Le halal ou la crispation identitaire

  • Qu’est-ce qu’une fatwa ?

Ghaleb Bencheikh, musulman pondéré et cultivé, présentateur attitré de l’émission de France 2 « Islam » diffusée le dimanche matin sur France 2 rappelle, dans le cadre d’une conférence sur le mot « fatwa » organisée par la société des amis de l’Institut du Monde Arabe en novembre 2016, que la fatwa, avis juridique délivré par une autorité musulmane légitime, n’est qu’un avis et n’a donc aucun caractère obligatoire et coercitif : celui qui la reçoit est libre de la suivre ou pas.

Amis IMA Fatwa 161128 Obligation

  • Le halal est-il une obligation ?

Ghaleb Bencheikh indique que Mohamed Abduh, célèbre juriste et mufti égyptien mort en 1905 – donc bien avant les turbulences identitaires de l’islam d’aujourd’hui – avait émis une fatwa précisant la notion de « halal » (ce qui est autorisé pour un musulman) en ce qui concerne la viande : la viande de tout animal qui n’a pas été abattu en invoquant une autre divinité que Dieu est licite pour le musulman.

Amis IMA Fatwa 161128 Halal

Ghaleb Bencheikh précise que cet avis n’est pas un cas isolé et a été suivi par d’autres allant de le même sens. Ainsi est-ce le cas de Yusuf Qaradawi, célèbre personnalité musulmane dont on ne peut guère douter du fondamentalisme, qui a consacré un livre à la question du « licite et illicite en islam » (voir l’article   http://islametoccident.fr/?p=2462 )

  • Conclusion

Le halal, dans son fondement religieux même en islam, n’exige pas l’égorgement impératif des animaux, pratique épouvantable et ignominieuse qui contrevient à l’affirmation d’une humanité digne et respectueuse de son environnement. Beaucoup de musulmans l’ignorent sans doute. Il ne faut pas laisser le halal être ce qu’il devenu aujourd’hui par le fait de son instrumentalisation : l’expression crispée d’une revendication identitaire cherchant l’affrontement, doublée d’un rejet haineux des valeurs françaises traditionnelles.

Interroger publiquement les restaurateurs, les grandes entreprises de restauration, les cantines, les bouchers, etc. sur le mode d’abattage des animaux dont ils commercialisent la viande devient une urgence : il est à tout le moins inadmissible qu’on puisse dans le monde d’aujourd’hui faire collaborer subrepticement et de façon involontaire une population à l’entretien d’une pratique sacrificielle honteuse et détestable, renvoyant aux pratiques des âges les plus reculés de l’humanité.

La prière musulmane ou pourquoi l’islam n’est pas une croyance

L’émission hebdomadaire de France 2 « Islam » propose une séquence sur les fondamentaux de l’islam, généralement claire et simple. Celle du 11 septembre 2016 était consacrée à un rappel intéressant du 1er pilier de l’islam : la « shahada ».

france-2-islam-160911-science-foi-1-shahada

france-2-islam-160911-science-foi-1-shahada

  • La shahada : un « témoignage »

La « shahada » est un témoignage. En français : « Je témoigne qu’il n’y a de Dieu que Dieu et je témoigne que Mahomet est le messager de Dieu ». Ce témoignage est souvent donné dans sa version courte : « Il n’y a de Dieu que Dieu et Mahomet est son messager ».

Comme le rappelle le présentateur : « La shahada doit être prononcée avec l’index en direction du ciel », au point que ce geste s’ancre dans les automatismes corporels.

najat-belkacem-priere

Le chrétien par le « Credo » affirme sa croyance : il s’agit d’un acte de foi, qui n’exclut pas le doute et emporte donc avec lui la possibilité implicite de ne pas croire au sens où on ne peut pas forcer quelqu’un à croire : c’est un problème entre lui et Dieu, et il n’a pas à être puni pour son incroyance.

Le musulman par la shahada est lui beaucoup plus affirmatif : au sens strict, il ne croit pas, il « témoigne ». Il n’y a pas à croire que Mahomet est l’envoyé d’Allah puisque c’est pour le musulman une certitude qui n’a pas à être discutée : il a juste à en témoigner. Cette position induit implicitement un rejet de toute discussion pouvant remettre en cause le statut du Coran et de Mahomet. C’est certainement une raison fondamentale expliquant l’imperméabilité de l’islam à toute approche rationnelle critique depuis notamment la « fermeture des portes de l’ijtihad » au XIIème siècle (l’« ijtihad » est la lecture, l’interprétation rationnelle et critique des textes). En effet, la moindre acceptation de la validité du raisonnement critique envers l’islam est la porte ouverte à un flux de critiques pouvant faire s’effondrer le colosse aux pieds d’argile. C’est aussi une raison profonde expliquant l’inutilité du dialogue inter-religieux avec l’islam.

Malek Chebel décrit magistralement ce système idéologique : « Pour le croyant islamoïde, l’islam se situe au-dessus et en dehors de la critique humaine. Pour lui, la doxa ne peut être questionnée, ni dans sa généralité ni dans son détail, car cela mettrait en péril tout l’édifice de la croyance. Le comportement « islamoïde » consiste donc à rejeter en bloc toute innovation inconvenante, tout en donnant le change à quiconque s’avise de critiquer tel ou tel précepte islamique. À ce sujet borné, l’islam n’offre que des avantages : une religion divine, avec un prophète d’une sagesse à toute épreuve et une histoire arabo-islamique flamboyante. »

  • L’unicité d’Allah : le tawhid

L’unicité divine ou « tawhid » est le cœur de la doctrine musulmane et de sa justification historique face aux polythéistes de La Mecque. Cette notion est si fondamentale que tout tourne autour d’elle et qu’on peine à trouver de concept religieux autre et simple en islam, alors que, par exemple, le chrétien se « heurte » immédiatement à des concepts religieux « mystérieux », comme la notion de Trinité, d’incarnation ou de rédemption par la crucifixion et la mort du Christ.

