Les leçons de taqiya de Tareq Oubrou : (12) L’antisémitisme musulman, ou « Mahomet, un chef de clan »

  • Problématique

Rogier Cukierman, président du CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France), indiquait en février 2015 que, selon lui, les violences commises en France pour des raisons religieuses l’étaient uniquement par des musulmans : « toutes les violences commises aujourd’hui le sont par des jeunes musulmans ».

Roger Cukierman CRIF Violence musulmane Europe 1 150223

S’agissant par ailleurs du commentaire « les premières victimes sont les musulmans », il convient de noter que :

1) c’est objectivement faux en France et en Europe : les actions menées visent manifestement les non-musulmans (cf. Mohammed Merah, Charlie, Hyper Cacher, Musée juif de Bruxelles, Bataclan, agressions sexuelles de Cologne, Nice, marché de Noël de Berlin, etc.) ;

2) les musulmans qui meurent dans les attentats ne le sont que par « accident » puisque leur présence sur le lieu des attentats (notamment au Bataclan ou à Nice) est incompatible selon l’islam orthodoxe avec les préceptes de la religion musulmane (raison pour laquelle ils ne sont pas considérés par les mouvements fondamentalistes musulmans comme de bons musulmans mais comme des apostats puisqu’ils s’écartent dans leur pratique de la voie de l’islam) ;

3) l’histoire de l’islam montre que les conflits religieux internes aux musulmans, que ce soit au sein du sunnisme ou entre sunnites et chiites, remontent aux origines de l’islam : il ne s’agit donc pas d’un phénomène nouveau qui serait né à la fin du XXème siècle d’une déviance nouvelle de l’islam.

Si donc on le prend le cas des juifs, peut-on trouver un fondement doctrinal à l’antisémitisme musulman auquel fait référence indirectement mais clairement Roger Cukierman ?

  • Les racines doctrinales et « historiques » de l’antisémitisme musulman

Les racines de l’antisémitisme dans l’islam des origines semblent assez nombreuses si on y regarde de près :

–  la copie par l’islam du judaïsme qui met dès l’origine ces deux religions en concurrence (Mahomet n’a apporté aucune notion significative nouvelle par rapport au judaïsme en matière de doctrine religieuse : il s’est simplement positionné dans cette filiation et a affirmé être le dernier prophète) ;

Tareq Oubrou note que cette concurrence s’établit dans le cadre d’une frustration de Mahomet et de ses partisans à l’égard des juifs : « À Médine, où les juifs étaient très présents, les païens ressentaient un certain complexe par rapport à eux, car ils étaient « ummiyyûn », ceux qui n’avaient pas eu la chance de recevoir un livre révélé. C’est pourquoi les Médinois arabes ont vu dans le message de Mahomet une certaine forme de revanche et se sont précipités pour se convertir à la nouvelle religion. »

Toutefois, parler de « se précipiter pour se convertir » paraît assez excessif : la question religieuse reste secondaire au regard des intérêts matériels des clans, conformément aux mœurs tribales des Arabes de l’époque.

– l’incapacité de Mahomet à rallier à lui les juifs de Médine, certains rabbins – suprême insulte – se moquant de lui ;

–  l’échec des alliances nouées avec les juifs via les tribus arabes de Médine ;

En effet, Tareq Oubrou écrit : « À Médine se trouvaient des juifs en grand nombre – ils représentaient presque la moitié de la population. Eux-mêmes étaient organisés en tribus, comme les autres Arabes, sur la base d’alliances avec les deux principales tribus médinoises, alors païennes : les Banû Aws et les Banû Khazraj. Ces alliances ne furent pas remises en cause par le Prophète après son installation à Médine. S’il tenta de les transcender, ce fut dans les limites de ce que permettaient les traditions ethniques tribales, très ancrées dans la culture de l’époque. Ainsi, il instaura dès son arrivée une forme de constitution qui reconnaissait les trois tribus juives comme membres à part entière d’une même communauté. Cette tentative échoua finalement à cause du désengagement successif de ces trois tribus [Qaynuqa, Nadir, Quraydha]. »

–  la décision de Mahomet de finalement chasser ou exterminer les juifs de Médine, notamment en finissant par les 600 à 900 prisonniers de la tribu juive des Banû Quraydha qu’il fit égorger par petits groupes dans un fossé creusé spécialement à Médine (cf. http://islametoccident.fr/?p=1705) ;

–  les autres campagnes menées contre les juifs en dehors de Médine, comme à Khaybar ;

–  l’accusation de meurtre puisque Mahomet est censé être mort des suites d’un empoisonnement de nourriture (brebis) préparé par une juive.

