Le Coran est loin d’être un évangile universel

Le Coran, parole d’Allah, revendique sa parfaite clarté et son caractère explicite. La formalisation écrite de cette révélation est en réalité intervenue, aux dires même des historiens musulmans, de façon assez complexe et mouvementée, ce qui n’est pas sans expliquer les multiples incohérences et contradictions de ce texte.

La stabilisation de sa codification scripturaire sous format imprimé (cf. par exemple les points diacritiques longtemps absents) est très récente puisqu’elle date du début du XXème siècle, sous l’égide de l’université Al-Azhar, comme le rappelle à juste titre Omero Marongiu-Perria lors de l’émission « Islam » du dimanche 22 janvier 2017.

France 2 Islam 170122 Revelation 1 Edition Boulaq

Mais il est intéressant de noter également qu’Omera Marongiu-Perria rappelle, avec honnêteté mais sous le regard médusé de Mohamed Bajrafil, que seule la prédication de Mahomet à La Mecque (12 ans) était porteuse d’un message potentiellement universel, a contrario de la prédication de Mahomet à Médine (10 ans) qui a pris un tour tout différent, car il faut rappeler que Mahomet y a déclaré le jihad contre tous les non-musulmans, raison pour laquelle il y a, entre autres, massacré bon nombre de juifs, conformément au récit qu’en donne la biographie musulmane de Mahomet d’Ibn Hîcham, incontestée en islam.

Tout ceci est naturellement absurde et ne tient pas debout d’un point de vue théologique : pourquoi diable le dieu des musulmans, Allah, aurait-il ainsi changé d’avis au bout de 12 ans, puisque c’est bien lui qui parle par la bouche de Mahomet, celui-ci n’étant que le rapporteur de ces paroles ? Quoi qu »il en soit, c’est bien le dernier message qui compte selon l’invraisemblable doctrine de l’abrogation déjà abordée sur ce site.

Comment traduire un Coran souvent obscur ?

L’émission de France 2 « Islam » du 24 juin 2018 était consacrée à la problématique de la traduction du Coran, sujet hautement sensible pour les musulmans, l’arabe étant réputé être une langue sacrée, ce qui génère dans le monde arabo-musulman une immense fierté, mais aussi souvent un certain mépris des autres langues dès lors qu’il s’agit de parler de religion.

Il faut louer l’objectivité avec laquelle les intervenants de cette émission ont évoqué cette question de la traduction. Les constats simples et de bon sens auxquels ils parviennent méritent hautement qu’on s’y attarde quelque peu.

  • L’obscurité (en arabe) du texte coranique

Comme le rappelle un des intervenants, l’arabe des Quraychites (tribu de Mahomet) parlé au VIIème siècle n’est pas l’arabe moderne, sans compter que le texte du Coran est déjà par lui-même souvent obscur.

France 2 Islam 180624 Traductions du Coran 2 Extrait 3

« L’arabe coranique n’est la langue maternelle de personne. C’est une langue très particulière qui peut peut-être donner aux arabophones le sentiment d’une fausse accessibilité. »

« Il faut le reconnaître, le texte coranique en fait est souvent [en arabe, par définition] très compliqué, très obscur, beaucoup d’incertitudes … »

Que penser lors que l’intervenant rappelle que le calife Abu Bakr (mort en 634), contemporain de Mahomet (mort en 632), et premier « calife bien guidé » de l’islam, ne sait pas lui-même ce que veulent dire certains termes employés par Mahomet ?

France 2 Islam 180624 Traductions du Coran 2 Extrait 1

  • « Traduire c’est trahir »

Un intervenant fait usage du dicton bien connu « traduire, c’est trahir » : en effet, il est impossible, pour quelque texte que ce soit, de rendre par une traduction la totalité des sens, images, qualités esthétiques sonores, etc. qu’il véhicule.

De fait, ce qui nous intéresse dans le cadre d’une analyse de la doctrine de l’islam, c’est seulement le sens philosophique du texte. Là encore, il semble qu’il faille déchanter : le Coran n’est guère aussi explicite qu’il prétend l’être, du moins si l’on en juge par les différences d’interprétation qui séparent les différentes écoles de l’islam, le fait de penser que la traduction par un musulman serait en soi meilleure que celle d’un mécréant étant par ailleurs une « pure illusion ».

