Le jihad dans la doctrine musulmane : un mensonge éhonté

  • Problématique

Ghaleb Bencheikh, présentateur attitré de l’émission de France 2 « Islam » diffusée le dimanche matin sur France 2, affirme dans une conférence de novembre 2017 organisée par la Société des Amis de l’Institut du Monde Arabe à propos du mot « salafisme » que les salafistes/fondamentalistes musulmans refuseraient de prendre en compte les avis des 4 grandes écoles juridiques de l’islam (cf. http://islametoccident.fr/?p=3967 ), sous-entendant ainsi que la jurisprudence musulmane s’opposerait fermement à l’utilisation de la violence et à l’idée de guerre sainte. Malheureusement, ceci est tout à fait faux. Pour le prouver, il suffit de lire cette jurisprudence.

Les 4 grandes écoles juridiques de l’islam, dont les fondateurs ont globalement vécu peu de temps après la mort de Mahomet et sont donc proches des sources originelles, sont : le hanafisme (l’imam Abu Hanifa, son fondateur, est mort en 767) ; le malikisme (l’imam Malik, son fondateur, est mort en 796) ; le chaféisme (l’imam Al-Chafi, son fondateur, est mort en 820) ; le hanbalisme (l’imam Ahmed ibn Hanbal, son fondateur, est mort en 855).

J’aborde ici deux jurisprudences car elles sont aisément disponibles en anglais ou en français.

  • La jurisprudence malikite

La jurisprudence malikite a une importance particulière pour la France car c’est la jurisprudence musulmane de référence des pays maghrébins. Ceux qui voudraient la consulter peuvent se procurer l’ouvrage de référence : « Al Muwatta’ »

Cet ouvrage comporte 61 chapitres (livres) consacrés quasi exclusivement à des questions d’ordre pratique : les prières, la pureté, les funérailles, le jeûne, le pèlerinage, le mariage, la chasse, etc. Les questions traitées sont très « terre-à-terre », jusqu’à un point qu’on a du mal à imaginer pour un ouvrage religieux où l’on s’attend en principe à des considérations ou des règles spirituelles. Ainsi, par exemple, un article, parmi bien d’autres centrés sur les rituels et les interdits, précise qu’il est « interdit d’orienter la face ou le dos vers la qiblah [la direction de La Mecque] lors de la satisfaction des besoins naturels » (livre 14, section 1).

Pour comprendre la signification et la place du jihad ou « combat dans la voie de Dieu » dans cette jurisprudence, il suffit de lire les sections du chapitre qui lui est consacré. Voici la photographie de la page de la table des matières consacrée à ce chapitre (livre 21) :

Il est aisé de voir qu’il n’est nullement question ici d’affirmer la prééminence d’un « effort intérieur » vis-à-vis du combat armé pour la défense de l’islam, qui correspond bien à la notion de « guerre sainte », au contraire. Les titres de section sont éclairants : on y parle d’ « expédition », de « chevaux », de « butin », « martyr », etc. toutes notions qui n’ont pas grand-chose à voir avec le combat spirituel contre soi pour s’améliorer intérieurement. Ce dernier n’est pas totalement écarté mais est relégué à l’arrière-plan comme solution alternative pour tous ceux qui ne seraient pas en mesure d’aller combattre avec des armes. Il suffit de lire les premiers articles/hadiths figurant au début de ce chapitre pour comprendre cette hiérarchie claire des valeurs :

(973) 1 – Abû Hurayra a rapporté que l’Envoyé de Dieu a dit : « L’exemple de celui qui lutte dans la voie de Dieu [c’est-à-dire le combat armé] est pareil à celui chez qui le jeûne est permanent jour et nuit, ne cessant de prier et de jeûner, et cela jusqu’à son retour. » (NB : il s’agit là du tout premier article/hadith de la section et le 973ème article de la jurisprudence complète)

(974) 2 – Abû Hurayra a rapporté que l’Envoyé de Dieu a dit : « Dieu assure à celui qui lutte dans sa voie, n’ayant quitté sa demeure que pour le combat dans la voie de Dieu, témoignant de la véracité de ses paroles, Dieu lui assure sa place au paradis (s’il y est tué), ou le ramène chez lui, dans sa maison qu’il a quittée, tout en obtenant une récompense céleste et un butin. »

(976) 4 – Atâ Ibn Yassâr a rapporté que l’Envoyé de Dieu a dit : « Ne voulez-vous pas connaître qui jouira le plus du meilleur poste (auprès de Dieu) ? Il est celui qui, tenant la bride de son cheval, ira combattre dans la voie de Dieu. Ne voulez-vous pas connaître qui le suivra ? C’est celui qui, avec son troupeau, vit dans une retraite, faisant la prière, s’acquittant de la zakat et adorant Dieu sans rien lui associer. »

Les sections qui suivent (« De l’interdiction de tuer les femmes et les enfants au cours des expéditions », « De l’assemblage du butin au cours d’une expédition », etc.) confirment qu’il ne peut y avoir aucun doute quant à la nature foncièrement guerrière du jihad.

Le caractère saint du jihad s’exprime en outre manifestement par l’interdiction d’emporter le Coran au pays de l’ennemi. La section 2 du livre 21 est en effet la suivante (avec son unique article) :

« 2. De la prohibition de porter le Coran au pays de l’ennemi. (979) 7. Abdullah Ibn Omar a rapporté que l’Envoyé de Dieu a interdit de porter le Coran au pays de l’ennemi. Malik a dit : « De peur que l’ennemi ne le souille [en temps de guerre]. » »

  • La jurisprudence chaféite

J’ai eu l’occasion d’aborder cette question dans mon premier ouvrage « L’islam de France (et d’Europe) : un message de paix ? » sur la base de la lecture de l’ouvrage de jurisprudence chaféite de référence « Reliance of the traveller », traduction anglaise de l’ouvrage original arabe authentifiée par l’université Al-Azhar elle-même (cf. https://en.wikipedia.org/wiki/Reliance_of_the_Traveller ).

