Comment l’État français adoube le développement du fondamentalisme musulman en France

L’émission de France 2 « Islam » du 20 octobre 2019 était consacrée à l’inauguration en septembre 2019 à Lyon de l’Institut Français de Civilisation Musulmane, dont le gouvernement d’Édouard Philippe ne semble guère s’être vanté.

Il est intéressant de se souvenir que quelques mois à peine après les attentats musulmans épouvantables de 2015, le gouvernement français posait la première pierre d’un institut musulman, financé en outre à moitié par l’Arabie Saoudite, ardent soutien du fondamentalisme musulman.

On comprend ainsi mieux la satisfaction de Kamel Kabtane, recteur de l’Institut, heureux de constater les effets bénéfiques des attentats musulmans en France ( http://islametoccident.fr/?p=5205 ).

Quand un personnage public musulman se félicite des effets des attentats musulmans en France

L’émission de France 2 « Islam » du dimanche 20 octobre 2019 était consacrée à l’Institut Français de Civilisation Musulmane récemment inauguré à Lyon.

Ce reportage a été l’occasion d’une interview stupéfiante de Kamel Kabtane, recteur de ce nouvel institut.

Celui-ci a, comme d’habitude chez les représentants de l’islam en France, entonné le couplet mensonger de la dette qu’aurait eue la France à l’égard des musulmans morts pendant les guerres qui engageaient la France (alors qu’ils ne se sont en aucun cas battus parce qu’ils étaient musulmans !) et qui expliquerait selon lui le soutien apporté par l’État français, prétendument laïc, à l’islam au travers de la construction au début des années 1920 de la mosquée de Paris. Décidément, il semble que l’État français était surtout anti-catholique mais prêt déjà à se soumettre à l’islam.

Mais, ce propos odieux est loin d’avoir culminé au summum de l’abjection qu’a atteint Kamel Kabtane lorsque celui-ci s’est réjoui des effets bénéfiques des attentants musulmans en France de 2015 et 2016, qui ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés. Voici en effet ses propos :

« Les événements graves de 2015 et 2016 ont incité les pouvoirs publics à dire : « Il faut qu’on fasse quelque chose pour les musulmans » parce que, jusqu’à présent, c’était toujours « non » (…) ».

Ainsi, c’est bien grâce aux attentats de 2015 et 2016 que les musulmans peuvent avoir aujourd’hui leur institut à Lyon : l’État français s’est soumis à la violence musulmane. Et dire qu’on poursuit Éric Zemmour pour incitation à la haine religieuse…

L’inconscience politique face à l’islam

L’inconscience et l’aveuglement de la classe politique française vis-à-vis de l’islam ne semblent pas être un phénomène vraiment nouveau. L’émission de France 2 « Islam » du 6  octobre 2019 rappelle très clairement de quelle façon la loi de 1905 a été très rapidement (1926) contournée afin de construire à Paris un ensemble de bâtiments octroyés à l’islam, dont une mosquée, alors même que la présence musulmane en France était infinitésimale.

Malheureusement, la classe politique d’aujourd’hui ne se distingue guère de celle d’hier, sauf peut-être par la lâcheté dont elle fait maintenant preuve face aux conséquences de l’immigration de masse induite notamment par la cupidité des grandes entreprises françaises et la politique suicidaire du regroupement familial qui continue à empêcher une nation de décider librement de son avenir, tout cela sous la férule d’une Europe qui, pour une bonne partie, semble chercher à se noyer et à disparaître dans le multiculturalisme.

Mais le viol de la souveraineté des Français par la classe politique (comme avec Nicolas Sarkozy et le référendum de 2005) ne semble guère émouvoir les grands médias qui ont pris le pouvoir sous le regard bienveillant de celle-ci. Le droit de vote n’est pas là pour permettre d’exprimer librement une opinion : il n’a de valeur que s’il confirme les choix faits par la classe politique qui, seule, sait ce qui est bon pour le peuple.

La tolérance auto-destructrice de l’Europe

À l’heure où certaines voix ont l’audace obscène de tenter de défendre l’individu qui a harponné la France avec un couteau en pratiquant le rituel atroce de l’égorgement, il est sans doute nécessaire de s’interroger sur l’aveuglement culturel qui nous conduit dans l’impasse de la tolérance à tout-va :

L’essentiel n’est-il pas dit ?

