Déconstruire l’islam : seule solution pour lutter contre le salafisme

  • La proposition stupéfiante de Ghaleb Bencheikh

Ghaleb Bencheikh, musulman pondéré et cultivé, présentateur attitré de l’émission de France 2 « Islam » diffusée le dimanche matin sur France 2 revient, dans le cadre d’une conférence sur le mot « salafisme » organisée par la société des amis de l’Institut du Monde Arabe en novembre 2017, propose une remise en cause fondamentale de l’authenticité de deux des trois sources scripturales les plus sacrées de l’islam : les hadiths, mais aussi la biographie (Sîra) du Prophète. Ces propos stupéfiants de la part d’un musulman valent la peine d’être écoutés attentivement.

 

Amis IMA Salafisme 171106 Legitimite hadiths 1

Amis IMA Salafisme 171106 Legitimite hadiths 2

Naturellement, ces propos sont absolument traumatisants pour tout bon musulman dont Mahomet est le modèle car rejeter l’authenticité des hadiths, c’est rejeter la seule parole du Prophète de l’islam (le Coran étant censé être la parole d’Allah et non de Mahomet). Il n’est donc pas étonnant qu’une jeune femme réagisse fortement dans la séance de questions-réponses, ce qui donne à Ghaleb Bencheikh l’occasion de réitérer son propos.

Amis IMA Salafisme 171106 Legitimite hadiths 3

 Amis IMA Salafisme 171106 Legitimite hadiths 4

  • Pourquoi cette proposition stupéfiante, assimilable à un blasphème ?

Pourquoi Ghaleb Bencheikh en arrive-t-il à remettre en cause les textes les plus sacrés de l’islam pour ne finalement retenir que le Coran (même si celui-ci pose aussi de nombreux problèmes compte tenu des obscurités et surtout des contradictions qu’il contient) ? Fondamentalement, parce que les mouvements fondamentalistes musulmans (Al Qaida, État Islamique, etc.), mouvements « salafistes », à la source du terrorisme musulman contemporain, font un usage répété des hadiths et des passages de la biographie de Mahomet dans leurs revues de propagande pour justifier leur action et par conséquent le terrorisme : or ces textes sont 1) incontestables pour tout musulman qui accepte la Sunna telle qu’elle s’est constituée et a été validée par les plus grands savants de l’islam au cours des mille quatre cents ans qui se sont écoulés depuis la mort de Mahomet ; 2) d’une grande cohérence chronologique et idéologique ; 3) confirment in fine la vision guerrière et sanglante de l’idéologie mahométane, en contradiction flagrante avec l’idée d’une religion d’amour et de paix.

En d’autres termes, Ghaleb Benchikh est en train de proposer de réinventer l’islam sur une base uniquement coranique car il sait qu’il est impossible de s’y retrouver dans tout le fatras des hadiths et que, de toutes façons, il est impossible d’en dégager le concept de religion d’amour et de paix car en réalité ces textes sont très cohérents au regard de l’évolution du message de Mahomet qui devient une idéologie de guerre à compter de l’émigration à Médine. Il faut de ce point de vue saluer le courage (ou l’inconscience) de Ghaleb Bencheikh qui ose ainsi faire état d’un constat absolument accablant quant au rapport de la doctrine de l’islam à la violence.

  •  Conclusion

Ghaleb Bencheikh tente de sauver l’islam en jetant par-dessus bord les textes les plus sacrés de l’islam : c’est dire l’incapacité totale de l’islam « modéré » à contre argumenter doctrinalement face au salafisme et au fondamentalisme musulman, incapacité qui n’étonne pas ceux qui ont pris simplement la peine de lire les textes sacrés de l’islam. La situation est vraiment dramatique pour ce représentant de l’islam « modéré », qui finalement cherche à inventer une religion nouvelle qui n’est plus l’islam. Si son message devait se répandre et être connu largement dans le monde musulman, il n’y aurait pas à donner cher de sa peau.

Par ailleurs, malheureusement, il n’est pas sûr que cette leçon de bon sens et de lucidité profite beaucoup à l’islamo-gauchisme en vogue en France, imperméable à la raison et aveugle aux plus grandes évidences. Il y a bien encore des gens qui défendent le communisme, idéologie pestilentielle qui a fait des millions de morts…

Le halal ou la crispation identitaire

  • Qu’est-ce qu’une fatwa ?