Cette jurisprudence est également claire sur la nature guerrière du jihad (cf. section Ro9.), reprenant avec un certain bon sens les versets du Coran ainsi que la biographie de Mahomet :

« Les détails concernant le jihad se trouvent dans les récits des expéditions militaires du prophète, incluant ses propres expéditions militaires et celles dans lesquelles il a envoyé les autres : les premières consistent dans celles auxquelles il a personnellement participé, soit 27 (d’autres disent 29). Il combattit lui-même dans 8 d’entre elles (…). Pour les autres expéditions, il envoya d’autres se battre, lui-même restant à Médine, et il y en eut 47. »

« Jihad signifie « guerre contre les non-musulmans », et est étymologiquement dérivé du mot « mujahada » signifiant « guerre pour établir la religion ». (…) La base scripturale pour le jihad, selon le consensus des lettrés, sont des versets tels que :

(1) « Le combat vous a été prescrit » ;

(2) « Tuez-les où que vous les trouviez » ;

(3) « Combattez les associateurs sans exception » ; et des hadiths tels que celui relaté par Bukhari et Muslim selon lequel le prophète a dit : « Il m’a été ordonné de combattre les peuples jusqu’à ce qu’ils témoignent qu’il n’y a d’autre dieu qu’Allah et que Mahomet est son messager, qu’ils prient et qu’ils paient la zakat. S’ils acceptent, ils sauvent leur sang et leurs biens, à l’exception des droits que l’islam a sur eux. Et leur dernier jugement est avec Allah ». Et selon le hadith rapporté par Muslim : « Aller le matin ou le soir pour combattre dans le chemin d’Allah est mieux que de posséder le monde entier et tout ce qu’il contient ». »

  • Conclusion

La thèse selon laquelle la notion de guerre sainte ne ferait pas partie des fondements de l’islam est contredite par les textes mêmes de l’islam. Mahomet lui-même a donné l’exemple du combattant au nom de la religion : il suffit de lire sa biographie et de prendre connaissance des massacres épouvantables qu’il a commis (notamment en exterminant les juifs, qui contestaient sa légitimité religieuse), des assassinats d’opposants religieux qu’il a ordonnés, des expéditions menées au nom de l’islam.

Soyons clairs : prétendre que la « guerre sainte » ne ferait pas partie des fondements doctrinaux de l’islam est un mensonge inouï. C’est précisément d’ailleurs la raison pour laquelle l’islam « modéré » est absolument incapable de produire un contre-argumentaire doctrinal aux analyses des musulmans fondamentalistes et doit se contenter, comme moyen de lutte, d’incantations.

Pourtant la négation répétée de cette évidence face à un public occidental totalement ignorant des textes musulmans est une technique éprouvée du monde de la bien-pensance universitaire et journalistique occidentale, dont la laïcité revancharde ne supporte pas l’immensité de l’héritage chrétien qu’elle a reçu en legs – jusqu’à la faire basculer par haine dans l’islamo-gauchisme (la destruction du christianisme par la promotion d’un islam qu’elle a la naïveté de penser pouvoir contraindre par le carcan de cette laïcité imbécile qui refuse ses origines) –, ou qui est trop effrayée d’ouvrir la boîte de Pandore de la vérité doctrinale de l’islam après des décennies d’immigration irresponsable.

La lecture de la jurisprudence malikite montre d’ailleurs de façon claire que le jihad a une importance doctrinale tout à fait assumée dans la culture maghrébine musulmane : la France laïco-chrétienne est donc loin d’en avoir fini avec l’islam maghrébin et plus généralement avec la violence musulmane car elle est justifiée par la doctrine même de l’islam.

Jérusalem : que se cache-t-il derrière la comédie hypocrite de la diplomatie ?

Le récent veto américain au projet de résolution du Conseil de sécurité de l’ONU contre la décision des États-Unis de reconnaître Jérusalem comme capitale de l’État d’Israël et d’y transférer son ambassade, puis la décision du président du Guatemala de faire de même, ont de nouveau fait hurler les sirènes de la bien-pensance mondiale et notamment française, la France n’étant généralement guère en reste dans ce domaine. Car ce que personne n’évoque jamais vraiment à propos de cette question, dans l’ensemble des enjeux complexes qu’elle soulève, c’est la nature profonde du conflit israëlo-palestinien qui constitue le décor d’arrière-plan de cette comédie diplomatique, conflit qui est en réalité un conflit religieux islamo-juif, où les chrétiens sont d’ailleurs curieusement absents.

La reconnaissance de Jérusalem comme capitale provoque-t-elle un émoi particulier chez les chrétiens à l’instar de celui du monde musulman, alors même que le christianisme pourrait se sentir concerné tout autant (voire beaucoup plus d’ailleurs) que l’islam par le statut de cette ville ? Que nenni. Alors pourquoi trouver normal que le monde musulman soit choqué, jusqu’à excuser par avance de futurs accès de violence ?

Jérusalem est depuis longtemps la capitale spirituelle du judaïsme, et a d’ailleurs été celle de l’islam, du moins jusqu’au jour où Mahomet – comme nous l’indique clairement la biographie d’Ibn Hîcham (incontestée en islam) –, incapable de rallier à lui à Médine les juifs dont il avait pour l’essentiel copié la religion, a décidé de s’en débarrasser en les chassant ou en les exterminant par égorgement, nouvelle ère marquée par le changement direction de la prière, cette fois en direction de La Mecque.