Malek Chebel écrit à ce propos : « Il faut savoir que le Coran est, en lui-même, un discours constitué sur Dieu et de Dieu sur l’homme. Cela explique la pauvreté relative de l’acte philosophique en islam, cantonné malgré lui à une histoire amplifiée des idées et à une spéculation molle sur les fins dernières. »

De son côté, Tariq Ramadan écrit même : « Il n’y a pas de « théologie islamique ». Comparer les discussions, souvent marginales, qui ont eu cours entre les savants musulmans (essentiellement à partir du Xème siècle) avec les réflexions fondamentales qui ont donné naissance à la « théologie chrétienne » est infondé et, dans les faits, une erreur. Certes, certains débats ont été vifs et l’on a, à travers l’histoire et les écoles musulmanes, discuté du sens et de la portée des noms de Dieu, de ses attributs, du statut de la révélation, mais l’horizon de ces controverses – contrairement à l’histoire de la dogmatique catholique par exemple – est resté circonscrit et n’a jamais été jusqu’à remettre en cause trois principes fondamentaux : l’unicité absolue du créateur, son impossible représentation et la véracité de sa parole révélée dans le coran. Une authentique « théologie » aurait d’abord, et surtout, discuté de ces trois principes. Or une étude attentive de l’histoire des débats entre les écoles montre que les disputes se sont élaborées en aval de ces trois principes qui, au cœur de la conception musulmane, fonde ce qu’on nomme le « tawhid ». »

  • Conclusion : la discussion avec l’islam en matière sociale ou religieuse est impossible

Toute la force de l’islam tient dans sa simplicité (aucun concept compliqué à avoir à maîtriser pour l’homme de la rue) et l’interdiction de la critique qui se traduit par l’épée de Damoclès du blasphème ou de l’apostasie. Face à une telle idéologie, qui ressemble à s’y méprendre à une dictature de la pensée, rien n’est doctrinalement « négociable ». Imaginer une « identité heureuse » avec l’islam orthodoxe qui ne soit pas ancrée dans le communautarisme est une absurdité. Le confit de valeurs est inévitable avec la tradition historique laïque de la France : il a commencé et va s’amplifier inéluctablement. Ce n’est qu’une question de temps et de nombre, donc de rapport de force.

Rappel à ceux qui souhaitent imposer la religion en entreprise

Si l’on en croit l’émission de France 2 « Islam » du 11 septembre 2016, « S’il est recommandé de faire chaque prière à l’heure prescrite, il est permis de les regrouper à un moment de la journée ou du soir pour ceux qui ne peuvent pas le faire en raison de contraintes dans leur vie quotidienne. » Un rappel utile à une époque où les pressions de la communauté musulmane se font de plus en plus fortes pour imposer aux entreprises l’aménagement des horaires de travail en fonction de contraintes religieuses. La religion, quelle qu’elle soit, n’a rien à faire dans l’entreprise qui est par essence un monde laïc.

france-2-islam-160925-science-foi-2-priere

france-2-islam-160911-science-foi-2-extrait-priere

Le ramadan : une bien curieuse pratique

Toutes les religions on spiritualités accordent une place à l’ascèse et notamment au jeûne, supposé, par un détachement forcé des choses de ce monde, permettre à l’homme de se concentrer sur sa nature spirituelle véritable et donc de se rapprocher de Dieu (pour les religions monothéistes). Cette pratique suggère quelques commentaires.

1) Le jeûne n’a d’effet réellement notable sur le corps humain qu’au bout de plusieurs jours

De nombreuses études scientifiques sur le jeûne sont disponibles aujourd’hui. La phase de jeûne court de 3 ou 4 jours est suivie par une phase de rééquilibrage du métabolisme dû au stress alimentaire lié à l’absence de nourriture et qui a notamment pour effet une détoxification de l’organisme (habituellement passive). Ce mécanisme de rééquilibrage est complexe et toutes ses facettes ne sont pas encore connues compte tenu du bouleversement hormonal et neuro-endocrinien qu’il provoque.

Beaucoup d’effets constatés ne sont pas expliqués. On utilise dans certaines circonstances le jeûne comme moyen de lutter contre certaines maladies dont on a du mal à venir à bout par des méthodes « traditionnelles » (ex. eczéma, maladies articulaires, certains cancers, certaines troubles psychiatriques, etc.).

Il paraît donc scientifiquement audacieux d’attacher un effet notable de « purification » du corps à un jeûne diurne uniquement. Et ce d’autant plus que la nuit est généralement l’occasion d’une « compensation » bien méritée !

D’ailleurs, on ne brûle pas ses graisses dans ces conditions contrairement à ce que dit le médecin interviewé dans l’émission « Islam » de France 2 diffusée le 16 juin 2016 (cf. ci-dessous). Et entendre ce médecin rattacher le jeûne du ramadan à la « surbouffe » qui caractérise l’époque contemporaine est un tour de force étonnant pour une pratique inventée il y a 14 siècles : Dukan avant l’heure !

2) Le rattachement du jeûne à la spiritualité est une projection humaine

La nature a bien fait les choses et nombre d’animaux, du fait des contraintes de leur milieu, sont amenés à jeûner sur des durées pouvant être très longues (cf. hibernation, migration). L’homme, animal lui aussi, profite d’un dispositif lui permettant de survivre dans des conditions plus ou moins difficiles. Tout cela n’a rien à voir avec la spiritualité ou la religion mais avec la nature. Il faudrait sans doute en parler à l’ours ou au manchot empereur, grands jeûneurs s’il en est, pour voir ce qu’ils en pensent.

