Tariq Ramadan redonne toute sa place au Jihad

Bien que Tariq Ramadan semble prêcher la tolérance, le non-prosélytisme, le respect des lois occidentales, etc. dans de nombreuses circonstances (cf. Objectif en pays non musulman), Tariq Ramadan valide néanmoins fondamentalement le jihad dans le cadre d’une logique très éloignée du sens commun occidental. Cela ne ressemble-t-il pas à s’y méprendre à un double discours ?

Cette façon de voir les choses doit être étudiée avec attention car elle apporte une clef de lecture fondamentale de la vision musulmane de l’histoire, clef de lecture que les Occidentaux ont toute la peine du monde à saisir tant cette conception de la justice et de la paix leur est naturellement étrangère :

Havre de savoir Resistance a l'oppression

Havre de savoir Resistance a l’oppression

Verbatim : « Le Prophète immédiatement, immédiatement, va devoir apprendre une chose : ce n’est pas parce que vous appelez tous les êtres humains à la paix, que tous les êtres humains vont vous traiter de façon pacifique. Waraqa ibn Nawfal lui avait dit : « ton peuple va te rejeter ». Et ça c’est très important : dans l’éducation du Prophète, tu appelles au bien et tu vas trouver le mal. Tu appelles à la paix et tu vas trouver la guerre. Tu appelles à la fraternité : tu vas trouver le rejet. Tu appelles à la justice : tu vas trouver l’oppression. Et de cela, c’est une chose importante : si tu portes ce message de paix, tu as non seulement la responsabilité de porter ce message mais tu as la responsabilité de résister à l’oppression. Un homme de paix doit se préparer à certaines guerres. Un homme de paix doit se préparer à certaines guerres. Et le Prophète est tellement conscient de ça que quand il arrive à Médine et qu’il sait que ça va être la guerre, il dit à tous ceux qui le suivent : répandez la paix. Vous êtes des hommes de paix, mais il faut être prêt. Il faut être prêt. Et là aussi c’est une dimension de la résistance, c’est-à-dire tous ceux… comme ça été dans les… y’a des pays majoritairement musulmans et arabes qui ont eu des gens qui sont venus les former des Etats-Unis ou de l’Europe, ils disaient : dans les manuels scolaires, il faut enlever le mot « jihad ». Y’a pas à enlever le mot « jihad » : y’a à lui donner sa juste définition. Mais pas à l’enlever ! Attendez, on peut pas ! Y’a pas de compréhension de ce que je suis en train de dire sans le fait : les hommes de paix doivent savoir qu’il y a des oppresseurs, qu’il y a des gens qui tuent et qu’ils devront eux, avec la dignité de l’humanité, résister. La dignité de la France ça quand même été les résistants, pas simplement ceux qui se sont pliés devant le régime nazi. Non , c’est la résistance. À un moment donné, faut dire « non ». Eh bien tous les messagers ont dû à un moment donné dire « non ». Tous, tous, tous devant l’oppression des hommes. »

Écartons d’abord rapidement dans cet exposé la question du rejet par le peuple, qui est le grand classique du « prophète incompris » : Moïse, Jésus, Mahomet et tant d’autres. C’est d’ailleurs pratiquement un incontournable car quelle serait la valeur d’un message qui ne poserait aucun problème aux hommes qu’il s’agit de faire sortir des ténèbres ? Quel mérite aurait le prophète ? Bref, « appeler au bien et trouver le mal » est un message d’une banalité spirituelle consternante. Reste à savoir comment y faire face : Jésus s’est laissé crucifier. Que va décider Mahomet ? Mahomet va prendre une toute autre voie en exploitant la violence que cette prophétie auto-réalisatrice contient : car la lutte avec le mal étant inéluctable, la violence le devient aussi. Il ne reste plus qu’à justifier moralement la violence.