Ce transfert aurait dû justement faciliter la désacralisation aux yeux de l’islam de Jérusalem. Mais dans les monde de la religion et de l’idéologie, il n’en va pas ainsi. Pour abattre à long terme son frère ennemi sur le champ de bataille spirituel, l’islam avait besoin d’affaiblir en la ruinant la spécificité du judaïsme, ce qui passait par la profanation du sanctuaire spirituel et symbolique que Jérusalem constituait pour le judaïsme, car cette profanation dépossédait de facto le judaïsme de sa spécificité et de sa valeur unique.

L’islam se réclamant ouvertement du monothéisme abrahamique, il n’était en effet pas possible de détruire Jérusalem à la mode romaine. Mahomet a sans doute très bien compris l’importance politique de cette démarche, beaucoup plus subtile, sournoise mais efficace à long terme. Et donner au judaïsme un statut de martyr aux yeux du monde à venir était à éviter. Ainsi, dès le départ de sa prédication, Mahomet a veillé à saper d’avance la primauté spirituelle du judaïsme sur l’islam. 

L’invention ad hoc et merveilleuse par Mahomet de son extravagant voyage nocturne à Jérusalem sur un cheval ailé (puis au ciel) est une habile manœuvre politique qui permet depuis lors à l’islam de contester fondamentalement au judaïsme (et donc aujourd’hui à Israël) sa primauté spirituelle dans le monothéisme abrahamique, et par voie de conséquence toute affirmation d’une revendication communautaire juive, la promesse d’ancrage dans une terre étant une preuve d’existence beaucoup plus forte qu’une longue errance. Pourtant, c’est bien par Isaac, ancêtre du peuple juif, et non par Ismaël, fils illégitime et bâtard d’Abraham et ancêtre du peuple arabe, que passe l’alliance de Dieu avec les hommes : l’islam, frère ennemi congénital du judaïsme, n’y pourra jamais rien. Allah l’a voulu ainsi.

Le conflit israëlo-palestinien n’est-il ainsi qu’une des formes modernes de cristallisation de l’inextinguible conflit religieux islamo-juif, autrement plus fondamental et durable qu’un simple conflit politique ? Ôtez la religion du conflit israélo-palestinien, que reste-t-il ? A priori pas grand-chose.

Le jihad dans le Coran : un décompte qui ne fait pas pencher la balance du bon côté

  • Le jihad dans le Coran

Ghaleb Bencheikh, présentateur attitré de l’émission de France 2 « Islam » diffusée le dimanche matin sur France 2 et intervenant principal d’une conférence sur le mot « jihad » organisée par la société des amis de l’Institut du Monde Arabe en octobre 2016, défend l’idée que le sens principal du mot « jihad » ne serait pas « guerre » mais « effort ». Cet argument ne résiste pas à la lecture de la jurisprudence des grandes écoles juridiques de l’islam mais c’est à peu près le seul qui existe pour tenter de défendre aujourd’hui l’idée que l’islam serait une religion d’amour et de paix alors même que le terrorisme musulman frappe régulièrement dans le monde.

Néanmoins, même Ghaleb Bencheikh ne semble pas vraiment convaincu par son propre argument puisque le décompte qu’il établit des versets du Coran mentionnant le mot « jihad » ne semble guère probant tant sont nombreux les versets renvoyant peu ou prou à la guerre. Ce décompte est en effet le suivant :

« 41 occurrences construite sur la racine J/H/D : 5 dont on ne sait pas trop à quoi cela renvoie (l’idée peut-être d’accomplir un effort) ; 19 dans le champ martial, guerrier ; 2 dans un autre contexte ; 1 dans un contexte étonnamment on ne peut plus non-violent ; le reste [14] dans le champ sémantique effectivement de la guerre mais le mot ne veut pas dire guerre ».

Amis IMA Jihad 161010 Decompte versets

  • Le Coran, profondément marqué par ses origines tribales

Un autre intervenant confirme la dimension très superficielle d’« effort intérieur », qui est en réalité bien postérieure : « Le mot « jihad » est né dans un monde tribal où cela veut dire, grosso modo, un « effort », un « engagement », en général plutôt dans des batailles, dans des conquêtes ou dans des défenses. (…) » et rappelle d’ailleurs à juste titre que «  (…) le Coran [qui] s’inscrit directement dans ce monde tribal (…) ». L’intervenant enfonce d’ailleurs le clou : « On combat pour gagner du butin, pour avoir des conquêtes, essentiellement, et le Coran, et l’islam lui-même s’inscrit dans cette tradition (…) »

Amis IMA Jihad 161010 Decompte versets

Ainsi, pourquoi faudrait-il s’étonner que le « jihad » signifie essentiellement « guerre au nom de la religion », « combat armé dans la voie de Dieu » selon la terminologie habituelle ? En réalité, il est naturel que des tribus bédouines coutumières des razzias, pillages de caravanes, rapines diverses, etc. aient facilement intégré dans leur culture une dimension religieuse si celle-ci leur permettait de conclure des alliances plus solides et de motiver leurs troupes pour l’obtention de résultats plus profitables.

  • Conclusion

Toute la culture tribale originelle dans laquelle a été écrite le Coran justifie naturellement le penchant guerrier de l’islam et la facilité à assortir la guerre d’une connotation religieuse. Les tentatives visant à dissocier l’islam de la guerre au nom de la religion paraissent bien dérisoires et désespérées tant cela conduit à nier la réalité des faits historiques ou contemporains.