Cela étant, l’homme reste libre de donner la signification imaginaire qu’il souhaite au jeûne : la méthode Coué n’a point de limite, surtout dans le domaine de la religion, et il est très amusant de voir le médecin de l’émission précitée plonger dans le mythe de la « pensée magique » tout en la dénonçant…

3) Le jeûne du Ramadan est une pratique dangereuse du fait de la privation d’eau

Le jeûne correspond à la privation de nourriture et non d’eau. La privation d’eau imposée par le ramadan musulman n’est pas une pratique souhaitable, et c’est même une pratique très dangereuse dans les pays extrêmement chauds comme la péninsule arabique.

4) Le jeûne du Ramadan n’a par définition aucun sens dans les pays situés très au nord et très au sud

Imagine-t-on la vie des musulmans qui auraient le malheur d’habiter près des cercles polaires avec des nuits quasiment inexistantes pendant plusieurs jours à certaines phases de l’année (et l’inverse évidemment) ? La religion, comme la justice, doit-elle changer d’opinion selon les latitudes ? Il me semble qu’un certain Pascal avait déjà répondu à cette question.

France 2 Islam 160616 Ramadan

France 2 Islam 160612 Ramadan Extrait

Conclusion : Le jeûne du ramadan n’est qu’une des multiples formes de soumission de l’homme à son imaginaire divin, qui réclame pour finir le sacrifice d’une pauvre bête qu’on égorge selon un rite antédiluvien.

L’égorgement des animaux : un procédé d’abattage honteux et inutile

Les images récentes (depuis octobre 2015) de l’abattoir d’Alès, puis de ceux de Le Vigan et de Mauléon ont une nouvelle fois apporté la preuve des souffrances épouvantables et insupportables infligées régulièrement aux animaux dans les abattoirs français, non seulement lors de l’abattage lui-même, mais également dans le traitement des animaux avant l’abattage du fait du développement de la violence que l’absence de respect de la dignité animale induit.

Alors même que le procédé normal et légal d’abattage en France est celui de l’étourdissement, car naturellement le moins pénible pour les animaux puisque l’animal est inconscient lorsqu’on le tue, les politiques français (mais aussi ceux d’autres pays européens, sauf toutefois ceux de certains pays d’Europe du Nord) ont accordé des dérogations consistant à autoriser la souffrance des animaux pour des prétextes futiles, c’est-à-dire religieux, puisqu’il n’y a aucun bénéfice sanitaire tiré de l’égorgement de l’animal vivant.

En outre, ces dérogations à l’étourdissement ont un effet pervers considérable puisqu’elles conduisent évidemment à considérer que l’égorgement est un mode d’abattage en réalité normal (sinon il faudrait l’interdire dirait Monsieur de La Palice), ce qui a un intérêt certain dans le monde consumériste occidental dont les objectifs de profit entrent en conflit direct avec le respect de la dignité animale qui induit mécaniquement une perte de productivité. Entre la dignité animale et quelques cents d’euros, le choix est vite vu dans notre merveilleux monde occidental. Les animaux peuvent hurler de douleur, tant que le consommateur n’entend pas ces cris, tout va bien ! Or l’enjeu est considérable : Tareq Oubrou indiquait il y a quelque temps que « D’après les chiffres officiels de 2008, un tiers des 10 millions d’animaux de boucherie abattus en France l’ont été de manière rituelle, à raison d’environ un bovin sur dix et un ovin sur deux. »

Ces dérogations honteuses révèlent l’hypocrisie d’un monde politique qui prétend défendre la dignité animale mais qui est en réalité beaucoup plus soucieux de ses calculs politiques. Car il faut être logique : si la dignité animale est une véritable valeur pour nos sociétés occidentales, pourquoi accorder des dérogations – ce qui revient précisément à nier fondamentalement cette dignité – juste pour permettre de satisfaire des fantasmes humains qualifiés de « religieux » au prétexte qu’on imagine qu’un Dieu se serait préoccupé de ce genre de choses et, qui plus est, en aurait parlé aux hommes ? Si Dieu existe, n’avait-il pas plus de raison de se manifester pour des affaires autrement plus importantes ? Or, on ne l’a pas beaucoup entendu ni vu devant le camp d’Auschwitz ni à l’entrée des goulags staliniens.

La dignité animale, ou humaine puisque nous sommes aussi des animaux, dépend-elle des circonstances ? Y a-t-il des dérogations au regard de l’interdiction de la peine de mort pour les condamnés en France ? Non.

Dans ce contexte, il est intéressant de s’interroger sur la profondeur des justifications religieuses qui semblent avoir raison du peu de courage de nos hommes politiques, et en particulier vis-à-vis de la communauté musulmane qui est de loin la plus nombreuse. Car que dit la doctrine musulmane ? L’égorgement dans le cadre de l’abattage halal est-il une condition sine qua non de la consommation de viande par les musulmans français ?

Appuyons-nous pour ce faire sur les écrits de quelques personnalités éminentes de l’islam, bien connues en France, et versées dans la connaissance des règles musulmanes :

  • Yusuf Qaradawi, qui a notamment écrit « Le licite et l’illicite en islam » (éditions Al Qalam, 2005), religieux musulman mondialement connu, à la tête du Conseil européen des fatwas et de la recherche (conseil édictant des avis juridiques à l’attention des musulmans vivant en Europe), et qui n’est pas précisément connu pour son laxisme dans l’interprétation des règles religieuses musulmanes.
  • Tariq Ramadan, lui aussi versé dans la connaissance des règles religieuses musulmanes, et qui a notamment abordé certains aspects de la question qui nous occupe dans le livre « La réforme radicale » (éditions Presses du Châtelet, 2013).
  • Tareq Oubrou, imam de Bordeaux, qui évoque cette question dans le livre-interview « un imam en colère » (éditions Bayard, 2013).

