Manuel Valls : quelle ligne directrice en matière religieuse ?

Il ne semble pas aisé de comprendre la pensée de Manuel Valls en matière religieuse ni d’estimer sa capacité à la neutralité éclairée dont ne doit pas se départir le ministre de l’intérieur du fait de ses responsabilités vis-à-vis des cultes, et encore moins un premier ministre, si l’on essaie d’en juger à partir de l’évolution radicale de ses positions passées.

En avril 2008, Manuel Valls, maire d’Évry, défendait avec conviction la cause palestinienne.

Valls et Les palestiniens avrill 2008Valls et Les palestiniens avril 2008

Manuel Valls épouse en 2010 Anne Gravoin qui est juive.

En avril 2011, Manuel Valls défend avec ardeur son « attachement éternel à la communauté juive et à Israël ».

Valls et Israel juin 2011Valls et Israel juin 2011

À cet égard, il est regrettable que les journalistes, toujours épris de morale et de déontologie, n’aient pas rappelé cet aspect lors de la controverse née de la déclaration de Roland Dumas en février 2015 qui considérait que Manuel Valls était sous influence juive. Les Français auraient certainement été beaucoup plus éclairés sur l’origine de la position de Roland Dumas (qu’on la partage ou non, ou qu’on la juge même abjecte, puisque là n’est pas le débat au regard de la déontologie journalistique) que par les lamentables propos de bistro entendus à l’époque du type « La vieillesse est un naufrage », etc., abondés par des personnalités du show business totalement incultes. Cette façon de procéder du milieu journalistique relève-t-elle de la déontologie journalistique ?

Laisser un commentaire