Pas de quoi s’étonner donc qu’une sourate du Coran, et non des moindres, ait pour titre « le butin » : pour une religion d’amour et de paix, quoi de plus naturel et de plus évident !

Europe’s migrants are here to stay

Dimitris Avramopoulos, commissaire européen pour la migration, les affaires intérieures et la citoyenneté, explique les raisons pour lesquelles l’Europe n’a d’autre choix que d’accepter une immigration massive, ce qui revient de fait à l’islamiser puisque une grande partie des migrants est de culture musulmane.

Au lieu de favoriser des efforts massifs en faveur d’un contrôle des naissances dans des pays, notamment africains, où la reproduction est irresponsable et galopante, Dmitris Avramopoulos préfère théoriser et imposer le remplacement de population à des peuples européens mis au ban du panthéon moral s’ils osent, au lieu de se résigner, s’opposer à la lente destruction de leur identité puisque la doctrine de l’islam (mais pas nécessairement sa pratique dévoyée au regard de l’islam pratiqué dans les pays musulmans) est, comme l’a reconnu par le passé la Communauté européenne elle-même au sujet de la chari’a, incompatible avec les valeurs démocratiques européennes.

Voici l’article publié dans Politico le 18 décembre 2017 (les passages en gras dans le corps du texte sont soulignés par moi) :

Europe’s migrants are here to stay

It’s time to start crafting our policies accordingly.

By DIMITRIS AVRAMOPOULOS

12/18/17, 4:00 AM CET. Updated 12/18/17, 9:17 PM CET

« It’s time to face the truth. We cannot and will never be able to stop migration.

The refugee crisis in Europe may be subsiding, but migration globally will not stop. Today, on International Migrants Day, more than 244 million people are living outside their country of birth. Human mobility will increasingly define the 21st century. If we want to be ready for it, we need to start preparing now.

Migration is an emotional, sensitive and political issue. It has helped determine elections across Europe and the world. But we can no longer talk only about crisis management: Migration is our new reality. The time has come to start thinking, talking and acting about migration in a more comprehensive and long-term way, putting in place policies aimed at promoting integration and inclusion.

Over the last two years, Europe has been primarily engaged in addressing the immediate urgencies of the global migration and refugee crisis — and quite successfully so. Irregular flows have dropped by 63 percent. More than 32,000 refugees have been relocated within Europe. More than 25,000 people in need of protection have been resettled to the Continent, with another 50,000 expected to arrive in the next two years. And thousands of migrants have been helped on the ground in Libya in cooperation with international partners.

Of course, a lot still remains to be done in the European Union. We need to deliver on our promises to evacuate thousands of migrants from Libya either through resettlement or assisted voluntary return in the coming months. We need to reach a comprehensive and fair asylum reform by June. We must also enhance legal channels for economic migration with a more ambitious Blue Card for highly skilled workers and kick-start targeted labor migration pilot projects in key third countries.

But we cannot continue taking an ad hoc approach, thinking and acting with only short-term deadlines in mind. When it comes to migration, we’re in it for the long haul. This not a problem to solve or a challenge to address. Migration is deeply intertwined with our policies on economics, trade, education and employment — to name just a few.

Unfortunately, the recent discourse on migration — influenced by rising nationalism, populism and xenophobia — has limited our opportunities to put in place smart, forward-looking migration policies, at both the national and European levels.

It is foolish to think that migration will disappear if one adopts harsh language. It is naïve to think that our societies will remain homogenous and migration-free if one erects fences. It is unwise to think that migration will remain on the other side of the Mediterranean, if one only shows solidarity in financial terms.

We must start to be honest with those citizens who are concerned about how we will manage migration. We may not be able to stop migration. But we can be better, smarter and more proactive at managing this phenomenon. However, we cannot achieve this if we don’t accept a change in attitude and a change in our narrative.

The EU has granted protection to more than 700,000 people last year. They have found safety in Europe, but we also need to make sure they find a home. This is not only a moral imperative. It is also an economic and social imperative for our aging continent — and one of the biggest challenges for the near future.

There has been some debate about diversity and inclusion recently — including through discussions initiated by POLITICO — but not nearly enough to prompt the changes that our societies need to be ready for the realities of the 21st century.

Integration and inclusion may sound like luxury discussions when the debate is focused on finding a fair agreement on the reform of the Dublin regulations, which govern how asylum applications are processed in the EU.

But leaving these long-term considerations out of the conversation would be a mistake — one that we’ve made in the past and for which we are still paying the social and economic costs today.

At the end of the day, we all need to be ready to accept migration, mobility and diversity as the new norm and tailor our policies accordingly. The only way to make our asylum and migration policies future-proof, is to collectively change our way of thinking first. »

Dimitris Avramopoulos is European commissioner for migration, home affairs and citizenship.

Les terroristes musulmans : des hommes qui seraient coupés de leur religion

  • Délégitimer la position doctrinale des fondamentalistes musulmans

Pour Ghaleb Bencheikh, présentateur attitré de l’émission de France 2 « Islam » diffusée le dimanche matin sur France 2 et intervenant principal d’une conférence sur le mot « salafisme » organisée par la société des amis de l’Institut du Monde Arabe en novembre 2017, les salafistes « veulent passer outre les différents avis des différentes écoles juridiques [de l’islam] car ils veulent s’abreuver aux deux sources premières, c’est-à-dire le Coran et la Sunna. »

Amis IMA Salafisme 171106 Sources doctrinales

  • Analyse

Il est exact que les salafistes se réfèrent prioritairement aux textes sacrés de l’islam, ce qui paraît tout à fait logique et souhaitable (les chrétiens feraient bien de faire la même chose avec les Évangiles et les Épîtres…), mais la lecture de la propagande fondamentaliste musulmane montre qu’il est faux de dire qu’ils refusent tous les avis juridiques des écoles de l’islam.