Ghaleb Bencheikh, musulman pondéré et cultivé, présentateur attitré de l’émission de France 2 « Islam » diffusée le dimanche matin sur France 2 rappelle, dans le cadre d’une conférence sur le mot « fatwa » organisée par la société des amis de l’Institut du Monde Arabe en novembre 2016, que la fatwa, avis juridique délivré par une autorité musulmane légitime, n’est qu’un avis et n’a donc aucun caractère obligatoire et coercitif : celui qui la reçoit est libre de la suivre ou pas.

Amis IMA Fatwa 161128 Obligation

  • Le halal est-il une obligation ?

Ghaleb Bencheikh indique que Mohamed Abduh, célèbre juriste et mufti égyptien mort en 1905 – donc bien avant les turbulences identitaires de l’islam d’aujourd’hui – avait émis une fatwa précisant la notion de « halal » (ce qui est autorisé pour un musulman) en ce qui concerne la viande : la viande de tout animal qui n’a pas été abattu en invoquant une autre divinité que Dieu est licite pour le musulman.

Amis IMA Fatwa 161128 Halal

Ghaleb Bencheikh précise que cet avis n’est pas un cas isolé et a été suivi par d’autres allant de le même sens. Ainsi est-ce le cas de Yusuf Qaradawi, célèbre personnalité musulmane dont on ne peut guère douter du fondamentalisme, qui a consacré un livre à la question du « licite et illicite en islam » (voir l’article   http://islametoccident.fr/?p=2462 )

  • Conclusion

Le halal, dans son fondement religieux même en islam, n’exige pas l’égorgement impératif des animaux, pratique épouvantable et ignominieuse qui contrevient à l’affirmation d’une humanité digne et respectueuse de son environnement. Beaucoup de musulmans l’ignorent sans doute. Il ne faut pas laisser le halal être ce qu’il devenu aujourd’hui par le fait de son instrumentalisation : l’expression crispée d’une revendication identitaire cherchant l’affrontement, doublée d’un rejet haineux des valeurs françaises traditionnelles.

Interroger publiquement les restaurateurs, les grandes entreprises de restauration, les cantines, les bouchers, etc. sur le mode d’abattage des animaux dont ils commercialisent la viande devient une urgence : il est à tout le moins inadmissible qu’on puisse dans le monde d’aujourd’hui faire collaborer subrepticement et de façon involontaire une population à l’entretien d’une pratique sacrificielle honteuse et détestable, renvoyant aux pratiques des âges les plus reculés de l’humanité.

Les châtiments corporels en islam : une position « occidentalisée » très courageuse

Ghaleb Bencheikh, musulman pondéré et cultivé, présentateur attitré de l’émission de France 2 « Islam » diffusée le dimanche matin sur France 2 prend position, dans le cadre d’une conférence sur le mot « chari’a » organisée par la société des amis de l’Institut du Monde Arabe, contre toute forme de châtiment corporel en islam. C’est une position claire et très courageuse, beaucoup plus en tous cas que celle de Tariq Ramadan à laquelle il fait allusion, celui-ci n’ayant pas eu le courage de s’y opposer ouvertement et ayant simplement demandé il y a 10 ans, sans succès, la mise en place d’un moratoire.

Amis IMA Charia 161107 Chatiments

Toutefois, pour Ghaleb Bencheikh, ces châtiments corporels auraient fait leur apparition relativement récemment, point de vue très contestable. Rappelons en effet que le moratoire demandé par Tariq Ramadan en 2007 a été rejeté par l’université d’Al-Azhar, celle-ci rappelant à cette occasion que les châtiments corporels ont toujours fait partie intégrante de la religion et de la tradition musulmane (voir mon article précédent http://islametoccident.fr/?p=1375 ).

Quant débat de savoir si le fondement des châtiments corporels se trouve dans le Coran ou non, celui-ci reste confus puisque Ghaleb Bencheikh estime que certains châtiments n’ont pas de fondement coranique (sans préciser lesquels et sans parler des autres), tout en laissant ouverte la possibilité que les mêmes puissent en avoir néanmoins un « par extraordinaire ».

En tout état de cause, Ghaleb Bencheikh va très loin dans sa position puisqu’il envisage de rejeter certains passages du Coran à supposer qu’on arrive à démontrer que le fondement coranique des châtiments corporels existe effectivement, ce qui est un immense blasphème venant de la bouche d’un musulman.

