Actes anti-musulmans : en dépit de la victimisation permanente, un bien faible score par rapport aux actes anti-chrétiens

Le ministère de l’intérieur a publié le 26 janvier 2020 (NB : la date figurant dans le pdf téléchargeable est fausse) les statistiques des faits à caractère antisémite, anti-chrétien et anti-musulman.

https://www.interieur.gouv.fr/Le-ministre/Communiques/Statistiques-2019-des-actes-antireligieux-antisemites-racistes-et-xenophobes

Dans un pays, la France, où la victimisation des musulmans est un thème récurrent, il est intéressant de noter la discrétion des chrétiens qui subissent, de loin, les plus nombreuses attaques : 996 actions contre les chrétiens en 2019, contre 151 contre les juifs et 63 contre les musulmans.

Comment l’Oumma musulmane élimine les populations mécréantes : l’exemple turc

Le reportage d’Arte sur l’histoire de la nation turque « Turquie, nation impossible » rappelle comment la Turquie musulmane a éliminé physiquement les mécréants pour constituer une Oumma musulmane pure. Cela rappelle furieusement le nazisme. Et les rêves d’extension de cette Oumma et de purification ethnique sont, avec M. Erdogan, toujours très actuels…

Quand un personnage public musulman se félicite des effets des attentats musulmans en France

L’émission de France 2 « Islam » du dimanche 20 octobre 2019 était consacrée à l’Institut Français de Civilisation Musulmane récemment inauguré à Lyon.

Ce reportage a été l’occasion d’une interview stupéfiante de Kamel Kabtane, recteur de ce nouvel institut.

Celui-ci a, comme d’habitude chez les représentants de l’islam en France, entonné le couplet mensonger de la dette qu’aurait eue la France à l’égard des musulmans morts pendant les guerres qui engageaient la France (alors qu’ils ne se sont en aucun cas battus parce qu’ils étaient musulmans !) et qui expliquerait selon lui le soutien apporté par l’État français, prétendument laïc, à l’islam au travers de la construction au début des années 1920 de la mosquée de Paris. Décidément, il semble que l’État français était surtout anti-catholique mais prêt déjà à se soumettre à l’islam.

Mais, ce propos odieux est loin d’avoir culminé au summum de l’abjection qu’a atteint Kamel Kabtane lorsque celui-ci s’est réjoui des effets bénéfiques des attentants musulmans en France de 2015 et 2016, qui ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés. Voici en effet ses propos :

« Les événements graves de 2015 et 2016 ont incité les pouvoirs publics à dire : « Il faut qu’on fasse quelque chose pour les musulmans » parce que, jusqu’à présent, c’était toujours « non » (…) ».

Ainsi, c’est bien grâce aux attentats de 2015 et 2016 que les musulmans peuvent avoir aujourd’hui leur institut à Lyon : l’État français s’est soumis à la violence musulmane. Et dire qu’on poursuit Éric Zemmour pour incitation à la haine religieuse…

Deux données fondamentales pour comprendre ce qu’est réellement l’islam

L’émission de France 2 « Islam » du 16 septembre 2019 est revenue sur les relations entre islam et pouvoir au travers des âges. Cette émission a été l’occasion pour les intervenants de rappeler quelques aspects fondamentaux de l’islam qu’il est bon de garder en mémoire. Je reviens sur deux principaux.

  • La Sîra (biographie) de Mahomet : un ouvrage absolument central pour comprendre ce qu’est réellement l’islam

J’ai déjà eu l’occasion de rappeler sur ce site à plusieurs reprises la nécessité fondamentale de lire la biographie de Mahomet d’Ibn Ishâq/Ibn Hîcham, la plus ancienne et la plus incontestée biographie de Mahomet au point qu’on peut la considérer comme la biographie officielle de Mahomet en islam et qui est désignée sous le vocable de « Sîra » (« la biographie »).

