L’esclavage en terre d’islam (1)

Arte a diffusé récemment (2019) une série de plusieurs épisodes sur l’esclavage, fort bien documentés. Il est intéressant de revenir sur le premier épisode qui rappelle, à juste titre, que les musulmans ont été de longue date de grands esclavagistes, le Coran justifiant amplement l’esclavage des non-musulmans grâce au bienheureux prophète Mahomet, en particulier des noirs africains qui ont toujours été considérés comme une sous-race dans la culture musulmane.

Un rappel utile à tous les islamophiles « racisés » qui n’ont de cesse de vouloir toujours clouer au pilori l’homme blanc occidental, ex-colonisateur, qui seul mérite d’avoir à battre sa coulpe et à soumettre à la tyrannie des minorités de toutes natures en raison d’égarements qui appartiennent à une histoire passée qu’il est si facile de juger avec les critères d’aujourd’hui. À ce compte-là, il faudrait également jeter aux orties toute l’histoire de l’antiquité où plongent nos racines culturelles.

Nous revenons ici et dans les articles qui suivront sur quelques passages de cette émission particulièrement intéressants.

L’impossible laïcité

L’émission interreligieuse diffusée le 25 novembre 2019 sur France 2 était l’occasion de rappeler qu’au Moyen-Orient les communautés humaines des différentes religions ne sont pas égales entre elles au sens où il n’existe pas d’égalité au sens civil puisque l’islam ne peut concevoir la laïcité que comme un abominable athéisme : un rappel utile à l’attention de tous ceux qui prétendent que l’islam est compatible avec la laïcité française et que la notion de « citoyenneté » a un sens en milieu musulman

La fausse laïcité de la Turquie musulmane

L’islam ne peut être que politique car tout doit être soumis à la loi la Dieu, la chari’a. Le reportage d’Arte sur l’histoire de la nation turque « Turquie, nation impossible » récemment diffusé rappelle à juste titre que pour Mustapha Kemal, prétendu grand-prêtre de la laïcité turque, « L‘islamisation est posée comme préalable de la laïcité ».

Ainsi, vouloir faire croire que la religion musulmane serait compatible avec les lois de la République française, et en particulier la laïcité, est tout bonnement un énorme mensonge. L’exemple turc n’est qu’un truc, l’exemple même de la takiyya (dissimulation).

Comment manipuler les idiots utiles de l’islam

L’émission de France 2 « Islam » du 13 octobre 2019 était consacrée à la place des femmes dans l’islam. L’interview d’une imame de Copenhague est l’occasion d’illustrer la façon dont le mensonge et la dissimulation (takiyya) peuvent être utilisés sans vergogne par les représentants de l’islam pour manipuler et amadouer les « idiots utiles » de l’islam en Occident, dont la bêtise aveugle égale le rêve naïf et utopique d’une société humaine universelle fondé sur l’amour et la paix.

Quiconque n’a pas lu les textes sacrés de l’islam pourrait se faire fléchir par ce discours mensonger et lénifiant quant à la prétendue égalité des hommes et des femmes dans la religion musulmane. Pourtant, il suffit de lire :

Coran, sourate 2, verset 228 : (…) Quant à vos femmes, elles ont des droits équivalents à leurs obligations, conformément à la bienséance. Mais les hommes ont cependant une prééminence sur elles. Allah est puissant et sage.

Coran, sourate 4, verset 3 : (…) Épousez, comme il vous plaira, deux, trois ou quatre femmes. (…)

Coran, sourate 4, verset 34 : Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et à cause des dépenses qu’ils font pour elles sur leurs biens. Quant à celles [de vos femmes] dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous de leur lit et frappez-les. Si elles reviennent à l’obéissance, ne leur cherchez plus querelle. Allah est auguste et grand !

Hadith (Bukhari 3331) : On rapporte les paroles suivantes d’Abu Hurayra : « L’Envoyé de Dieu a dit : « Soyez bienveillants à l’égard des femmes, car la femme a été créée d’une côte. Or ce qui est le plus recourbé dans la côte, c’est sa partie supérieure. Si vous essayez de la redresser, vous la brisez, et si vous la laissez en paix, elle restera toujours recourbée. »

Hadith (Bukhari 2658) : D’après Abu Said al-Khudri, le Prophète a dit : « Le témoignage d’une femme n’est-il pas la moitié du témoignage d’un homme ? – Certes oui, répondîmes-nous. – Cela, reprit-il, tient à l’imperfection de son intelligence. »

Hadith (Bukhari 5096) : Selon Usama Ibn Zayd, le Prophète a dit : « Je ne laisse après moi aucune cause de trouble plus funeste à l’homme que les femmes. »

Hadith (Bukhari 5204) : Abdallah Ibn Zama rapporte que le Prophète a dit : « Qu’aucun de vous ne fouette sa femme comme on fouette un esclave alors qu’à la fin du jour il coïtera (peut-être) avec elle. »

Sîra (dernier sermon de Mahomet lors du pèlerinage d’adieu) : « Musulmans, vos épouses ne doivent point commettre d’action gravement honteuse. Si elles le font, Dieu vous donne l’autorisation de les mettre en quarantaine et de les battre, sans trop d’excès. Si elles renoncent à leurs mauvaises actions, elles auront le droit à la nourriture et au vêtement selon l’usage. »

Et sur le sujet de l’interdiction universelle en islam du mariage de la femme musulmane avec un mécréant :

Coran, sourate 2, verset 221 : (…) Ne donnez pas vos filles en mariage aux associateurs [dans le contexte Mecquois du VIIème siècle : règle étendue de façon générale aux mécréants] avant qu’ils ne croient. (…)

Coran, sourate 60, verset 10 : Ô croyants ! Quand viennent à vous des croyantes émigrées [de La Mecque], éprouvez-les. Allah connaît très bien leur foi. Si vous les reconnaissez comme croyantes, ne les renvoyez pas aux infidèles [à La Mecque]. Elles ne sont pas licites en tant qu’épouses pour eux, et eux non plus ne sont pas licites en tant qu’époux pour elles. (…) 

Instrumentaliser le cas de la Tunisie (dont il faudrait d’ailleurs analyser précisément les impacts réels en Tunisie même) en faisant croire qu’il est représentatif d’une façon authentique de vivre l’islam est un mensonge inouï car c’est oublier que l’interdiction du mariage entre une musulmane et un mécréant est absolue en islam et qu’aucune interprétation religieuse ne permet de revenir sur cette règle, et pour une raison très simple : le faire, c’est tout simplement renier l’islam car cette règle est au fondement même de l’islam qui s’appuie sur deux piliers essentiels : la supériorité de l’islam sur toute autre religion (et donc la supériorité de la communauté musulmane sur toute autre communauté humaine) et la supériorité de l’homme sur la femme.

  • Conclusion

Il est assez instructif de constater qu’une chaîne de télévision nationale, financée par l’État, qui fait la chasse et censure les esprits au discours politiquement incorrect mais clairvoyant, accepte par ailleurs de se faire la complice de la propagande musulmane la plus éhontée. Mais, papa CSA, outai, outai ?