Que pouvons-nous conclure de ces lectures ?

1) Quelle est la nature de l’abattage halal ? Un abattage éthique et non rituel

Tareq Oubrou écrit : « Il existe en réalité trois types d’abattage rituel ou sacrificiel. Les deux premiers sont l’offrande annuelle commémorant le geste d’Abraham, à l’occasion de la fête du sacrifice (Aïd-El-Kébir) et le sacrifice fait à l’occasion de la naissance d’un enfant. Ces deux formes de sacrifices, très répandues chez les musulmans originaires du Maghreb, ne sont pas des obligations canoniques mais seulement des recommandations. Le seul sacrifice obligatoire est celui que le pèlerin effectue lors du pèlerinage à La Mecque (hajj).»

Tareq Oubrou écrit également : « Le halal n’est pas une offrande destinée à Dieu mais un abattage éthique. En ce sens, les termes de « sacrifice » ou d’abattage « rituel » sont des abus de langage. »

2) L’égorgement n’est pas rendu nécessaire par la consécration de l’animal à Allah

L’égorgement pourrait être rendu obligatoire par l’habitude musulmane consistant lors de l’égorgement à consacrer l’animal à Allah, rendant les deux pratiques nécessairement concomitantes. Or tel n’est pas le cas.

Yusuf Qaradawi écrit : « La raison de cette interdiction [prononcer le nom d’un autre que Dieu], ici purement religieuse, est de sauvegarder le monothéisme, de purifier les croyances et de lutter contre l’associationnisme et les divers aspects de l’idolâtrie dans tous ses domaines. (…) S’il prononce en l’égorgeant le nom d’un autre que Dieu, l’homme annule aussitôt cette permission et mérite qu’on l’empêche de profiter de cet animal égorgé. »

Or Yusuf Qaradawi précise : « Certains savants décidèrent en fin de compte que prononcer le nom de Dieu était nécessaire. Mais il n’est pas obligatoire que cela se fasse au moment de l’abattage. Il suffit de le faire avant d’en manger : « ne mange pas quelque chose sur laquelle on n’a pas prononcé le nom de Dieu ». Dans le recueil authentique d’al-Boukhari, il y a ce hadith rapporté par Aïcha : Il y a des gens qui nous apportent de la viande et nous ne savons pas s’ils ont prononcé sur elle le nom de Dieu. Pouvons-nous en manger ? Il [Mahomet] leur dit : « Prononcez le nom de Dieu et mangez-en ». »

Tareq Oubrou écrit : « Selon l’école chaféite [l’une des quatre grandes écoles juridiques de l’islam], on n’est même pas obligé de prononcer le nom de Dieu avant l’abattage. »

3) L’abattage musulman est un abattage éthique au sens où son objectif doit être de faire souffrir l’animal le moins possible

Yusuf Qaradawi écrit : « Il nous semble que le sens secret de cet abattage est le fait de tuer l’animal dans les délais les plus brefs et sans le faire souffrir. C’est pourquoi on a rendu obligatoire l’emploi d’un instrument tranchant car son effet est plus rapide. On a exigé de trancher à la gorge, car c’est l’endroit le plus propice pour mettre facilement fin à la vie de l’animal. On a interdit d’égorger avec la dent ou l’ongle car cela ferait souffrir la victime et n’aboutirait en général qu’à la strangulation. Le Prophète a ordonné de bien aiguiser la lame et de mettre la bête à l’aise : « Dieu a prescrit de faire toutes choses avec humanité. Quand vous tuez, tuez humainement, et quand vous égorgez, égorgez humainement. Que l’un de vous aiguise bien sa lame et mette à l’aise sa victime. » (hadith rapporté par Muslim d’après Chahad Ibn Aous). »

L’égorgement est ainsi venu mettre fin à l’époque de Mahomet à des pratiques odieuses vis-à-vis des animaux. En effet, Yusuf Qaradawi rappelle : « Omar vit quelqu’un trainer un ovin par la patte pour l’égorger. Il lui dit : « Malheur à toi ! Conduis-le à la mort d’une façon gentille » (hadith rapporté par Abd ar-Razaq). Ainsi nous trouvons que la pensée générale est de traiter les animaux avec douceur et de leur éviter au possible toute souffrance. Avant l’islam, les Arabes coupaient la bosse des chameaux vivants et coupaient aussi la queue des gros ovins. C’était là une torture pour ces animaux. Le Prophète leur interdit cette pratique barbare en leur disant : « Tout ce qu’on coupe d’un animal vivant est considéré comme bête morte » (hadith rapporté par Ahmad, Abou Dawoud, ar-Tirmidhi et al-Hiban) »

Tareq Oubrou confirme : « Nous ne sommes pas dans le sacré. Le musulman a simplement pour obligation d’alléger au maximum la souffrance de la bête. »

Tariq Ramadan indique également : « Être obsédé par les techniques du “halal“ et, a fortiori, en en disant et en ne proposant rien sur la question du traitement absolument indigne des animaux dans nos univers de surconsommation et de productivités à outrance (dans certains élevage, dans les abattoirs, etc.) – de même que sur le mauvais traitement des animaux dans les sociétés les plus pauvres –, cela est proprement illogique, sidérant et tout simplement schizophrénique. (…) La consommation de la viande “halal“ est réduite à une question d’ordre technique sans considération fondamentale pour les finalités du sacrifice, qui ne devrait se permettre de prendre la vie qu’en l’ayant respectée et protégée des mauvais traitements et de la souffrance. »