En effet, pourquoi ignoreraient-ils des avis juridiques qui sont loin – contrairement à ce que laisse entendre Ghaleb Bencheikh face à un public qui n’a probablement jamais lu ces textes – de contredire les leurs ? Les fondamentalistes indiquent en effet par exemple que « les règles concernant le fait de répandre le sang sont issues, du Coran, de la Sunna, de l’« ijmaa » (consensus des savants) et du « qiyas » (raisonnement juridique) » ? En outre, certaines grandes figures parmi les savants de l’islam font de façon notoire partie de leur panthéon doctrinal, comme Ibn Taymiyya.

En réalité, la zone de « schisme » au sein de l’islam n’est pas doctrinalement entre les salafistes et les autres, mais entre ceux qui se sentent assez forts pour passer à l’action et les autres, moins téméraires, installés dans une vie matérielle confortable ou simplement oublieux du devoir de jihad que leur impose une doctrine pourtant claire. Ainsi, ceux qui sont visés, ce sont les « imams qui égarent » les musulmans en les éloignant du « jihad », combat armé dans la voie de Dieu, peu importe que ces imams soient étiquetés en Occident « modérés », « salafistes », etc.. En effet, ces imams détournent les musulmans qui les suivent sans regard critique hors du chemin du jihad et donc les éloignent de l’exemple du Prophète Mahomet, qui a mené la guerre au nom de la religion, comme les textes sacrés de l’islam en témoignent avec une grande clarté.

Ce que rejettent les partisans du jihad, c’est le « taqlid », c’est-à-dire le fait d’« agir selon l’avis de quelqu’un [en l’occurrence un imam] sans connaître sa preuve », ce qui correspond à la soumission aveugle, sans esprit critique. En effet, un imam qui prétend que le jihad ne fait pas partie du devoir de tout bon musulman est bien incapable de le prouver par les textes les plus sacrés de l’islam : il n’a donc pas de « preuve ».

  • Le « coranisme » ? en réalité, une impasse

Face à des mouvements fondamentalistes qui se réfèrent en permanence aux textes sacrés de l’islam pour justifier leur action, Ghaleb Bencheikh en est réduit à une démarche qui se résume à deux aspects :

1) Se centrer exclusivement sur le Coran en abjurant sa croyance dans la Sunna du Prophète, car les hadiths prêchant la guerre sainte, le « jihad », y sont tellement nombreux et explicites qu’il est impossible de nier leur existence et leur sens littéral.

C’est ainsi que Ghaleb Bencheikh déclare : « En réponse à la salafisation des esprits, il y a des réactions de ceux qui disent : « seul le Coran oblige ». » : c’est ce que Ghaleb Bencheikh appelle le « coranisme », lui-même étant un « coraniste ».

2) Contextualiser le Coran

Mais cet abandon de la Sunna (et de la biographie du Prophète, 3ème source sacrée de l’islam) est tout à fait insuffisante car le Coran lui-même contient de nombreux versets violents, appelant à la guerre sainte contre les mécréants (en précisant même les règles de partage du butin ainsi conquis, ce qui, pour un texte qui se veut spirituel, est pour le moins étonnant…).

Il faut donc trouver une façon de renier le sens littéral du Coran et de délégitimer la position de ceux qui « prennent dans son sens obvie, son sens littéral, le Coran ». Le Coran, parole éternelle d’Allah, serait ainsi sujet par essence à une interprétation dépendant notamment du contexte historique de son apparition, contrairement par exemple aux textes des autres religions qui peuvent faire l’objet d’interprétations de façon ponctuelle mais jamais de façon systématique et surtout jusqu’à contredire le sens littéral du texte qui est donné aux fidèles (les contradictions flagrantes du Coran justifiées par l’aberrante doctrine de l’abrogation étant de ce point un summum d’absurdité en la matière). Donc, le Coran, contrairement aux Évangiles ou aux textes bouddhistes par exemple, ne voudrait que rarement vraiment dire ce qu’il veut dire : jusqu’où la takiyya ne conduit-elle pas…

  • Conclusion

Ghaleb Bencheikh propose une voie dangereuse pour lui-même (puisque blasphématoire) et de toutes les façons sans issue, sauf au prix d’une mauvaise foi ou d’un aveuglement évident. Il se dresse avec courage ou inconscience contre une bonne partie du monde musulman dont la conception de l’islam n’a jamais été clémente et miséricordieuse, et pour qui le terme de « jihad » a bien toujours eu le sens principal de « guerre sainte » : il suffit simplement de reprendre les textes de jurisprudence des grandes écoles juridiques musulmanes pour s’en persuader. Je reviendrai sur ce point dans un prochain article.

Quand une religion d’amour et de paix rend licite la peine de mort

Ghaleb Bencheikh, présentateur attitré de l’émission de France 2 « Islam » diffusée le dimanche matin sur France 2 revient, dans le cadre d’une conférence sur le mot « fatwa » organisée par la société des amis de l’Institut du Monde Arabe en novembre 2016, reconnaît clairement l’existence dans la doctrine de l’islam du concept de peine de mort, ce qui est pour le moins contradictoire avec l’idée même de religion d’amour et de paix.