France 2 Islam 180624 Traductions du Coran 2 Extrait 5

Cela étant, il est important de remarquer que les différences d’interprétation du Coran sont pour l’essentiel du 2ème ordre pour le non-musulman : ainsi par exemple, toutes les innombrables discussions sur les rituels n’ont aucune importance pour le mécréant. Mais pour ce qui est en revanche de la polygamie, de l’infériorité de la femme, de l’interdiction du mariage de la musulmane avec le mécréant, du rejet de la laïcité, etc., sujets de beaucoup plus grande importance, les musulmans sont tous d’accord.

  • Paradoxe : les traductions sont en réalité des aides

Face aux difficultés soulevées par les nombreux passages obscurs du Coran et « à des vocables coraniques très hermétiques », on en arrive ainsi à la situation paradoxale dans laquelle les traductions peuvent être des aides utiles puisque le traducteur a dû, en plus de son travail linguistique, faire un travail exégétique plus ou moins approfondi pour savoir ce que le texte voulait dire. En effet, « Ce n’est pas parce qu’on est arabophone qu’on va comprendre forcément l’essence des versets coraniques »

France 2 Islam 180624 Traductions du Coran 2 Extrait 4

  • Les traductions en français

Pour ce qui est traductions en français, les traductions de Denise Masson et de Régis Blachère semblent être des traductions de référence. Ce sont précisément ces deux traductions qui ont été utilisées dans le « Livret musulman de premier secours » que j’ai publié en juillet 2016 sur le site et qui est téléchargeable ici : http://islametoccident.fr/?page_id=1786

France 2 Islam 180624 Traductions du Coran 2 Extrait 2

  • Conclusion

Une émission fort intéressante qui permet de se débarrasser de deux complexes dans la compréhension de l’islam à partir des textes originels : le complexe de supériorité des arabophones et celui, tout aussi désastreux, d’infériorité des non arabophones.

7 niveaux de lecture du Coran : une pirouette dialectique pour échapper à la confusion ?

On sait que le Coran est un texte élaboré sur la base de recensions complexes et longtemps discutées partir de sources éparses, ce qui explique sans doute en partie sa faiblesse de construction, son absence de fil directeur et de chronologie, et ses multiples obscurités.

Comme le rappelle en outre un des intervenants de l’émission « Islam » du 28 janvier 2018, sa mise par écrit a été réalisée de façon très imprécise puisque l’absence originelle de points diacritiques pouvait transformer significativement  le sens des mots et donc du texte pour le lecteur. Faut-il voir dans cette confusion l’origine de la théorie des sept niveaux de lecture du Coran ? C’est possible.

France 2 Islam 180128 Revelation 3 7 lectures et diacritique

Mais que vaut un texte, prétendument clair et explicite, auquel on peut donner sept sens différents ?

D’ailleurs, on se demande bien quels peuvent être les 7 niveaux de lecture du verset suivant :

Coran, sourate 4, verset 34 : Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et à cause des dépenses qu’ils font pour elles sur leurs biens. Les femmes vertueuses sont obéissantes et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leur époux, avec la protection d’Allah. Quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous de leur lit et frappez-les. Si elles reviennent à l’obéissance, ne leur cherchez plus querelle. Allah est auguste et grand !

L’arabe du Coran : une langue claire et explicite ?

Le Coran revendique à de multiples reprises être écrit dans une langue arabe claire et explicite. L’émission de France Islam du 10 juin 2018 s’interroge sur la signification de cette revendication. Visiblement, c’est loin d’être clair, y compris en arabe.

France 2 Islam 180610 Traduction Coran 1 Extrait

Une nouvelle exégèse coranique : un vœu pieu

Face à la difficulté extrême que connaît à l’islam à démontrer son absence de lien avec la violence et le terrorisme d’aujourd’hui, la question d’une nouvelle exégèse du Coran est devenue un sujet à la mode. L’émission « Islam » de France 2 vient d’y consacrer un épisode intitulé « Pour une nouvelle exégèse ».