Ces positions semblent tout à fait conformes à la Sunna (Tradition) du Prophète, si l’on suit quelques exemples de hadiths « authentiques » tout à fait bien connus :

Bukhari : Titre 72 « Des animaux à égorger, du gibier et de l’invocation à faire pour le gibier » / Chapitre 25 « De ce qu’il est répréhensible de mutiler un animal vivant, l’attacher pour servir de cible ou le faire coucher sur les pattes pour lui trancher le col. »

Bukhari N°5513 (et Muslim N°1956) : Hishâm Ibn Zayd a dit : « Comme j’entrais chez al-Hakim Ibn Ayyûb en compagnie d’Anas, celui-ci aperçut des jeunes gens qui avaient attaché une poule sur laquelle ils tiraient à la cible. – Le Prophète, dit alors Anas, a défendu de tuer de sang-froid (c’est-à-dire sans aucune nécessité d’aucune sorte) [donc la souffrance n’étant d’aucune utilité, elle doit être évitée si elle peut l’être] les animaux ».

Bukhari n°5515 : Sa’îd Ibn Jubayr a dit : « J’étais auprès d’Ibn Umar. On passa auprès de jeunes gens qui avaient attaché une poule pour s’en servir de cible. Aussitôt qu’ils aperçurent Ibn Umar ils se dispersèrent. – Qui a fait cela ? s’écria Umar. Le Prophète a maudit quiconque agirait ainsi. D’après Ibn Umar, le Prophète a maudit quiconque mutilerait un animal. »

Muslim N°1955 : Shaddid Ibn Aus a rapporté : « Je me souviens de deux choses que le Messager d’Allah a dites : Allah a enjoint de la bonté en toutes choses ; alors, quand vous tuez, tuez d’une bonne façon et quand vous égorgez, égorgez d’une bonne façon. Donc chacun devrait aiguiser son couteau et devrait faire en sorte que l’animal égorgé meurt confortablement. »

En revanche, si l’on peut se fier aux religieux pour ce qui est des questions religieuses, restons plus circonspects vis-à-vis de leur « ressenti » scientifique, tel celui de Tareq Oubrou : « D’où la nécessité d’utiliser un couteau très aiguisé afin de stopper d’un coup l’irrigation du cerveau et de permettre à l’animal de perdre rapidement conscience. L’animal ne souffre pas. Les soubresauts qui suivent l’égorgement sont purement végétatifs et inconscients puisque son âme a déjà quitté son corps dès la mort cérébrale [propos qui mélange la science et la religion et dont on voit bien qu’il quitte complètement le champ scientifique]. »

Cela étant, Tareq Oubrou finit par conclure : « Si un jour il est prouvé que l’étourdissement préalable réduit effectivement la souffrance, alors pourquoi pas… »

Maintenant donc que les procédés d’étourdissement sont disponibles, rien ne s’oppose à abandonner l’égorgement au profit de l’étourdissement, procédé incomparablement moins douloureux. Car comment soutenir que l’animal ne souffre pas alors qu’on lui a seulement tranché une partie du cou, laissant sa tête ballante, sans rompre toutes les terminaisons nerveuses comme dans le cas d’une décapitation, provoquant ainsi un stress abominable (et la production consécutive de toxines) et une agonie qui peut durer plusieurs minutes ?

3) La viande issue de l’abattage par les Gens du Livre est licite pour les musulmans

Si l’étourdissement est donc tout à fait licite aujourd’hui (l’égorgement de l’époque du Prophète étant devenu obsolète du fait de l’apparition des techniques modernes), y aurait-il par ailleurs un enjeu quelconque en raison du fait que la viande consommée par les musulmans proviendrait en outre d’abattoirs occidentaux non tenus par des musulmans, donc dans un cadre très différent de ce qui se passe en terre d’islam ? Le fait que les abattoirs européens utilisent l’étourdissement rend-il la viande illicite pour le musulman ?

Eh bien, non !, dans la mesure où les musulmans peuvent considérer que les abattoirs sont situés dans des pays à majorité d’origine largement chrétienne (les chrétiens faisant partie des « Gens du Livre », avec principalement les juifs).

Yusuf Qaradawi indique en effet : « L’expression « La nourriture ce ceux qui ont reçu le Livre » est une expression générale englobant tout ce qu’ils mangent. Les bêtes qu’ils égorgent, leurs céréales, etc. Tout cela nous est licite tant qu’il n’est pas spécifiquement illicite comme la bête morte, le sang répandu et la viande de porc. Tous ces interdits, que ce soit l’alimentation d’un homme du Livre ou d’un musulman, on est unanime à dire qu’ils ne nous sont pas permis. »

