Comment être antisémite en France aujourd’hui

La France est un pays merveilleux qui aujourd’hui vous envoie 6 mois en prison si vous avez eu la mauvaise idée de dérouler une banderole dans la montagne pour protester contre l’immigration clandestine favorisée ouvertement par l’État et la justice française…

La banderole de Génération Identitaire au col de l’échelle en avril 2018

…mais qui n’empêche pas la vente à la FNAC d’ouvrages musulmans ouvertement antisémites, ce qui est assez logique cela étant car il ne faut pas perdre de vue que l’islam est une religion foncièrement antisémite.

Ainsi, voici quelques extraits du livre de Mohammet Yacine Kassab, publié en 2014 aux éditions Essalam, dont les ouvrages ont pignon sur rue car ils sont notamment vendus à la librairie Essalam, 135 boulevard de Ménilmontant à Paris.

  • Les juifs sont un peuple maudit par Dieu et qui n’a pas compris la leçon d’Hitler

Les livres sacrés du judéo-christianisme, même altérés, gardent toujours par devers eux les traces des malédictions divines adressées aux juifs pour s’être, tout au long de leur histoire, détournés de leur dieu. (…) Au point que le Seigneur, après maints avertissements et mises à l’épreuve, s’est détourné d’eux à titre définitif et irrévocable en les livrant aux pires turpitudes de leurs ennemis. (…) Après les pharaons égyptiens, les Babyloniens et les Romains, leurs malheurs n’étaient pas près de prendre fin. En effet, Hitler et le nazisme apparurent pour réaliser les prédictions contenues dans leur Bible, ce fut l’holocauste. (…)

Le nazisme ne s’en prit pas spécifiquement aux juifs mais également aux tziganes, aux bohémiens, aux gitans, sans compter aux nombreux autres pays. Il considérait ces populations comme dégénérées et elles ne devaient pas influencer la constitution de la race aryenne qu’il rêvait de former pour dominer le monde et fonder une lignée au sang pur. La question fondamentale qui se pose est celle-ci : l’apparition du nazisme et  d’Hitler résulte-t-elle d’une volonté divine de soumettre une partie de l’humanité, principalement les juifs et les chrétiens, à ce fléau, ou bien ces tragiques événements sont-ils apparus spontanément alors que le seigneur de l’univers était dans l’ignorance totale de leur déroulement ? (…)

En réalité, ni la première guerre mondiale, qui mit aux prises les chrétiens entre eux, en se soldant par des millions de victimes, ni la seconde qui impliqua les juifs et les chrétiens, occasionnant des dizaines de millions de morts, ni l’occupation de la Palestine en 1947, ni les présents malheurs qui affectent le monde musulman ne pourront jamais passer inaperçus de Dieu. Bien plus, ils ne sauraient se produire sans son consentement, et pour tout dire et être dans la logique des choses, il en est l’auteur, le décideur, le continuateur et celui qui y mettra fin en le décidant. Tout est inscrit dans le livre de l’évidence ! Si les judéo-chrétiens font de leur dieu un être qui est affecté de toutes les tares humaines, le Coran sacré en fait un être absolu, dans tous les domaines.

  • Le lobby juif contrôle la société judéo-chrétienne occidentale et en particulier les États-Unis

Les Occidentaux ont su jouer sur cette inimitié devenue séculaire [entre les musulmans] pour s’imposer au détriment de tout le monde et dicter leur loi. De par leur présence qui a été pérennisée, et avec les gigantesques profits réalisés, ils se devaient d’avoir leur pion, sinon leur espion, pour veiller à leurs intérêts.  C’est ainsi que la création de l’État juif d’Israël, présenté comme une injonction biblique, fut imposée, alors que cet État n’existe plus depuis 19 siècles et que, de toute façon, les palestiniens occupaient cette région bien avant que le judaïsme ne voie le jour.

Mais les manipulations judéo-chrétiennes ont fait que l’historicité véritable de ces événements a été manipulée de façon à inverser les événements à leur profit. Le véritable objectif des Occidentaux était de s’emparer de ces richesses avec, pour tête de pont, cette entité qu’il leur était dévouée puisqu’ils ont contribué à la créer, à l’armer et à la renforcer depuis la déclaration Balfour de 1917 relative à l’établissement d’un foyer national juif en Palestine. (…)

Ce scénario morbide et machiavélique se déroule selon les prévisions et les étapes planifiées à l’avance et est soutenu par les Occidentaux. Ce n’est pas leur agitation stérile et clownesque, notamment celles des États-Unis, qui est en mesure de changer les choses puisqu’eux-mêmes sont sous l’emprise du puissant lobby juif.

  • Les juifs n’ont aucun droit sur la Palestine

L’idée que la Palestine constitue le pays natal des Israélites est un mensonge doublé d’un non-sens. (…) Le fait de  prétendre que la Palestine était vierge de toute présence humaine et qu’elle a été léguée par Dieu aux juifs, pour les temps des temps, constitue une escroquerie intellectuelle. Aussi loin que remonte histoire, la présence d’habitants en Palestine est attestée et prouvée avant même que le judaïsme ne voie le jour.