  • Les thèmes abordés

Au vu des réactions des musulmans interviewés dans le reportage présenté dans cette émission, il semble que le besoin d’une nouvelle exégèse ne soit pas un besoin si pressant, d’autant, comme le souligne une personne interviewée, que le Coran est un livre simple. Le Coran revendiquant à de multiples reprises le fait d’être parfaitement clair et explicite, pourquoi en effet serait-il nécessaire de pratiquer l’exégèse, « interprétation philologique et doctrinale d’un texte dont le sens, la portée sont obscurs ou sujets à discussion » (Le Robert) ?

France 2 Islam 180527 Exegese 1 Extrait 5

Pour ce qui est de la distinction subtile opérée par un des intervenants entre « explication » et « exégèse », elle me semble faire partie de l’attirail habituel des intellectuels qui veulent subjuguer les hommes de bon sens par une érudition assez obscure et sans doute inutile.

France 2 Islam 180527 Exegese 1 Extrait 4

Si l’on se plonge dans l’histoire, il semble que la matière soit assez molle. Le Coran étant un livre prétendument parfait, il a toujours été difficile de l’expliciter, notamment par des références historiques propres au contexte de son apparition au VIIème siècle, car en réalité toute contextualisation est une atteinte au caractère sacré de la parole d’Allah, car on voit mal comment elle pourrait dépendre de contraintes humaines.

France 2 Islam 180527 Exegese 1 Extrait 1

Néanmoins, compte tenu des contradictions et incohérences inhérentes au texte coranique, la question de l’existence de versets « conjoncturels » s’est toujours posée, seule possibilité offerte pour tenter de résoudre ces contradictions et incohérences sans perdre complètement la face.

France 2 Islam 180527 Exegese 1 Extrait 2

Pour ce qui est l’exégèse mutazilite, elle se fonderait sur deux principes qui n’apportent a priori rien de novateur ni de très enrichissant par rapport aux spiritualités antérieures : « l’unicité de Dieu et la justice divine ». En outre, l’idée d’un « Coran créé, soumis au temps qui passe » est totalement antinomique avec l’idée, d’une part, que c’est bien Dieu qui parle, et, d’autre part, que l’islam est une religion édictant des principes universels valables jusqu’à la fin des temps puisque Mahomet se revendique comme étant le dernier prophète apportant la parole de Dieu. En revanche, l’idée que toute vraie évolution en passera par une « déconstruction de l’islam et du texte coranique » est une idée tout à fait intéressante.

France 2 Islam 180527 Exegese 1 Extrait 3

  • Conclusion

Au vu des idées échangées, empreintes d’un flou et d’une confusion assez visibles, on ne voit pas bien ce qui pourrait déclencher aujourd’hui un mouvement significatif au sein de l’islam pouvant aboutir à une révolution doctrinale qui débarrasserait le monde de la violence exercée au nom d’Allah.

Langue arabe, langue d’élection

Parmi les grandes fiertés du monde musulman figure en bonne première place la langue arabe dont tout l’islam s’enorgueillit. Qui n’est pas arabisant et s’est déjà risqué à porter un jugement sur la doctrine de l’islam (comme cela m’est déjà arrivé à l’Institut du Monde Arabe à Paris) s’est déjà probablement retrouvé confronté à la vindicte des arabisants qui supportent en général très mal qu’un blanc-bec ose critiquer ou porter une jugement sur l’islam.

Mais pourquoi une telle agressivité alors que, par exemple, ce type d’argument linguistique n’est pas brandi à la face de tous ceux qui prétendent réfléchir sur le christianisme et qui ne comprennent pas le grec (puisque nous ne disposons que de versions en grec des quatre Évangiles) – sachant par ailleurs que beaucoup de musulmans dans le monde ne maîtrisent pas l’arabe, et encore moins les subtilités de l’arabe dialectal pratiqué au VIIème siècle dans la tribu des Quraych – ?

Tayeb Chouiref, par ailleurs intervenant régulier de l’émission de France 2 « Islam » du dimanche matin, évoque cette question dans le cadre d’un dialogue avec des musulmans.