Yusuf Qaradawi précise : « Ce qu’ils abattent par électrocution ou autre chose pareille. La deuxième question est de savoir si on exige que leur façon d’abattre doit être semblable à la nôtre, c’est-à-dire avec une lame tranchante à la gorge. La plupart des savants l’exigent. Cependant, un groupe de Malékites [l’une des quatre écoles juridiques de l’islam, notamment suivie par les maghrébins] disent que cela n’est pas une condition obligatoire. Dans son commentaire du verset de la sourate 5 (« le festin »), Ibn Arabi a dit : « Cela est une preuve évidente que la chasse et la nourriture de ceux qui ont reçu le Livre font partie des choses bonnes et pures que Dieu a permises. C’est là une permission absolue. Dieu ne l’a répété que pour lever les doutes et mettre fin aux objections et aux mauvaises pensées qui nécessitent à leur tour d’autres objections et astreignent à de longs discours. » On m’a demandé mon avis sur le chrétien qui tord le cou de la poule puis la fait cuire. Peut-on en manger avec lui ou la prendre chez lui pour la manger ? Je dis : « Oui, on peut la manger car c’est son alimentation personnelle, celle de ses prêtres et de ses moines, même si cette manière de tuer n’est pas nôtre. Dieu nous a permis leur nourriture sans aucune restriction. Tout ce qu’ils considèrent permis dans leur religion nous est permis, sauf dans les cas où Dieu les a accusés de mensonge ». Nos savants ont dit : « Ils nous donnent leurs femmes comme épouses et il nous est alors permis d’avoir avec elles des rapports intimes. Comment ne mangerions-nous pas de leur abattage, alors que la nourriture vient après les rapports sexuels [un musulman étant autorisé par la doctrine à épouser une juive ou une chrétienne] dans le licite et l’illicite ? » »

Yusuf Qaradawi confirme : « C’est le principe adopté par Ibn al-Arabi. Il a dit dans un autre passage : « Ce qu’ils ont mangé sans l’avoir égorgé selon notre rite, mais après l’avoir étranglé ou lui avoir brisé le crâne, c’est-à-dire sans se préoccuper de sa légitimation, cela est interdit. » Mais il n’y a aucune contradiction dans ses deux affirmations. Il a voulu en effet dire que ce qu’ils jugent chez eux comme légitimé par l’abattage rituel nous est permis, même si son abattage n’est pas conforme au nôtre. Ce qu’ils ne jugent pas chez eux comme légitimé par l’abattage rituel ne nous est pas permis. On entend par abattage rituel l’intention de tuer l’animal dans le but de le rendre licite. C’est ce que pense ce groupe de malékites. À la lumière de ce que nous venons de dire, nous savons quelle position prendre devant les viandes importées des pays des gens du Livre telles que le poulet et la viande de bœuf en conserve qu’on a abattus par électrocution ou un autre moyen semblable. Tant qu’ils jugent ces viandes licites, elles le sont pour nous, conformément au sens général du verset. Quant aux viandes importées des pays communistes, on ne peut en aucune façon les consommer, car ce ne sont pas des gens du Livre et ils renient toutes les religions en bloc. Ils ne reconnaissent ni Dieu, ni aucun de ses messagers. »

4) Le musulman n’a même pas à se préoccuper de la question de la façon dont la viande a été produite

Outre tout ce qui vient d’être précisé, Yusuf Qaradawi indique : « Une règle de base : nous ne devons pas nous poser de questions au sujet de ce que nous ignorons. Le musulman n’a pas à s’interroger sur ce dont il ne connaît pas l’origine. Comment a-t-il été abattu ? Toutes les conditions de l’abattage sont-elles remplies ? Le nom de Dieu a-t-il été prononcé sur la bête au moment de l’égorger ? Mais tout ce dont on ignore l’origine de ce qu’a abattu un musulman (même ignorant ou dépravé) ou un homme du Livre est licite. Nous avons déjà cité le hadith d’al-Boukhari selon lequel on demanda au Prophète : « Des gens apportent de la viande sans que nous sachions s’ils ont prononcé le nom de Dieu sur elle ». Il leur dit : « Prononcez vous-mêmes le nom de Dieu sur elle et mangez-la ». Les savants dirent à propos de ce hadith : « Cela montre que les actes et les comportements sont jugés corrects et sains jusqu’à preuve du contraire. » »

CONCLUSION

Au terme de cette analyse, on voit qu’il n’existe aucun obstacle de principe sérieux à l’abandon de l’égorgement comme méthode d’abattage au titre du halal, si ce n’est malheureusement le manque de courage des politiques et sans doute l’avidité financière des grands groupes alimentaires, car l’étourdissement a un coût (adaptation de la chaîne de production, réduction de la vitesse d’abattage, réalisation de contrôles pour éviter tout mauvais traitement et non application des règles,…). Mais les grands groupes n’ont en généralement cure. Ils sont plus sensibles aux cris de leurs actionnaires qu’aux hurlements de ces bêtes qu’on égorge dans des conditions épouvantables.

Alors, mesdames et messieurs les politiques, qu’attendez-vous pour rendre le monde meilleur ?

Notons que cette analyse a été transmise à Geneviève Gaillard (PS) et Jacques Lamblin (LR) en début d’année 2016 (ainsi qu’à plusieurs associations de défense des animaux dont L214 et la fondation Brigitte Bardot). J’invite les lecteurs qui seraient sensibles à cette cause à écrire à ces deux députés pour leur rappeler l’urgence de traiter cette question.

 

Le fondement doctrinal des interdits : s’affirmer comme musulman contre les autres communautés

La différenciation permanente de certains  musulmanes ou musulmanes, par les interdits, l’habillement, etc., a-t-elle des racines doctrinales ? La réponse est malheureusement oui.

  • Se différencier d’avec les infidèles

La notion d’interdit n’est pas seulement une règle à suivre sans discuter pour les musulmans mais elle est aussi l’expression beaucoup plus fondamentale d’une façon de se différencier des non-musulmans. Ainsi, quand bien même un interdit peut n’avoir aucun sens aujourd’hui, il importe au musulman de l’appliquer pour ne pas être confondu avec les infidèles.

Pour le musulman, les non-musulmans qui bravent les interdits, et qui donc de fait rendent licite l’illicite, commettent le plus grand péché qui soit, l’associationnisme, qui valaient aux polythéistes arabes de se faire exterminer par Mahomet.