  • Vaincre le sionisme : objectif des musulmans

Tout n’est qu’une question de temps. Et, en l’occurrence, les juifs aidés des chrétiens en sont venus à nouveau à franchir les limites fixées par dieu en envahissant la Palestine, le troisième lieu saint de l’islam, en agressant son peuple en le chassant de ses terres, le tout en exerçant une grande injustice à son égard et à celui de la communauté musulmane. Aussi, ils doivent s’attendre avec leurs complices que Dieu exerce sa juste colère en provoquant de terribles tragédies à l’encontre de ceux qui se sont rendus coupables de tels forfaits. Mais, pour que le seigneur vienne au secours des musulmans, ceux-ci ne doivent jamais baisser les bras ; les musulmans se doivent de refuser le fait accompli et de s’opposer par tous les moyens aux visées du sionisme.

  • Conclusion

Si l’antisémitisme vous tente, faites-vous musulman, vous ne risquez guère les foudres de la justice française. Mais si vous êtes français de souche, blanc et de surcroît que vous aimez la France et son histoire, mauvaise idée.

Comment manipuler le Coran (2)

L’émission de France 2 « Islam » du dimanche 5 décembre 2019 abordait le sujet central mais ô combien délicat de la lecture du Coran. Je reviens sur les principaux aspects de cette émission qui, comme c’était prévisible, a fait la part belle aux occultations et aux mensonges. 

  • La propagande de la « contextualisation »

Pour une raison obscure, l’interprétation pacifiste et humaniste du Coran – les versets en question n’étant jamais cités, pour autant qu’ils existent – n’est jamais discutée tandis que la lecture tout simplement littérale du Coran doit, elle, toujours être remise en question car elle conduit effectivement au constat patent que l’islam est une religion belliqueuse.

La lecture du Coran est tellement insupportable que les intervenants en arrivent au paroxysme de l’absurdité : un texte écrit comme le Coran ne voudrait rien dire par lui-même. Alors à quoi cela sert-il d’écrire ? La logique musulmane semble donc bien éloignée de l’esprit français de Boileau : « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément ».

Si la fortune historique a souri par hasard au projet stalinien de société mahométane (Mahomet ayant failli être tué à la bataille de Badr), il semble que la destinée de Mahomet aurait bien pu inspirer ces vers : « Il est certains esprits dont les sombres pensées / Sont d’un nuage épais toujours embarrassées ; / Le jour de la raison ne le saurait percer. / Avant donc que d’écrire apprenez à penser. »

Et c’est d’autant plus comique que le Coran prétend à tout bout de champ être un texte « parfait et explicite ».

Comment manipuler le Coran (1)

L’émission de France 2 « Islam » du dimanche 5 décembre 2019 abordait le sujet central mais ô combien délicat de la lecture du Coran. Je reviens sur les principaux aspects de cette émission qui, comme c’était prévisible, a fait la part belle aux occultations et aux mensonges. 

  • Jihad / Kital : de l’art de noyer le poisson

L’expression « al jihad fi sabil Allah » ou « combat dans la voie de Dieu » est une expression fréquente dans le Coran.

Ce combat est d’abord pour le croyant un effort à faire sur soi-même pour se conformer aux préceptes religieux qui doivent gouverner sa vie, mais aussi et clairement en islam un combat si nécessaire guerrier contre les non-musulmans, comme en témoigne abondamment tant la biographie de Mahomet que les hadiths de la Sunna. Toutefois, afin d’occulter le caractère tout à fait guerrier que peut indubitablement recouvrir le « jihad », certains intellectuels ou religieux musulmans prétendent que la connotation guerrière ne se retrouverait que dans le terme arabe « kital » qui renvoie plus directement et sans équivoque au fait de tuer.

Bien entendu, les propos de cet intervenant ne font l’objet d’aucune contradiction. Cette querelle linguistique est à vrai dire de peu d’intérêt en réalité si l’on suit l’exemple de Mahomet qui a enchaîné à partir de Médine razzias et pillages, guerres offensives, assassinats nominatifs, extermination des juifs, etc. J’ai eu l’occasion de documenter abondamment ces différents faits sur ce site.

D’ailleurs l’intervenant se contredit lui-même puisqu’un peu plus tard dans l’émission il précise que « le jihad n’est pas une obligation » : or si le jihad est bien l’effort du croyant sur lui-même, comment ce jihad ne peut-il pas faire partie des obligations essentielles du croyant ? Cela n’a aucun sens. L’intervenant se prend les pieds dans ses propres mensonges.

Au bout du compte, ces distinguos linguistiques et rhétoriques subtils ont seulement pour objectif d’occulter ce qu’a été Mahomet lui-même selon les sources musulmanes elles-mêmes : un homme de guerre, dès qu’il s’est agi d’imposer une autorité qui n’arrivait pas à s’imposer par le souffle de sa spiritualité.