Islam et langue arabe

Tayeb Chouiref reconnaît avec raison que « la réflexion sur le sens peut se faire dans n’importe quelle langue », même si, et cela est vrai pour n’importe quelle langue, « la langue arabe possède certaines qualités qu’une traduction ne pourra jamais rendre » – d’ailleurs, plutôt que de « qualités », il vaudrait mieux parler de « propriétés » –.

Mais Tayeb Chouiref maintient néanmoins la supériorité intrinsèque de l’arabe sur toute autre langue car l’arabe possèderait un « aspect sacré » et constituerait une « aide spirituelle » indispensable au croyant, sachant que l’islam est pour les musulmans « LA » religion, c’est-à-dire la seule vraie religion.

L’islam rejoint ici, mais de façon différente, le judaïsme – son frère ennemi – dans sa prétention insupportable à identifier une « élite » à laquelle Dieu aurait donné sa « bénédiction » et à laquelle il vouerait une attention paternelle particulière, justifiant ainsi un statut spirituel supérieur, laissant patauger le reste de l’humanité dans la médiocrité et l’égarement.

On comprend mieux alors pourquoi les musulmans sont si susceptibles sur le sujet de la langue arabe car se permettre de critiquer l’islam sans maîtriser l’arabe sur le bout des doigts, c’est à la fois nier cette supériorité de l’islam et des musulmans (clairement affirmée par le Coran) sur tous les autres hommes mais aussi dévaloriser un des rares motifs de fierté de l’islam, copie spirituellement appauvrie et déformée du judaïsme, les tribus bédouines d’Arabie – terre sainte de l’islam – n’ayant par ailleurs guère contribué à l’épanouissement et au progrès du monde.

Abrogeant/abrogé : voyage en absurdie

S’il est bien une chose totalement absurde dans l’islam, c’est cette volonté permanente de justifier les incohérences et les contradictions du Coran non par ce qui est logique et tout à fait naturel, c’est-à-dire les changements d’attitude de Mahomet dans sa prédication et ses guerres en fonction des circonstances et des opportunités politiques ou militaires du moment, mais par l’invraisemblable théorie dite de l’« abrogation » qui revient à dire que Dieu (Allah), censé délivrer un message universel et définitif jusqu’à la fin des temps, n’osait pas l’imposer tel quel aux hommes de ce petit bout de terre qu’était l’Arabie du VIIème siècle : il fallait ménager la psychologie de ces pauvres bédouins

Ce site comporte déjà plusieurs articles sur cette question et il n’était pas nécessairement indispensable d’y revenir encore une fois. Néanmoins, la découverte de nouvelles vidéos sur internet m’amène à l’aborder de nouveau rapidement.

  • Le principe

La vidéo ci-dessous, à l’origine incertaine ( https://www.youtube.com/watch?v=9v6tqdSmPXo ), semble néanmoins présenter une synthèse claire et didactique  de la problématique.

Abrogeant abrogé Extrait

  • Application au cas de l’alcool

Ainsi, les dispositions du Coran sont contradictoires au sujet de l’alcool, tout simplement parce que Mahomet, dans sa recherche désespérée de partisans, n’osait pas se mettre à dos dès le départ des populations qui ne dédaignaient pas y tremper leurs lèvres en rompant trop brutalement avec leurs petites habitudes.

Abrogeant abrogé Alcool

La prétendue progression pédagogique d’Allah, sur 22 ans (!), est d’un ridicule achevé, mais cela n’empêche pas les intellectuels musulmans ayant pignon sur rue, comme Tayeb Chouiref, intervenant régulier de l’émission de France 2 « Islam » du dimanche matin, et dont la tenue vestimentaire y est très différente d’ailleurs (on se demande bien pourquoi…), d’y avoir encore recours.

Abrogeant abrogé Tayeb Chouiref

Fallait-il donc vraiment qu’un ouvrage, le Coran, censé traduire une sagesse universelle pour la fin des temps s’embarrasse des mœurs des tribus bédouines de l’Arabie du VIIème siècle ? Le plus comique dans tout cela est que les boissons alcoolisées font partie des douceurs qui attendent les hommes au paradis. Décidément, l’islam est une religion bien extraordinaire ! 