Version courte (444 pages, 2008)

Le lecteur qui prendra le peine de lire ce texte absolument essentiel y découvrira la véritable nature de Mahomet au travers de descriptions qui ne laissent aucune place au doute sur le fait que Mahomet n’a jamais fait partie de la race des grands spirituels paisibles.

Selon les textes sacrés de l’islam eux-mêmes, Mahomet était, entre autres : un homme de guerre imprégné des coutumes tribales d’Arabie, pilleur, pratiquant l’esclavage et par voie de conséquence le viol, vendant femmes et enfants sur les marchés, exterminateur des juifs à Médine (notamment la tribu juive des Banu Quraiza), multi-polygame (jusqu’à neuf femmes en même temps, sans compter les concubines) et qui prit pour femme la petite Aïcha alors qu’elle avait 6 ans (mais il ne commença les relations charnelles avec elle qu’à compter de ses 9 ans). 

Voilà le « modèle » vertueux qui constitue le phare de l’islam !

  • Les premiers fruits de l’islam : des successeurs (« califes ») guerriers comme Mahomet l’était et dont 3 sur 4 moururent assassinés

Le lecteur qui prend ainsi conscience de la nature de l’homme Mahomet et de ses actes n’est donc pas étonné d’apprendre que la succession de Mahomet fut l’occasion de luttes fratricides au sein du clan musulman pour le pouvoir et la direction de cet empire guerrier, tant et si bien que 3 des 4 successeurs de Mahomet furent assassinés et que ces conflits donnèrent naissance aux deux communautés qui s’opposent violemment encore jusqu’à nos jours – jusqu’à se haïr – : les sunnites et les chiites. 

On cherche donc en vain où se cachent les premiers fruits vraiment spirituels de la R.A.T.P. (religion d’amour, de tolérance et de paix), ainsi que la désigne Rémi Brague, pourtant si bien défendue aujourd’hui contre un Occident accusé de tous les maux.

  • Conclusion

Ignorer la biographie de Mahomet, c’est se condamner à ne rien comprendre à l’islam, de même qu’il faut au moins lire Mein Kampf pour comprendre Hitler. Bien sûr, l’angélisme des islamophiles y est anéanti, mais c’est le prix de la vérité, à portée de tous ceux qui veulent bien se donner la peine d’étudier, vérité que le véritable islam lui-même proclame d’ailleurs fièrement et sans état d’âme à la face de l’Occident .

Quant à ceux, comme feu Malek Chebel, qui espèrent encore sauver l’islam en suggérant qu’un « islam des lumières » resterait possible après plus d’un millénaire d’obscurantisme, ils s’égarent dans les désirs utopiques de leur imagination, comme le regard et la conscience du drogué se perdent dans les volutes de fumée qui flottent dans son paradis artificiel.

L’innocence des musulmans

Dans le contexte général d’un terrorisme musulman qui touche le monde depuis plusieurs décennies, le film américain « Innocence of Muslims » (sorti en 2012) a suscité de multiples polémiques et des soulèvements dans le monde musulman. Car l’islam a ceci de très particulier qu’il ne se sent jamais responsable des folies meurtrières que l’on commet en son nom. Pourtant, c’est bien au nom d’Allah et du Coran que plusieurs milliers de personnes sont mortes ou ont été blessées dans les pays occidentaux dans les dix dernières années, sans compter le sort peu enviable réservé aux minorités, notamment chrétiennes, dans les pays musulmans (Pakistan, Égypte par exemple) depuis des temps immémoriaux.

L’État Islamique, avec un certain humour, ironisait il y a peu sur cette « irresponsabilité » : « Not imam name ! » disait-il. Ce que les fondamentalistes musulmans assument sans complexe et sans état d’âme fait, en Occident, frémir d’horreur les esprits chagrins, empêtrés dans une islamophilie de cancres et un politiquement correct de vierges effarouchées infecté par la peste des droits de l’homme.

