L’antisémitisme des nouvelles banlieues

Un reportage récent intéressant de Cnews sur l’exode des juifs hors de certains quartiers ou villes de France à forte proportion de populations d’origine immigrée. La décence impose visiblement au réalisateur de poser la question qui brûle les lèvres du rapport de cet antisémitisme avec l’islam, la doctrine de cette religion étant foncièrement antisémite.

Deux données fondamentales pour comprendre ce qu’est réellement l’islam

L’émission de France 2 « Islam » du 16 septembre 2019 est revenue sur les relations entre islam et pouvoir au travers des âges. Cette émission a été l’occasion pour les intervenants de rappeler quelques aspects fondamentaux de l’islam qu’il est bon de garder en mémoire. Je reviens sur deux principaux.

  • La Sîra (biographie) de Mahomet : un ouvrage absolument central pour comprendre ce qu’est réellement l’islam

J’ai déjà eu l’occasion de rappeler sur ce site à plusieurs reprises la nécessité fondamentale de lire la biographie de Mahomet d’Ibn Ishâq/Ibn Hîcham, la plus ancienne et la plus incontestée biographie de Mahomet au point qu’on peut la considérer comme la biographie officielle de Mahomet en islam et qui est désignée sous le vocable de « Sîra » (« la biographie »).

Version courte (444 pages, 2008)

Le lecteur qui prendra le peine de lire ce texte absolument essentiel y découvrira la véritable nature de Mahomet au travers de descriptions qui ne laissent aucune place au doute sur le fait que Mahomet n’a jamais fait partie de la race des grands spirituels paisibles.

Selon les textes sacrés de l’islam eux-mêmes, Mahomet était, entre autres : un homme de guerre imprégné des coutumes tribales d’Arabie, pilleur, pratiquant l’esclavage et par voie de conséquence le viol, vendant femmes et enfants sur les marchés, exterminateur des juifs à Médine (notamment la tribu juive des Banu Quraiza), multi-polygame (jusqu’à neuf femmes en même temps, sans compter les concubines) et qui prit pour femme la petite Aïcha alors qu’elle avait 6 ans (mais il ne commença les relations charnelles avec elle qu’à compter de ses 9 ans). 

Voilà le « modèle » vertueux qui constitue le phare de l’islam !

  • Les premiers fruits de l’islam : des successeurs (« califes ») guerriers comme Mahomet l’était et dont 3 sur 4 moururent assassinés

Le lecteur qui prend ainsi conscience de la nature de l’homme Mahomet et de ses actes n’est donc pas étonné d’apprendre que la succession de Mahomet fut l’occasion de luttes fratricides au sein du clan musulman pour le pouvoir et la direction de cet empire guerrier, tant et si bien que 3 des 4 successeurs de Mahomet furent assassinés et que ces conflits donnèrent naissance aux deux communautés qui s’opposent violemment encore jusqu’à nos jours – jusqu’à se haïr – : les sunnites et les chiites. 

On cherche donc en vain où se cachent les premiers fruits vraiment spirituels de la R.A.T.P. (religion d’amour, de tolérance et de paix), ainsi que la désigne Rémi Brague, pourtant si bien défendue aujourd’hui contre un Occident accusé de tous les maux.

  • Conclusion

Ignorer la biographie de Mahomet, c’est se condamner à ne rien comprendre à l’islam, de même qu’il faut au moins lire Mein Kampf pour comprendre Hitler. Bien sûr, l’angélisme des islamophiles y est anéanti, mais c’est le prix de la vérité, à portée de tous ceux qui veulent bien se donner la peine d’étudier, vérité que le véritable islam lui-même proclame d’ailleurs fièrement et sans état d’âme à la face de l’Occident .

Quant à ceux, comme feu Malek Chebel, qui espèrent encore sauver l’islam en suggérant qu’un « islam des lumières » resterait possible après plus d’un millénaire d’obscurantisme, ils s’égarent dans les désirs utopiques de leur imagination, comme le regard et la conscience du drogué se perdent dans les volutes de fumée qui flottent dans son paradis artificiel.

L’arroseur arrosé

Tariq Ramadan, grand donneur de leçon de morale devant l’éternel comme son comparse Edwy Plenel, invité de RMC le vendredi 6 septembre 2019, a bien dû admettre le peu de moralité de son comportement indépendamment des poursuites judiciaires auxquelles il doit faire face. Visiblement, Tariq Ramadan se perd dans ses mensonges, mentir chez lui semblant être une deuxième nature.

