La « latinisation » des noms propres : encore une vilénie occidentale !

Une des vilénies occidentales alimentant abondamment le rejet de l’Occident dans l’enseignement musulman encore aujourd’hui en France est la « latinisation » des noms, selon le terme employé dans l’extrait vidéo ci-dessous, celle-ci étant naturellement présentée comme une volonté implicite mais manifeste d’effacement la « dette culturelle » considérable que l’Occident aurait vis-à-vis de l’islam. Voici un exemple de ce type de propagande diffusée par un site au demeurant apparemment sérieux :

Havre de savoir Occidentaux Latinisation

 Havre de savoir Occidentaux Latinisation

La première chose à noter est que l’intervenant ne vise pas en fait la « latinisation » des noms, pratique du Moyen Âge tardif et du début de la Renaissance consistant à donner une résonance latine aux noms propres, mais l’« occidentalisation » consistant à donner à un nom étranger une résonance plus usuelle ou compréhensible pour un occidental. La latinisation avait en effet pour objet de donner une version latine « savante » aux noms de certains intellectuels, scientifiques,… occidentaux, (par exemple : Huig de Groot à Hugo Grotius), ce qui ne concernait pas l’islam.

Quoi qu’il en soit, cette présentation paranoïaque de l’histoire illustre une nouvelle fois (cf. victimisation) le sentiment de victimisation pathétique auto-alimenté par les musulmans pour justifier leur rejet de l’Occident. Car si cette « occidentalisation » a pu avoir lieu, l’intervenant ne s’interroge à aucun moment :

–  ni sur le fait que cette transformation des noms propres a pu intervenir tout simplement pour des raisons simples et pratiques, en particulier avec des noms arabes dont la prononciation est particulièrement difficile pour un européen en raison de phonèmes inexistants, et dont l’écriture en arabe doit nécessairement être transcrite dans l’alphabet européen avec des phonèmes européens ;

–  ni sur le fait que cette transformation a touché une quantité innombrable d’autres noms propres non musulmans : personnages (Alcibiade/Alkibiades, Jules César/Caius Iulius Caesar, Mazarin/Mazarini, Le Bernin/Gian Lorenzo Bernini,…), villes du monde (Munich/München, Londres/London, Moscou/Москва, Pékin/Beijing, Florence/Firenze,…), noms de fromages (parmesan/parmigiano), etc.

Enfin, il est intéressant de noter la confusion permanente introduite entre le fait arabe et le fait musulman, notamment par l’emploi à tort et à travers du terme « arabo-musulman », comme si le caractère arabe était réductible à l’islam, ce qui n’est pas du tout le cas.

En outre, il est intéressant de noter que l’intervenant mentionne la transformation des noms arabes comme « preuve » des mauvaises intentions de l’Occident : n’aurait-il pas dû plutôt limiter sa démonstration aux seuls noms musulmans ? Car si tous les noms arabes étaient potentiellement concernés, ce qui est fort logique comme expliqué ci-dessus pour des raisons linguistiques, c’est donc que les noms musulmans n’étaient pas visés en tant que tels, n’est-il pas ?

 

One thought on “La « latinisation » des noms propres : encore une vilénie occidentale !”

  1. Les noms de personnalites amenent une certaine difficulte a definir des normes, cette page a pour but de definir les normes, de definir les exceptions confirmant ces normes, de lister les articles ayant donne lieu a des interrogations et les reponses apportees, et enfin d’offrir un index de noms d’articles corrects

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 + dix-huit =

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.