Un film loin d’être un chef d’oeuvre du septième art mais qui a au moins la vertu de rappeler certains faits et d’éprouver le niveau de tolérance que le monde musulman peut endurer.

https://archive.org/details/Muhammadfullmovie

Attentats du Sri Lanka contre les chrétiens : quel lien avec l’islam ?

  • Les attentats

Le dimanche 20 avril, 3 grands hôtels de luxe mais surtout des églises chrétiennes – en pleine célébration de la messe de Pâques – ont été la cible d’attentats, faisant environ 250 morts et des centaines de blessés. Le groupe État Islamique a revendiqué ces attentats.

Les autorités recherchent encore des dizaines de suspects de ce qui semble avoir été un réseau très structuré et lié, au moins idéologiquement, à l’État Islamique (et pas à Al-Qaida). Globalement aisés, ses membres ont visiblement agi pour des motifs idéologico-politiques et non pas par « révolte » contre une société injuste à leur égard. Dans une déclaration, ils souhaitent que le Sri Lanka soit géré par la chari’a, bien qu’il n’y ait que 10% de musulmans dans ce pays (et 7% de chrétiens), mais cette présence minoritaire peut suffire à revendiquer le statut de « terre d’islam ».

  • Comment justifier l’assassinat de chrétiens au nom de l’islam : rappel de la doctrine musulmane

Au-delà d’une motivation vengeresse liée aux assassinats de musulmans à Christchurch en Nouvelle-Zélande, il est utile de rappeler les justifications religieuses autorisant les musulmans à tuer des chrétiens conformément aux principes de l’islam énoncés par Mahomet.

Les textes sacrés de l’islam appelant à la haine envers les chrétiens sont indubitables et nombreux, et s’expliquent par le fait que les chrétiens sont coupables aux yeux des musulmans du plus terrible des crimes : l’associationnisme, consistant à associer à Dieu d’autres divinités en niant ainsi l’unicité divine. Cette accusation est justifiée en islam vis-à-vis des chrétiens en raison du dogme trinitaire qui, selon la compréhension de l’islam, crée deux autres divinités à côté de Dieu : le Christ et le Saint Esprit. Le « Livret musulman de premier secours » téléchargeable sur ce site vous permet de prendre connaissance de l’essentiel des passages consacrés aux chrétiens dans les textes sacrés de l’islam.

La filiation idéologique à l’État Islamique des auteurs des attentats remet en avant l’argumentaire religieux développé en particulier dans le neuvième numéro de la revue de l’État Islamique « Rumiyah » (mai 2017). Je propose ici une synthèse pour en expliquer la logique.

  • Principe général : tuer les associateurs partout où ils se trouvent

L’islam contient des passages très clairs que citent naturellement les fondamentalistes pour exercer une violence légitime selon les principes de l’islam contre les juifs et les chrétiens.

Coran 9, 29 : Combattez [par les armes] ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre [c’est-à-dire essentiellement les juifs et les chrétiens], jusqu’à ce qu’ils versent la capitation [impôt spécial payé par les mécréants] par leurs propres mains après s’être humiliés.

Coran 9, 5 : Après que les mois sacrés ont expiré, tuez les associateurs partout où vous les trouvez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salat et acquittent la Zakat [c’est-à-dire suivent les lois de l’islam], alors laissez-leur la voie libre car Allah est pardonneur et miséricordieux. [Historiquement, ce texte s’applique d’abord aux polythéistes de La Mecque opposés à Mahomet mais est également utilisé depuis contre les chrétiens]

  • Exception : l’associateur peut être protégé s’il se soumet à l’autorité de l’islam dans le cadre d’un contrat dit de « protection » ou de « sécurité »

Les associateurs ne peuvent rendre leur sang inviolable que dans le cadre d’un contrat/pacte de soumission/protection appelé « dhimmah » ou d’un autre contrat ad hoc de sécurité contracté avec les musulmans, qui soumet l’associateur au paiement d’un tribut en échange principalement d’une protection qui lui assure la vie sauve en terre d’islam. Les associateurs ayant signé de tels pactes sont respectivement appelés « dhimmiyyin » et « mu’ahadin ». Le statut particulier de « dhimmi » s’applique tout particulièrement aux juifs et aux chrétiens. Dans ce cas, le sang de l’associateur ne doit pas être répandu et le musulman qui le fait sans raison est punissable.