En dépit de ce constat assez clair d’animosité vis-à-vis des juifs, bien documenté par les sources musulmanes elles-mêmes, Tareq Oubrou tente néanmoins de dédouaner Mahomet de sa responsabilité en en faisant l’instrument forcé de pratiques tribales : « Lors de chaque conflit armé avec une tribu juive, la personne qui tranchait après capitulation n’était pas le Prophète mais un des chefs de la tribu arabe à laquelle elle était alliée, conformément aux mœurs et aux solidarités tribales de l’époque. Le Prophète, ici, n’était qu’une partie dans le conflit, et non un juge. »

Cette explication visant à déresponsabiliser Mahomet porte en elle un aveu terrible, puisque c’est en effet reconnaître que Mahomet, dernier porteur d’une parole divine et donc en principe définitive et universelle, voyait sa conduite en réalité dictée dans la guerre qu’il menait par des considérations tribales traditionnelles (survie du clan, razzias, partage du butin, etc.). En d’autres termes, Mahomet était d’abord et surtout un homme de son temps, un chef de clan.

En effet, comme l’écrit Tareq Oubrou, il ne s’agit pas d’une question spirituelle mais d’un problème de pouvoir : « Mahomet doit affronter une oligarchie mecquoise qui détient un triple pouvoir – politique, économique, symbolique ou religieux – et qui voit en l’islam une menace. » Mahomet se retrouve ainsi en conflit de pouvoir avec les clans dont il est proche, ce qui va le conduire à des concessions pour constituer des alliances avec d’autres tribus : « La loi ne reflète pas forcément l’idéal théologiquement conforme au vouloir divin, et la réalité impose parfois des concessions. »

Pourtant, il ne semble pas que ni Bouddha, ni Jésus aient fait des concessions ; mais il est vrai qu’ils ne faisaient pas la guerre et prêchaient la paix.

  • Conclusion : Mahomet, un chef de clan

Dans sa volonté de dédouaner Mahomet de la violence qu’il a abondamment utilisée à des fins politique d’établissement de son pouvoir, Tareq Oubrou fait donc finalement preuve d’un réalisme qui l’honore. Chemin faisant, il porte un coup terrible au mythique Mahomet, vénéré dans tout le monde musulman, en le ramenant de fait au rang d’un chef de clan, c’est-à-dire en le désacralisant. Pas étonnant donc que sa tête soit mise à prix par l’État Islamique.

Cette compréhension de la nature de la prédication de Mahomet, consistant de façon simple, logique et cohérente, en une démarche de prise de pouvoir drapée dans les atours de la religion, paraît essentielle : c’est celle à laquelle d’ailleurs aboutit naturellement tout lecteur qui laisse de côté les superstitions religieuses de ceux qui voient Dieu partout et les « interprétations » visant à mythifier une simple guerre politique au rang de prétendue vocation divine.

L’extermination des juifs Quraydha par Mahomet ou comment pratiquer l’art de l’assassinat politique

Le massacre par égorgement de plusieurs centaines de prisonniers juifs de la tribu des Banû [« fils de »] Quraydha à Médine fait partie des récits mythiques de l’islam et de la vie de Mahomet. Difficile de concilier cet épouvantable massacre, commis de sang froid par Mahomet (et les musulmans) sur des prisonniers (et non dans un combat) avec le titre revendiqué par l’islam pour Mahomet d’apôtre de la religion d’amour et de paix.

Pour justifier ce massacre (600 à 900 hommes), l’islam fait état du fait qu’il s’agit de la sanction d’une trahison des juifs vis-à-vis de Mahomet. Que dit vraiment la biographie de Mahomet (texte musulman au demeurant) ?

  • Le contexte

Mahomet, arrivé à Médine, cherchait à rallier le maximum d’alliés en anticipation de sa guerre contre les Quraychites (polythéistes) de La Mecque. Il caressait l’espoir de convertir les juifs, Mahomet s’étant très largement inspiré du judaïsme pour inventer sa propre religion. Cet espoir fut vite déçu, les juifs se moquant de lui, et l’opposition aux juifs prit symboliquement après quelques mois la forme du changement de la direction de la prière (la Qibla), dorénavant tournée vers La Mecque et non plus Jérusalem.