Abd El-Kader : cet humaniste musulman qui faisait la guerre

On connaît l’incapacité de l’islam de France à contredire de façon circonstanciée et documentée la doctrine des mouvements fondamentalistes puisque ceux-ci ont effectivement raison en s’appuyant sur les textes saints de l’islam : le fondamentalisme musulman n’est que l’islam de Mahomet et les fondamentalistes prennent bien comme référence ce qu’a fait Mahomet, modèle de tous les musulmans, mais dont beaucoup de musulmans en Occident ignorent la vie, n’ayant jamais pris la peine de se documenter.

Face à cette impuissance qui n’ose pas s’avouer, le recours épisodique au soufisme est utilisé comme un pis-aller pour tenter de démontrer que la vraie voie de l’islam est mystique et, par conséquent, pacifique. France 2 vient de consacrer une série de six émissions « Islam » du dimanche matin au soufisme.

Malheureusement, s’il existe dans l’islam une tendance fortement mystique comme dans toutes les autres religions et spiritualités, le soufisme n’a pour autant jamais renié la violence intrinsèque de l’islam : en d’autres termes, l’accent mis sur le combat intérieur n’exclut aucunement la violence si nécessaire et Mahomet reste toujours le beau modèle à imiter. Les lecteurs intéressés peuvent se reporter à l’article déjà publié sur ce site : http://islametoccident.fr/?p=2649.

Le soufisme est connu en France notamment par la figure d’Abd El-Kader. Or il est intéressant de noter que l’intervenant de l’émission de France 2 rappelle dans les premiers mots de sa présentation de ce personnage qu’il était un homme de guerre et pas seulement un mystique.

France 2 Islam 171029 Soufisme Extrait

En effet, entré en résistance contre les troupes françaises, l’émir a appelé à la guerre sainte, au jihad, contre la France et n’a pas manqué par la suite de faire la guerre à certaines tribus d’Algérie contestant son pouvoir, comme les Douars.

Un aveu sans appel et un rappel historique intéressant donc pour sortir de l’angélisme que la bien-pensance affectionne tant.

Coran : un classement thématique pour y comprendre quelque chose

On sait que le Coran est un livre « anarchique » selon le mot même employé par Tareq Oubrou dans la mesure où il ne propose aucun classement ni chronologique ni thématique, comme le rappelle l’intervenant de l’émission « Islam » de France 2 du 12 février 2017.

France 2 Islam 170212 Exegese du Coran 2 Extrait

Cet intervenant suggère d’aborder la lecture de ce texte selon un ordre thématique. Cette approche est effectivement fondamentale, à la fois pour savoir ce que dit vraiment le texte sur chaque thème abordé, mais aussi pour mesurer statistiquement l’importance de chaque énoncé : le Coran contenant en effet des contradictions évidentes, on ne peut pas mettre sur le même plan deux propos contradictoires, mais dont l’un est exprimé par un ou deux versets, et l’autre par des dizaines, voire une centaine de versets (les contradictions apparentes étant d’ailleurs à mettre en rapport avec la chronologie du texte et les notions d’abrogé et d’abrogeant).

C’est précisément cette analyse thématique systématique du texte coranique, complété par des extraits de la biographie de Mahomet et des hadiths, que vous pouvez télécharger gratuitement sur ce site sous la forme du « Livret musulman de premier secours » sur la page http://islametoccident.fr/?page_id=1786.

Ce recensement systématique, travail aride (mais par nature aisément vérifiable) que vous pouvez ainsi vous épargner, est un outil indispensable pour mettre fin à nombre d’idées reçues ou propagées sur la réalité du texte coranique, idées qui sont à la source de multiples confusions et sont parfois utilisées pour manipuler des esprits occidentaux naïfs, habitués à croire ce qu’on leur dit, n’ayant jamais lu eux-mêmes les textes fondamentaux de l’islam.

Comment pousser les musulmans à étudier leur religion ?

Il suffit d’interroger les musulmans pour constater que beaucoup ne connaissent de leur religion que quelques principes de base, et que ce peu de connaissance est souvent l’objet d’une crispation identitaire (même dans les débats entre musulmans), en particulier chez les jeunes musulmans et musulmanes françaises (cf. port du voile, halal).

Si un des intervenants de l’émission de France 2 « Islam » du 8 mai 2016 émit l’idée qu’« il y a plusieurs façons d’être dans le vrai », ce qui est logiquement impossible, l’idée est certainement du moins de dire que personne ne pouvant prouver dans le domaine religieux qu’il a raison, la pluralité des opinions est respectable ainsi que la critique et le débat.