Ainsi, pour Tariq Ramadan, l’oppresseur est celui qui n’accepte pas le message que Mahomet tente de lui imposer et qui y résiste, si nécessaire par les armes. C’est une conception pour le moins singulière des concepts d’oppresseur et d’oppressé. Elle correspond toutefois parfaitement à la réalité historique puisque Mahomet a tenté sans succès de convaincre et convertir les Quraychites pendant 12 ans à La Mecque : il a donc décidé d’imposer sa religion par les armes à partir de Médine, un des premiers messages de paix consistant à chasser puis exterminer les juifs de Médine (entre 600 et 900 hommes) en les égorgeant sur le bord d’un fossé creusé exprès pour l’occasion (et en réduisant en esclavage leurs femmes et leurs enfants).

En effet, l’autre point intéressant de la dialectique musulmane est que Mahomet porte la parole d’Allah et que cette parole ne peut par définition qu’être LA parole de paix, l’UNIQUE : quiconque n’est pas de l’avis de Mahomet a nécessairement tort : c’est le principe même de la dictature. Donc tous ceux qui résistent à cette parole sont nécessairement des injustes avec lesquels la guerre est tôt ou tard inévitable puisque leur cœur est obscurci et endurci. « Un homme de paix doit se préparer à certaines guerres » (bis) dit Tariq Ramadan : conception inouïe de la notion même de paix. Il aurait été intéressant d’avoir l’avis de Bouddha ou du Mahatma Gandhi.

On constate ainsi que Tariq Ramadan inclut par nature la guerre, le jihad, dans la nature même de la prédication de Mahomet, celui-ci n’ayant pas l’intention de subir le sort du Christ, ce qu’il aurait néanmoins pu choisir s’il avait été véritablement un homme de paix. Tariq Ramadan insiste sur le fait qu’il ne convient en aucune façon « d’enlever le mot jihad » (au sens de combat armé) du discours musulman.

Dans cet autre passage, Tariq Ramadan explique que « La Mecque étant devenue la réalité de la répression par les gens qui refusent le message », il y a dans le départ de Mahomet à Médine « la sagesse du pacifique et en même temps la compréhension du stratège » : en d’autres termes, Mahomet sait parfaitement qu’il va devoir imposer sa religion par les armes, n’étant pas parvenu à convaincre les cœurs, et il a clairement planifié toute la période guerrière qui va suivre.

Havre de savoir Periode medinoise

Havre de savoir Periode medinoise

Verbatim : « Avant de partir, le Prophète planifie, il planifie parce qu’il faut qu’il quitte La Mecque. La Mecque est devenue la réalité de la répression par les gens qui refusent le message et donc il doit partir. Il a planifié avec… tout ce qui a été l’accueil des gens qui venaient de Médine pendant les différentes fois, pendant deux ans comme je vous l’ai dit. À un moment donné, il part et dans ce départ-là, il y a à la fois la sagesse du pacifique et en même temps la compréhension du stratège. »

Au passage, il est important de noter que Tariq Ramadan confirme que Mahomet a bien planifié de partir, c’est-à-dire qu’il a décidé et organisé (pendant deux ans) ce départ (ce qu’on lit d’ailleurs clairement dans la Sîra) : il n’a en aucun cas été chassé de La Mecque comme cela est rabâché en permanence pour faire croire à la thèse de la légitime défense.

C’est donc dans ce cadre intellectuel délirant de la guerre vue, par un retournement dialectique fulgurant, comme la nécessaire résistance à l’auto-défense des oppressés en réalité agressés, que le jihad se voit pleinement reconnu et justifié, reconnaissance et justification qui tranchent singulièrement avec les discours embarrassés et incompréhensibles des musulmans « modérés » qui tentent de trouver une issue acceptable pour les sociétés occidentales (et qui a au moins pour intérêt de nous épargner les fausses subtilités linguistiques habituelles au sujet de l’usage du mot de qital plutôt que de jihad et auxquelles il n’apparaît pas utile de faire référence ici). Au moins, pour une fois, le reconnaissance de la légitimité du jihad est claire !

Quant à la comparaison de Mahomet avec les résistants français contre le nazisme, elle ne manque pas d’audace, Mahomet ayant été l’Adolf Hitler des juifs de Médine, puisque l’objectif était bien de les exterminer jusqu’au dernier.

Sur cette base, quelle signification donner à un quelconque projet de vivre-ensemble ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × quatre =

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.