Erdogan aux Turcs européens : « Vous êtes le futur de l’Europe »

Erdogan est déjà en guerre avec la civilisation européenne. L’illustration la plus claire, outre les insultes que ce personnage adresse aux dirigeants européens en les traitant de « nazis », est bien son adhésion vigoureuse au grand remplacement de population qu’il appelle de ses vœux en incitant les Turcs européens à conquérir l’Europe par le ventre de leurs femmes, ce en quoi il est en réalité constant depuis bien des années. C’est ce qu’un article du New York times du 17 mars 2017 conduit à nous rappeler opportunément.

‘You Are the Future of Europe,’ Erdogan Tells Turks

By Russell Goldman

Calling Turks the “future of Europe,” Turkey’s president on Friday implored his compatriots living on the Continent to have multiple children as an act of revenge against the West’s “injustices.”

“Go live in better neighborhoods. Drive the best cars. Live in the best houses,” President Recep Tayyip Erdogan said Friday in the city of Eskisehir, while campaigning for a referendum that would solidify his power. “Make not three, but five children. Because you are the future of Europe. That will be the best response to the injustices against you.”

The remarks come at a time of increasingly fraught relations between Europe and Turkey in the wake of the migrant crisis, the concurrent rise of Islamic terrorism and right-wing nationalism in Europe, and a crackdown on civil liberties in Turkey.

Turkish citizens have lived in Europe for decades and have often been the focus of anti-immigrant sentiment. Mr. Erdogan has found that addressing overseas Turks is a convenient way to stir his own citizens’ nationalism and attack a Europe that has become increasingly hostile to Turkey as his government becomes ever more authoritarian.

Last weekend, Mr. Erdogan accused the Netherlands of Nazism after Dutch officials stopped the Turkish foreign minister from landing there for a pro-Erdogan rally, and then escorted the Turkish family minister out of the country, citing risks to public order and security.

“When those incidents began, I said those are fascistic measures,” Mr. Erdogan said Sunday. “I said Nazism had risen from the dead.”

Those comments came just before the Dutch national elections, in which voters rejected the anti-Islamic platform of the politician Geert Wilders but increased his party’s seats in Parliament.

On Friday, around the time Mr. Erdogan was speaking in Eskisehir, Mr. Wilders wrote on Twitter: “The fight against Islamization and the EU will be tougher, stronger and far more effective now, being the second strongest political power!” The text “#stopislam” was included in an image he also posted.

Mr. Erdogan is not the first authoritarian leader of a Muslim country to suggest that birthrates could alter the demographics of the West. Already, Muslims in Europe are younger than other Europeans and the number of Muslims on the Continent has been increasing steadily, according to the Pew Research Center.

“The Muslim share of the population throughout Europe grew about 1 percentae point a decade, from 4 percent in 1990 to 6 percent in 2010,” according to Pew. “This pattern is expected to continue through 2030, when Muslims are projected to make up 8 percent of Europe’s population.”

Port du voile islamique et établissement public : la CEDH donne raison à la France

Source : Le Monde

Une assistante sociale française, qui contestait son licenciement prononcé en décembre 2000 en raison de son refus d’ôter son voile islamique, a été déboutée, jeudi 26 novembre 2015, par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH).

La juridiction du Conseil de l’Europe a estimé que cette décision – Affaire Ebrahimian c. France, requête no 64846/11 –, motivée par le principe de laïcité, « fondateur de l’État » français, et celui de neutralité, imposés aux agents des services publics, ne constituait pas une violation du droit à la liberté de religion.

Dans un arrêt rendu à l’unanimité des juges, elle rappelle qu’« il ne lui appartient pas de se prononcer sur le modèle français » mais reconnaît que ces principes poursuivent « le but légitime qu’est la protection des droits et libertés d’autrui ». « Les autorités nationales n’ont pas outrepassé leur marge d’appréciation en constatant l’absence de conciliation possible entre les convictions religieuses de Mme Ebrahimian et l’obligation de s’abstenir de les manifester », ajoute-t-elle.