 

Amis IMA Fatwa 161128 Fatwa de mort

Ghaleb Bencheikh explique en effet pourquoi la fatwa de mort de l’ayatollah Khomeyni contre Salman Rushdie n’était pas légitime car non conforme aux règles de validité prévues dans le doctrine de l’islam, ce qui confirme sans ambiguïté que la peine de mort est bien une peine prévue par l’islam dans certaines circonstances. 

Ghaleb Bencheikh se dresse avec courage contre le principe de peine de mort qu’il juge incompatible avec l’idée qu’il se fait du progrès. Or l’idée même de progrès est incompatible avec l’islam puisque le Coran est la parole éternelle et définitive d’Allah. L’idée que la parole d’Allah ait pu être conditionnée par un contexte historique n’a d’ailleurs absolument aucun sens : c’est totalement absurde. C’est pourtant la seule voie que nous propose finalement l’islam « modéré » pour ne pas sombrer dans le fondamentalisme.

Déconstruire l’islam : seule solution pour lutter contre le salafisme

  • La proposition stupéfiante de Ghaleb Bencheikh

Ghaleb Bencheikh, musulman pondéré et cultivé, présentateur attitré de l’émission de France 2 « Islam » diffusée le dimanche matin sur France 2 revient, dans le cadre d’une conférence sur le mot « salafisme » organisée par la société des amis de l’Institut du Monde Arabe en novembre 2017, propose une remise en cause fondamentale de l’authenticité de deux des trois sources scripturales les plus sacrées de l’islam : les hadiths, mais aussi la biographie (Sîra) du Prophète. Ces propos stupéfiants de la part d’un musulman valent la peine d’être écoutés attentivement.

 

Amis IMA Salafisme 171106 Legitimite hadiths 1

Amis IMA Salafisme 171106 Legitimite hadiths 2

Naturellement, ces propos sont absolument traumatisants pour tout bon musulman dont Mahomet est le modèle car rejeter l’authenticité des hadiths, c’est rejeter la seule parole du Prophète de l’islam (le Coran étant censé être la parole d’Allah et non de Mahomet). Il n’est donc pas étonnant qu’une jeune femme réagisse fortement dans la séance de questions-réponses, ce qui donne à Ghaleb Bencheikh l’occasion de réitérer son propos.

Amis IMA Salafisme 171106 Legitimite hadiths 3

 Amis IMA Salafisme 171106 Legitimite hadiths 4

  • Pourquoi cette proposition stupéfiante, assimilable à un blasphème ?

Pourquoi Ghaleb Bencheikh en arrive-t-il à remettre en cause les textes les plus sacrés de l’islam pour ne finalement retenir que le Coran (même si celui-ci pose aussi de nombreux problèmes compte tenu des obscurités et surtout des contradictions qu’il contient) ? Fondamentalement, parce que les mouvements fondamentalistes musulmans (Al Qaida, État Islamique, etc.), mouvements « salafistes », à la source du terrorisme musulman contemporain, font un usage répété des hadiths et des passages de la biographie de Mahomet dans leurs revues de propagande pour justifier leur action et par conséquent le terrorisme : or ces textes sont 1) incontestables pour tout musulman qui accepte la Sunna telle qu’elle s’est constituée et a été validée par les plus grands savants de l’islam au cours des mille quatre cents ans qui se sont écoulés depuis la mort de Mahomet ; 2) d’une grande cohérence chronologique et idéologique ; 3) confirment in fine la vision guerrière et sanglante de l’idéologie mahométane, en contradiction flagrante avec l’idée d’une religion d’amour et de paix.

En d’autres termes, Ghaleb Benchikh est en train de proposer de réinventer l’islam sur une base uniquement coranique car il sait qu’il est impossible de s’y retrouver dans tout le fatras des hadiths et que, de toutes façons, il est impossible d’en dégager le concept de religion d’amour et de paix car en réalité ces textes sont très cohérents au regard de l’évolution du message de Mahomet qui devient une idéologie de guerre à compter de l’émigration à Médine. Il faut de ce point de vue saluer le courage (ou l’inconscience) de Ghaleb Bencheikh qui ose ainsi faire état d’un constat absolument accablant quant au rapport de la doctrine de l’islam à la violence.

  •  Conclusion

Ghaleb Bencheikh tente de sauver l’islam en jetant par-dessus bord les textes les plus sacrés de l’islam : c’est dire l’incapacité totale de l’islam « modéré » à contre argumenter doctrinalement face au salafisme et au fondamentalisme musulman, incapacité qui n’étonne pas ceux qui ont pris simplement la peine de lire les textes sacrés de l’islam. La situation est vraiment dramatique pour ce représentant de l’islam « modéré », qui finalement cherche à inventer une religion nouvelle qui n’est plus l’islam. Si son message devait se répandre et être connu largement dans le monde musulman, il n’y aurait pas à donner cher de sa peau.

Par ailleurs, malheureusement, il n’est pas sûr que cette leçon de bon sens et de lucidité profite beaucoup à l’islamo-gauchisme en vogue en France, imperméable à la raison et aveugle aux plus grandes évidences. Il y a bien encore des gens qui défendent le communisme, idéologie pestilentielle qui a fait des millions de morts…

Une belle mais effrayante leçon de sagesse

L’émission de France 2 « Judaica » a abordé le 10 septembre 2017 de façon tout à fait fine et intelligente la question épineuse et dramatique du fanatisme, et en particulier du fanatisme religieux. Je propose ici cette émission dans son intégralité (15 minutes) compte tenu de son grand intérêt et de sa grande sagesse.