Mais la suite des événements ne fut pas seulement symbolique. Mahomet entama une guerre méthodique contre les tribus juives de Médine sous divers prétextes. Une première tribu, les Banû Qaynuqa fut chassée (elle n’échappa à l’extermination voulue par Mahomet que sur intervention de leurs alliés arabes qui firent fléchir Mahomet) ; puis ce fut le tour des Banû Nadir. Restait à s’occuper des Banû Quraydha, la tribu juive la plus importante. Ce fut fait à l’occasion de la bataille dite « du Fossé », Mahomet ayant stoppé l’arrivée des tribus Quraychites de La Mecque et de leurs alliés les Ghatafan venus en découdre avec Mahomet grâce à un fossé creusé autour de Médine.

  • Le déroulement de la bataille du Fossé et la « trahison » des Banû Quraydha

Curieusement, en dépit de l’arrivée de nombreux Quraychites et Ghatafan – incités notamment à venir combattre Mahomet par quelques juifs des tribus ayant déjà été pourchassées par Mahomet –, les quelques semaines d’affrontement ne furent marqués en réalité que par quelques escarmouches.

Dans ce conflit, les Banû Quraydha étaient initialement alliés à Mahomet, ayant signé avec lui un pacte via les tribus arabes lors de son installation à Médine. Toutefois, on peut comprendre que le triste sort infligé par Mahomet aux deux premières tribus juives de Médine ait pu conduire cette troisième tribu à s’interroger sur son propre sort, une fois Mahomet devenu le maître incontesté de Médine.

Une lecture raisonnable du récit des événements que vous pouvez lire ci-dessous dans la Sîra (biographie écrite, rappelons-le, par un musulman) conduit à la synthèse suivante : le chef des Banû Quraydha se laisse finalement fléchir par l’insistance d’un coreligionnaire pour dénoncer son pacte avec Mahomet ; le pacte est rompu, sans peut-être le formalisme approprié qui conviendrait (le texte ne le précise pas), mais ceci est connu et vérifié par Mahomet et ses partisans ; cette dénonciation du pacte n’a aucune conséquence armée, les Banû Quraydha n’ayant pas conclu par ailleurs simultanément d’alliance avec les tribus hostiles à Mahomet (Quraychites et Ghatafan) ; les Banû Quraydha entrent en discussion avec ces tribus mais Mahomet qui a vent de ces pourparlers envoie un émissaire qui parvient semer la zizanie entre Quraychites, Ghatafan et Banû Quraydha de sorte qu’ils n’arrivent pas à s’entendre et donc aucun accord n’est conclu ; les Quraychites et Ghatafan finissent pas lever le camp sans qu’il se soit pratiquement rien passé.

On peut conclure de ce récit que les Banû Quraydha ont bien rompu leur pacte avec Mahomet et que celui-ci en a été informé, cette dénonciation remettant les Banû Quraydha dans une situation de neutralité vis-à-vis de Mahomet. Les Banû Quraydha songèrent à s’allier aux ennemis de Mahomet – ayant sans doute en mémoire le sort des deux précédentes tribus – mais cela ne s’est en réalité jamais fait (chacun tribu doutant de la fermeté des intentions des deux autres) et les Banû Quraydha n’ont pas combattu Mahomet et les siens. Mahomet eut simplement peur que cela n’arrivât, raison pour laquelle il envoya un émissaire pour semer la zizanie entre ses ennemis. Les Banû Quraydha n’ont donc pas « trahi » au sens que l’on donne à ce mot en Occident : la véritable trahison aurait consisté pour les Banû Quraydha à attaquer Mahomet tout en étant toujours lié par un pacte militaire avec Mahomet, comme sur le modèle d’Hitler attaquant Staline pourtant tous les deux liés par le pacte germano-soviétique.

C’est sans doute la raison pour laquelle dans un premier temps Mahomet n’a peut-être pas songé pas à attaquer les Banû Quraydha une fois la bataille du Fossé terminé. Mais la Sîra enseigne qu’il changea rapidement d’avis, comprenant vraisemblablement l’intérêt d’une exploitation politique des événements : il comprit certainement qu’il fallait en finir avec les juifs et la menace qu’ils représentaient pour son pouvoir, n’étant absolument pas considéré par eux mais au contraire dénigré et moqué. En outre, l’horreur du massacre avait un effet dissuasif excellent pour les campagnes militaires à venir (il suffit de voir comment l’État islamique utilise l’horreur et la peur qui en découle comme arme de guerre encore aujourd’hui).