France 2 Islam 160508 Lire et interpreter le Coran Partie 2 Education

Dans ce domaine malheureusement, il paraît difficile d’être très optimiste puisque Tariq Ramadan reconnaît lui-même que « Les dialogues et les débats manquent infiniment à l’intelligence musulmane contemporaine », « l’éthique du débat et de la divergence » mentionnée dans l’émission et autrefois apparemment en usage n’ayant en réalité jamais concerné les débats entre musulmans et mécréants.

Des rites : pour quoi faire ?

  • Constat

La spiritualité musulmane se focalise autour du principe élémentaire d’unicité divine, ou « tawhid », qui peut offrir à certains esprits imaginatifs des horizons leur permettant de déployer des raisonnements subtils, mais qui est insuffisant pour nourrir la vie religieuse de la masse des croyants dont le niveau intellectuel ne leur permet pas d’accéder à ces joutes de haut vol. On peut être d’avis que dans le domaine religieux en général, la multiplication des rites cherche à combler le vide intérieur angoissant créé par l’absence de véritable spiritualité, jusqu’à se transformer en superstition.

De ce point de vue, l’islam n’est pas en reste : il suffit d’ouvrir des ouvrages de jurisprudence musulmane ou de hadiths pour constater la place effarante que tiennent les rituels dans la vie religieuse en islam, jusqu’à se préoccuper avec beaucoup de minutie de l’exemple donné par Mahomet, y compris dans les détails les plus scabreux, comme par exemple dans le domaine de la satisfaction des besoins naturels (dans quelle position, dans quelle direction, comment s’essuyer, etc.), sujet on ne peut plus terre-à-terre.

Les grands rituels de l’islam sont assez connus, notamment les cinq prières par jour, le ramadan ou l’égorgement des animaux. Mais pour prendre conscience de l’ampleur de la question du rituel et des règles, il est intéressant de feuilleter la table des matières d’un ouvrage de jurisprudence musulmane, en particulier celui de l’islam malikite suivi par la grande majorité des personnes de culture nord-africaine : l’ouvrage Al-Muwatta, ouvrage de référence en matière de jurisprudence malikite et que chacun peut consulter facilement en librairie ou en bibliothèque. On y trouve ainsi abordés par exemple la complexité de la question des ablutions (à quelle occasion – relation sexuelle, saignement, suite à l’attouchement des parties génitales, en cas de rêve érotique, après un baiser à une épouse, etc. –, quand, quelle eau ou de façon sèche, quelles parties du corps – mains, tête, oreille, etc. –), la prière (la prière de l’éclipse, pour obtenir la pluie, la direction, comment poser ses mains), les règles touchant aux vêtements, ou encore le mauvais œil.

  • Problématique

Dans ce contexte de ritualisation extrême, dont on peut questionner l’intérêt spirituel, il est légitime de s’interroger, comme lors de l’émission de France 2 « Vivre l’islam » du 11 décembre 2016, sur ce qui reste de la religion si on en ôte tous ces rituels, émission au cours de laquelle un intervenant a posé la question effectivement fondamentale suivante : « Un musulman qui n’observerait pas les rites a-t-il droit au salut ? »

France 2 Islam 161211 Islam & Violence 2 Extrait 5

Penser le mécréant en islam : un effort louable mais qui semble utopiste

  • Problématique

Face à «  c terrible et tragique régression, à la décadence, à la décrépitude » du monde musulman depuis des siècles évoquée par le présentateur de l’émission de France 2 « Vivre l’islam » du 27 novembre 2016, Omero Marongiu-Perria formule quelques pistes de réflexion, mais qui constituent une critique assez virulente de l’islam face à un monde occidental vu par les musulmans comme « un monde de corruption ».

France 2 Islam 161127 Islam 2 Extrait 4

  • Propositions

1) Démythifier l’histoire musulmane

Comme l’admet Omero Marongiu-Perria, l’histoire de Mahomet et de ses Compagnons fait l’objet d’une mythification dont l’objet est une valorisation en opposition au monde occidental : « L’histoire des premiers temps de l’islam est complètement mythifiée chez les musulmans ».