France 2 Judaica 170910 Fanatisme

Néanmoins, on ne peut être qu’effrayé par l’attitude de l’invité, le rabbin Daniel Epstein, qui n’ose pas nommer dans une émission française le fanatisme musulman – principal fanatisme religieux aujourd’hui – : « Le fanatisme religieux, que l’on n’ose à peine nommer par son nom parce que, évidemment, on s’expose à des poursuites judiciaires (…) »

France 2 Judaica 170910 Fanatisme Extrait

Que s’est-il passé pour qu’un rabbin tout à fait pacifique, voire débonnaire, en soit réduit à craindre les foudres de la justice française, simplement parce qu’il nommerait les choses. Comment en est-on arrivé là ? France, es-tu devenue folle et suicidaire ?

La soumission en islam : pourquoi un tel déni ?

  • La soumission en islam : la position schizophrénique de Ghaleb Bencheikh

Ghaleb Bencheikh, musulman pondéré et cultivé, présentateur attitré de l’émission de France 2 « Islam » diffusée le dimanche matin sur France 2 revient, dans le cadre d’une conférence sur le mot « islam » organisée par la société des amis de l’Institut du Monde Arabe en septembre 2016, sur la signification du mot « islam ».

Pour lui, le mot islam se réduit étymologiquement à « entrée dans la paix » et correspond à une « pacification intérieure, pacification de l’âme ».

Amis IMA Islam 160905 Soumission 2

À vrai dire, on ne voit pas bien l’importance de cette précision étymologique, si ce n’est que le terme français de « soumission » fait écho au titre du livre de Michel Houellebecq publié le 7 janvier 2015, au moment même du massacre de « Charlie Hebdo » (et de l’Hyper Cacher) perpétré par des terroristes musulmans, fiction qui décrit l’arrivée au pouvoir en France d’un président de la République musulman qui va instaurer la chari’a dans un contexte de lâcheté des élites politiques ayant fait leur deuil de l’identité française. Cet écho est insupportable à Ghaleb Bencheikh au point que celui-ci perd son sang-froid et se livre à une attaque vile en traitant Michel Houellebecq d’« écrivaillon ». Il est dommage que cette personnalité très cultivée s’abaisse ainsi à une telle vilénie.

Les mots arabes dérivent d’une racine composée de 3 lettres, voire 4, d’une grande richesse de sens et qui peut être à l’origine de multiples significations. Ainsi, le mot « islam » a pour racine SLM de laquelle dérive de multiples sens, comme obéissance, soumission, abandon, paix, etc.. Ainsi, les musulmans reconnaissent en Abraham le premier « musulman » au sens de sa soumission totale à Dieu, ce qui le fait ainsi entrer dans la « paix de Dieu ». Il a ainsi par exemple accepté de sacrifier son fils Isaac, avant que le bras de Dieu ne le retienne finalement : ce qui est bien une preuve de soumission ultime à Dieu. S’il n’y a pas « stricte synonymie, stricto sensu, mot pour mot » avec le mot français, la notion de soumission entendue de façon restrictive comme « obéissance plus ou moins totale » est néanmoins bien présente en arabe.

Cette notion de soumission ou d’abandon à Dieu n’a donc en soi rien de problématique. On retrouve par exemple cette notion dans le catholicisme avec le vœu d’obéissance que font les moines et religieuses. La soumission correspond aussi au fait de « s’en remettre à Dieu dans une allégeance voulue comme telle » ainsi que le précise Ghaleb Bencheikh, celui-ci indiquant même que « ce n’est pas gênant pour un adorateur de Dieu d’être soumis à son seigneur ». Ce n’est en principe pas gênant mais que se passe-t-il si le Dieu en question, « Allah », demande à ses adorateurs de massacrer ou d’asservir tous ceux qui pensent qu’il y a d’autres dieux ou qui ne reconnaissent pas sa divinité ? C’est sans doute ce qui gêne Ghaleb Bencheikh et qui justifie son combat étymologique.

Pour ultime preuve de son analyse schizophrénique, Ghaleb Bencheikh mentionne la traduction en arabe du titre de l’ouvrage de Michel Houellebecq qui n’est pas « islam », tout en reconnaissant néanmoins que certains éditeurs ont traduit ce titre en arabe par « ist islam » qui renvoie bien à l’idée d’une soumission religieuse comme lui-même finit par le reconnaître.

Amis IMA Islam 160905 Soumission 1

Sans prolonger un débat qui n’est pas d’une importance capitale, je fournis ci-dessous au lecteur deux compléments d’information qui pourront lui être utiles : d’une part, le Coran ; d’autre part, les avis d’intellectuels musulmans, et non des moindres.

  • Le Coran

Voici quelques versets (liste non exhaustive) du Coran qui semblent clairs sur la question de la légitimité de l’emploi du terme de « soumission » (la traduction fournie ici est celle de Muhammad Hamidullah, qui m’a été recommandée par la librairie musulmane faisant face à la Grande Mosquée de Paris : beaucoup d’autres traductions sont tout à fait similaires).

Sourate 2, verset 128. Notre Seigneur! Fais de nous Tes Soumis, et de notre descendance une communauté soumise à Toi. (…)

Sourate 2, verset 132. « Et c’est ce qu’Abraham recommanda à ses fils, de même que Jacob : « Ô mes fils, certes Allah vous a choisi la religion : ne mourrez point, donc, autrement qu’en soumis ! » (à Allah).

Sourate 3, verset 19 & 20. Certes la religion acceptée d’Allah, c’est l’islam. Ceux auxquels le Livre a été apporté ne se sont disputés, par agressivité entre eux, qu’après avoir reçu la science. (…) S’ils te contredisent, dis-leur : « Je me suis entièrement soumis à Allah, moi et ceux qui m’ont suivi. (…) »

Sourate 3, verset 102. Ô les croyants ! Craignez Allah comme il doit être craint et ne mourrez qu’en pleine soumission.

