Bataclan & Cie : quelles références doctrinales musulmanes ?

Les actions de l’État islamique s’appuient le plus souvent sur le rappel de l’exemple de Mahomet comme référence doctrinale. Mahomet, prophète de la religion « d’amour et de paix », étant considéré comme un modèle et un exemple à suivre par les musulmans, modérés ou pas, cette référence incontestable est particulièrement signifiante.

Mahomet installé à Médine à partir de 622 ne parvint pas, contrairement à ses espérances, à rallier à lui les juifs. Petit à petit la tension monta donc entre Mahomet et les tribus juives, notamment les trois principales : les Banû Qaynuqa, les Banû Nadir et les Banû Quraydha.

En effet, si Mahomet essaya sans doute au tout début de convertir les juifs, avec moult discussions, ce fut sans aucun succès. Les juifs d’ailleurs étaient sans doute beaucoup plus coriaces à convertir car ils avaient déjà une longue tradition monothéiste contre laquelle il fallait lutter et argumenter, le monothéisme n’étant pas pour eux une nouveauté. Mahomet décida donc de se débarrasser des juifs dès 624, soit deux ans seulement après son arrivée à Médine.

Les premiers visés furent les Banû Qaynuqa. En 624, prenant prétexte d’un incident sur un marché [1], Mahomet entra en guerre contre cette tribu, la plus faible. Mahomet avait en réalité de multiples griefs à leur égard : il les trouvait hypocrites, vantards (ils avaient défié Mahomet après Badr) ; ils remettaient constamment en cause la véracité de la mission de Mahomet, etc. Après 15 jours de siège, cette tribu dut se rendre. Mahomet avait l’intention de tuer les mâles et de prendre en captivité les femmes et les enfants. Mais sur l’intervention insistante d’Abdullah Ubayy ibn Salûl, de la tribu arabe des Khazraj avec qui ces juifs étaient alliés, Mahomet accepta finalement de les expulser de Médine.

[1] Un orfèvre juif avait joué un tour à une musulmane en attachant son vêtement de sorte qu’en se relevant, elle fit voir ses parties intimes. Un musulman présent tua l’orfèvre juif pour cette indécence et celui-ci fut immédiatement tué par des juifs qui étaient aux alentours. Les musulmans réclamèrent vengeance.

En 625, Mahomet expulsa de Médine une autre tribu juive, les Banû Nadir, qu’il soupçonnait de trahison. Il assiégea leur oasis et brûla leurs palmiers. Deux juifs seulement se convertirent. Les autres furent expulsés de Médine avec ce que leurs chameaux pouvaient porter et le reste de leurs biens fut partagé entre les musulmans. La sourate 59 retrace cet épisode. C’est le verset 2 de cette sourate qui figure en en-tête de la revendication de l’État islamique concernant les attentats du 13 novembre 2015 :

Revendication Bataclan

Quant à la dernière tribu juive, les Banû Quraydha, Mahomet leur fit la guerre, les fit prisonniers puis égorgea les prisonniers jusqu’à leur extermination totale (cf. quraydha). Cette extermination est mentionnée comme référence dans la prise de Tikrit (cf. Tikrit) par l’État islamique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

huit − 3 =

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.