Yusuf Qaradawi indique en effet que : « La détermination du licite et de l’illicite est une prérogative exclusive de Dieu » et que « Interdire le licite et autoriser l’illicite sont étroitement liés à l’associationnisme. »

Yusuf Qaradawi précise : « Ni les rabbins, ni les moines, ni les rois, ni les sultans n’ont le droit d’interdire définitivement quelque chose aux créatures de Dieu. Celui d’entre eux qui a fait cela a outrepassé ses limites et transgressé les prérogatives législatives du Seigneur. Quiconque accepte ce qu’ils ont fait et le suit, a donné des associés à Dieu et cette obéissance est considérée comme de l’associationnisme (chirk) : « Auraient-ils des associés qui leur auraient ouvert une voie en matière religieuse que Dieu n’a jamais autorisée ? » (Coran, sourate 42, verset 21). »

Aussi, sur ce sujet, toute discussion avec les non-musulmans est inutile, d’autant que Yusuf Qaradawi précise : « Il n’est pas nécessaire pour le musulman de connaître en détail quel est le mal pour lequel Dieu a interdit telle chose. Il se peut que lui échappe ce qui apparaît à d’autres. Il se peut que ce mal ne soit pas découvert à telle époque et qu’il devienne apparent plus tard. Le musulman doit toujours dire : « Nous avons entendu et nous avons obéi. » »

  • Se différencier en particulier d’avec les juifs et les chrétiens

    Dans ce contexte, Yusuf Qaradawi indique que les juifs et les chrétiens sont évidemment à blâmer : « Le Coran a blâmé les gens du Livre (juifs et chrétiens) qui ont placé le pouvoir d’autoriser et d’interdire entre les mains de leurs rabbins et de leurs moines. C’est ainsi que Dieu a dit dans le verset 31 de la sourate 9 : « Ils ont pris leurs rabbins et leurs moines comme seigneurs et maîtres à la place de Dieu, ainsi que le Messie, fils de Marie. On leur a ordonné pourtant de n’adorer que Dieu unique, nulle divinité autre que Lui. Gloire à Lui ! Il est au-dessus de ce qu’ils Lui associent. » »

    Les juifs en particulier sont visés. Ainsi, Yusuf Qaradawi écrit : « De même que l’islam a interdit tout ce qui mène à l’illicite par des moyens apparents, de même il a interdit les ruses qui permettent de les commettre par des moyens cachés et par des stratagèmes diaboliques. Il a ainsi blâmé les juifs d’avoir rusé pour passer outre ce que Dieu a interdit. Le Prophète a dit : « Ne commettez pas ce qu’ont commis les juifs en vous permettant les interdits de Dieu à l’aide des moindres ruses » (cité par Ibn Qayym). »

    De toute façon, les juifs ne sont guère en odeur de sainteté chez les musulmans : ils méritent leur sort. Yusuf Qaradawi écrit : « Le Coran a indiqué une partie de ce qui était interdit aux juifs ainsi que la raison de cette interdiction. C’était un châtiment que leur imposait Dieu à cause de leur injustice et de leurs péchés. » Allah leur a-t-il aussi imposé la shoah pour leurs péchés ?

    Mais à vrai dire, les chrétiens en prennent aussi pour leur grade car ils ont eux aussi contrevenu aux ordres d’Allah. Yusuf Qaradawi écrit : « Tel fut le cas des juifs. Il était normal que les chrétiens suivirent leurs traces, car l’Évangile a déclaré que Jésus n’était pas venu abroger la législation de Moïse (Némos) mais qu’il était venu la compléter. Cependant, dans ce domaine, ils ont abrogé le Némos et se sont permis ce qui leur était interdit dans l’Ancien Testament, alors que l’Évangile ne l’a pas abrogé. Ils suivirent saint Paul dans la permission de tous les aliments et de toutes les boissons, sauf ce qui a été sacrifié aux idoles, si on dit que cette bête a été immolée à telle statue. Saint Paul justifia cela en disant que toute chose était pur pour les gens purs, que ce qui souillait la bouche n’était pas ce qui y entrait mais ce qui en sortait. C’est ainsi qu’ils se permirent la consommation de la viande de porc bien que textuellement interdite par la Thora jusqu’à ce jour. »

  • Conclusion

    Il n’y a guère de doute que cette façon de justifier les interdits laisse transparaître clairement en filigrane un mépris certain, voire parfois une haine, des juifs et des chrétiens. Mais cela n’a rien d’étonnant puisque les juifs et les chrétiens ne reconnaissent en aucune façon Mahomet et l’islam.

L’appel au moratoire des châtiments corporels : un échec prévisible

La reconnaissance de la nécessité d’abolir définitivement et partout les châtiments corporels, odieux à l’esprit occidental de nos jours, ne peut constituer qu’un préalable non négociable à un début d’intégration des musulmans aux sociétés occidentales.

Si certains ont pu appeler seulement à un moratoire quant à l’application de ces peines, un tel moratoire valant bien entendu mieux que rien du tout, il vaut sans doute bien mieux en appeler à leur suppression directe, qui relève du simple bon sens.

Bien sûr, il vaut mieux demander un moratoire et l’obtenir plutôt que demander la suppression et ne rien obtenir. Mais on peut aussi demander la suppression, obtenir a minima un moratoire, et continuer à se battre pour obtenir la suppression. Sans doute cela demande-t-il un peu de courage d’oser demander la suppression de ces châtiments, c’est-à-dire en déclarant officiellement caducs les versets correspondants du Coran ou les hadiths de la Tradition, à des pays qui disent suivre la vraie doctrine juste et fidèle (l’orthodoxie) et pour qui cette demande peut constituer un blasphème. À l’inverse, ne pas demander la suppression pure et simple est un aveu de faiblesse face à l’orthodoxie musulmane.