Sourate 16, verset 87. Les associateurs offriront alors ce jour-là à Allah la soumission, et ce qu’ils avaient inventé sera perdu pour eux.

Sourate 12, verset 101. Ô mon Seigneur. (…) Fais-moi mourir en parfaite soumission et fais-moi rejoindre les vertueux.

Sourate 33, verset 22. Et quand les croyants virent les coalisés, ils dirent : « Voilà ce qu’Allah et Son messager nous avaient promis ; et Allah et Son messager disaient la vérité ». Et cela ne fit que croître leur foi et leur soumission.

Par ailleurs, je ne listerai pas la multitude de versets intimant aux musulmans l’ordre d’obéir à Allah et à Mahomet (ex. le verset ci-dessous), car cela serait beaucoup trop long dans le cadre de cet article. Le lecteur peut retrouver cette liste dans le « Livret musulman de premier secours » disponible en téléchargement libre : http://islametoccident.fr/?page_id=1786

Sourate 2, verset 285. (…) Nous avons entendu et obéi. Seigneur, nous implorons Ton pardon. (…)

  • Citations d’intellectuels musulmans

Tariq Ramadan : « Le mot islam lui-même signifie « soumission » à Dieu, exprimant strictement un acte d’adoration avec son horizon spirituel. Par conséquent, respecter l’identité musulmane signifie bien reconnaître cette dimension première et fondamentale de la foi et, par extension, permettre aux musulmans d’accomplir toutes les pratiques religieuses qui modèlent leur vie spirituelle. »

Malek Chebel : « Que serait l’islam sans la soumission du croyant à son créateur ? La littérature coranique a beaucoup glosé cette notion, tandis que les auteurs les plus profonds ont signalé le type de relation que le musulman doit entretenir avec Allah. Il ne s’agit pas bien sûr d’une soumission aveugle, car elle est refusée d’avance. Il s’agit d’une soumission active et fervente, d’une adhésion plus que d’une soumission, d’une foi qui brûle l’âme du croyant et non d’une posture mécanique où le croyant serait l’objet passif de sa conviction, mais sans l’apport précieux de l’âme en fusion. (…) Il ressort de tout cela que l’« abandon à Dieu » ou « soumission » n’est pas l’apanage des seuls musulmans. Dans l’absolu et vu dans une perspective coranique, tout croyant est potentiellement soumis à Dieu. À ce titre, il est déjà un « musulman » au sens premier du terme, et cela avant même l’avènement de l’islam en tant que religion historique, pour autant évidemment qu’il en exprime le khuchu préalable, à savoir l’humilité et la foi qui déterminent le rapport à Dieu. Abraham serait ainsi le premier musulman au sens même où il s’est sincèrement abandonné à Dieu. C’est ce que les théologiens musulmans appellent le hanafisme. »

Yusuf Qaradawi : « Il n’est pas nécessaire pour le musulman de connaître en détail quel est le mal pour lequel Dieu a interdit telle chose. Il se peut que lui échappe ce qui apparaît à d’autres. Il se peut que ce mal ne soit pas découvert à telle époque et qu’il devienne apparent plus tard. Le musulman doit toujours dire : « Nous avons entendu et nous avons obéi ». »

La difficile acculturation des Turcs en Allemagne

L’émission « Répliques » d’Alain Finkielkraut était consacrée le 2 décembre 2017 au thème : « Où va l’Allemagne ? ». Alain Finkielkraut y recevait deux personnalités ayant une très bonne connaissance de l’Allemagne : Joachim Bitterlich (ancien diplomate allemand, conseiller au cabinet du ministre des Affaires étrangères Hans-Dietrich Genscher et conseiller européen, diplomatique et de sécurité du chancelier Helmut Kohl) et Luc Rosenzweig (ancien journaliste de Libération et Arte, ancien rédacteur en chef du Monde, ancien correspondant du Monde en Allemagne).

https://www.franceculture.fr/emissions/repliques/ou-va-lallemagne

Cette émission fut l’occasion de décrire les efforts très importants faits par l’Allemagne pour tenter d’intégrer son importante population turque immigrée ou d’origine immigrée, non sans certains succès, compte tenu du fossé séparant la culture turque musulmane de la culture allemande à forte composante chrétienne. Les invités rappelèrent à cette occasion une évidence directement issue du Coran, objets des énormes mensonges et manipulations de la bien-pensance française et plenelienne : l’extrême difficulté à sortir la femme musulmane de son statut d’infériorité et la problématique du tabou du mariage de la musulmane avec le mécréant, ce type de mariage étant strictement interdit par le Coran et par conséquent abhorré par tout bon musulman.

Si des hommes turcs de 2ème ou 3ème génération persistent, comme cela est évoqué, à vouloir aller chercher leur femme dans le bled anatolien, ce n’est certes pas par amour de la culture de Goethe et de Schiller : l’échec de l’intégration culturelle serait patent et le constat alarmant.

Ce qui est reconnu Outre-Rhin devient indicible en France, avec la complicité de la loi française qui offre à toutes les associations prétendument humanitaires le cimeterre de la censure ou de la justice pour couper la tête à la liberté d’expression. Pour autant, pourquoi la situation de l’Allemagne, luttant de facto contre les conséquences néfastes de l’application de la doctrine de l’islam, serait-elle différente de celle de la France mais où rien n’est fait et où personne n’ose parler sauf à se faire agresser avec des noms d’oiseaux, voire traîner en justice ?