D’où l’invention de l’intervention providentielle d’un deus ex machina, l’ange Gabriel, qui va permettre de justifier pour des raisons divines l’épouvantable extermination des juifs Quraydha de Médine par Mahomet. Cette mise en scène politique judicieuse permet ainsi à Mahomet de préserver aux yeux des musulmans son image au lieu d’apparaître comme ce qu’il était, un chef de guerre implacable et suffisamment sanguinaire pour décapiter de sang froid des prisonniers qu’il aurait tout aussi bien pu continuer à emprisonner ou qu’il aurait pu chasser.

Tout ce récit, comme on le voit, ne relève en aucune façon du domaine spirituel mais beaucoup plus banalement des aléas propres à la constitution d’alliances entre tribus arabes et de la volonté féroce d’un homme de se constituer un empire. Son dénouement relève tout simplement de l’assassinat politique calculé.

On peut ergoter sur le fait que le pacte n’ait pas été dénoncé dans les formes ou que cela ne se faisait pas à l’époque, tout cela n’a guère d’importance : rien ne pouvait justifier un tel massacre pour un prophète censé représenter une religion d’amour et de paix. D’ailleurs, le Christ ou Bouddha avaient déjà donné des leçons insurpassables de spiritualité pacifique au monde : l’islam est en à des années lumière.

Au-delà de cet épisode épouvantable, pour ceux qui douteraient de la haine que Mahomet, et avec lui son idéologie, l’islam (puisque Mahomet est le modèle de tous les musulmans), a construit à l’égard des juifs, il suffit de rappeler le hadith authentique (c’est-à-dire incontesté en islam) de Muslim (n°2922) : « D’après Abû Hurayra, l’Envoyé d’Allah a dit : « L’Heure Suprême ne se dressera pas avant que les musulmans ne combattent les juifs. Les musulmans tueront les juifs jusqu’à ce que les rescapés de ces derniers se réfugient derrière les pierres et les arbres qui appelleront alors le musulman en disant : « Ô musulman ! Ô serviteur d’Allah ! Voilà un juif derrière moi, viens le tuer ! », exception faite de l’arbre dit Al-Gharqad qui est l’un des arbres des juifs ». » (NB : on retrouve cet appel au meurtre des juifs, parfaitement explicite, dans plusieurs hadiths authentiques de Bukhari ; il n’y a donc aucun doute ni aucune ambiguïté en islam sur ce sujet).

  • Le texte original de la biographie de Mahomet

Voici donc pour tous ceux qui aiment se reporter aux textes originaux, le texte de la Sîra d’Ibn Hîcham (les (…) sont les passages sans grand intérêt par rapport au propos et que j’ai ôtés pour faciliter la lecture : la version intégrale du texte est naturellement disponible dans le commerce) :

« La Bataille du Fossé (al-Khandaq) en Shawwâl, an V

(…)

Quelques juifs, parmi lesquels on cite (…), avec des gens de Banû al-Nâdir et des gens de Baû Wâ’il (…) partirent pour Makkah et invitèrent les Quraysh à faire la guerre contre lui. Ils dirent aux Quraysh : « Nous serons avec vous contre lui afin de l’anéantir. » Les Quraysh leur répondirent : « Ô juifs ! Vous êtes les gens du premier Livre (sacré), vous êtes les savants en ce en quoi nous sommes en désaccord avec Muhammad. Dites-nous quelle est la meilleure : notre religion ou la sienne ? » Les juifs répondirent : « Votre religion est meilleure que la sienne, et vous êtes plus proches de la vérité que lui. »

(…)

Lorsque les juifs dirent cela aux Quraysh, ceux-ci s’en réjouirent et se mirent avec ardeur à répondre à leur appel, à savoir : faire la guerre à l’envoyé d’Allah. Ils se réunirent à cette fin et s’y préparèrent. Puis ces juifs-là partirent et vinrent à la tribu Ghatafân (…) et les invitèrent à faire la guerre contre l’Envoyé d’Allah, ils les informèrent qu’ils seraient avec eux, contre l’Envoyé d’Allah, et que les Quraysh avaient accepté de lui faire la guerre. Alors les Ghatafân se joignirent à eux.