Il est en effet impossible d’aborder l’histoire de l’islam sous le seul angle de la critique historique, pourtant utilisée partout ailleurs, y compris pour les autres religions. Omero Marongiu-Perria reconnaît que « l’histoire musulmane n’est pas abordée à partir des catégories de l’histoire » : en d’autres termes, l’histoire musulmane n’est analysée que dans le contexte d’une perspective religieuse, ce qui rend donc impossible toute objectivité, notamment quant à la profondeur de l’imprégnation tribale de la vie et de la pensée de Mahomet indépendamment de toute inspiration divine.

On peut rester dubitatif sur la capacité de l’islam à accepter une vision plus objective de ses origines car toute analyse objective est désacralisante et donc incompatible avec le Coran, censé être la parole d’Allah.

2) Mahomet le conquérant

Omero Marongiu-Perria constate implicitement avec regret : « il faut le reconnaître, dans ce qui est appris aujourd’hui des premiers temps de l’islam, c’est cette idée du prophète conquérant qui est mise en avant ».

Certes, mais c’est bien ainsi que les textes musulmans les plus authentiques, jusqu’au Coran lui-même, décrivent Mahomet. Et il paraît impossible de réécrire l’histoire de l’islam.

3) Arriver à penser l’autre

Face à un modèle ouvertement communautariste, Omero Marongiu-Perria regrette la difficulté que l’islam rencontre à être tolérant : pour lui en effet, il faudrait « enseigner dans les instituts musulmans des outils d’interprétation qui soient ouverts sur ce qu’on pourrait appeler une théologie de l’altérité, c’est-à-dire comment se penser dans un monde pluriel en englobant d’emblée les autres dans la réflexion ».

Certes, mais on ne voit pas bien, dans une religion pour l’essentiel figée dogmatiquement depuis un millénaire, ce qui pourrait provoquer cette rupture de pensée sans entraîner un effondrement général de tout le système musulman, car ce serait admettre que l’islam peut avoir tort et que les mécréants sont aussi estimables que les musulmans, ce qui va précisément à l’encontre de ce que dit le Coran.

  • Conclusion

Toutes ces pistes sont louables et manifestent une forme d’ouverture et de tolérance, mais sont elles sont aujourd’hui, si l’on en juge par la façon dont le monde musulman évolue, assez utopistes.

Grande Mosquée de Paris et Fondation pour l’Islam de France : ça sent le gaz !

  • Problématique

La Grande mosquée de Paris, par la voix de son recteur, Dalil Boubakeur, ancien haut responsable du Conseil Français du Culte Musulman, vient de publier le 28 mars 2017 un texte qu’il est tout à fait intéressant d’analyser car il s’adresse à la fois aux musulmans et aux non-musulmans.

Il s’agit d’une proclamation, c’est-à-dire, selon les thèmes abordés, une déclaration d’intention et/ou une reconnaissance solennelle de certaines réalités. Par ce texte, en effet, la Grande mosquée de Paris confesse la reconnaissance directe ou indirecte de certaines des difficultés de l’islam en France sans toutefois abandonner toujours, comme on va le voir, le déni de réalité.

Proclamation GMP 170328

  • Le renouveau de l’orthodoxie musulmane

Avec la montée en puissance du fondamentalisme et du terrorisme musulmans, représentés notamment par Al Qaida et par l’État Islamique, l’islam de France s’était engagé devant le gouvernement français à produire un contre-argumentaire précis et documenté pour faire pièce au discours doctrinal très fourni de ces mouvements qui s’appuie sur des textes incontournables en islam. Nous l’attendons toujours.

En revanche, faute de produire ce contre-argumentaire, les représentants de l’islam de France ne manquent pas d’affirmer, sans fournir toutefois de preuves à l’appui, que l’islam véritable serait très différent de ce fondamentalisme, dont la Grande Mosquée de Paris reconnaît néanmoins « la montée en puissance, au sein de la communauté musulmane française » mais qui résulterait « d’une interprétation erronée de l’islam ». L’islam serait-il la seule religion que ses adeptes comprendraient aussi mal ? Car on ne voit guère et juifs, de chrétiens ou de bouddhistes tirer à la Kalachnikoff sur ceux qui ne sont pas d’accord avec eux, ou leur foncer dessus à tombeau ouvert avec un camion.