Hadith Bukhari n°3166 : D’après Abdallah Inb Amr, le Prophète a dit : « Quiconque [parmi les musulmans] aura tué un tributaire ne sentira pas l’odeur du paradis ; et pourtant cette odeur se fait sentir à la distance de quarante années de marche. »

  • Les chrétiens du Misr sont des combattants (dans le contexte des actions menées notamment contre les Coptes, ceci valant également dans les autres régions du monde considérées comme terre d’islam)

L’État Islamique considère que les chrétiens résidant dans le « Misr » (Égypte) sont des mécréants qui « combattent » l’islam, le combat pouvant être militaire mais aussi et simplement idéologique : ils possèdent des armes ; ils font pression ou agressent ceux d’entre eux qui se convertissent à l’islam pour qu’ils reviennent au christianisme ; ils collaborent avec les forces qui luttent contre le fondamentalisme musulman (armée, police, services secrets). En conséquence, ils rompent de fait leur pacte de soumission et ne peuvent donc plus se prévaloir de la protection accordée dans ce pacte conformément à que prévoit le Coran :

Coran 9,12 : Si, après le pacte, ils [les mécréants] violent leurs serments et attaquent votre religion [celle des musulmans], combattez [par les armes] alors les chefs de la mécréance – car ils ne tiennent aucun serment – ; peut-être cesseront-ils ?

Coran 9, 14 : Combattez-les. Allah, par vos mains, les châtiera, les couvrira d’ignominie, vous donnera la victoire sur eux et guérira les poitrines d’un peuple croyant.

Une attention particulière est portée aux prêtres et moines comme leaders idéologiques dans la lutte contre l’islam. En effet, les prêtres et les moines (qui ne se limitent pas à une vie recluse mais se mêlent à la population) sont considérés parmi les plus actifs à diffamer l’islam.

Coran 9, 31 : Ils ont pris leurs rabbins et leurs moines, ainsi que le Christ fils de Marie, comme seigneurs en dehors d’Allah, alors qu’on ne leur a commandé que d’adorer un Dieu unique. Pas de divinité à part Lui ! Gloire à Lui ! Il est au-dessus de ce qu’ils Lui associent.

Dès lors que le pacte conclu avec l’islam est ainsi considéré comme rompu, même les églises ne sont plus considérées comme des sanctuaires. Rien de ce qui appartient aux mécréants n’est plus sacré et tout peut être détruit (cf. la bataille de Khaybar menée par Mahomet).

En revanche, dans ces populations chrétiennes considérées comme combattantes, les enfants, femmes et personnes âgées, lorsqu’ils ne portent pas les armes, ne sont pas tués mais simplement réduits en esclavage. Ceci n’est naturellement possible que s’il est possible de les séparer des combattants.

Hadith Bukhari n°3012 : As Sa’b Ibn Janththâma a dit : « Le Prophète passa une fois avec moi à côté d’al-Abwâ, ou  de Waddân ; on lui demanda ce qui l’en était lorsque, dans une attaque nocturne contre des ennemis associants, des femmes et des enfants étaient frappés. Ces femmes et ces enfants, répondit-il, font partie des ennemis. »

  • Les juifs ne valent pas mieux que les chrétiens

L’islam fondamentaliste rassemble dans sa haine chrétiens et juifs pour au moins 5 raisons mentionnées par l’État Islamique :

1.Leur associationnisme

Coran 9, 30 : Les juifs disent : « Uzayr [référence peu claire à un personnage de la Torah et sujette à interprétation] est fils d’Allah » et les chrétiens disent : « Le Christ est fils d’Allah ». Telle est leur parole provenant de leurs bouches. Ils imitent le dire des mécréants avant eux. Qu’Allah les anéantisse ! Comment s’écartent-ils de la vérité ?