(….)

Lorsque l’Envoyé d’Allah eut connaissance de ce qu’ils avaient l’intention de faire et de ce pour quoi ils s’assemblaient, il fit creuser un fossé autour d’al-Madînah.

(…)

Ibn Ishâq dit : Lorsque l’Envoyé d’Allah eut terminé le creusement du fossé, les Quraysh arrivèrent et descendirent là où les lits de torrents de Rumâh se rencontrèrent entre al-Juruf et Zughâbah avec dix mille de leurs mercenaires noirs, et leurs partisans de la tribu Kinâhah et le peuple de Tihamah. (…) L’Envoyé d’Allah et les musulmans vinrent avec trois mille hommes, ayant la montage de Sal’ derrière eux. Il dressa son camp là, le fossé étant entre lui et l’ennemi.

(…)

L’ennemi de Dieu Huyayy ibn ‘Akhtab al-Nadarî alla à Ka’b ibn ‘Asad al-Qurazî, l’homme qui avait le pacte et l’engagement de Banû Qurayzah et qui avait fait un pacte de paix avec l’Envoyé d’Allah au nom de son peuple. Lorsque K’ab apprit la venue de Huyayy ibn Akhtab, il ferma la porte de son fortin en sa face. Huyayy demanda sa permission, mais Ka’b refusa. Huyayy lui cria : « Malheur à toi Ka’b ! Ouvre pour moi. » Ka’b répondit : « Malheur à toi Huyayy ! Tu es un porte-malheur ! J’ai conclu un pacte avec Muhammad et je ne briserai pas ce qui est entre moi et lui ; je ne vois de lui que la fidélité et la véracité. » Huyayy dit : « Malheur à toi, ouvre-moi, et laisse-moi te parler ». Ka’b répondit : « Je n’ouvrirai point. » Huyayy dit : « Je te jure que tu n’as pas fermé ta porte contre moi que parce que tu as peur que je mange avec toi de ta jashîshah [aliment fait de blé concassé]. » Cette parole mit Ka’b en colère, et il ouvrit la porte. Huyayy lui dit : « Malheur à toi, Ka’b ! Je t’ai apporté la puissance invincible et une mer d’hommes ; je t’ai apporté Quraysh avec ses généreux et ses notables, et je les ai fait descendre là où les lits de torrents de Rumâh se rencontrent, je t’ai apporté les Ghatafân avec leurs généraux et ses notables, et je les ai fait descendre à la queue de Naqmah à côté de la montagne de ‘Uhud. Ils se sont engagés devant moi de ne pas partir qu’après avoir anéanti Muhammad et ses partisans.

Ka’b lui dit : « Par Dieu ! Tu m’as apporté l’humiliation éternelle, et un nuage qui ne contient pas de pluie et qui fait des tonnerres et des éclairs sans qu’il contienne d’eau. Malheur à toi, ô Huyayy ! Laisse-moi tranquille, car je ne vois de Muhammad que la fidélité et la véracité. »

Mais Huyayy ne cessa pas d’user de stratagèmes avec Ka’b jusqu’à ce que celui-ci se laisse convaincre, tout en mettant comme condition que si Quraysh et Ghatafân se retiraient et partiraient sans atteindre Muhammad, il entrerait dans le fortin de Huyayy afin qu’il eût le même sort que lui. Alors Ka’b viola son engagement (vis-à-vis de Muhammad) et se défit de la convention qu’il a eue avec l’Envoyé d’Allah.

Lorsque cette nouvelle fut communiquée à l’Envoyé d’Allah et aux musulmans, l’Envoyé d’Allah envoya Sa’d ibn Mu’âd (…) qui était alors le chef des Khazraj et avec eux Sa’d ibn ‘Ubâdah (…) en leur disant : « Allez voir si cette nouvelle est vraie ou non. Si c’est vrai, faites-moi signe que je comprenne et ne démoralisez pas mes gens. Mais si cette nouvelle est fausse et que ces gens-là (les juifs) restent fidèles à leur engagement vis-à-vis de nous, alors dites-le aux hommes. »

Ils partirent et arrivèrent aux juifs et trouvèrent qu’ils étaient pires que ce qu’on rapporta de leur attitude : en effet, ils insultaient l’Envoyé d’Allah et disaient : « Mais qu’est-ce que c’est que cet Envoyé d’Allah ?! Nous n’avons aucun engagement vis-à-vis de Muhammad ni aucune convention. » S’ad ibn Mu’âd les insulta et ils l’insultèrent. (…) Sa’d ibn Mu’âd et Sa’d ibn ‘Ubâdah et ceux qui les accompagnaient allèrent à l’Envoyé d’allah, le saluèrent et lui dirent : « Ils ont comme ‘Adal et al-Qârah » – c’est-à-dire qu’ils ont trahi comme ‘Adal et al-Qârah ont agi avec perfidie contre les gens d’al-Rajî.