Qu’un nombre non négligeable de pays musulmans orthodoxes, parmi lesquels au premier rang l’Arabie Saoudite, terre sainte de l’islam, ne souhaitent a priori aucunement supprimer aujourd’hui ces terribles châtiments n’est-il pas un indicateur alarmant d’une incapacité d’une partie significative du monde musulman à se réformer ? Qu’en conclure quant à la capacité globale de l’islam à partager les mêmes valeurs humaines que l’Occident ?

La difficulté fondamentale de la suppression tient sans doute à l’exemple donné par Mahomet. En effet, celui-ci a défini des situations justifiant la lapidation et l’a lui-même pratiquée, ce qui repose le problème de l’imitation du comportement de Mahomet dans le contexte de la constitution d’un islam moderne.

Malheureusement, il est impossible aux musulmans de revenir sur leurs propres textes car leur authenticité, au cas d’espèce, ne soulève aucun doute. Aussi, la voie du moratoire qui a été évoquée ne peut par nature être qu’une voie détournée car il est impossible de s’attaquer au problème frontalement. Le subterfuge consiste donc à montrer qu’il existe des conditions d’application aux châtiments corporels (autres que la guerre) et que celles-ci ne sont pas réunies dans le monde moderne, en s’appuyant notamment sur les inégalités qui marquent le monde musulman en matière d’application de la loi coranique (« selon que vous serez puissants ou misérables… »). Mais il reste finalement que personne chez les musulmans ne remet en cause l’existence des châtiments corporels dans la religion musulmane.

Rappelons que l’appel au moratoire de Tariq Ramadan a été fermement rejeté en 2005 par une des plus hautes autorités religieuses du monde musulman, si ce n’est la plus haute, l’université Al-Azhar du Caire (commission de recherche juridique), qui explique en effet que les châtiments corporels :

–  figurent de façon claire, explicite et définitive dans le Coran : ils constituent donc à ce titre une des bases de la religion musulmane (un des membres de la commission considérant que ce sujet ne pouvait être ni discuté ni débattu) ;

–  correspondent donc bien au message musulman authentique ;

–  ne peuvent être stoppés que pour un État en guerre, ce qui était potentiellement le cas pour l’Irak mais en aucune façon pour l’Égypte ni aucun autre pays musulman.

D’ailleurs, il semble malheureusement que cette pratique soit enracinée dans la culture musulmane car les musulmans eux-mêmes semblent avoir globalement une assez grande difficulté à condamner publiquement et sans réserve ces pratiques si l’on en croit des sondages cités par le Pew Research Centre en 2011 qui font état d’une adhésion assez forte au principe du châtiment corporel même chez les populations de certains pays réputés pourtant moins intransigeants, comme l’Égypte.

Les musulmans de France et d’Europe se sont-ils déjà prononcés clairement et officiellement pour un rejet total et définitif de ces dispositions barbares du Coran et de la Tradition ? J’avoue l’ignorer mais j’espère que oui.

Loi & Règles : quelle place pour l’amour et la bienveillance ?

Dans la loi musulmane, la place du jugement personnel est réduite à la portion congrue : il ne s’agit pas pour le musulman de déterminer ce qui lui paraît bien ou mal pour définir comment agir mais il s’agit pour lui d’appliquer les règles édictées par Allah, même si elles peuvent lui paraître incompréhensibles, inefficaces ou aberrantes. Aussi la réflexion personnelle sur la nature du bien et du mal autrement qu’en référence à ces commandements est-elle très faible, voire quasiment inexistante.

Malek Chebel indique : « Il est très probable que la dualité bien/mal a accompagné l’épopée humaine depuis le début. Le Coran n’entre pas dans de telles spéculations, mais la personnalité du bon croyant est très distincte – tout en étant parfaitement ciselée – de celle du mauvais croyant. »

Pour Rémi Brague : « Rien n’échappe à la loi, observe Ghazali. (…) La loi est le seul et unique fondement de l’obligation. Ce n’est que par la loi (shar’) qu’on peut savoir qu’une chose est bonne ou mauvaise. Elle seule permet de distinguer entre justice et violence. »

Aussi la place des règles pratiques de vie et les rituels tiennent une place considérable dans la religion musulmane et dans la pratique quotidienne du musulman ; et bien évidemment en tout premier lieu les 5 prières par jour.

Dans l’émission de France 2 « Islam » consacrée en février 2015 à la chari’a, la jeune femme interviewée dans le reportage indique : « Malheureusement l’ignorance est répandue, c’est un fléau pour nous les musulmans, et tout musulman se doit d’apprendre sa religion. La chari’a pour moi c’est notre manière de pratiquer au quotidien, c’est-à-dire qu’on fait une prière, on a une manière de prier. Voilà, c’est la chari’a qui nous apprend à prier. On fait nos ablutions, il y a une manière de faire nos ablutions, donc c’est la charia qui nous enseigne comment faire nos ablutions. »

Tareq Oubrou de son côté s’interroge : « Je me demande ce qu’il reste de foi authentique en Arabie Saoudite ou au Pakistan. Les autorités religieuses y sont tributaires d’un environnement culturel et politique marqué par deux siècles d’idéologie wahhabite, notamment en Arabie Saoudite. Cela les conduit à entériner des pratiques moyenâgeuses, perçues comme barbares par le reste du monde, et qui n’ont rien à voir avec la religion dont j’essaie de vivre et de témoigner : conversions forcées, persécutions des minorités, lapidations, crimes d’honneur,…Ajoutez à cela des décennies de frustration et de rancœur à l’égard de l’Occident, sur fond de manipulation politique, d’analphabétisme et de grande pauvreté, et vous obtenez un cocktail des plus explosifs. »