Ce que voudrait la Grande Mosquée de Paris, c’est que les musulmans n’écoutent que les imams au discours officiel, politiquement correct, adoubés sans doute par elle-même : « Tout musulman doit prendre garde à ne pas chercher sa culture religieuse auprès de sources, de prédicateurs, de prêcheurs télévisuels, qui ne sont pas reconnus par les savants les plus respectés de la communauté. » Or le problème est que le discours des imams du monde arabo-musulman (Arabie Saoudite – terre sainte de l’islam –, Qatar, Iran, Égypte, etc.) est souvent beaucoup plus proche de celui des terroristes musulmans, qui s’appuie sur des textes authentiques et nombreux, que du discours souvent lénifiant de l’islam de France.

Enfin, on peut s’inquiéter tout à fait du constat fait par la Grande Mosquée de Paris s’agissant de l’intolérance religieuse qui semble être, à la lire, un penchant fréquent en islam : « Le musulman doit se prémunir en la matière du péché de vanité, qui consiste à donner des leçons à autrui sur ce qu’est un bon ou un mauvais musulman quand on n’a soi-même qu’une culture religieuse péremptoire, superficielle et approximative. »

  • Le jihad

Dans ce domaine, dont on peut se demander s’il constitue une priorité puisqu’il n’est abordé pour l’essentiel que dans l’avant-dernier point dans cette proclamation, Dalil Boubakeur n’innove guère et tient les habituels propos convenus sur la légitime défense, oubliant au passage à la fois la pratique guerrière de Mahomet et les dizaines de versets du Coran appelant à la guerre, ainsi que ceux précisant comme partager le butin. De façon plus générale, il est quand même très curieux de constater que l’islam est la seule religion suscitant, et de façon aussi régulière, des vocations terroristes : pourquoi ?

  • L’antisémitisme

Dalil boubakeur nous annonce que « (…) toute forme d’antisémitisme est contraire à l’enseignement du prophète Mohammed lui-même (…) ». Sur quels textes se fonde cette assertion ? On l’ignore.

Pourtant les textes musulmans disent précisément le contraire : il n’y a qu’à ouvrir le Coran ; et jusqu’au hadith fameux et incontesté en islam de Muslim : « D’après Abû Hurayra, l’Envoyé d’Allah a dit : « L’Heure Suprême ne se dressera pas avant que les musulmans ne combattent les juifs. Les musulmans tueront les juifs jusqu’à ce que les rescapés de ces derniers se réfugient derrière les pierres et les arbres qui appelleront alors le musulman en disant : « Ô musulman ! Ô serviteur d’Allah ! Voilà un juif derrière moi, viens le tuer ! », exception faite de l’arbre dit Al-Gharqad qui est l’arbre des juifs. »

Inutile de s’étonner dans ces conditions que l’islam ait de profondes racines antisémites, comme Georges Bensoussan l’a récemment rappelé.

  • Islamophobie et islamopsychose

Dalil Boubakeur « s’alarme du fait que l’islamophobie et l’islamopsychose françaises soient de nos jours assurément comparables en gravité à l’antisémitisme français de la fin du XIXe siècle ».

Les tentatives d’assimilation du problème musulman au problème juif sont multiples et constantes : cette ritournelle a en réalité pour objectif de bâillonner tout débat sur la nature de l’islam en affublant tout contradicteur de l’étiquette honteuse et honnie d’« antisémite ».

  • La contestation de la laïcité

Comme pour l’antisémitisme, Dalil Boubakeur proclame : « L’existence du fait religieux musulman dans la société française est compatible avec la laïcité. » Sur quoi se fonde cette assertion ? On l’ignore.

Le problème est que toute la conception musulmane est précisément anti-laïque, ce que ne cessent de répéter d’ailleurs les imams du Moyen-Orient, aucun pays musulman n’étant d’ailleurs laïc aujourd’hui.

Si l’islam était laïc, Dalil Boubakeur aurait-il besoin de confesser : « La Grande Mosquée de Paris constate que cette immense majorité des Français de confession musulmane est demandeuse d’un texte de clarification de leurs droits et devoirs dans leur foi. » Qu’il y ait besoin d’une clarification religieuse de la nature de la foi musulmane, certainement, mais en quoi cela a-t-il un quelconque rapport avec les notions de droit et de devoir au regard de l’État ? Car si le propos n’a qu’un caractère uniquement religieux, cela voudrait dire que les musulmans ne comprennent rien à leur religion.