(…)

L’Envoyé d’Allah et en face de lui les polythéistes sont restés aux bords du fossé durant plus de vingt nuits, presqu’un mois, sans qu’aucun combat ne s’engageât entre eux, sinon l’échange de flèches et l’état de siège. (…) Ibn Ishâq dit : L’Envoyé d’Allah et les musulmans tenaient donc bon, tandis que leur ennemi les assiégeait, et sans qu’il y ait de combat entre eux.

(…)

Nu’aym ibn Mas’ûd (…) ibn Ghatafân vint à l’Envoyé d’Allah et lui dit : « Ô Envoyé d’Allah ! J’ai embrassé l’islam, mon peuple ne sait pas que je suis devenu musulman. Ordonne-moi de faire ce que tu voudras. » L’Envoyé d’Allah lui dit : « Tu n’es qu’un seul homme parmi nous. Essaie de faire défection les uns aux autres de nos ennemis afin qu’ils partent, si tu peux. Car la guerre est une ruse. »

(…)

La nuit de samedi du mois de Shawwâl an V, Dieu a fait que Sufyân ibn Harb et les chefs des Ghatafân ont envoyé aux Banû Qurayzah ‘Ikrimah ibn Abî Jahl avec un groupe de gens de parmi les Quraysh et les Ghatafân qui leur ont dit : « Nous ne pouvons pas demeurer ici longuement. Nos chameaux et nos chevaux ont péri. Allez donc au combat afin que nous l’engagions avec Muhammad et d’en finir avec lui. » Les juifs leur envoyèrent dire : « Ce jour est un samedi et nous n’y travaillons pas. Quelques-uns de nos ancêtres y ont travaillé ; et il leur arriva ce que vous n’ignorez pas. D’ailleurs nous ne combattrons Muhammad à vos côtés que si vous nous donnez par avance des otages de parmi vos hommes, qui seront entre nos mains comme garantie pour nous. Car nous craignons que, si la guerre pèse lourdement sur vous, et que le combat vous devienne atroce – vous ne retourniez vite à vos pays et que vous nous abandonniez, ce qui laissera l’homme (Muhammad) demeurer dans notre ville, et dans ce cas, nous ne pouvons pas lui tenir tête. »

(…)

Les Quraysh et les Ghatafân refusèrent ; et Dieu a mis la dissension entre eux, et envoya un vent (violent) durant des nuits pluvieuses et très froides qui renversa leurs marmites et leurs camps.

(…)

Abû Sufyan dit : « Ô gens de Quraysh ! Vous n’êtes pas ici dans une maison de demeure. Les chevaux et les chameaux ont péri ; Banû Qurayzah n’a pas tenu sa promesse avec nous et nous n’avons appris de leur part ce que nous détestons. Nous avons souffert de la violence du vent ce que vous voyez : aucune marmite n’est à sa place, aucun feu ne s’allume, et aucune tente ne tient bon. Partez donc ; moi je pars. »

(…)

Les Ghatafân eurent connaissance de ce que les Quraysh avaient fait et ils retournèrent vite à leur pays. Ibn Ishâq dit : Le lendemain, l’Envoyé d’Allah quitta le fossé et rentra lui et les musulmans à al-Madinah et déposèrent leurs armes.