2.Leur idolâtrie

3.Leur incrédulité alors que le message d’Allah leur a été clairement exposé

4.L’avertissement d’Allah à l’encontre des juifs et des chrétiens

Coran 2, 120 : Ni les juifs, ni les chrétiens ne seront jamais satisfaits de toi [musulman], jusqu’à ce que tu suives leur religion. Dis : « Certes, c’est la direction d’Allah qui est la vraie direction ». Mais si tu suis leurs passions après ce que tu as reçu de science, tu n’auras contre Allah ni protecteur ni secoureur.

Coran 5, 51 : Ô croyants ! Ne prenez pas pour alliés les juifs et les chrétiens. Ils sont alliés les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour alliés devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes.

5.Leur prétention mensongère à guider les populations

Coran 2, 111 : Et ils ont dit : « Nul n’entrera au paradis que juifs ou chrétiens. » Voilà leurs chimères. Dis : « Donnez votre preuve, si vous êtes véridiques ».

Coran 2, 135 : Ils ont dit : « Soyez juifs ou chrétiens, vous serez donc sur la bonne voie. » Dis : « Non, mais nous suivons la religion d’Abraham, le modèle même de la droiture et qui ne fut point parmi les associateurs ».

Coran 5, 18 : Les juifs et les chrétiens ont dit : « Nous sommes les fils d’Allah et Ses préférés. » Dis : « Pourquoi donc vous châtie-t-il pour vos péchés ? » En fait, vous êtes des êtres humains d’entre ceux qu’il a créés. Il pardonne à qui Il veut et Il châtie qui Il veut. Et à Allah seul appartient la royauté des cieux et de la terre et de ce qui se trouve entre les deux. Et c’est vers Lui que sera la destination finale.

  • Conclusion

Force est de reconnaître que toutes les citations figurant dans la propagande de l’État Islamique sont exactes, non tronquées, et ne sont pas citées manifestement hors contexte. Il n’y a pas de détournement des textes sacrés de l’islam comme certains le clament haut et fort sans jamais d’ailleurs en apporter la preuve.

L’argumentaire théologique de l’État Islamique est ainsi d’une grande solidité du fait de sa conformité à l’islam prêché par Mahomet lui-même en son temps et à ses actions (cf. batailles, meurtres, mise en esclavage, viols). Ce constat ne constitue bien évidemment en aucun cas une justification du terrorisme musulman, ni une quelconque incitation à perpétrer de tels actes : c’est simplement un rappel de la réalité indubitable de la violence pratiquée par Mahomet. A contrario, les déclarations des musulmans d’aujourd’hui vantant le modèle mahométan constituent, elles, un appel clair à la haine et devraient être poursuivies comme telles par la justice, de la même façon que ceux qui prennent Hitler comme modèle et le clament haut et fort.

On comprend ainsi aisément pourquoi le contre-argumentaire qu’avait promis l’islam de France au précédent gouvernement Valls ne verra jamais le jour : il faudrait pour cela renier le Coran et les autres textes sacrés de l’islam ! Ainsi, lLa gesticulation pacifiste de l’islam de France lors de la phase critique des attentats en France avait pour objectif essentiel d’essayer de calmer les esprits en dédouanant l’islam de sa responsabilité alors que l’on comptait les morts par centaines et les blessés par milliers, rien qu’en France.

En réalité, pour connaître en profondeur la réalité de la doctrine musulmane, il est de beaucoup préférable de se reporter aux écrits des fondamentalistes comme l’État Islamique ou aux prêches des imams orthodoxes d’Arabie Saoudite plutôt que vers les écrits insipides et mensongers des représentants de l’islam de France qui nient coûte que coûte et en dépit des évidences la réalité de l’islam de Mahomet.