Tout cela est d’une confusion extrême, qui ressort encore plus lorsqu’on lit dans le même texte l’affirmation suivante : « La France n’est pas une terre d’islam (…). Dans ce contexte, tout musulman doit évidemment respecter les valeurs et les lois de la République française. » On peut l’espérer, mais : 1) En quoi la Grande Mosquée de Paris est-elle légitime et crédible pour affirmer que la France ne sera pas un jour considérée comme terre d’islam par les musulmans ? 2) Cela veut-il bien dire a contrario que si la France venait à être considérée un jour comme terre d’islam, les valeurs et lois de la République française n’y auraient alors plus cours ? N’est-ce pas là une forme d’affirmation que l’islam est incompatible par nature avec la France et sa laïcité ?

  • L’amour et la paix

Dalil Boubakeur déclare « Le saint Coran insiste sur la nécessité de savoir pardonner. » Sur quels textes s’appuie-t-il ? On ne sait pas, et on le comprend d’autant moins quand on le lit le Coran qui regorge de versets de violence ici-bas et dans l’au-delà.

  • L’obscurantisme

La proclamation s’attaque à l’obscurantisme en islam, que la Grande Mosquée de Paris reconnaît, et il semble qu’il y ait beaucoup à faire. Cette reconnaissance peut surprendre, car si elle est évidente et dénoncée par certains intellectuels musulmans eux-mêmes, elle est inhabituelle dans la bouche des représentants de l’islam de France.

D’abord, on peut s’étonner de l’assertion « L’obscurantisme, le refus de la science, le refus du progrès scientifique, sont des lectures erronées de l’islam ». Qu’a à voir la religion avec la science ? Rien. Sinon, nous aurions déjà parlé avec Dieu, et il n’y aurait qu’une seule religion. Mais que l’islam soit atteint d’un mal qui conduise certains musulmans à penser encore aujourd’hui que l’islam peut avoir raison contre la science, c’est un fait établi dont on trouve effectivement des preuves claires sur internet dans les prêches d’un certain nombre d’imams.

Parmi les marques de l’obscurantisme figure également en bonne place cette tradition abominable consistant à égorger des animaux pour satisfaire un besoin religieux. Les progrès scientifiques ont conduit à ce que l’étourdissement préalable devienne la règle dans bon nombre de pays occidentaux, certains pays européens ayant fini par interdire complètement l’égorgement. Il faut effectivement en finir avec cette pratique superstitieuse, qui révèle aussi une indifférence profonde à la souffrance animale que Dalil Boubakeur est obligé de reconnaître : « La souffrance animale ne saurait être admise par Allah. Il est donc nécessaire de réduire au maximum la souffrance causée à l’animal. » Comme je l’ai déjà montré dans un autre article détaillé, l’absurde de cette situation est que cette recommandation semble bien dater de l’époque de Mahomet. Ainsi, l’attachement actuel au maintien de ce procédé épouvantable n’est pas justifié par la doctrine de l’islam mais est une des multiples formes de cristallisation du communautarisme.

Enfin, on peut mettre au rang des pratiques obscurantistes la prolifération des rituels dont on peut se demander dans quelle mesure ils viennent surtout combler un vide spirituel, et Dalil Boubakeur admet que « Tout musulman doit prendre garde à ne pas verser dans l’observation irréfléchie et obsessionnelle de règles sans finalité spirituelle. » D’ailleurs, le ramadan apparaît être une source de nuisance pour les non-musulmans au point que Dalil Boubakeur est obligé de rappeler que « Durant le mois de Ramadan, (…) il ne faut pas importuner la population, notamment pendant la nuit. » C’est stupéfiant.

  • Le maintien des pratiques ancestrales

La Grande Mosquée de Paris affirme, pour rassurer : « (…) les châtiments corporels, la polygamie, ne se justifient plus et n’ont plus lieu d’être. Dans le même esprit, l’égalité entre hommes et femmes s’impose. »

C’est un aveu terrible et qui est une remise en cause fondamentale du Coran : il faut savoir néanmoins que cette position doctrinale n’est partagée par aucune institution de renommée au sein du monde musulman. La polygamie est un droit indubitable établi par le Coran, que même le Maroc a refusé il y a quelques années d’abolir ; seule la Tunisie, a osé l’interdire et cette position est très critiquée dans le monde musulman. Concernant les châtiments corporels, la prestigieuse université Al-Azhar a confirmé il y a également quelques années qu’ils font partie intégrante du socle dogmatique fondamental de l’islam. Quant à l’égalité homme-femme, elle est battue en brèche dans le Coran qui dit précisément le contraire.