Vers midi, Gabriel (l’archange) vint à l’Envoyé d’Allah selon ce que m’a rapporté al-Zuhrî – coiffé d’un turban de soie et monté sur une mule sur laquelle il y avait un « bât » couvert d’une couverture en brocart. Il dit à l’Envoyé d’Allah : « As-tu déposé les armes ? » L’Envoyé d’Allah lui répondit : « Oui ». Gabriel dit : « Mais les anges n’ont pas encore déposé les armes. Je reviens maintenant après avoir poursuivi ces gens (Quraysh et Gharafân). Dieu Très Haut t’ordonne, Ô Muhammad, de marcher contre Banû Qurayzah, moi je me dirige vers eux et je secouerai leurs fortins. »

Suit l’attaque des juifs par Mahomet, leur reddition, leur emprisonnement et finalement le massacre des 600 à 900 prisonniers juifs, décapités sur le bord du fossé de Médine par Mahomet et les musulmans comme l’indique la Sîra : « Le Prophète ne cessa de les égorger jusqu’à leur extermination totale. »

L’extermination des juifs par Mahomet

Installé à Médine, et se rendant compte qu’il ne convertirait jamais les juifs, Mahomet décida après quelques mois de s’en débarrasser soit en les chassant, soit en les exterminant.

1) Les Banû Qaynuqa

Les premiers visés furent les Banû Qaynuqa. En 624, prenant prétexte d’un incident sur un marché[1], Mahomet entra en guerre contre cette tribu, la plus faible. Mahomet avait en réalité de multiples griefs à leur égard : il les trouvait hypocrites, vantards (ils avaient défié Mahomet après Badr) ; ils remettaient constamment en cause la véracité de la mission de Mahomet, etc. Après 15 jours de siège, cette tribu dut se rendre. Mahomet avait l’intention de tuer les mâles et de prendre en captivité les femmes et les enfants.

Abdurrahmân Badawî confirme effectivement que l’intention originelle de Mahomet était de les exterminer« Que décida de faire le Prophète après la reddition des Banû Quaynuqa ? Ibn Ishaq ne nous donne pas de renseignements directs. Tout ce qu’on peut conclure de son récit est l’intercession d’Ubayy en leur faveur auprès du Prophète, c’est que celui-ci avait l’intention de leur appliquer ce qu’il est coutume de faire en cette matière, à savoir : tuer les guerriers, et prendre en esclaves les non guerriers : femmes, enfants et vieillards. »

Mais sur l’intervention insistante d’Abdullah Ubayy ibn Salûl, de la tribu arabe des Khazraj avec qui ces juifs étaient alliés, Mahomet accepta finalement de les expulser de Médine.

[1] Un orfèvre juif avait joué un tour à une musulmane en attachant son vêtement de sorte qu’en se relevant, elle fit voir ses parties intimes. Un musulman présent tua l’orfèvre juif pour cette indécence et celui-ci fut immédiatement tué par des juifs qui étaient aux alentours. Les musulmans réclamèrent vengeance.

2) Les Banû Nadir 

En 625, Mahomet expulsa de Médine une autre tribu juive, les Banû Nadir, qu’il soupçonnait de trahison. Il assiégea leur oasis et brûla leurs palmiers. Deux juifs seulement se convertirent. Les autres furent expulsés de Médine avec ce que leurs chameaux pouvaient porter et le reste de leurs biens fut partagé entre les musulmans. La sourate 49 retrace cet épisode.

3) Les Banû Quraydha : se reporter à l’article dédié à cet événement (Extermination des Banû Quraydha)

 

La décapitation : une pratique de Mahomet, mise en scène par l’État Islamique avec des moyens modernes

Décapitation au couteau de chrétiens coptes par Daech sur les rives de Libye (février 2015)

La décapitation, validée et pratiquée par Mahomet – qui ne peut donc pas être considérée pour cette raison comme « barbare », sauf à considérer que Mahomet lui-même était un « barbare » -, a été reprise par Daech qui lui a donné une publicité d’envergure à l’échelle de ce que permettent les moyens modernes de communication.

Les extraits qui suivent de la Sîra illustrent quelques exemples de décapitation :

Retour de la bataille de Badr : « Après Badr, le Prophète regroupa les prisonniers et les emmena avec lui à Médine. À son arrivée à Rawhâ, les musulmans qui n’avaient pas pris part à la bataille sortirent à sa rencontre pour le féliciter, avec ses compagnons, de la victoire que Dieu leur avait procurée. (…) Le Prophète ordonna de tuer Uqba ibn Abû Mu’ît. Uqba lui demanda :
–  Muhammad, qui va nourrir mes petits-enfants ?
–  Le feu, répondit-il.
Ali lui trancha la tête. Le Prophète poursuivit son chemin et parvint à Médine un jour avant les prisonniers. »