Chiisme, cet inconnu

L’opposition entre chiites et sunnites est une opposition qui structure l’islam depuis sa naissance : c’est dire son importance. Elle est la motivation de nombreux conflits sanglants entre musulmans depuis des siècles et est à l’origine de la haine, bien vivante aujourd’hui, entre l’Arabie Saoudite (sunnite) et l’Iran (chiite).

L’émission de France 2 « Islam » du 30 avril 2018 est revenue sur la nature de cette opposition. Le reportage diffusé à cette occasion à propos de la compréhension ce qu’est le chiisme par les musulmans français est l’illustration, assez habituelle, de la connaissance très faible qu’ont les musulmans de leur propre religion et de son histoire.

France 2 Islam 180430 Sunnisme chiisme 1 Extrait

Ali, cousin de Mahomet et marié à une de ses filles, Fatima, est le 4ème calife à succéder à Mahomet. Il est haï par Aïcha, la bienheureuse mère des croyants, qui le combattra, sans succès, lors de la bataille dite « du chameau ». Dans le contexte politique régional agité de l’époque (VIIème siècle), Ali se retrouve en conflit avec le gouverneur de Damas, Mu’awiyya. Finalement, après diverses péripéties, une majorité de musulmans reconnaissent en Mu’awiyya, fondateur de la dynastie des Omeyyades, le calife, tandis que pour les autres, dits « chiites » (terme qui vient de shî’a Ali qui signifie « partisans d’Ali »), la succession au califat ne peut passer que par Ali et ses deux fils, Hassan et Hussein. Finalement, Ali est tué, Hassan se retire de la succession et Hussein est tué à la bataille de Kerbala en 680. Cette question de la succession légitime de Mahomet revêt un caractère à la fois politique et religieux, avec notamment l’instauration de l’imam comme guide suprême de la communauté des musulmans dans le monde chiite (cf. ayatollah), le monde sunnite étant quant à lui dépourvu de chef religieux unique, l’imamat n’y étant pas réservé à une lignée particulière et étant donc en principe ouvert à tous.

L’islam peut-il se réformer ? Deux témoignages musulmans

L’émission de France 2 « Islam » du 4 mars 2018 est revenue sur la problématique du sens du Coran et donc de la lecture littérale qui aboutit assez implacablement à l’intolérance et à la violence (à défaut de la soumission des mécréants), puisque c’est précisément ce que décrit de façon factuelle la vie de Mahomet que chacun peut lire.

Cette émission a été l’occasion de poser quelques questions essentielles auxquelles les intervenants musulmans ont apporté des réponses qui semblent assez inquiétantes pour une religion qui se présente comme d’amour et de paix, notamment :

« Dans les sociétés à majorité musulmane (…), y a-t-il des lueurs d’espoir, y a-t-il une recherche qui se poursuit dans ce domaine pour sortir de l’ornière (…) ? »

France 2 Islam 180304 Comprendre islam 2 Sclerose

« Du point de vue scientifique, et donc l’islamologie savante, vous pensez qu’il vaut mieux l’adopter et l’étudier plutôt en contexte européen ? »

France 2 Islam 180304 Comprendre islam 2 Européen

L’islam est-il réellement capable de se réformer sans s’auto-détruire ? Je pense que c’est impossible, car se réformer, pour l’islam, c’est renier ses fondements doctrinaux et son histoire, renier le modèle mahométan, raison pour laquelle aucune évolution significative de la pensée religieuse musulmane n’est à attendre. L’islam peut seulement se dissoudre temporairement ça et là dans une religiosité affadie au regard de l’orthodoxie doctrinale et qui lui permet alors de cohabiter apparemment pacifiquement dans un environnement occidental, jusqu’à ce qu’une nouvelle éclosion de frustration rentrée (économique, culturelle, coloniale ou autre) fasse renaître de ses cendres, chez tous ceux qui veulent alors renouer avec la réalité de l’islam originel, le sphinx de l’intolérance, de la violence, voire du terrorisme.

Les « circonstances de la révélation », planche de salut du Coran ?