  • Conclusion

Ce texte mal construit, un peu fourre-tout, truffé d’approximations et d’omissions, présente néanmoins l’intérêt de reconnaître un certain nombre de difficultés évidentes quant à la compatibilité de l’islam avec les valeurs de la France. On peut néanmoins s’interroger sur le fait qu’il soit là pour « donner le change » car l’islam de France n’a aucun intérêt objectif à ce mea culpa : c’est justifier les critiques qui lui sont faites et prouver son incapacité à résoudre ses propres problèmes.

Face à ce constat accablant, on peut comprendre que l’État soit tenté, pour écarter les risques générés par une telle confusion, de faire quelque chose au travers de la « Fondation pour l’islam de France », présidée par Jean-Pierre Chevènement. Mais il est assez savoureux que Dalil Boubakeur ait fini par en claquer la porte et maintenant « condamne la tendance actuelle à vouloir désigner des autorités de tutelle, n’étant pas de confession musulmane, aux fins d’encadrer avec paternalisme l’expression du fait religieux musulman dans la société française : ceci, au mépris de la liberté religieuse et de la séparation des églises et de l’État. »

 

Le principe d’unicité de Dieu suffit à résumer l’islam

L’islam de Mahomet est pour l’essentiel une copie du judaïsme qui revivifie le monothéisme abrahamique en insistant sur l’unicité de Dieu, cette unicité n’étant d’ailleurs pas une donnée originelle dans la Torah. L’apport de l’islam en matière théologique est ainsi très pauvre : toute la réflexion religieuse musulmane découle du principe de l’unicité de Dieu, le « tawhid ».

Tariq Ramadan lui-même en fait le constat lucide : « Il n’y a pas de « théologie islamique ». Comparer les discussions, souvent marginales, qui ont eu cours entre les savants musulmans (essentiellement à partir du Xème siècle) avec les réflexions fondamentales qui ont donné naissance à la « théologie chrétienne » est infondé et, dans les faits, une erreur. Certes, certains débats ont été vifs et l’on a, à travers l’histoire et les écoles musulmanes, discuté du sens et de la portée des noms de Dieu, de ses attributs, du statut de la révélation, mais l’horizon de ces controverses – contrairement à l’histoire de la dogmatique catholique par exemple – est resté circonscrit et n’a jamais été jusqu’à remettre en cause trois principes fondamentaux : l’unicité absolue du créateur, son impossible représentation et la véracité de sa parole révélée dans le coran. Une authentique « théologie » aurait d’abord, et surtout, discuté de ces trois principes. Or une étude attentive de l’histoire des débats entre les écoles montre que les disputes se sont élaborées en aval de ces trois principes qui, au cœur de la conception musulmane, fonde ce qu’on nomme le « tawhid ». »

Si ce constat est assez simple à faire par toute personne qui se penche sérieusement sur la lecture du Coran, il est assez inhabituel de le voir formulé de façon claire et directe à la télévision française. C’est pourtant le constat également fait, une fois n’est pas coutume, en décembre 2016 par les intervenants de l’émission de France 2 « Vivre l’islam », en déclarant : « L’islam n’est qu’un retour au monothéisme abrahamique », « La perspective de l’unicité dans le Coran n’est pas d’apporter quelque chose de nouveau à un peuple qui serait idolâtre mais d’essayer de revivifier en eux, quelque chose qui est présent dans l’esprit humain, à savoir cette évidence de la transcendance ».

 

France 2 Islam 161218 Tawhid 1 Extrait 2

L’idée de la transcendance a toujours fasciné les hommes et leur a donné de multiples occasions de s’extasier. Que sur cette base aussi réduite et banale de la transcendance ait pu être ensuite élaboré tout un système religieux n’a rien d’étonnant en soi : l’imagination humaine ne manque jamais pour élaborer des cathédrales intellectuelles, quand bien même elles seraient complètement farfelues. Et cela ne s’applique pas qu’aux religions : la philosophie nous a offert aussi de beaux exemples.

Il reste que la richesse ou la complexité d’un système de pensée philosophique ou religieux n’a aucun rapport objectif avec la vérité qu’il prétend représenter. Compliquer une idéologie religieuse ou philosophique jusqu’à la rendre inintelligible, devant ainsi la chasse gardée de prétendus « spécialistes », n’en renforce pas la crédibilité, au contraire.