessous).

  • « Les extrémistes prennent les textes et les retirent de leur contexte : ils se servent du début d’un verset en le dissociant de sa fin pour lui faire dire ce qu’ils veulent. »

Les dits « extrémistes » prennent malheureusement des versets parfaitement authentiques énoncés par Mahomet dans le contexte de la propagation de sa religion par la guerre sainte : le « jihad ». Il n’y a pas de distorsion de sens par les « extrémistes ».

Commençons déjà par le verset 190 de la sourate 2 ci-dessus : il correspond au verset prononcé dans le cadre de la lutte contre les polythéistes Quraychites de La Mecque que Mahomet n’a pas réussi à convaincre par la foi et qui ne voyaient guère d’un bon œil Mahomet constituer un État et une armée qui allaient nécessairement être les instruments de la guerre sainte entamée par Mahomet.

Rappelons juste d’ailleurs, comme l’explique Tariq Ramadan (cf. jihad), que refuser le message de Mahomet, la « paix » de Mahomet (quelle paix !), fait de tout individu un combattant (actuel ou futur) contre l’islam. Mahomet aurait pu choisir la voix du Christ : pourquoi ne l’a-t-il pas choisie ?

De toutes façons, les versets coraniques et les hadiths de Mahomet illustrant la nécessité de la guerre sainte, bien évidemment offensive et pas seulement défensive, sont tellement nombreux qu’on ne peut être qu’effaré par le commentaire de cet ouléma égyptien. Vous pouvez vous reporter au Bréviaire de l’islam téléchargeable sur ce site (cf. bréviaire) pour vous en convaincre.

  • « La France applique le véritable islam : la santé, la protection sociale, le logement, la liberté, la démocratie : c’est cela l’islam. »

Il est certain que les pays musulmans voient avec envie le système de santé et de protection sociale que la France a su mettre en place par le travail des Français depuis des générations, et qu’elle a l’incroyable générosité d’ouvrir à l’immigration (par le regroupement familial notamment) et aux clandestins. Donner la France en exemple est flatteur mais que penser alors de ce que les pays musulmans sont capables de faire lorsqu’ils sont laissés à eux-mêmes ? Si l’islam est si parfait, où sont les pays musulmans qui peuvent servir d’exemple ?

Quant à la liberté et à la démocratie, on manque de s’étouffer : effectivement, la France est un pays libre et démocratique. Combien de pays musulmans le sont aujourd’hui ? Aucun, si ce n’est, avec difficulté, la Tunisie, celle-ci étant devenue la cible naturelle de tous les musulmans orthodoxes car le progrès ne peut passer que par l’abandon explicite ou implicite du Coran et de la Tradition.

  • Conclusion

Mais le plus grave est encore dans tout cela, c’est que de telles absurdités soient colportées par l’islam de France médiatique dans des émissions de musulmans dits « modérés » destinées à un grand public et présentés comme de prétendus arguments pour rassurer les Français sur la compatibilité de l’islam avec les valeurs du monde occidental.

Laisser un commentaire