Après des années de soutien fervent, la communauté des musulmans de France (MF) s’est donc sentie obligée de se désolidariser de ce triste personnage par un communiqué de presse publié le 9 septembre et que voici :

https://www.musulmansdefrance.fr/communique-11/

« L’affaire dite « Tariq Ramadan » vient de revenir au-devant de l’actualité suite à l’invitation et aux explications de l’intéressé dans l’émission « Bourdin Direct » de BFM TV de ce vendredi 6 septembre.

Il n’appartient pas à MF de commenter cette affaire sur le plan judiciaire. L’innocence de monsieur Ramadan ou sa culpabilité sont du ressort exclusif de la justice de laquelle nous  attendons tous objectivité et neutralité. Nous sommes cependant interpelés par les révélations faites pour la première fois par l’intéressé quant à ses liaisons extraconjugales multiples et répétées.

Loin de nous l’idée de prononcer une condamnation de l’homme, le jugement définitif de chacun revient à Dieu. Mais, monsieur Ramadan a occupé une place importante  au sein de la communauté musulmane de France, notamment les plus jeunes. Nous y avons contribué à travers la RAMF* et les invitations qui lui étaient régulièrement lancées par nos différentes associations membres. Nous avons par conséquent le  devoir de nous exprimer.

Nous nous sentons trahis par le comportement révélé par monsieur Ramadan, comportement qui s’avère en totale contradiction avec les principes éthiques et moraux attendus d’un homme qui prône l’islam, appelle à sa spiritualité et à ses valeurs, et répond aux interrogations d’un public essentiellement jeune et à la recherche de modèles.

MF est choquée par l’écart béant entre les dires et le comportement de monsieur Ramadan, écart qu’elle n’a jamais soupçonné. Elle n’en a jamais été informée, ni n’a observé  un quelconque comportement de l’intéressé en désaccord avec l’éthique musulmane. 

MF tient à rappeler que les imams, les prédicateurs et les cadres religieux musulmans sont appelés à se sentir et à vivre sous le regard permanent de Dieu. C’est-à-dire avec une moralité cohérente avec  ce qu’ils prêchent et à la hauteur de ce qu’attend d’eux leur public.

Tout en étant des êtres humains et donc susceptibles d’erreur ou d’écart minime ou passager, ils restent appelés à la sincérité renouvelée et à la recherche de l’exemplarité.  

Musulmans de France, 

La Courneuve, le 9 septembre 2019.

* RAMF : Rencontre Annuelle des Musulmans de France organisée annuellement par MF »

La grande question est maintenant : reste-t-il un intellectuel musulman en France ?

L’islam, seul antisémitisme légal en France ?

L’islam est une religion antisémite depuis son origine. Il suffit d’écouter avec quelle fierté les imams du Moyen-Orient relatent comment Mahomet a fait égorger une grande partie des juifs de Médine.

Pourquoi cet antisémitisme affiché n’émeut-il pas les médias et la classe politique alors que ceux qui tiennent des propos bien moins virulents mais n’ont pas l’art de plaire au monde politiquement correct sont poursuivis par la vindicte judiciaire et qu’on envisage même aujourd’hui de poursuivre tous ceux qui remettent en cause la légitimité de l’État d’Israël en assimilant anti sionisme et antisémitisme ?

« Musulmans, vous avez dans le prophète un exemple excellent »

Une très bonne synthèse diffusée dans l’émission hebdomadaire de France 2 « Islam » sur l’exemplarité du modèle mahométan.

On ne peut que trop inciter à la lecture des textes sacrés de l’islam recommandée à juste titre par l’intervenant : Sira (biographie de Mahomet), hadiths (Bukhari et Muslim). Le lecteur consciencieux tirera de ces lectures la conclusion que le modèle mahométan est celui d’un guerrier, polygame à outrance (9 femmes légitimes en même temps hors concubines) après une phase de monogamie sans doute pesante, entretenant une passion charnelle largement documentée pour une petite fille (Aïcha), massacreur de juifs, restaurateur de la lapidation abandonnée par les juifs et plus généralement favorable aux châtiments corporels ainsi qu’au fait d’autoriser tout bon mari à battre sa(es) femme(s). Une conception du « beau modèle » qui paraît bien étrangère à l’Occident chrétien.

La figure de Mahomet : un mythe confus

L’émission de France 2 « Islam » a consacré en mai 2019 deux épisodes à la figure de Mahomet et sa perception en Occident.

  • Mahomet, homme de guerre

La mention de la perception plutôt positive de Mahomet par le romantisme européen ressort de tous les excès du romantisme, bien éloigné par essence des jugements pondérés fondés sur une analyse précise et proportionnée des faits. Mais il est intéressant de noter que le caractère guerrier de l’idéologie mahométane n’est pas contesté dans le court reportage diffusé en début d’émission.