Condamnation de Habbâr : « Le Prophète, ayant appris l’inconduite de Habbâr, lui envoya quelques-uns de ses compagnons : « Si vous mettez la main sur ce Habbâr ibn al-Aswad, leur dit-il, brûlez-le sur un bûcher ». Le lendemain, se ravisant, le Prophète leur envoya dire : « Je vous avais ordonné de brûler Habbâr. Puis j’ai pensé que le supplice du feu, Dieu seul pouvait l’ordonner. Si vous arrivez à le saisir, tranchez-lui simplement la tête. » »

Extermination des juifs Banû Quraydha à Médine : se reporter à l’article dédié à ce sujet (Banû Quraydha) : « Le Prophète ne cessa de les égorger jusqu’à leur extermination totale. »

Exécution du juif Huayy ibn Akhtab : « On fit donc venir Huayy ibn Akhtab devant le Prophète. Il avait les mains ligotées autour du cou et portait un manteau d’un rose éclatant, qu’il avait, pour ôter à ses geôliers toute envie de vol, tailladé de toutes parts :
–  Je ne regrette absolument pas, dit-il au Prophète, d’avoir été ton ennemi, mais, je le constate, quiconque abandonne Dieu, Dieu l’abandonne.
Et s’adressant à l’assistance :
–  Nous acceptons l’ordre de Dieu. C’est une tuerie que Dieu a décidé d’inscrire dans le destin du peuple d’Israël.
Puis il s’assit et le Prophète lui trancha la tête. »

Torture et exécution de Kinânah : « L’Envoyé d’Allah ordonna de creuser la ruine. On en extraya une partie du trésor des juifs. Il demanda à Kinânah où se trouvait le reste. Mais Kinânah refusa de l’indiquer. L’Envoyé d’Allah ordonna à al-Zubayr bin al-‘Awwâm de le torturer jusqu’à ce qu’on extraie ce qu’il y a chez lui. Al-Zubayr se mit à faire brûler, par un briquet, sa poitrine, jusqu’à ce que Kinânah fût sur le point de mourir. Puis l’Envoyé d’Allah l’a livré à Muhammad bin Maslamah. Celui-ci lui coupa son cou en vengeance de son frère Mahmûd bin Maslamah. »

 

 

L’extermination des juifs Banû Quraydha par Mahomet

Les Banû (« fils de ») Quraydha était la plus grande des tribus juives de Médine. Elle fut exterminée par Mahomet comme le relate précisément la Sîra :

« Le même jour, à midi, Gibrîl vint voir le Prophète. L’ange, coiffé d’un turban de soie, était sur une mule dont le bât était couvert de brocart :
–  Envoyé de Dieu, demanda Gibrîl, tu as donc déposé les armes ?
–  Les anges ne l’ont pas encore fait. Dieu t’ordonne, Muhammad, d’aller combattre le clan juif des Banû Quraydha. Moi-même j’y vais de ce pas et j’ai l’intention de faire trembler la terre sous leurs pieds.
(…)
S’approchant des fortins, le Prophète cria aux Quraydha : « Frères de singes, vous n’avez pas encore connu, je le vois, l’humiliation et la vengeance de Dieu. Vous allez la connaître !
(…)
Le Prophète ordonna de tuer tous les hommes des Banû Quraydha, et même les jeunes, à partir de l’âge où ils avaient les poils de la puberté.
Le Prophète ordonna de faire descendre de leurs fortins les Banû Quraydha et de les enfermer dans la maison de Bint al-Hârith. Il alla ensuite sur la place du marché de Médine, la même que celle d’aujourd’hui [ndlr époque d’Ibn Hichâm], et y fit creuser des fossés. Puis il fit venir les Banû Quraydha par petits groupes et leur coupa la gorge sur le bord des fossés.
Parmi eux, il y avait Huyayy ibn Akhtab, l’ennemi de Dieu, et ka’b ibn Asad, le chef des Quraydha. Ils étaient six à sept cents hommes. On dit même huit cents et même neuf cents. Pendant qu’ils étaient amenés sur la place par petits groupes, certains juifs demandèrent à Ka’b, le chef de leur clan :
–  Que va-t-on faire de nous ?
–  Est-ce que cette fois vous n’allez pas finir par comprendre ? Ne voyez-vous pas que le crieur qui fait l’appel ne bronche pas et que ceux qui sont partis ne reviennent pas ? C’est évidemment la tête tranchée !
Le Prophète ne cessa de les égorger jusqu’à leur extermination totale. »