La requérante, Christiane Ebrahimian, avait été recrutée en contrat à durée déterminée, fin 1999, comme assistante sociale au service de psychiatrie du centre d’accueil et de soins hospitaliers de Nanterre. Elle avait été informée un an plus tard que son contrat ne serait pas renouvelé en raison de son refus d’enlever sa coiffe et que cette décision faisait suite à des plaintes formulées par certains patients.

Un arrêt qui complète la jurisprudence de la CEDH

Ce nouvel arrêt de la cour de Strasbourg complète une jurisprudence jusqu’à présent constante, depuis une décision de la CEDH datant de 2004 et reconnaissant à la Turquie le droit d’interdire le port du voile à l’université. Cette interdiction a été levée depuis à l’initiative du gouvernement islamoconservateur de l’AKP.

Les juges européens avaient par la suite débouté en 2008 deux collégiennes françaises qui contestaient l’interdiction du port du voile dans les établissements scolaires.

Ils ont validé en 2014 la loi française interdisant le port du voile intégral dans l’espace public en déboutant à son tour une Française d’origine pakistanaise qui invoquait son droit au respect de sa vie privée et de ses convictions religieuses.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/religions/article/2015/11/26/port-du-voile-islamique-et-etablissement-public-la-cedh-donne-raison-a-la-france_4818068_1653130.html#ttQEOc2PGAP7LKsi.99

Recep Tayyip Erdogan et l’islamisation

Recep Tayyip Erdogan, actuel (2015) président de la République turque, favorable à la réislamisation de la Turquie, déclarait en février 2008 lors de son voyage en Allemagne, que l’assimilation de la culture de la communauté musulmane turque d’Allemagne (plus de 2 millions de personnes) à la culture occidentale était un « crime contre l’humanité ».

Ce type de jugement n’est-il pas cohérent avec la volonté de ne pas aider l’Europe à lutter contre le terrorisme musulman comme en témoignait le juge Trévidic en octobre 2014 puisque celui-ci rappelait l’absence de coopération de la Turquie sur ce sujet en 15 ans (2000-2014) ?

Trevidic octobre 2015

Turquie Trevidic octobre 2014

Recep Tayyip Erdogan semble beaucoup plus préoccupé par son obsession d’unité du territoire turc, conduisant à l’indifférence ou au mépris de certains populations comme les arméniens, dont le génocide pourtant avéré et tout à fait reconnu au niveau international est encore aujourd’hui nié par la Turquie, ou les kurdes, empêchés pendant longtemps de porter assistance à leurs frères de Syrie pourchassés par l’État islamique.

Mustapha Kemal & L’islam

Pour Mustapha Kemal, fondateur de la Turquie moderne, l’islam est un obstacle au progrès.

Mustapha Kemal

L’histoire retient de nombreux propos développant ce thème, parmi lesquels :

–  « Depuis plus de cinq cents ans, […] les règles et les théories d’un vieux cheikh arabe, et les interprétations abusives de générations de prêtres crasseux et ignares ont fixé, en Turquie, tous les détails de la loi civile et criminelle. Elles ont réglé la forme de la Constitution, les moindres faits et gestes de la vie de chaque citoyen, sa nourriture, ses heures de veille et de sommeil, la coupe de ses vêtements, ce qu’il apprend à l’école, ses coutumes, ses habitudes et jusqu’à ses pensées les plus intimes. L’islam, cette théologie absurde d’un Bédouin immoral, est un cadavre putréfié qui empoisonne nos vies. »

–  « Vous venez me parler des avantages que nous a valu notre conversion à l’Islam, et moi je vous dis : regardez ce qu’elle nous a coûté ! »

–  « La République turque ne veut pas demeurer le pays des cheiks et des derviches, des confraternités et des couvents. Comme ordre, il n’y en a qu’un seul de vrai et de raisonnable — celui de la civilisation. »