Édifices religieux et sépultures : les faits anti-chrétiens toujours largement en tête

Extrait du communiqué de presse du ministère de l’intérieur de janvier 2018

https://www.interieur.gouv.fr/Archives/Archives-ministre-de-l-Interieur/Archives-Gerard-Collomb-mai-2017-octobre-2018/Communiques-du-ministre/Bilan-2017-des-actes-racistes-antisemites-antimusulmans-et-antichretiens

« S’agissant des atteintes aux édifices religieux et aux sépultures, l’année 2017 est venue mettre un terme à une période d’augmentation continue relevée de 2008 à 2016. Pour la première fois depuis la création et l’analyse de ces indicateurs par le SCRT, une baisse de 7,5 % a en effet été enregistrée en 2017 par comparaison avec l’année 2016 (978 faits en 2017 contre 1 057 en 2016).

Avec 878 faits constatés en 2017, les atteintes aux édifices et sépultures chrétiens ont diminué de – 7,5 % comparativement à 2016 (949 faits).

Les atteintes aux sites musulmans ont connu, quant à eux, une nouvelle baisse de 15 %, avec 72 faits recensés en 2017, contre 85 faits en 2016.

Les atteintes aux lieux de culte et sépultures juifs (28 faits) enregistrent cependant une hausse de 22 % par rapport à 2016 (23 faits constatés). »

À l’issue de ce palmarès et de la description des autres types d’actes condamnables, la conclusion du communiqué ne laisse pas de surprendre : pas un mot sur la christianophobie

« A la lueur de ce bilan 2017, le ministre de l’Intérieur et l’ensemble du gouvernement restent pleinement mobilisés pour poursuivre leur lutte intransigeante contre le racisme et l’antisémitisme. »

Pierre Birnbaum, ou comment ignorer certaines racines de l’antisémitisme

L’émission « Arrêts sur Images » du jeudi 28 février 2019 avait comme invité unique Pierre Birnbaum, historien et sociologue français, à propos de l’antisémitisme en France.

Pour ne pas sans doute sortir du politiquement correct en abordant les sujets qui fâchent, Daniel Schneidermann et son invité se sont bien gardés d’évoquer les racines religieuses de l’antisémitisme, en particulier en islam, racines qui ont été totalement éludées lors de cette émission. Le discours de Pierre Birnbaum était, sans surprise de la part d’un sympathisant de la Délégation Interministérielle à la Lutte contre Le Racisme, l’Antisémitisme et la Haine anti-LGBT (DILCRAH), essentiellement focalisé sur l’antisémitisme des extrêmes politiques, et surtout sur la dénonciation d’un antisémitisme d’extrême droite.

Sans se prononcer sur cette question, on notera toutefois le caractère tout à fait partisan de cette personne dont les affirmations aléatoires ont parsemé l’ensemble du discours, et qui met surtout totalement de côté la question religieuse. Cet article et quelques autres reviennent sur cette émission.

  • La valse des pourcentages

Pour une personne se présentant comme un scientifique sérieux et objectif, la valse des pourcentages qu’a dansée Pierre Birnbaum semble particulièrement problématique. Selon lui en effet, les sympathisants des gilets jaunes proches des idées de Marine Le Pen seraient de l’ordre de « 60% ou 55%, sinon 70%, (…) même 80, il faudrait vérifier (sic !), (…) ou 85% » : belle preuve de rigueur scientifique….

Pierre Birnbaum semble d’ailleurs particulièrement embarrassé pour répondre aux questions de bon sens posées par Daniel Schneidermann, et se contente d’évoquer un « paradoxe » : Pierre Birnbaum sait-il réellement de quoi il parle ?

Enfin un homme politique compétent et lucide sur l’islam !

Jean-Frédéric Poisson vient de publier un livre très bien documenté sur un sujet tabou dans une classe politique française bien peu courageuse :

À recommander, tant il est rare qu’un homme politique français revienne dans son analyse à la source des textes sacrés de l’islam (comme je m’y emploie obstinément sur ce blog, puisque c’est la source de tout…) pour expliquer clairement les choses ! Quand les Français vont-ils ouvrir les yeux sur ces données élémentaires du conflit inévitable de l’islam avec l’Occident et se réveiller pour défendre leur survie culturelle et leurs valeurs ?

Dénonciation du communautarisme : un franc-parler courageux

Émission diffusée le 30 septembre 2018 sur Sud Radio. Invité : Patrice Quarteron

https://www.youtube.com/watch?v=02uIzHsz9F8

Il vient une question : la LICRA, la Ligue des Droits de l’Homme et toutes les autres associations de lutte contre le racisme et l’intolérance ont-elles porté plainte contre Nick Conrad ? Le délit de racisme anti-blanc existe-t-il à leurs yeux ?