Or, comment un homme de guerre a-t-il pu fonder une religion dont on dit qu’elle serait « d’amour et de paix » ? Mystère…

  • Les contradictions multiples de l’islam

Si la figure de Mahomet a longtemps été imprécise – voire fantasmée – en Occident du fait de la méconnaissance des sources musulmanes, d’accès limité tant géographiquement que linguistiquement, un des intervenants mentionne à juste titre la multitude de contradictions inhérentes aux textes musulmans qui ont aussi pour les musulmans eux-mêmes contribué au flou entourant la nature de l’islam et la personnalité de Mahomet.

  • Les caricatures de Mahomet : toujours le malaise

Si la liberté de conscience et de critique existait vraiment dans la culture musulmane, nul ne devrait voir de raison suffisante pour interdire la moquerie au travers des caricatures de la figure de Mahomet, notamment de la part de ceux qui ne voient dans tout cela que des contes de bonne femme ou de l’opium pour les hommes – comme à Charlie Hebdo –, chacun étant libre de penser ce qu’il veut en matière de religion.

Reste que sur cette question les musulmans, même modérés, ressentent un profond malaise et que les musulmans dans leur ensemble demeurent très « chatouilleux », jusqu’à vouloir de façon insidieuse mais constante instaurer un délit de blasphème en Europe, notamment via la Cour Européenne des Droits de l’Homme (cf. la récente affaire autrichienne http://islametoccident.fr/?p=4865 ).

À quel titre les musulmans prétendent-ils instaurer une censure religieuse en France (alors que juifs et chrétiens ne la réclament pas même si certains propos ou dessins peuvent les choquer) ?

La vie de Mahomet selon les sources musulmanes : quel embarras…

France 2 a consacré en avril 2019 deux émissions hebdomadaires du dimanche matin à la vie de Mahomet telle qu’elle ressort des sources musulmanes. Je propose de revenir sur quelques aspects de ces deux émissions assez laborieuses.

  • La Sira d’Ibn Ishâq constitue bien la biographie de référence de Mahomet

J’ai déjà écrit sur ce site à ce propos : on ne peut que conseiller à tous de lire cette biographie disponible en français et dans d’autres langues européennes pour prendre véritablement la mesure du personnage de Mahomet et sortir de la pure invention ou de la projection d’une figure qui n’a pas existé.

  • Mahomet est « le modèle à suivre » pour les musulmans

En dépit des guerres et des atrocités commises par Mahomet selon les sources musulmanes elles-mêmes, Mahomet reste la figure centrale de l’islam et le modèle à suivre.

En réalité, l’impossibilité congénitale des musulmans à voir la réalité mahométane et le refus obstiné de tout esprit critique conduisent nécessairement les musulmans à un surréalisme religieux et hagiographique fondé sur une spiritualité pauvre et un personnage « mythique », de même que certains ont pu restés fascinés par Hitler, Staline, Mao, Che Guevara et combien d’autres figures « mythiques ».

  • L’inculture des musulmans

Quiconque prend la peine d’interroger précisément les musulmans sur la vie de Mahomet, en particulier parmi les musulmans établis en Europe, constate rapidement une profonde inculture, mais qui a au moins l’intérêt de contribuer à excuser que Mahomet puisse encore être considéré comme un modèle.

  • La fuite de Mahomet à Médine

Il est toujours curieux de constater que l’hégire, c’est-à-dire la fuite de Mahomet et de ses compagnons à Médine, constitue en quelque sorte le début de la société musulmane. Se glorifier d’une fuite n’est pas en effet très commun.

En tous cas, il est intéressant, comme le fait un des invités, de ramener cet événement à ce qu’il était réellement : prosaïquement la recherche d’un environnement social et tribal plus favorable pour nouer des alliances guerrières, le message religieux étant tout à fait annexe dans ces circonstances.

  • Les guerres de Mahomet

Alors que les guerres offensives de Mahomet sont un problème central pour une religion prétendument d’amour et de paix, cette question ne fait l’objet que d’un seul échange en fin de deuxième émission. Cela étant, il faut reconnaître que la question est posée, ce qui est loin d’être le cas en général car ce sujet constitue un tabou central de l’islam dans son rapport actuel à l’Occident.

Le premier intervenant qui tente de répondre à cette question sur le comportement de Mahomet lui-même soit n’a pas compris la question, soit la dévie volontairement vers une problématique religieuse postérieure de plus d’un siècle à la vie de Mahomet. C’est le second intervenant qui finalement ose dire les choses : Mahomet et ses musulmans ont pour objectif de faire du monde mécréant un monde musulman, s’il le faut par la force et les guerres pour parvenir à la soumission ou à la conversion des mécréants.

Quoi dire de plus ? N’est-ce pas simple et clair ?