Le Coran étant le résultat d’une révélation qui a duré seulement 23 ans, il est difficile de voir dans la confusion et les contradictions évidentes de ce texte le fruit d’un long processus historique qui pourrait les justifier, comme dans le cas des textes juifs de l’Ancien Testament dont la longue histoire peut expliquer des phases différentes au cours desquelles le message a pu évoluer de façon sensible. Cette faiblesse fondamentale du texte coranique pose évidemment problème à l’islam et, pour tenter de la pallier, la doctrine musulmane a recours au concept de « circonstances de la révélation » : «  La révélation s’est étendue sur 23 ans, dans des contextes différents, dans des lieux différents, et selon des circonstances différentes qui ont donné lieu dans la tradition religieuse à ce qu’on appelle « les circonstances de la révélation » ».

L’émission de France 2 « Islam » du 28 janvier 2018 est revenue sur cette question épineuse, car si l’idée qu’il puisse y avoir des circonstances historiques de la révélation est banale, l’idée en revanche que le contenu du message délivré, prétendument par Dieu lui-même, de façon universelle (pour tous les hommes) et définitive (jusqu’à la fin des temps), ait pu dépendre du contexte bédouin de l’Arabie du VIIème siècle est pour le moins vertigineuse et aberrante.

France 2 Islam 180128 Revelation 3 Circonstance revelation

  • Un texte tout simplement religieusement confus car politique

Comme le reconnaît un intervenant de l’émission, « Le texte du Coran est lui-même parfois assez elliptique, assez mystérieux, assez allusif ». D’ailleurs, « Il y a des récits différents, divergents sur la façon dont la révélation a commencé ».

La confusion et les contradictions du Coran, dont l’évidence saute aux yeux, ne présenteraient pas un caractère si problématique si on voulait bien reconnaître le Coran pour ce qu’il est : un manuel politique d’un individu qui a utilisé la religion comme instrument de conquête du pouvoir, sans que cela exclue d’ailleurs pour autant chez lui le sentiment personnel d’avoir un rapport spécial avec Allah : tout le monde sait que l’autosuggestion peut avoir des effets spectaculaires.

De fait, dans cette marche vers le pouvoir, « Les versets du Coran descendaient en fonction des circonstances (…) La révélation vient descendre sur le Prophète en fonctions des besoins ». Ainsi, lorsqu’il s’agissait pour Mahomet d’essayer de rallier les juifs à la cause de l’islam à Médine, la tolérance était plutôt de mise (cf. le fameux verset « Point de contrainte en religion », spécifiquement daté du début du séjour à Médine), mais sitôt que Mahomet fit le constat politique définitif qu’aucun rapprochement ne serait jamais possible avec les juifs (soit au bout de quelques mois seulement), il passa à la phase d’exclusion puis d’extermination.

  • Mahomet aussi pouvait dire des bêtises

La confusion du texte s’explique aussi par la simple humanité de Mahomet, qui n’était qu’un homme, ce qui explique que l’islam reconnaisse que « Toutes les paroles que Mohammed a pu dire ne sont pas de la révélation ». « Le Prophète peut lui-même donner un enseignement… (…) : tout ce qu’il a dit n’est pas la révélation. Il y a eu la révélation et il y a eu sa propre parole prophétique et même humaine, puisqu’à certains moments, il lui est arrivé, et il l’a dit, de faire des erreurs, de se tromper ». Bien entendu, cette précaution vaut en réalité pour tout ce qu’a dit Mahomet dans toute sa vie si on met de côté le fantasme du dialogue avec Allah.

  • Conclusion

Face à cette confusion et ces contradictions, on peut comprendre que « La foi [de l’islam puisse être] vécue de manière simplifiée », c’est-à-dire en réalité de manière ignorante, et que la difficulté à admettre ces faiblesses puisse conduire à ce que « Les gens [musulmans] répètent parfois des choses qui à force de répétitions deviennent des caricatures », d’autant, en outre, que la connaissance de l’arabe d’aujourd’hui semble loin de suffire car l’obscurité du texte est amplifiée par les aléas liés à la compréhension et à l’interprétation du patois local de l’époque, la langue arabe des Quraysh : « ce coin précisément d’Arabie, (…) qui est effectivement fait de tribus, qui a son propre parler singulier, le parler de « Quraysh » en particulier, la tribu dont est issue Mohammed bin Abdallah [Mahomet] ».